Cahier de chansons de Charles PERIN

Carnets de voyage et sujets divers

Modérateur: Guardian

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 14 Aoû 2012 18:35

31 - .......... VALSE BRUNE

1er couplet

Ils ne sont pas de gens à valse lente,
Les bons rôdeurs qui glissent dans la nuit,
Ils lui préfèrent la valse entraînante
Souple rapide, où l'on tourne sans bruit.
Silencieux, ils enlacent leurs belles
Mêlant la cotte avec le cotillon,
Légers, légers, ils partent avec elles
Dans un gai tourbillon.

Refrain

C'est la valse brune,
Les chevaliers de la lune
Que la lumière importune
Et qui recherchent un coin noir ;
C'est la valse brune,
Les chevaliers de la lune
Chacun avec sa chacune
La danse le soir.


2ème couplet

Ils ne sont pas tendres pour leurs épouses,
Et quand il faut savent les corriger.
Un seul soupçon de leurs âmes jalouses
Et les rôdeurs sont prêts à se venger !
Tandis qu'ils font à Berthe, à Léonore
Un madrigal en vers de leur façon
Un brave agent de son talon sonore
Souligne la chanson :

3ème couplet

Quand le rôdeur dans la nuit part en chasse
Et qu'à la gorge il saisit un passant,
Les bons amis pour que tout bruit s'efface
Non loin de lui chantent en s'élançant ;
Tandis qu'il pille un logis magnifique
Ou d'un combat qu'il soit sorti vainqueur,
Les bons bourgeois grisés par la musique
Murmurent tous en choeur :

Ecoutez Juliette Gréco, sur Google
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5930
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 14 Aoû 2012 19:00

32 - .......... IDYLLE à St OUEN

1er couplet

Alphonse était un gars costaud
Le Don Juan de la rue du Poteau.
Nana, c'était sa gigolette
L'coeur sur la main, mais mauvaise tête.
Un jour de printemps les amants
A Saint-Ouen s'en allèrent gaiement
S'régaler sous les clématites
D'moules marinières et d'pommes frites.

2ème couplet

Ils prirent le café puis dix fois
Grimpèrent sur les chevaux de bois
Ensuite on vit la gigolette
Planer sur une escarpolette.
Fatigués mais enfin réjouis
Les amants revenaient sur Paris,
Quand ils virent, allant au cimetière
Un convoi d'enfant, oh ! misère

3ème couplet

Dans une comète (1) un cercueil blanc
Deux croque-morts se trimbalant
Et personne derrière le pauvr' gosse
Pas même un chien, c'était atroce !
Alors Alphonse dit à Nana :
Le laisserons-nous partir comme ça ?
Puis il retira sa casquette
Elle se signa, la gigolette.

4ème couplet

Puis les amants, tous deux d'accord
Accompagnèrent le petit mort.
En chemin Nana fit emplette
D'un simple bouquet de violettes.
Et lorsque dans l'trou froid et nu
On descendit l'gosse inconnu,
Nana jeta les fleurs dans la terre
En murmurant :
(parlé) Pov' gosse
(chanté) J'remplace ta mère.

(1) Larousse 1908 : Fam. Brancard couvert sur lequel on emporte au cimetière le cercueil des petits enfants.

A écouter, chanté par Dona (sur Google)
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5930
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 15 Aoû 2012 12:14

33 - .......... LE CHIEN POLICIER

1er couplet

Mesdam's et messieurs, faut qu'tout l'monde le sache,
Bientôt dans Paris y'aura plus d'apaches
On pourra chez soi rentrer le soir à pied
Car on vient de créer le chien policier.

2ème couplet

Ben celui qu'a trouvé le chien sergent d'ville
Est loin mes amis d'être un imbécile
Car un chien, ça court plus vite qu'un agent
Et ç'a l'avantage d'être intelligent !

3ème couplet

Le chien policier qu'est un acrobate
Pour fair' son pipi n'a qu'à l'ver la patte.
Si le sergent d'ville voulait faire comme lui
Y' foutrait par terre, ça n'ferait pas un pli.

4ème couplet

Très respectueux de son commissaire
Le sergent de ville le suit par derrière ;
Le chien policier connaît son métier
Il en fait autant aux chiennes du quartier.

5ème couplet

S'il n'est pas d'service, s'il n'a rien à faire
Le chien policier porte une muselière,
L'sergot n'en met pas étant convaincu
Qu's'il en mettait une y'serait vite cocu !

6ème couplet

Le sergent de ville, pour cacher ses formes
Exig' qu'on lui paie un bel uniforme ;
L'chien pour pas ruiner le gouvernement
Montre son derrière à tous les passants.

7ème couplet

Le sergent de ville a l'coeur très volage
Il a chaque semaine un nouveau collage ;
Le chien policier a plus d'attachement
Car lui quand y s'colle ça tien solidement !

8ème couplet

Le chien sur l'apache saute avec rudesse,
Le mord à pleines dents dans la peau des... jambes ;
Si l'agent f'sait ça on dirait sûrement
Qu'il a des passions d'officier allemand !

9ème couplet

Le chien policier est rempli d'courage
Tenez, quelquefois, ça dépend d'son âge
On lui coupe la queue, y n'dit pas un mot ;
L'sergot à sa place gueulerait comme un veau !
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5930
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 17 Aoû 2012 15:36

34 - .......... MARCHE DE 1804

1er couplet

Allons sac au dos, les tambours vont battre au champ,
Serrons nos fusils dans nos poings tout frémissants
Campons nos shakos sur nos front solidement
Nous ne savons
Où nous allons,
Mais nous suivrons notre Empereur au bout du monde,
Nous gagnerons
D'autres chevrons
Nous marcherons jusqu'à Moscou,
Au diable n'importe où.

Refrain

Ah ! va la terre est ronde.
A quoi sert de pleurer oh! ma blonde ?
Tu peux sécher tes larmes
Les pleurs font rouiller les armes ;
La gloire nous appelle,
Il ne faut plus songer à sa belle.
Redressons notre cocarde
En avant la vieille garde.


2ème couplet

Ma tendre Suzon, crois-le bien, si je suis fier
De partir au loin et d'aller croiser le fer
Je n'oublierai pas tes beaux yeux qui m'ont charmé
Tu fus mon joli caprice aimé.
De ton côté
Ô ma beauté
N'écoute pas d'autres galants à tête blonde,
Tu m'as juré
Fidélité,
Ma Suzon, jusqu'à mon retour
Garde-moi ton amour.

3ème couplet

Combien d'entre-nous, pour toujours les yeux fermés,
Ne reverront plus celles qui les ont aimés ?
Car la guerre au fond est pareille au jeu d'amour,
Il faut des victimes chaque jour
Le sentiment,
Pour un moment
C'est très joli mais le canon mène la ronde,
Allons mourir
Pour obtenir
Un seul regard de l'Empereur
ou bien la croix d'Honneur.

Retrouver le texte et la partition sur Google ( -1804 - Marche Française )
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5930
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 19 Aoû 2012 15:58

35 - .......... LES PETITES OUVRIERES

1er couplet

A Paris, le matin, voyez passer
Les petites ouvrières aux pas pressés,
C'est de leurs doigts de fée
Que toute la journée
Vont sortir des chapeaux,
Des robes et des manteaux.
Voyez les demoiselles de magasin
Détaillant des rubans et du satin
Comme elles savent, les coquettes,
Faire valoir une toilette
Ou d'un geste élégant
Essayer des gants.

1er refrain

Mais voilà la journée terminée,
En cachette elle s'est vit’ repoudrée
Crak ! Il pleut... elle traverse un ruisseau.
Je vous en prie mam’zelle encore un peu plus haut !
Tout d'abord, indignée, elle rougit
Puis se r’tourne ; il est bien, elle sourit.
Dame elle est heureuse quand on la trouve jolie
La p’tite ouvrière de Paris.


2ème couplet

On se donne rendez-vous pour le dimanche suivant.
On arrive à Nogent, tout le monde descend.
On va, la chose est sûre,
Pêcher une friture
Et l'on monte en bateau
Surtout pas d'blague sur l'eau...
Puis on fait la dînett' sur le gazon,
On débouche des bouteilles et allez donc !
Une partie de balançoire ;
Mademoiselle que me faites-vous voir ?
T'en perdras pas la vue,
Répond l'ingénue !

2ème refrain

Mais voilà la journée terminée,
Aux accents d’une musique endiablée
Dans un bal ils font un dernier tour
Et le jeune homme lui murmure avec amour :
« Je t’adore ma mignonne, si tu veux
Tous les deux nous pourrions être heureux ».
La bouche lui répond ‘Non’, mais le cœur, lui, dit ‘Oui’
D’la p’tite ouvrière de Paris.


3ème couplet

Voilà bientôt deux ans qu’elle est mariée.
Chaque jour elle descend faire son marché ;
Les pommes sont-elles bien mûres,
Les oranges pas trop sûres.
Elle remonte son panier,
Remet son tablier.
Elle remue la salade, elle casse des œufs,
La sauce est-elle bien prise… encore un peu,
Mais la soupe est parfaite
La table est bientôt prête,
Elle attend son mari,
On sonne : le voici !

3ème refrain

Et voilà la journée terminée,
Bonjour toi, comment va mon aimée ?
Et bébé ? Chut il dort ! Pas si haut
Mais il se réveille, on court vite au berceau.
Tendrement elle le prend dans ses bras :
Mon chéri, la risette à papa !
Voilà comment elle fait le bonheur du logis,
La p’tite ouvrière de Paris
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5930
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 20 Aoû 2012 13:42

36 - .......... UN PETIT BOUT D'HOMME (1)

1er couplet

Certain soir, rue Bergère,
Une jeune ouvrière
Sortait d'son atelier
Et r'gagnait vivement son quartier.
Or un tout p'tit bout d'homme
Joufflu comme une pomme
La poursuivit bon train
Un brin de lilas à la main.
Trottait la belle
Comme une gazelle,
Et le p'tit bout d'homm' la suivait
Aussi vite qu'il pouvait
Mais v'la qu'il pique
L'pas d'gymnastique
Si bien qu'à force de trotter
Il réussit à l'accoster.

1er refrain

Mad'moiselle voulez-vous me permettre
Si menu, si modeste qu'il puisse être
D'vous offrir sans façon un p'tit brin de lilas.
On n'est pas des pachas ni des voitures à bras.
Ca n'fait rien, dit la belle jouvencelle,
Le gros lot, tout l'mond' peut pas s'l'offrir,
Si peu qu'il y en ait (bis)
Cela vous fait toujours plaisir.


2ème couplet

Il r'conduisit d'la sorte
La belle jusqu'à sa porte
En lui disant au revoir.
Et ce fut ainsi chaque soir.
A force de s'laisser faire
Elle finit par s'y plaire
Si bien qu'à ce jeu-là
Dans ses bonnes grâces il entra.
Fallait voir comme
Le p'tit bout d'homme
Pour tâcher d'être à sa hauteur
S'employait de tout son coeur.
Et quand la p'tite
Marchait trop vite
Il lui murmurait sans répit
En roulant des yeux de merlan frit :

(reprise du 1er refrain)

3ème couplet

Cet amusant flirtage
Finit par un mariage
Sans bruit, tout simplement
Au vingt-deuxième arrondissement.
Prenant le bras d'la belle
Notre gars plein de zèle
S'empressa d'lui payer
Un fin dîner dans un Chartier
Puis le lov'lace
De très bonne grâce
Offrit au bar des environs
Un p'tit noir à deux ronds.
Fini la fête !
Dans sa chambrette,
L'bout d'homme brûlant de mille feux
Lui roucoul' les yeux dans les yeux :

2ème refrain

Mad'moiselle voulez-vous me permettre,
Si menue, si modest' qu'elle puisse être
D'vous passer en douceur ma p'tite branche de lilas
On n'est pas des taureaux ni des voitures à bras.
Donn' toujours, dit la belle jouvencelle
Le gros lot tout l'monde peut pas s'l'offrir.
Le peu qu'il y en ait (bis)
Cela vous fait toujours plaisir !


(1) Ecouter, sur Google, Mayol l'interpréter à l'Alcazar
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5930
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 21 Aoû 2012 15:56

37 - .......... CÂLINE

1er couplet

Quand elle naquit
Au gai retour de l'hirondelle,
Dans son petit lit
Déjà qu'elle était belle.
Dans ses jolis yeux
Se reflétait l'amour des cieux.
Sa mère en la berçant,
Souriait à l'enfant
Sous le rideau blanc de mousseline.
"Endors-toi mon amour
Sommeille jusqu'au jour"
Chantait sa voix câline.

2ème couplet

Par les bois ombreux,
Plus tard, elle s'unit sans crainte
A son amoureux
Dans une folle étreinte.
De baisers brûlants
L'amour les grise, ils ont vingt ans.
Et c'est un chant vainqueur
Qui fait battre le coeur.
Air tendre ou moqueur de mandoline,
Vous l'entendrez un jour
Ce doux chant que l'amour
Dit de sa voix câline.

3ème couplet

Les frimas venus,
Il fait bien froid dans la chambrette.
Entre ces murs nus
Que la misère guette.
Auront-ils du pain ?
C'est le secret du lendemain...
Mais un refrain charmeur
Qui réchauffe le coeur
Change en vrai bonheur
L'humeur chagrine.
C'est la chanson d'amour
Qui chante nuit et jour
Sa douce voix câline.
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5930
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 22 Aoû 2012 12:23

38 - .......... CHANSON VECUE

1er couplet

Le soir où il la rencontra
Elle était fraîche comme le lilas
La Marjolaine
Il lui dit : prenez donc mon bras
Elle répondit presque tout bas !
C'n'est pas la peine
J'n'écoute jamais les séducteurs
Car tous les hommes sont des menteurs
Qui vous racontent
Des belles histoires, des mots gentils
Comme les mamans à leur petit
Font d'jolis contes.

2ème couplet

Mais, il était si beau garçon
Bientôt elle lui di : Mon p'tit nom ?
Ben c'est Yvonne...
Vous voulez m'emmener ? oh ça non
J'fais vivre ma sœur ma mère, Madelon
Elles n'ont personne
Mais lui r'garda dans les yeux
Le printemps chantait amoureux
Dans la nuit brune
Dans la nuit déserte il lui prit
Un baiser d'amour dans la nuit
Au clair de lune

3ème couplet

Alors le cœur plein de printemps
Les deux gosses bien gentiment
S'mirent en ménage
Lui c'était un peintre plein de talent
Mais un tout jeune, un débutant
Plein de courage
Dix il luttèrent tout les deux
Sans pain parfois, souvent san feu
La série noire
Puis vinrent les commandes les honneurs
L'argent et la légion d'honneur
Toutes les gloires

4ème couplet

Alors au bout de quelques mois
Il lui dit : De la vie, crois moi
C'est la bataille
J'suis lancé; je songe à m'marier
Dame, tu pourrais m'en empêcher
Faut qu'tu t'en ailles
Prends cette enveloppe
Y'a vingt mille franc
Mais elle affolée et pleurant
Perdant la tête
Prit les billets, l'en souffleta
En criant : Non je ne suis pas
D'celle qu'on achète

5ème couplet

Elle disparu, lui se maria
Quand un soir rentrant d'l'opéra
Avec sa femme
Devant la porte de sa maison
Il aperçu plein d'émotion
Une pauvre femme
C'était elle sa maîtresse d'antan
Qui lui dit : - tu m'appelait dans l'temps
Ta p'tit Yvonne
J'voulais t'dire un dernier adieu
Maintenant je pars loin de tes yeux
Mais j'te pardonne

6ème couplet

Tout ça parce qu'un soir de printemps
Un homme lui avait dit : - vraiment,
Vous êtes jolie...
Ah ! Quand vient la saison des amours
fillettes méfiez vous en toujours
C'est ça la vie.
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5930
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 22 Aoû 2012 12:27

Fin du Carnet de Chansons
de Charles PERIN
146ème de ligne,
4ème Cie,
1er Bataillon,
1er Peloton,
1ère Section,
3ème Escouade...
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5930
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Précédente

Retourner vers CONTES, RECITS, etc.

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron