Sur la route de Béjaïa

Grands moments d'un instant...

Modérateur: Guardian

Sur la route de Béjaïa

Messagepar Aphrodite » 26 Mar 2008 20:14

Tu voulais me faire bosser Coriolan, je ne fais que ça avec des arrêts pénibles (manque d'inspiration), je t'envoie là un spécimen de mon travail. Je n'ai jamais osé une telle mise à nu, si je le fais avec toi, c'est que tu as su me convaincre de me laisser pénétrer, même si ça fait mal.

Dans la rubrique "mon pays", j'ai vu que Charly a parlé du Sud. Moi je vais vous faire des petites haltes sur la côte Est que les français connaissent peu. Je suis poisson (19 mars) j'adore la mer et ce contact charnel qu'on peut avoir avec elle, la découverte par son propre corps et l'osmose qui en découle à tel point qu'on fond dans le paysage et qu'on ne forme plus qu'un, c'est merveilleux.

Elle contemple l'autoroute avec la sensation bizarre, presque écoeurante de se frayer une voie vers un destin tragique. Elle frissonne légèrement, met ses dons de prémonition en veille et contemple avec appréhension la voiture s'engouffrer dans la chaleur intense de la ville de Tizi.
A peine réveillée, celle-ci, résistante invétérée, éternelle déçue, commence à diffuser son amertume ancestrale.
Des notes de musique gracieuses que des habitants rudes écoutent sans circonspection. Elles grossissent au fur et à mesure que la déraison générale. Lorsqu'alarmées par le volume immaîtrisable , elles décident enfin de sonder le monde, à la recherche d'une audition impartiale, elles explosent contre ces montagnes somptueusement présentes, assidûment glorieuses qu'ils sont en train de longer. Que dire ? Face à l’une des multiples facettes de la beauté divine, puisée dans la grâce de l’inaccessible et l’aplomb du perpétuel ! Que faire aussi face à ces souffles bizarres qui emportent tout et consolident les aberrations ! Rien sinon détourner le regard humblement et ruminer sa propre petitesse !

Friha et la joie d’être aux portes d’Azzeffoun, à la conquête d’une ville hybride, joliment impudente, qui proclame ses amours, ses audaces, ses colères, ses doutes, entre vents et marées et écumes blanchâtres.
Du baiser furtif déposé par une marée haute, éprise d’un rivage docile, aux câlins langoureux, osés par des eaux timides malgré le dédain d’une plage, au retrait progressif de flots maussades outragés par un flegme antique, à la pénétration franche, rancunière de rochers splendides dans le ventre d’une mer, presque mère, affectant une servilité hypocrite, à l’offensive d’une mer plus mère sur des rejetons jugés trop flemmards. Et puis la grande interrogation, lequel a finalement raison de l’autre, celui qui parait ou celui qui disparaît ?
L’arrêt prévu dans cette ville est cependant bref, le temps d’avaler un morceau au goût amer. Cette amertume inscrite partout, sur les visages, les murs sales, les cités improvisées, à l’architecture décousue, les bâtisses éparpillées au gré d’un clanisme avéré. Ici même la douceur exquise des sorbets est vite altérée par les inévitables émanations nauséabondes de bétail.
Une ville au caractère inégal, à l’humeur changeante, aux multiples fractures. Une ville, engendrée dans la violence d’un accouplement atypique dont la somptuosité divine, tranche cruellement avec la disgrâce des réalisations humaines. Une ville n’ayant pas su tirer profit de ses spécificités.


Je tiens à préciser que cette description de Tizi et Azeffoun reflète l'époque des évènements de Kabylie (2001)

Petit paradis, Kazou, Beni Ksila, Taïs, Saket, Boolimat, une réconciliation avec le tout puissant, une parade de bleus à en perdre ceux de l’âme, ardent puis froid, intense puis pâle, dur puis doux, sombre puis limpide, céleste puis terreux ! Que d’humeurs ! Autant de peaux, celle du vert, du gris, du marron et quelle audace celle du noir aussi. prodigieux ce bleu, pour réussir de tels tours, il doit être forcément transparent !
Béjaïa enfin ! fraîche, pétillante, ouverte à toutes les interrogations, disposée à recueillir chaque offrande, aussi futile soit – elle, même son soupir sincère provoqué par la proximité opérante de Yemma Gouraïa.


Ici, je dois expliquer pour ceux qui ne connaissent pas la côte Est qu'à Bejaïa, il existe une petite chaîne de montagnes qui surplombe la mer. De loin, elle a l'apparence d'un dinosaure et à l'envers celle d'une femme enceinte.C'est ce qui explique que je la décris tantôt en tant qu'animal, tantôt en tant que femme.
On y trouve trois points stratégiques, splendides et très prisés par les touristes.
1er : se trouve au sommet du ventre de la femme ou du dos du dinausore, yemma gouraïa ou mère Gouraïa, la légende dit que cette femme éternellement pleine a réellement existé et les gens y viennent apportant offrandes et cherchant bénédiction. Celui qui n'est pas monté là-bas n'a pas respiré son air purifié ne connaît rien! Je n'ai pas copié la description que j'en ai faite parcequ'elle est truffée de dialogues et d'impressions personnelles des héros, ce qui complique la compréhension pour quelqu'un qui ne connait pas le thème de l'histoire.
Donc je passe directement au cap
2ème : Cap Carbone, se trouve sur le cou de la femme ou l'animal, il offre une vue paradisiaque sur Bougie et les aiguades que je décris à la fin et il pullule de singes.


Ils grimpent depuis un bon moment. Arrivés au sommet, ils sont sidérés par ce que peuvent abriter les vertèbres cervicales d’un animal préhistorique, des flancs abrupts, un suicide bleu vers un regard glauque, sous l’œil moqueur d’une armée de singes. N’est-il pas préférable de s’adosser au bassin pour commencer? une nervure y mène, il suffit de résister aux soubresauts de l’animal, agacé par un tel viol de son anatomie et puis les attaques de ses guenons à l’affût du moindre objet ! À un certain moment, Fadéla lâche quelque chose dans le vide avec maintes explications, pour les entendre, il aurait fallu voir, hors elle vient d’égarer son regard. Ils y sont enfin, les bassins ils savent tellement recevoir et autant donner, rarement expulser, surtout celui-ci(les Aiguades) une merveille, si voluptueux, ouvert à toutes les tentations! il se creuse pour mieux accueillir et offre ses extrémités à deux têtes qui auraient dû être jambes. Peu importe puisque la croupe est bien là et supporte toutes les folies d’une ville en flammes (Bougie). Ils s’y baignent et elle se contente d’y laver son regard pour mieux distinguer, en détournant la tête, la panse de la bête qu’elle aurait aimé éventrer juste pour en faire la femme que c’est.
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger

Messagepar coriolan » 27 Mar 2008 02:07

Comme je te l'ai dit, je ne suis pas bon juge littéraire d'une part et, d'autre part, je me sens devant cette littérature comme devant le "cantique des cantiques", je suis imperméable ! La culture orientale me dépasse, je suis beaucoup trop terre à terre pour l'apprécier comme il se doit... Ma culture est plus nordiste que méditerranéenne et là, dans ton texte, je reçois le souffle chaud du désert. Le désert m'effraye, il est le berceau du monothéisme alors que mes références païennes ont besoin du souffle hyperboréen. C'est une question de culture, et du fait de mon cloisonnement, en ce qui me concerne, d'inculture générale...

En revanche je peux m'attacher à la forme, mais ça manquera d'intérêt pour toi. Par exemple, dans cette phrase : Elles grossissent au fur et à mesure que la déraison générale., il manque un verbe.

Ceci étant je dois reconnaître que tu manies avec une belle aisance une vraie fougue poétique mais devant laquelle, rustre, je reste de marbre. Je te le redis, même le "cantique des cantiques" n'a pas trouvé grâce à mes yeux ! :shock:
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5905
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Sur la route de Béjaïa

Messagepar charlestone » 27 Mar 2008 11:07

Sighine a écrit:
Cap Carbone, se trouve sur le cou de la femme ou l'animal, il offre une vue paradisiaque sur Bougie et les aiguades que je décris à la fin et il pullule de singes. Ils y sont enfin, les bassins ils savent tellement recevoir et autant donner, rarement expulser, surtout celui-ci (les Aiguades) une merveille, si voluptueux, ouvert à toutes les tentations!

Belles promenades sur la route de Bejaia par les plages! Un décors extraordinaire. Par la montagne de Yakouren aussi, c'est magnifique!
Les rochers des Aiguades m'inspirent beaucoup de choses. Mais, les tentations ? je demande lesquelles ?.....
A ma connaissance, j'ai eu toujours deux tentations dans ma tête : ou faire l'amour sur les rochers des Aiguades ou se suicider.......J'en ai fait aucune!
charlestone
 

Re: Sur la route de Béjaïa

Messagepar araucaria » 27 Mar 2008 11:20

charlestone a écrit:
Sighine a écrit:
Les rochers des Aiguades m'inspirent beaucoup de choses. Mais, les tentations ? je demande lesquelles ?.....
A ma connaissance, j'ai eu toujours deux tentations dans ma tête : ou faire l'amour sur les rochers des Aiguades ou se suicider.......J'en ai fait aucune!


Excusez-moi, je ne connais pas du tout cette région, mais j'ai vu ailleurs des plages avec des rochers, des falaises...des idées suicidaires...oui, cela peut se comprendre, mais faire l'amour sur les rochers...euh, non...romantique sans doute, mais ça manque terriblement de confort ce genre d'exercice en plein air...(fragile du dos!) :roll:
Je vous offre mes deux citations préférées :
- "Une pièce sans livres est comme un corps sans âme" Cicéron
- "Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous" P. Eluard
araucaria
 
Messages: 249
Inscription: 16 Oct 2007 16:14
Localisation: Bastia

Messagepar Aphrodite » 27 Mar 2008 11:29

Coriolan a dit :

Citation

Ma culture est plus nordiste que méditerranéenne et là, dans ton texte, je reçois le souffle chaud du désert. Le désert m'effraye, il est le berceau du monothéisme alors que mes références païennes ont besoin du souffle hyperboréen. C'est une question de culture, et du fait de mon cloisonnement, en ce qui me concerne, d'inculture générale...

Le cloisonnement traduit toujours une frayeur refoulée.
Si tu es si sûr de toi pourquoi as-tu peur du souffle du désert :o pourquoi aurait-on besoin d'un souffle pour conforter ce qu'on est quand on est déjà :o Faisons un marché Coriolan, fais un tour au désert et on reparlera de l'athéïsme après.
[quote]Ceci dit, je sais que je t'ai un peu incommodé en demandant ton avis sur un passage qui décrit un endroit que tu n'as jamais vu. Pour comprendre ce que je fais de cette côte que je vénère, il faut la visiter :wink:

Coriolan a dit:


Ceci étant je dois reconnaître que tu manies avec une belle aisance une vraie fougue poétique mais devant laquelle, rustre, je reste de marbre. Je te le redis, même le "cantique des cantiques" n'a pas trouvé grâce à mes yeux ! :shock:

Ne t'en fais pas pour ça, je m'en occupe :wink:

désolée pour les crochets, si punition il y a, j'opte pour un fouet au clair de lune sur la côte Est Algérienne :lol:
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger

re sur la route de Béjaïa

Messagepar Aphrodite » 27 Mar 2008 11:43

Coriolan a dit :

Le désert m'effraye, il est le berceau du monothéisme alors que mes références païennes ont besoin du souffle hyperboréen. C'est une question de culture, et du fait de mon cloisonnement, en ce qui me concerne, d'inculture générale...

Je comprends ton appréhension si tu abordes la lecture en tant qu'athée oui, tu trouveras mon roman débile, il suinte ma foi en dieu. Mais si tu le fais en tant qu'humain, ça change tout.
Moi, lorsque je lis un athée, je le fais sans poser cette barrière que par contre toi tu opposes instantanément. Et dieu seul sait combien j'en ai lus et combien j'en ai appréciés.
Coriolan, tu poses des bornes entre le nord et le sud :shock: tu enclaves les rapports :shock: comment peut-on aller plus loin, toi et moi :cry:
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger

Re: Sur la route de Béjaïa

Messagepar livrerose » 27 Mar 2008 11:51

araucaria a écrit:
Excusez-moi, je ne connais pas du tout cette région, mais j'ai vu ailleurs des plages avec des rochers, des falaises...des idées suicidaires...oui, cela peut se comprendre, mais faire l'amour sur les rochers...euh, non...romantique sans doute, mais ça manque terriblement de confort ce genre d'exercice en plein air...(fragile du dos!)


nous sommes allés en Bretagne au bord de la mer, ..il y avait de magnifiques rochers rose (hé oui).....et bien , nous les avons honnorés de cette façon.....pas confortable,....mais combien romantique!!!!! :oops:
Dernière édition par livrerose le 27 Mar 2008 11:55, édité 1 fois.
" c'est en profondeur seulement que les distances se raccourcissent"
PAUL RICOEUR..
Avatar de l’utilisateur
livrerose
 
Messages: 1895
Inscription: 26 Sep 2007 10:15
Localisation: Belgique

Re: Sur la route de Béjaïa

Messagepar Aphrodite » 27 Mar 2008 11:53

charlestone a écrit:

Les rochers des Aiguades m'inspirent beaucoup de choses. Mais, les tentations ? je demande lesquelles ?.....
A ma connaissance, j'ai eu toujours deux tentations dans ma tête : ou faire l'amour sur les rochers des Aiguades ou se suicider.......J'en ai fait aucune!


Il y a une troisième, Charly, fondre dans le décor divin.

Bizarre, j'ai eu les mêmes envies que toi, mais pour les réaliser, il fallait être à deux. Quand est-ce que tu y vas la prochaine fois :wink: :lol:
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger

Re: Sur la route de Béjaïa

Messagepar Aphrodite » 27 Mar 2008 12:02

araucaria a écrit:

Excusez-moi, je ne connais pas du tout cette région, mais j'ai vu ailleurs des plages avec des rochers, des falaises...des idées suicidaires...oui, cela peut se comprendre, mais faire l'amour sur les rochers...euh, non...romantique sans doute, mais ça manque terriblement de confort ce genre d'exercice en plein air...(fragile du dos!) :roll:


Si tu es avec quelqu'un qui t'inspire, arau, crois-moi, tu oublies toutes les fragilités de ton corps et tu sombres dans celle du moment.
En plus, il existe des rochers, aussi plats qu'un lit, aussi discrets qu'une alcôve, on aurait dit que Dieu les a plantés spécialement pour ça :wink:
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger

Re: re sur la route de Béjaïa

Messagepar charlestone » 27 Mar 2008 12:11

Sighine a écrit:
Coriolan a écrit:Le désert m'effraye, il est le berceau du monothéisme alors que mes références païennes ont besoin du souffle hyperboréen. C'est une question de culture, et du fait de mon cloisonnement, en ce qui me concerne, d'inculture générale...

Je comprends ton appréhension si tu abordes la lecture en tant qu'athée oui, tu trouveras mon roman débile, il suinte ma foi en dieu. Mais si tu le fais en tant qu'humain, ça change tout.
Moi, lorsque je lis un athée, je le fais sans poser cette barrière que par contre toi tu opposes instantanément. Et dieu seul sait combien j'en ai lus et combien j'en ai appréciés.
Coriolan, tu poses des bornes entre le nord et le sud :shock: tu enclaves les rapports :shock: comment peut-on aller plus loin, toi et moi :cry:

Tu sais Sighine, beaucoup de gens ont une mauvaise sensation des grandes choses ( desert et autres). Cette sensation peut venir d'un sentiment religieux, d'un moule culturel....En effet, le cloisonnement de Coriolan est d'un ordre geographique! Permettez de dire que Si Coriolan part a Djanet en touriste; il sera plus contraint d'aller vers les gens pour discuter de la vie que de se mettre en haut sur la montagne du hoggar voir le coucher du soleil. Je peux citer encore beaucoup de chose.....Et, c'est normal! Alors la perception des choses est personnelle et n'a rien d'aussi monstrueux en y mettons des bornes entre le Nord et le Sud. Laissons les bornes a leurs places et ne les deplaçons pas !
Dernière édition par charlestone le 27 Mar 2008 12:38, édité 1 fois.
charlestone
 

Re: Sur la route de Béjaïa

Messagepar livrerose » 27 Mar 2008 12:12

Sighine a écrit:
Si tu es avec quelqu'un qui t'inspire, arau, crois-moi, tu oublies toutes les fragilités de ton corps et tu sombres dans celle du moment.
En plus, il existe des rochers, aussi plats qu'un lit, aussi discrets qu'une alcôve, on aurait dit que Dieu les a plantés spécialement pour ça :wink:


T'as l'air d'être bien renseignée Sighine sur ce sujet! :P ..........et tu as bien raison, ......la vie étant ce qu'elle est, ...il faut profiter de chaque moment qui nous est offert!.......les expériences et les découvertes de sensations de tous genres,.........c'est divin!
un rocher bien poli par les baisers de la mer,chauffé par le soleil d'une journée de bonheur! est une couche bien voluptueuse pour qui sait l'apprécié :wink:
" c'est en profondeur seulement que les distances se raccourcissent"
PAUL RICOEUR..
Avatar de l’utilisateur
livrerose
 
Messages: 1895
Inscription: 26 Sep 2007 10:15
Localisation: Belgique

Re: Sur la route de Béjaïa

Messagepar charlestone » 27 Mar 2008 12:24

araucaria a écrit:Excusez-moi, je ne connais pas du tout cette région, mais j'ai vu ailleurs des plages avec des rochers, des falaises...des idées suicidaires...oui, cela peut se comprendre, mais faire l'amour sur les rochers...euh, non...romantique sans doute, mais ça manque terriblement de confort ce genre d'exercice en plein air...(fragile du dos!) :roll:

Oui c'est pour ca que je dis que les rochers des Aiguades inspirent des idées romantiques (on peut mettre ce qu'on veut dans ce mot). Car, t'en a vu surement des rochers en Bretagnes qui puent le mazout et des rochers en Corse qui sentent la poudre.Et, c'est dommage car les belles cotes de Corses sont pratiquement les plus belles de Mediterrannée. Les gens n'y vont plus pour des raisons de sécurité.
Mais la region dont parle Sighine est paradisiaque ! Arau si tu es tenté par l'aventure....Y'a pas beaucoup de boutiques et de grottes d'Ali le Berbere comme en Tunisie mais le paysage y est maitre!
charlestone
 

Re: Sur la route de Béjaïa

Messagepar charlestone » 27 Mar 2008 12:30

livrerose a écrit: Un rocher bien poli par les baisers de la mer, chauffé par le soleil d'une journée de bonheur! est une couche bien voluptueuse pour qui sait l'apprécier :wink:

Tu deviens poetesse Rose!
charlestone
 

Re: Sur la route de Béjaïa

Messagepar livrerose » 27 Mar 2008 12:38

charlestone a écrit:
livrerose a écrit: Un rocher bien poli par les baisers de la mer, chauffé par le soleil d'une journée de bonheur! est une couche bien voluptueuse pour qui sait l'apprécier :wink:

Tu deviens poetesse Rose!


et oui!......cher Charlestone!
quand je laisse parler mes sens! :lol:
" c'est en profondeur seulement que les distances se raccourcissent"
PAUL RICOEUR..
Avatar de l’utilisateur
livrerose
 
Messages: 1895
Inscription: 26 Sep 2007 10:15
Localisation: Belgique

Re: Sur la route de Béjaïa

Messagepar charlestone » 27 Mar 2008 12:41

livrerose a écrit:
charlestone a écrit:
livrerose a écrit: Un rocher bien poli par les baisers de la mer, chauffé par le soleil d'une journée de bonheur! est une couche bien voluptueuse pour qui sait l'apprécier :wink:

Tu deviens poetesse Rose!


et oui!......cher Charlestone!
quand je laisse parler mes sens! :lol:

Tu sais ma reponse a Arau peut etre une reponse et suite a ta belle phrase: "Un rocher bien poli................." regarde!
charlestone
 

Re: Sur la route de Béjaïa

Messagepar livrerose » 27 Mar 2008 12:50

charlestone a écrit:Tu sais ma reponse a Arau peut etre une reponse et suite a ta belle phrase: "Un rocher bien poli................." regarde!


c'est vrai cher Lamine, .....mais sur les miens, il n'y avait pas de pétrol,...........et c'est la consommation de coquillages a volonté, qui m'ont donnés la vitalitée...............pour !!!!tu sais qu'en Bretagne, les plateaux de fruits de mer miammmmmmmmm!
Dernière édition par livrerose le 27 Mar 2008 12:55, édité 1 fois.
" c'est en profondeur seulement que les distances se raccourcissent"
PAUL RICOEUR..
Avatar de l’utilisateur
livrerose
 
Messages: 1895
Inscription: 26 Sep 2007 10:15
Localisation: Belgique

Re: re sur la route de Béjaïa

Messagepar Aphrodite » 27 Mar 2008 12:53

charlestone a écrit:

Laissons les bornes a leurs places et ne les deplaçons pas !


Je suis d'accord avec toi sur à peu près tout, Charly, mais là, non, il faut exploser les bornes justement pour que l'humanité mérite son nom.
Pourquoi Coriolan n'irait pas sur le Hoggar contempler un coucher du soleil, si ce n'est pas pour éviter d'être ébranlé dans ses convictions :?:
S'il discute avec les gens du Sud sans les comprendre, à quoi ça sert, mais s'il pose ces maudites bornes, comment pourra-t-il les comprendre :o
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger

Re: re sur la route de Béjaïa

Messagepar charlestone » 27 Mar 2008 13:03

Sighine a écrit:S'il discute avec les gens du Sud sans les comprendre, à quoi ça sert, mais s'il pose ces maudites bornes, comment pourra-t-il les comprendre :o

Sighine, quand j'ai dis que Coriolan a une perseption des voyages, je sais ce que je dis. Car, j'ai apprecié son carnet de voyage a CUBA ( que je te conseille de voir ) et sur la COTE D'IVOIRE avec en toile de fond les chansons religieuses a l'église. C'est formidable aussi ce qu'on peut ramener de ses voyages avec sa propre vision. Je cite aussi Arau, et son voyage au Maroc.
charlestone
 

Re: Sur la route de Béjaïa

Messagepar Aphrodite » 27 Mar 2008 13:20

livrerose a écrit:

T'as l'air d'être bien renseignée Sighine sur ce sujet! :P ..........et tu as bien raison, ......la vie étant ce qu'elle est, ...il faut profiter de chaque moment qui nous est offert!.......les expériences et les découvertes de sensations de tous genres,.........c'est divin!
un rocher bien poli par les baisers de la mer,chauffé par le soleil d'une journée de bonheur! est une couche bien voluptueuse pour qui sait l'apprécié :wink:


La vérité, rose, c'est que face à une réalité stérile, mon imagination s'est fertilisée et je suis tout le temps à la recherche de quelqu'un qui m'accompagne dans mes déplacements fougueux et délirants, résultat, j'y vais toujours seule :wink:
Les rochers de Béjaïa se prêtent pour toutes sortes de frasques certes, mais lorsque je m'y rends, personnellement je le fais en adoratrice, je recherche une osmose qu'une deuxième personne risque d'altérer, donc je préfère m'y rendre seule. Sauf si un jour, je tombe sur quelqu'un qui possède la même approche, ce qui m'étonne :cry:
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger

Re: re sur la route de Béjaïa

Messagepar coriolan » 27 Mar 2008 14:20

Sighine a écrit: Pourquoi Coriolan n'irait pas sur le Hoggar contempler un coucher du soleil, si ce n'est pas pour éviter d'être ébranlé dans ses convictions :?:
S'il discute avec les gens du Sud sans les comprendre, à quoi ça sert, mais s'il pose ces maudites bornes, comment pourra-t-il les comprendre :o

Mais ma bonne amie, le désert je le connais pour l'avoir appréhendé par la Tunisie : Douze, Tozeur de part et d'autre du Chott El Jérid, jusqu'à Midès, à la frontière algérienne. J'ai le compte rendu amusant d'une méharée qu'il faudrait que je recopie car j'ai perdu le fichier sur mon ordi ! Et je suis fainéant...

Je n'ai pas vu de coucher de soleil particulier (1) mais certains levers qui valaient le réveil à 5 heures du matin !

(1) feuilletant mon carnet de voyages tout en vous écrivant, je découvre des photos oubliées avec des notes... mais si, mais si, j'en ai eu un de coucher, je vous livre à défaut des photos, le texte :

" C'est à notre tour d'escalader les cieux pour aller, nous aussi, scruter l'horizon en attendant que l'astre de nos jours s'y noie. Ainsi, c'est cela que nos devanciers attendent depuis une demi-heure. Mais ne nous bousculons pas, il y aura de la place pour tout le monde...

Le soleil est à l'horizon, posé, disque délicat, sur une ligne bien droite. Leurs bords s'effleurent et puis... c'est une prise de possession lente et régulière qui ne prendra pas plus de trois minutes ! La terre aura absorbé le soleil, la fille aura mangé son père ! C'est vrai que c'est spectaculaire et beau ! Des pensées philosophiques confinant au religieux s'emparent de nous. Il faudrait être seul... Mais le soleil-Roi a toujours eu besoin de courtisans au petit lever comme au petit coucher.

Trois minutes ! N'empêche que c'était moins juste ! A peine arrivé, soufflant comme un phoque, au sommet du mont, Claudil (moi) a tout juste eu le temps d'armer sa caméra pour saisir les derniers feux d'un soleil resplendissant jusque dans sa mort. Magnifique. Il nimbe l'horizon d'une clarté rose qui vire au violet avant de tomber dans l'oubli. (tout le monde aura compris qu'il s'agit du soleil et non de Claudil...)
"

Ca y est, je n'étais plus avec vous, mais quelque part en Tunisie...
Dernière édition par coriolan le 27 Mar 2008 16:01, édité 1 fois.
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5905
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: re sur la route de Béjaïa

Messagepar Aphrodite » 27 Mar 2008 15:34

coriolan a écrit:


(1) feuilletant mon carnet de voyages tout en vous écrivant, je découvre des photos oubliées avec des notes... mais si, mais si, j'en ai eu un de coucher, je vous livre à défaut des photos, le texte :

" C'est à notre tour d'escalader les cieux pour aller, nous aussi, scruter l'horizon en attendant que l'astre de nos jours s'y noie. Ainsi, c'est cela que nos devanciers attendent depuis une demi-heure. Mais ne nous bousculons pas, il y aura de la place pour tout le monde...

Le soleil est à l'horizon, posé, disque délicat, sur une ligne bien droite. Leurs bords s'effleurent et puis... c'est une prise de possession lente et régulière qui ne prendra pas plus de trois minutes ! La terre aura absorbé le soleil, la fille aura mangé son père ! C'est vrai que c'est spectaculaire et beau ! Des pensées philosophiques confinant au religieux s'emparent de nous. Il faudrait être seul... Mais le soleil-Roi a toujours eu besoin de courtisans au petit lever comme au petit coucher.

Trois minutes ! N'empêche que c'était moins juste ! A peine arrivé, soufflant comme un phoque, au sommet du mont, Claudil (moi) a tout juste eu le temps d'armer sa caméra pour saisir les derniers feux d'un soleil resplendissant jusque dans sa mort. Magnifique. Il nimbe l'horizon d'une clarté rose qui vire au violet avant de tomber dans l'oubli. (tout le monde aura compris qu'il s'agit du soleil et non de Claudil...)
"

Ca y est, je n'étais plus avec vous, mais quelque part en Tunisie...


Je trouve ton texte magnifique.
J'ai un aveu pour toi, je n'aime pas trop le désert, cette immensité qui pousse inévitablement à réfléchir.
Il n'ya rien d'autre à faire que de s'installer, contempler et ressasser, soi, les autres et surtout Dieu.
Hors moi, je cherche l'oubli dans tout ce qui bouge, dans l'action, j'aime agir physiquement pour oublier ce qui flanche chez moi moralement.
Je suis plutôt mer que désert, rochers que sable, poisson glissant difficile à attraper que biche effarouchée :wink:
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger

Re: re sur la route de Béjaïa

Messagepar Aphrodite » 27 Mar 2008 17:21

charlestone a écrit:

Sighine, quand j'ai dis que Coriolan a une perseption des voyages, je sais ce que je dis. Car, j'ai apprecié son carnet de voyage a CUBA ( que je te conseille de voir ) et sur la COTE D'IVOIRE avec en toile de fond les chansons religieuses a l'église. C'est formidable aussi ce qu'on peut ramener de ses voyages avec sa propre vision. Je cite aussi Arau, et son voyage au Maroc.


Dis donc Charly, j'ai fait ce que tu m'as dit. Que penses-tu de faire découvrir l'Algérie à Coriolan, la vraie, on sera ses guides. Entre ma fougue naturelle et ton objectivité surnaturelle, je pense qu'il pourra rendre un carnet de voyage assez neutre qui effacera tous les préjugés qui pèsent sur nous et les partis pris qui nous paralysent :lol: :wink:
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger

Re: re sur la route de Béjaïa

Messagepar charlestone » 27 Mar 2008 20:12

Sighine a écrit:Quand penses-tu de faire découvrir l'Algérie à Coriolan, la vraie, on sera ses guides. Entre ma fougue naturelle et ton objectivité surnaturelle, je pense qu'il pourra rendre un carnet de voyage assez neutre ..........

Ca sera avec plaisir! Moi, je serais 100% partant. Le choix de la date est laissé a l"initiative de Coriolan et des Exodien(nne)s. Organiser une expedition de tous c'est un reve a entreprendre!
charlestone
 

Re: re sur la route de Béjaïa

Messagepar Aphrodite » 27 Mar 2008 21:07

charlestone a écrit:

Ca sera avec plaisir! Moi, je serais 100% partant. Le choix de la date est laissé a l"initiative de Coriolan et des Exodien(nne)s. Organiser une expedition de tous c'est un reve a entreprendre!


Charly, tu es magnifique!!!!!!!!!!!
Au fait, je voulais te demander pour confirmation, que disent les gens de Sétif de ceux de Bordj :?:
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger

Re: re sur la route de Béjaïa

Messagepar charlestone » 27 Mar 2008 21:17

Sighine a écrit:Au fait, je voulais te demander pour confirmation, que disent les gens de Sétif de ceux de Bordj :?:

Sur quel sujet ?
charlestone
 

Re: re sur la route de Béjaïa

Messagepar Aphrodite » 27 Mar 2008 21:48

charlestone a écrit:
Sur quel sujet ?


Je me suis mal exprimée, Charly, dsl :oops: Je voulais dire, que pensent les sétifiens des gens de Bordj :?:
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger

Re: re sur la route de Béjaïa

Messagepar charlestone » 28 Mar 2008 00:46

Sighine a écrit:Je me suis mal exprimée, Charly, dsl :oops: Je voulais dire, que pensent les sétifiens des gens de Bordj :?:

Que du bien ? Nous sommes des voisins eternels et personne ne laissera la place a l'autre.
charlestone
 

Re: re sur la route de Béjaïa

Messagepar Aphrodite » 28 Mar 2008 01:11

charlestone a écrit:
Que du bien ? Nous sommes des voisins eternels et personne ne laissera la place a l'autre.

Je t'ai posé la question parceque Je suis algéroise de souche, née à La-casbah mais je suis originaire de là-bas. Je n'ai pas compris la fin de ton commentaire, je le trouve d'une froideur :shock: :o
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger

Le choc des cultures?

Messagepar charlestone » 30 Mar 2008 16:29

coriolan a écrit:Comme je te l'ai dit, je ne suis pas bon juge littéraire d'une part et, d'autre part, je me sens devant cette littérature comme devant le "cantique des cantiques", je suis imperméable ! La culture orientale me dépasse, je suis beaucoup trop terre à terre pour l'apprécier comme il se doit... Ma culture est plus nordiste que méditerranéenne et là, dans ton texte, je reçois le souffle chaud du désert. Le désert m'effraye, il est le berceau du monothéisme alors que mes références païennes ont besoin du souffle hyperboréen. C'est une question de culture, et du fait de mon cloisonnement, en ce qui me concerne, d'inculture générale...
Ceci étant je dois reconnaître que tu manies avec une belle aisance une vraie fougue poétique mais devant laquelle, rustre, je reste de marbre. Je te le redis, même le "cantique des cantiques" n'a pas trouvé grâce à mes yeux !

Quand chacun de nous, ne prend pas la peine d'écouter et de comprendre son vis a vis, on arrive à des situations de la sorte. En effet, je voudrais comme même dire que Coriolan aurait dû être plus cool lorsque Seghine avait écris son récit de voyage. Sa réponse au document n'a pas été élégante. Mais quand j'analyse le texte, je constate que des choses ont été dites avant l'émission du texte, ce qui a mon sens nous échappe!
Coriolan était le 1er à réagir au texte et nous les 1er a le lire:alors pourquoi dit-il "Comme je te l'ai dit"...Si un dialogue est entamé en dehors du forum, nous n'avons pas besoin de la suite de votre histoire sur le forum (mon impression du moins)!
Coriolan, je ne te crois pas quand tu dis que " La culture orientale me dépasse"...."Je te le redis, même le "cantique des cantiques" n'a pas trouvé grâce à mes yeux..."Le désert m'effraye, il est le berceau du monothéisme alors que mes références païennes ont besoin du souffle hyperboréen". Tu sais pourquoi? Tu administres un forum sensé abriter diverses personnes de diverses cultures et ce n'est pas a toi que je dirais que les divers pays du monde actuellement parle du rapprochement et des rencontres des cultures et toi avec ton semblant cloisonnement et d'inculture général tu fais l'inverse ?! Etonnant mon cher Coriolan!!!
Je te lis beaucoup et je reste septique quant a tes declarations.
Tu aurait dû mettre un sujet sur les cultures ( choc des cultures, rencontre des cultures, etc....) cela aurait été mieux!
charlestone
 

Re: Le choc des cultures?

Messagepar coriolan » 30 Mar 2008 18:51

charlestone a écrit: (...) ce n'est pas a toi que je dirais que les divers pays du monde actuellement parle du rapprochement et des rencontres des cultures

Charly, ce sont les gouvernements des pays et non les pays qui parlent de rapprochement culturel et tu sais pourquoi ? Par nécessité économique ! C'est très mercantile !

Les peuples souhaitent beaucoup moins ces rapprochements que leurs gouvernants. C'est pourquoi les dits gouvernants sont obligés de rappeler fréquemment que "C'est la diversité qui fait notre richesse".

Personnellement, j'en suis beaucoup moins sûr ! Et je ne veux pas forcément cette richesse-là en ce qui me concerne !

...et toi avec ton semblant cloisonnement et d'inculture général tu fais l'inverse ?! Etonnant mon cher Coriolan!!! Tu aurait dû mettre un sujet sur les cultures ( choc des cultures, rencontre des cultures, etc....) cela aurait été mieux!


Mais Charly, la rencontre des cultures aboutira à mon avis à un choc des cultures ! Quand je veux connaître une autre culture, je prends la peine de me déplacer pour aller à elle. Si on me l'impose, ou si elle s'impose à moi, je la refuse ! Je ne vais pas, moi, enrichir les autres de mes différences malgré eux ! Saisis-tu toute la différence ? On a fait ça dans le temps, ça s'appelait la colonisation.

Maintenant quant à écrire que je mets des frontières entre le Nord et le Sud, c'est un faux ! Pas plus entre le Nord et le Sud, qu'entre l'Est et l'Ouest. Ne me fais pas dire ce que je ne dis pas Charly, c'est me faire un procès d'intentions.
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5905
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Suivante

Retourner vers Petit coin d'aventures à partager

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron