La mémoire et les rèves

Propositions de débats

La mémoire et les rèves

Messagepar DD » 23 Mar 2009 23:56

Ca, c'est un sujet qui me trotte dans la tète (si j'ose dire) depuis quelques temps..........
J'ai eu récemment l'occasion de revoir ma famille, et quelques temps avant, des lieux ou je m'étais promené au cour de ma vie, depuis que j'étais tout petit. Et j'ai été surpris de la fraicheur de mes souvenirs. De ma famille me sont revenues des dizaines pour ne pas dire des centaines de souvenirs, de scènes vécues en commun, jusqu'aux dialogues, parfois au mot prêt.
De même en me baladant dans ces lieux qui ont bercé mon enfance, je m'exclamais, tiens ici il y avait ceci, ici il y avait cela, çà sentait ceci ou cela, je faisais çà avec untel, etc... Je retrouvais les sensations, les odeurs, la chaleur du soleil, ou la neige dans le quel je mettais des grands coups de bottes. Je suppose que tous vous avez des souvenirs du même genre ?

Il y a quelques temps, j'ai ouvert des bouquins que j'avais lu il y a bien vingt ans. Et alors que j'aurai été incapable d'en réciter un de mémoire, au fur et à mesure de la lecture, je reconnaissais chaque phrase que j'abordais. Ce que je lisais ne m'apportait rien de nouveau, je l'avais déjà lu.

Et récemment, je me suis posé la question: c'est quoi la mémoire, comment elle fonctionne ? Les neurobiologistes disent en vrac que c'est stocké, que ce que nous vivons au quotidien est comparé à ce que nous avons en mémoire, que la lésion de telle ou telle partie du cerveau entraine une perte de mémoire... que bizarrement on peut retrouver quand on stimule d'autres zones. Je me posais la même question le WE dernier en regardant ma tante, et ses rares éclairs de lucidité, en pensant à mon oncle décédé de cette même maladie lequel entre ses absences avait toute sa tète, et je me disais que la mémoire ne disparait pas, elle n'est simplement pas toujours accessible.
Elle est là. Mais ou ? Dans nos neurones parait-il. Il parait que dans nos 1.3 kg de cerveau (1.2 Kg pour les dames...), il y a quelques milliards de neurones. ils sont regroupés en centre nerveux, certains de ces centres gérant la parole, d'autre l'ouïe, d'autres la vue ou les mouvements, d'autres encore la réflexion. Et la mémoire ? Quelque zones sont concernées, bien sur mais pour moi c'est là que çà cloche...

En tapant ce texte, bien concentré que je le suis, je regarde mon écran, les lettres que j'inscris, le clavier. Ma vision périphérique a le bureau dans son champ d'action. J'ai la musique du film "Zathura" dans les oreilles (et j'ai les images du film qui ressortent dans ma tète), quand le mistral ne gueule pas plus fort. Et tout ceci s'inscrit dans ma mémoire. Quand je vais relire ce texte ce soir avant de le poster sur Exo, je vais revivre ce moment, y compris le passage de l'emmerdeur qui vient de chercher une perforatrice ! Je vais revoir les mêmes images, réentendre les mêmes sons, et revivre le même dialogue.

Et je me demande: comment est-ce possible de stocker tout cela dans seulement quelques neurones ? Quand on voit le nombre de points élémentaires de notre vision composant les images de la vie, que notre mémoire stocke sans broncher j'en ai le vertige. Car si l'on établit une comparaison avec l'informatique, il faut une énorme capacité mémoire pour stocker une seule image.

Alors comment notre cerveau peut-il avoir en mémoire nos souvenirs, visuels, auditifs, sensoriels, le vécu de toute une vie avec seulement une fraction de ces milliards de neurones ? Imaginez: si on attribue chaque seconde de notre vie à UN neurone (faut qu'il soit capable d'enregistrer TOUTES nos sensations durant cette seconde, bonjour la performance !), vous aurez saturé un milliard de neurones en trente ans. Certains me diront que les souvenirs s'effacent, je n'y crois pas. Il y a des personnes rares, qui n'oublient rien ! L'inconvénient, c'est qu'elles n'ont pas la notion de passé. Ce qu'elles ont vécu il y a trente ans et ce qu'elles ont vécu hier, c'est du pareil au même. Le souvenir est aussi frais dans les deux cas.

On n'oublie rien. Des fois on a du mal à retrouver un souvenir, mais il suffit d'un peu de concentration pour se rappeler de tout. De tout... Et ce tout est contenu dans quelques cellules ? J'ai beau y réfléchir, çà me parait impossible...

Alors ? Alors si la mémoire n'est pas en nous c'est qu'elle est.... ailleurs ? Ou çà je n'en sais rien, mais en dehors de nous. J'imagine que ce que nous vivons est stocké et enregistré au sein de quelque chose qui nous échappe et dont nous n'avons pas conscience. Du coup, une partie de notre cerveau ne serait d'après moi qu'un serveur chargé "d'adresser" nos pensées vers notre "banque mémoire personnelle". Le mécanisme m'échappe complètement, mais le schéma théorique me plait assez.

Et les rêves dans tout çà ? Eh bien j'ai été parfois assez impressionné de découvrir que l'activité de notre cerveau durant les phases de rêve était supérieure à ce quel est en phase de réveil !!! Les rêves sont souvent d'une précision incroyable, mais pourtant, ceux là ne s'inscrivent pas dans notre mémoire, à moins de faire un vrai effort de mémorisation dans les minutes qui suivent le rêve. Pourquoi et comment ?

J'ai fait il y a deux ou trois jours un rêve de fou qui m'a secoué. J'étais en Ouzbeksitan, qu'est-ce que j'y foutais je n'en sais rien et je peux vous garantir que je n'ai jamais mis les pieds en Ouzbekistan ! Et pourtant, je pourrais vous décrire dans le détail le petit resto ou j'ai déjeuné avec des personnes que je n'ai jamais vu, puis la route que nous avons suivie, laquelle se transformait en chemin à flanc de colline, le petit pont empierré qui donnait accès à ce village pittoresque accroché à sa montagne, cette placette plantée de platane, ces vieilles maisons de pierre, cette boutique de tourneur sur bois, avec ses petits meubles, ces animaux en bois à deux teintes, cette autre place ou se déroulait la fête, ces jeux de cordes que je ne connais pas, ces filles en costume traditionnel, et cette autre boutique ou nous avons demandé ou se trouvait la maison d"el toro" (???), et dont la mine génée de la caissière est la dernière vision que j'ai eu avant de me réveiller. Et chacune de ces scènes, je les ai vécues avec un luxe de détail inimaginable. Je veux bien qu'on m'explqique que mon cerveau a imaginé tout çà, mais alors que j'ai un mal fou pour imaginer une scène en me concentrant à l'état naturel, dans le cas présent, mon cerveau aurait créé en temps réel à une cadence qui défie mon imagination une "video" haute définition, des décors, un scénario (cohérent) ? J'ai une haute opinion de mon cerveau et de ses capacités, mais tout de même ! Et tout çà, çà prend de la place en mémoire !!!

Sauf, que celle là j'ai fait l'effort de la retenir au moins partiellement. Alors pourquoi quelque chose de si intense n'est-il pas mémorisé ? Eh bien je crois que dans les phases de rêve, notre cerveau passe en mode "turbo" et accède à la banque mémoire d'autres personnes, ou d'autres choses. Mais on n'en conserve pas le souvenir parce que notre cerveau et ces "mémoires" ne sont pas si j'ose dire, sur la même longueur d'onde.
Et çà expliquerait à mon avis certains phénomènes étranges liés aux rêves, des découvertes, des éclairs de génie, des musiques toutes faites ou des impressions de "déjà vu", ou comme dans mon cas, trouver du premier coup, à l'instinct, au milieu de deux cent maisons, celle d'une tante ou je n'avais jamais mis les pieds....
Ni bombes, ni roquettes. Foutez VOUS la paix !
Avatar de l’utilisateur
DD
 
Messages: 1528
Inscription: 30 Sep 2007 22:44
Localisation: Bourg Saint Andeol, Ardèche, entre Montelimar et Orange

Retourner vers Tribune de DD

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron