Souvenirs, passé et présent

Grands moments d'un instant...

Modérateur: Guardian

Souvenirs, passé et présent

Messagepar JEL » 09 Avr 2009 13:26

Quand j'étais gamin, et aussi un peu plus grand, le meilleur moment de l'année, la plus belle fête, c'était Noël. L'avent avait ce côté léger; les chants étaient beaux, d'autant plus que l'orgue mettait la pédale douce; et lors des répétitions, nous ressortions ces chants populaires si joyeux en anticipant la fête.
J'aimais le marathon autour de Noël : la décoration de la maison (peu avant, voire le jour J), les préparatifs de la veillée, l'attente fébrile avant la messe de la nuit, le départ enfin pour cette belle messe festive, les succulentes truffes qu'une choriste préparait chaque année, le retour à la maison qu'on éclairait à la bougie pour découvrir le sapin et ses présents, les clémentines dans les chaussures, le chocolat chaud et les brioches... Et on remettait ça dès le lendemain matin, avec la messe du jour, belle aussi et un peu irréelle après la nuit veillée. Un bref retour à la maison pour prendre quelques affaires et repartir pour Lux, espérant qu'il reste un peu de gâteau à notre arrivée trois heures plus tard.

Je ne comprenais vraiment pas pourquoi on nous disait que Pâques était la plus grande fête de l'Eglise. Après tout, il fallait bien que le Messie soit né pour pouvoir ressusciter, non ? Et puis, le répertoire populaire pour Pâques est très restreint, le carême est plutôt austère (même s'il est beau aussi), et je n'ai jamais aimé aller au Cendres, à la messe chrismale et tutti quanti. Pâques, c'était sympa, c'était printanier, c'était de bons chocolats et de super repas familiaux à la maison après un long carême, mais ce n'était quand même pas pareil.

Et puis j'ai grandi; la chorale a fait long feu mais s'est éteinte. Pâques est devenue fade, Noël carrément absurde au point de me donner la nausée.

Image

J'ai retrouvé quelqu'intérêt dans la fête de Pâques en 1999, lorsque je suis allé à la veillée pascale à Notre-Dame de Paris. Ce fut une expérience saisissante que le spectacle de cette cathédrale plongée dans le noir intégral, le silence (rarissime!) pendant le long office, l'impression d'une volée de pigeon quand les fidèles retournent leurs feuilles pendant les lectures, l'entrée de la lumière vue depuis la tribune d'orgue dans ce grand vaisseau... J'avais fait pareil à La Madeleine un an ou deux auparavant; la musique y était meilleure (désolé Olivier), mais il y avait quelque chose de spécial dans la vieille cathédrale.
Quoi qu'il en soit, plus rien n'était à la hauteur de ce que j'avais connu pendant mon enfance. Ce n'est pas une cathédrale ni même un Olivier Latry qui à eux seuls peuvent donner ce que l'amour d'une belle liturgie au service de Dieu donne à une assemblée.

À cette époque-là, en 1999, je fréquentais le Choeur Grégorien de Paris. La vie étant ce qu'elle est, je ne me suis décidé à accompagner le CGP à Fontfroide qu'en 2007. Avant cela, je n'étais guère emballé de passer une semaine à me peler sans tellement de distraction. Quoi qu'il en soit, en 2007 nous partions avec femme et enfants (2) pour Montpellier passer un week-end prolongé des Rameaux chez des amis, et finalement rejoindre le mardi soir nos amis du CGP à l'abbaye de Fontfroide, près de Narbonne. Bonne nouvelle : les dortoirs sont remplacés par des chambres propres et chauffées, détail non négligeable en cette année où Pâques tombe particulièrement tôt.
Les enfants nous ont empêché de pousser le concept jusqu'au bout, mais bonens malens j'ai pu chanter les offices de la semaine sainte. Je savais pour les avoir étudiés que les chants des messes étaient particulièrement beaux (probablement les plus beaux de l'année). Mais je me suis rendu compte qu'ils étaient accessoires : je découvrais que le principal, c'était de vivre dans une abbaye exceptionnelle, à peine dérangé par les touristes (l'abbaye de Fontfroide est désaffectée probablement depuis la révolution), au rythme des heures, sans portable, sans TV, sans internet, entre amis. Il me fallut peu de temps pour tomber amoureux de cet office de matines, chanté avant l'aube, enchaîné avec les laudes au moment où le soleil se lève - malgré le froid saisissant du petit matin de mars. Et les vêpres, à la suite desquelles j'avais le bonheur d'aller dans la salle capitulaire chauffée du soleil de la journée et qui en recevait les derniers rayons. Et les complies, cet office tout simple qui marque la fin d'une journée bien remplie.

Image

Je parlais des chants de la messe tout à l'heure. Biensûr, ce sont les plus élaborés. Mais j'ai reçu une véritable claque avec les matines du triduum pascal et du Vendredi Saint en particulier (sauf erreur). J'aurais dû m'en douter, puisque ces sont ces offices qui ont donné les fameuses Leçons de Ténèbres, monuments de musique par excellence en leur temps. J'aurais bien du mal à les décrire. Je ne sais pas comment, accablé par le sommeil, saisi par le froid de la nuit, on peut être autant transporté par une simple lecture (chantée) encadrée du balancement presque hypnotisant de psaumes et de répons. Mais pas n'importe quelle lecture : les lamentations de Jérémie. Et plus on se rapproche du jour de Pâques, plus la tension grandit vers le drame qui transforma le monde il y a 2000 ans, plus cet office devient... magique ?
Après la veillée pascale (et le spectacle renversant de l'abbaye éclairée uniquement à la bougie), le jour de Pâques en deviendrait presque accessoire. La semaine sainte est vraiment le point culminant de l'année pour les chrétiens. Il m'a fallu plus de 28 ans pour le découvrir. Mais quelle découverte !

Image

J'en suis revenu exténué, mais heureux. Abasourdi par la beauté que j'avais vécu, beauté du lieu, du temps, et de ce que l'acte liturgique créait. Emerveillé, aussi, de voir qu'en nos temps bien mornes, il était encore possible de vivre quelque chose de semblable; de voir que je n'étais pas le seul, moi avec ma culture catholique bon ton, mais aussi ceux qui avaient eu une éducation plus ferme, et les protestants et les orthodoxes et les athées "nanaralafout'" (pour reprendre Claude): tous, absolument tous avaient été marqués par cette expérience qui faisait exploser le cadre de la piété convenue comme du dogme imposé. Cette semaine était celle de la célébration d'un drame immense autant qu'intense, au-delà de tout le reste. Et ceux qui ont le moins goûté leur plaisir étaient étonnamment ceux qui semblaient avoir eu l'éducation qui convenait.

J'ai bien entendu une pensée pour mes amis du CGP qui sont à Fontfroide et à la famille d'Andoque qui les reçoit dans leur abbaye. J'espère les retrouver prochainement, dès que cette connerie de calendrier républicain me le permettra.
Et je conclus en vous souhaitant à tous, croyants ou non, surtout "ou non" en fait, une excellente fin de semaine.

JEL
La vie est une partie de Go dont les règles ont été inutilement compliquées. (Proverbe chinois)
Avatar de l’utilisateur
JEL
 
Messages: 353
Inscription: 18 Oct 2008 00:37
Localisation: Béthisy-Saint-Martin (ca. Compiègne)

Souvenirs passés

Messagepar coriolan » 10 Avr 2009 00:00

Que de nostalgie ! On traîne tous quelque chose comme ça... C'est vrai, Noël, pour les gamins, c'était magique ! Ouais, même pour les mécréants de mon espèce, j'ai un souvenir attendri de certaines messes de minuit, de la crêche dans l'église, du retour à la maison où bien souvent nous n'avions pour tout cadeau que des oranges ! Il faut dire que chez nous, en Lorraine, la vraie fête des enfants, c'était (et c'est encore !) la saint Nicolas. Et je t'assure que lorsque saint Nicolas,en personne, venait chez toi avec son compère, le Père Fouettard, parfois la fête se terminait dans les larmes parce que, à l'époque, ce jour-là on réglait des comptes ! L'enfant-roi, je t'en fiche... Enfin, c'était le bon temps !

Merci pour cette belle évocation, Jel.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5894
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Souvenirs, passé et présent

Messagepar DD » 10 Avr 2009 22:55

Jolie évocation Jel.
Mais... n'est-ce pas surtout cet instant de calme et de sérénité, servi par la musique qui t'as marqué en réalité ?

On est tous pareil.... :)
Ni bombes, ni roquettes. Foutez VOUS la paix !
Avatar de l’utilisateur
DD
 
Messages: 1528
Inscription: 30 Sep 2007 22:44
Localisation: Bourg Saint Andeol, Ardèche, entre Montelimar et Orange

Re: Souvenirs, passé et présent

Messagepar JEL » 17 Avr 2009 12:29

C'est plus que l'instant ; c'est le temps dans sa durée, son rythme.
En tout cas, ce qui est clair, c'est que j'y étais allé pour la musique (et aussi le cadre exceptionnel), et que j'y ai (re)trouvé non pas la musique mais ce qu'elle sert véritablement.
La vie est une partie de Go dont les règles ont été inutilement compliquées. (Proverbe chinois)
Avatar de l’utilisateur
JEL
 
Messages: 353
Inscription: 18 Oct 2008 00:37
Localisation: Béthisy-Saint-Martin (ca. Compiègne)

Re: Souvenirs, passé et présent

Messagepar Aphrodite » 18 Nov 2009 11:51

JEL a écrit:C'est plus que l'instant ; c'est le temps dans sa durée, son rythme.
En tout cas, ce qui est clair, c'est que j'y étais allé pour la musique (et aussi le cadre exceptionnel), et que j'y ai (re)trouvé non pas la musique mais ce qu'elle sert véritablement.

JOLI!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Tes profondeurs me manquent :!: :( :cry:
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger


Retourner vers Petit coin d'aventures à partager

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron