Mes avions de légende - 2

Propositions de débats

Mes avions de légende - 2

Messagepar DD » 19 Juin 2009 23:28

Breguet 693
L'aviation d'assaut, que l'on appelle encore "l'appui feu" ou plus simplement "l'attaque au sol" est aujourd'hui une mission essentielle de toutes les forces aeriennes du monde et fait les beaux jours des médias. Mais avant la deuxième guerre mondiale, c'était presque un concept inédit. Schématiquement, les avions de combat étaient répartis en trois classes: les intercepteurs, tel le Spitfire ou le Me109, les avions de reconnaissance à court ou long rayon d'action et les bombardiers classés en lourds, moyens et légers. Parmi cette dernière catégorie, trés peu étaient capable d'appuyer les troupes au sol. Pratiquement seule la Luftwaffe utilisait ses bombardiers en piqué "Stukas" parfois pour attaquer les unités blindées ennemies.
Le Bréguet 693 était d'une autre classe. C'était ce qu'on appelle un "chasseur lourd" bimoteur fortement armé, conçu pour attaquer au ras du sol les véhicules et les personnels des colonnes ennemies. Le concept était tellement nouveau que les Br693 n'étaient qu'une poignée, réunies en deux groupes d'évaluation, dont la mission était d'élaborer les tactiques et surtout la viabilité du concept.
Lors de l'invasion Allemande, l'armée de l'air jeta dans la bataille tout ce qu'elle avait, y compris les Br693. Les deux groupes furent chargées d'attaquer les colonnes ennemies dans la région de Tongres pres de Maastricht. A la bombe et à la mitrailleuses, les Bréguet attquèrent les blindés allemands en rase-mottes. Ce qui devait arriver arriva: trop peu nombreux, sans couverture de chasse, en proie aux tirs de la Flak, les Br693 furent laminés et seuls huit avions sur dix-huit engagés regagnèrent leur base.
Sacrifice inutile ? Non ! Car cette poignée d'avions eut une influence considérable sur l'avance Allemande de ce secteur. Le chaos avait été semé parmi les colonnes Allemandes, les pertes en hommes et en matèriel avaient été lourdes et la progression stoppée pendant de longues heures.
Et ce, par la seule action d'une poignée de chasseurs lourds ! Le concept du Bréguet 693 était bon, foutrement bon, et par la suite, les Sturmoviks Russes, Typhoons, et Beaufighteurs Anglais, Mitchells et Havocs Américains, ou plus récement Warthogs et hélicoptère Apaches Américains ont démontré toute la valeur du concept de l'aviation d'assaut. Et il est bien dommage qu'à l'époque la France n'ait pas pu envoyer au combat 400 ou 500 de ces avions à l'attaque. Le cours de la guerre en aurait été sans nul doute changé. Mais à l'époque, on a préféré mobiliser des ressources considérables et des moyens gigantesques à construire des fortifications colossales qui n'ont servi à rien et que les panzers Allemands se contentèrent de contourner....

"Notre moteur à son plein d'huile,
Qu'on nous prépare un bon cercueil !
Toutes les femmes de la ville,
Prendront le deuil, prendront le deuil !"

http://aerostories.free.fr/dossiers/AA/Bre693/
http://aerostories.free.fr/dossiers/AA/Bre693/
Ni bombes, ni roquettes. Foutez VOUS la paix !
Avatar de l’utilisateur
DD
 
Messages: 1528
Inscription: 30 Sep 2007 22:44
Localisation: Bourg Saint Andeol, Ardèche, entre Montelimar et Orange

Re: Mes avions de légende - 2

Messagepar coriolan » 03 Juil 2009 17:23

mis par mes soins pour le compte de DD, qui l'avait placé sur VP ! Errare humanum est !

Messerschmidt 110
Cet avion en son temps fut considéré comme un échec. Conçu comme chasseur lourd, son role était d'ouvrir le chemin des bombardiers à travers les formations de chasseurs ennemis. Mais dans ce role, ce fut effectivement un échec. Contrairement à ce que l'on dit généralement de cet avion, il était maniable, mais pas assez agile. On peut définir l'agilité d'un avion a sa capacité à effectuer une manoeuvre dans un temps donné, boucle, tonneau renversement... Toutes ces manoeuvres, le Me110 étaient capable de les faire, mais trop lentement. Et comme à la guerre c'est le plus fort qui gagne...
Toutefois, il avait plusieurs qualités. Il était rapide, avait un bon rayon d'action, un armement lourd, toutes qualités necessaires et bien utiles pour attaquer des bombardiers. De plus il était suffisament spacieux pour accueillir en plus du pilote et du mitrailleur, un opérateur radar et tout son équipement. C'est ainsi qu'il devint entre autre un des meilleurs chasseurs de nuit et fut l'avion principalement utilisé par Greibner dont je parle par ailleurs.
Une des caractéristiques les plus étonnantes de cet avion était une partie de son armement... tirant vers le haut. L'un des problèmes de tout chasseur attaquant un bombardier et d'éviter autant que faire se peut les mitrailleuses défensives de la cible. Or les bombardiers Anglais dont Greibner faisait son ordinaire, s'ils possédaient une redoutable tourelle quadruple dans la queue n'avaient aucune défense ventrale. Les ingénieurs Allemands montèrent donc des canons de 20 ou 30 mm sur le dos des Me110 inclinés à... 80 ° par rapport à l'horizontale, donc presque à la verticale. Tout l'art du pilote consistait donc à se glisser sous le ventre de la cible sans etre repéré, viser avec un collimateur spécial et ouvrir le feu impunément. Un drole de cirque ou le Me110 put regagner un peu de reconnaisance. Comme quoi, même si on ne peut ètre bon en tout, on est forcément doué pour quelque chose.
http://avions.legendaires.free.fr/bf110.php
http://images.google.fr/images?client=f ... e&resnum=4
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5905
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Mes avions de légende - 2

Messagepar DD » 03 Juil 2009 22:37

coriolan a écrit:mis par mes soins pour le compte de DD, qui l'avait placé sur VP ! Errare humanum est !

Oups !
Ni bombes, ni roquettes. Foutez VOUS la paix !
Avatar de l’utilisateur
DD
 
Messages: 1528
Inscription: 30 Sep 2007 22:44
Localisation: Bourg Saint Andeol, Ardèche, entre Montelimar et Orange

Re: Mes avions de légende - 2

Messagepar DD » 08 Juil 2009 23:07

De Havilland Mosquito
C'est dans une BD que j'ai découvert l'existence du Mosquito. On s'instruit dans les BD ! Plus précisément dans un album de Tintin intitulé "Cocke en stock". Hergé a trés fidèlement reproduit le dessin du Mosquito, j'en ai un en maquette, et à l'époque j'avais été émerveillé par la pureté et la finesse des lignes de cet avion. Ailes, moteurs, fuselage, verrière, tout rappelle la goutte d'eau. Un dessin d'une rare finesse.
Cet avion a tout fait: reconnaissance, chasse (de jour et de nuit), bombardement, éclaireur, torpillage, attaque au sol, capable d'emporter canons de tout calibres, bombes, torpille, roquettes, radars, il a été mis à toutes les sauces. Et pourtant au début de sa carrière, les autorités n'y croyaient pas vraiment. Il faut dire que le mythe du bombardier invulnérable avait à l'époque fait long feu. Dans les années trente, l'opinion des états majors était que "les bombardiers passeraient toujours". Cette opinion fut cruellement mise à mal lorsque les chasseurs devinrent lourdement armés. Vint alors un autre mythe, celui du bombardier qui volerait si vite qu'il volerait plus vite que les chasseurs. Là encore ce fut la désilusion.
Mais le Mosquito l'a fait ! L'état major impressionné par les qualités de vitesse du Mosquito, décida de le mettre en ligne en 1941 d'abord comme avion de reconnaissance. Et sa première rencontre avec les tout nouveaux Messerschmidt 109 de type "F" tourna au fiasco pour les pilotes allemands. Le Mosquito mit les gaz et sema les chasseurs !
Parmi ses multiples emplois, je viens de voir un documentaire parlant de son emploi en tant que chasseur d'escorte nocturne à long rayon d'action. Je vous ai parlé précédement du Me110 et de son utilisation en tant que chasseur de nuit. Mais de chasseur, il devint parfois gibier, car souvent, des Mosquitos escortaient les bombardiers lourds de la RAF préts a rendre aux "nachtjagdgeschwader" la monnaie de leur pièce.
Il faudrait des pages et des pages pour décrire tous les emplois et les exploits du Mosquito. Je vous livre simplement quelques liens a partir desquels vous pourrez naviguer à votre guise.
Pour moi, il restera parmi les plus beaux avions de l'histoire, et une légende parmi les légendes. Mais le plus extraordinaire de cet avion, c'est que pour faire tout çà, il était simplement construit en bois........
Pour plus d'infos, mon site d'entrée favori:
http://fr.wikipedia.org/wiki/De_Havilla ... 8_Mosquito
http://images.google.fr/images?hl=fr&cl ... s&aq=f&oq=

(*)Le Mosquito a eu un successeur basé sur la même formule. Le De Havilland "Hornet". Ce formidable appareil bimoteur, avec une puissance de 4000 CV, volait à 778 Km/h pour une distance franchissable de plus de 5000 Km. Un sommet parmi les avions à hélice.
http://images.google.fr/images?hl=fr&cl ... e&resnum=4
Ni bombes, ni roquettes. Foutez VOUS la paix !
Avatar de l’utilisateur
DD
 
Messages: 1528
Inscription: 30 Sep 2007 22:44
Localisation: Bourg Saint Andeol, Ardèche, entre Montelimar et Orange

Re: Mes avions de légende - 2

Messagepar DD » 20 Aoû 2009 22:50

Amiot 143
Si je vous dit: A340, A350, A370, A380, vous pensez à quoi ? A des Airbus ? Vrai. Mais ce fut aussi les dénominations des avions de la firme Amiot qui a existé en France entre les deux guerres.
Revenons à l'A143. Si cet avion est resté dans ma mémoire c'est en raison de sa laideur ahurissante ! Prenez un fromage "caprice des dieux", posez une règle plate en travers, un crayon avec un semblant d'empennage planté à une des extrémités, et une rondelle de saucisson collée sous chaque aile, et vous aurez une idée assez précise de l'aspect de cet avion ! C'était un bombardier moyen typique de la construction des avions militaires multiplaces comme c'était l'habitude dans la France de l'entre deux guerre. C'était une époque ou on semblait avoir oublié toutes les règles de l'aérodynamique au profit de la conception de mochetés volantes (*). L'A143 et ses frères d'armes tenaient plus du chateau fort volant qu'à d'honnètes avions bien conçus. C'était la conséquence d'une certaine forme de pensée ou les états majors considéraient que "les bombardiers passeraient toujours". C'était défendable face aux chasseurs biplans de l'époque armés de deux mitrailleuses légères. Du coup, peu importait la vitesse: la priorité était donnée à la charge de bombe. On se contentait de rajouter sur le chateau fort deux ou trois tourelles armées de mitrailleuses pour discuter d'égal à égal avec les chasseurs, et vogue la galère ! Le problème, c'est que lorsque ces avions se trouvèrent face à des chasseurs rapides et lourdement armés de nombreuses mitrailleuses et de canons, l'A143 et ses semblables ne pesèrent pas lourds et furent purement et simplement massacrés.
http://images.google.fr/images?client=f ... e&resnum=1

Curieux retour des chose: les A340, A350 étaient au contraire des bombardiers légers d'une trés grande pureté de ligne, à l'aérodynamique en "goutte d'eau" soignée, des avions magnifiques à voir. L'A370 était une version de raid. Quand à l'A380 resté à l'état de projet, çà aurait du etre un bombardier lourd quadrimoteur au dessin équivalent, de la même classe que les Forteresses Volantes américaines ou Lancaster Anglais. Tous étaient trés rapides prétendant à des vitesses à vide supèrieures à 500 Km/h, soit la vitesse des chasseurs de 1940. Ils arrivèrent hélas bien trop tard et en trop petit nombre...
http://images.google.fr/images?hl=fr&cl ... s&aq=f&oq=

(*) L'un deux dont j'ai heureusement oublié le nom a laissé les pilotes d'essai complètement stupéfaits. Cet avion avait été conçu pour TOUT faire: reconnaissance, bombardement, assaut, transport, commandement volant, Il pouvait faire tout, absolument tout. Sauf: voler... (Citation tirée de la série vidéo "Histoire de l'aviation" de Daniel Costelle)
Ni bombes, ni roquettes. Foutez VOUS la paix !
Avatar de l’utilisateur
DD
 
Messages: 1528
Inscription: 30 Sep 2007 22:44
Localisation: Bourg Saint Andeol, Ardèche, entre Montelimar et Orange

Re: Mes avions de légende - 2

Messagepar DD » 14 Oct 2009 22:52

Le Dewoitine 520 et l'Arsenal VG33
Que de regrets.............. Je veux parler de ces deux avions en même temps car ils furent contemporains, destinés au même usage et connurent le même sort. Tous deux faisaient partie des ces avions de chasse français arrivés bien trop tardivement lors de l'attaque allemande au printemps 1940. Et pourtant... Ah ! Si nos politiques avaient donné les moyens à l'armée de l'air d'aligner en temps et en nombre ces avions au lieu de dépenser des ressources considérables à édifier des fortifications qui n'ont servi à rien. Car il ne faut pas oublier qu'en nombre, les armées franco-anglaises étaient plus nombreuses, les chars plus nombreux ! Les chars français avaient même la réputation d'ètre les meilleurs du monde... et le colonel De Gaule sut en tirer partie à un moment donné. Mais la chaine de commandement... c'est une autre histoire.
Restait la maitrise de l'air. Le D520 était un appareil de grande classe, de construction métallique moderne aux lignes racées et fluides. Il était sans conteste au niveau des Me109 allemands et Spitfire britanniques. Comme ce dernier, un peu moins rapide, un peu moins puissant mais plus maniable que son homologue allemand, il pouvait se prêter à des évolutions et faire une carrière aussi riche que celle de ses rivaux. Avait-il un seul canon de 20 mm face aux deux qui équipaient le Me109 ? Faux handicap et vrai avantage, car le canon français avait une cadence de tir deux fois plus élevée que les canons allemand. Le centrage était meilleur et les quatre mitrailleuses supplémentaires lui donnaient une puissance de feu supérieure.
Quant à l'Arsenal VG33, c'était un appareil extraordinaire. Avec le même armement, mais avec un moteur moins puissant de prés de 20 %, il volait plus vite et virait mieux que tous ses adversaires ! Au printemps 1940, c'était le meilleur. Il avait la particularité d'ètre construit en bois et aurait fait probablement la même carrière et connu la même célébrité que les célèbres Yak soviétiques, construits sur le même modèle.
Oui, sans aucun doute, ces deux avions alignés en nombre auraient changé l'histoire au printemps 1940... Regrets, regrets, les D520 n'étaient qu'une poignée mais eurent le temps de montrer de quoi ils étaient capables. Quant au VG33, le nombre se réduisait en juin 1940 à moins d'une dizaine dans une escadrille d'évaluation et à ma connaissance ne furent pas engagés en combat.
Regrets, regrets encore: Dewoitine, constructeur du D520 était un des meilleurs constructeurs d'avant guerre. Il aurait certainement été capable de poursuivre son œuvre aprés 1945 à l'image de ce que fit Dassault, mais craignant d'ètre accusé d'avoir un peu trop collaboré, il émigra en Espagne puis en Argentine. En dehors de toute considération, pour l'aéronautique française ce fut une perte certaine.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dewoitine_D.520
http://fr.wikipedia.org/wiki/Arsenal_VG_33
Ni bombes, ni roquettes. Foutez VOUS la paix !
Avatar de l’utilisateur
DD
 
Messages: 1528
Inscription: 30 Sep 2007 22:44
Localisation: Bourg Saint Andeol, Ardèche, entre Montelimar et Orange


Retourner vers Tribune de DD

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité