PHILOSOPHIE

Nos grands maîtres.

Modérateur: Guardian

Messagepar coriolan » 03 Juil 2008 20:22

Nelly a écrit:parce que tu n'aurais pas su lui répondre gentiment.

Procès d'intentions !

coriolan a écrit:Mais c'est primaire ! Envier les autres alors qu'on pourrait l'obtenir en travaillant est aberrant et je condamne

C'est bien ce que je dis, tu ne lis pas jusqu'au bout ! Tant pis !
Quant à 'primaire' tu vas faire rire Renal !
L'espoir de l'Océan naît au cœur de la Source.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5816
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Messagepar renal » 04 Juil 2008 22:36

Ceci je pense n'est pas une histoire vraie, c'est tout simplement une belle histoire avec une morale à la fin que chacun prend comme il sent.

DE JORGE BUCAY

LES ENFANTS ETAIENT SEULS

Leur mère était partie de bon matin et elle les avait confiés à la garde de Marina, une Jeune fille de dix-huit ans qu'elle engageait parfois quelques heures pour les garder, en échange de menus gages.
Depuis la mort du père, les temps étaient devenus trop durs pour risquer de perdre son travail chaque fois que la grand-mère tombait malade ou s'absentait de la ville.
Lorsque le petit ami de la jeune fille appela Marina pour l'inviter à faire une promenade dans sa voiture toute neuve, elle n'hésita pas longtemps. Après tout, les enfants dormaient, comme tous les après-midi, et ils ne se réveilleraient pas avant cinq heures.
Dès qu'elle entendit le Klaxon, elle attrapa son sac et décrocha le téléphone. Elle prit la précaution de fermer la porte de la chambre et mit la clé dans sa poche. Elle ne voulait pas prendre le risque que
Pancho se réveille et descende l'escalier à sa recherche : il n'avait que six ans et, dans un moment d'inattention, il pourrait tomber et se blesser. De plus, pensa-t-elle, si cela arrivait, comment expliquerait-elle à sa mère que l'enfant ne l'ait pas trouvée ?
Ce fut peut-être un court-circuit dans le téléviseur allumé ou dans une lampe du salon, ou alors une étincelle dans la cheminée; toujours est-il que lorsque les rideaux commencèrent à brûler, le feu atteignit rapidement l'escalier de bois qui conduisait aux chambres.
La toux du bébé, causée par la fumée qui s'infiltrait sous la porte, le réveilla. Sans réfléchir, Poncho sauta du lit et se débattit avec la poignée pour ouvrir la porte, mais il n'y parvint pas.
De toute façon, s'il y était arrivé, lui et son petit frère de quelques mois auraient été dévorés en quelques minutes par les flammes.
Poncho cria, appelant Marina, mais personne ne répondit à ses appels au secours. Aussi courut-il vers le téléphone qui était dans la chambre (il savait comment composer le numéro de sa mère), mais la ligne était coupée.
Poncho comprit qu'il devait sortir son petit frère de là. Il essaya d'ouvrir la fenêtre qui donnait sur la corniche, mais il était impossible à ses petites mains de dégager le loquet de sécurité et, même s'il y était arrivé, il lui aurait encore fallu détacher le grillage que ses parents avaient installé en guise de protection.
Lorsque les pompiers finirent d'éteindre l'incendie, le sujet de conversation de tous était le même : Comment cet enfant si jeune avait-il pu briser la vitre, puis faire sauter le grillage avec le portemanteau ?
Comment avait-il pu porter le bébé dans un sac à dos ?
Comment avait-il pu marcher sur la corniche avec un tel poids et se laisser glisser le long de l'arbre? Comment avait-il pu sauver sa vie et celle de son frère?
Le vieux capitaine des pompiers, homme sage et respecté, leur donna la réponse : « Poncho était seul... Il n'y avait personne pour lui dire qu'il n'y arriverait jamais. »
renal
 

Messagepar Aphrodite » 04 Juil 2008 23:02

J'adore ton histoire, Nicole et je suis d'accord.
Les autres ne sont là que pour nous freiner :cry:
Si l'on s'amusait juste à comptabiliser le nombre de perspectives non réalisées à cause de la tiédeur des autres, on serait sidéré :!:
Cet enfant a juste suivi son instinct qui ne l'a pas trompé.
Il faut toujours suivre son instinct.
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger

Messagepar Aphrodite » 04 Juil 2008 23:06

J'adore ton histoire, Nicole et je suis d'accord.
Les autres ne sont là que pour nous freiner :cry:
Si l'on s'amusait juste à comptabiliser le nombre de perspectives non réalisées à cause de la tiédeur des autres, on serait sidéré :!:
Cet enfant a juste suivi son instinct qui ne l'a pas trompé.
Il faut toujours suivre son instinct. :wink:
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger

Messagepar renal » 04 Juil 2008 23:54

en voiçi une autre Sighine, belle auusi !!!

Le conte du petit loup qui volait
tout ce dont il n'avait pas besoin


Je ne sais si vous le savez déjà , mais je dois , à propos des loups , vous communiquer deux choses importantes :

- Les loups sont très fidèles ; quand un loup choisit de vivre avec une louve , ils ne se quittent jamais .

- Les loups , qui sont des êtres libres , ne volent jamais .

Cela dit , je vais vous parler de ce petit loup que nous appellerons Mienda , c'est un nom de loup qui veut dire le courageux. Mienda , donc , vivait des choses difficiles dans sa vie d'enfant loup. D'abord son père et sa mère , après avoir vécu ensemble , fait une louvette , sa soeur , puis lui , s'étaient séparés . Oui , c'est très rare , cela arrive parfois quand un loup et une louve découvrent que vraiment ils ne peuvent plus rien partager , que trop de choses les séparent . Bref , qu'ils ne s'entendent plus :

- Si l'un veut que le terrain de chasse soit ici , et que l'autre le veut là bas .

- Si l'un invite toujours des amis à la maison , je veux dire à la tanière , et que l'autre a besoin au contraire d'intimité .

- Si l'un regarde toujours la télévision , alors que l'autre voudrait faire des choses avec le premier , comme écouter de la musique , lire l'un près de l'autre ou se parler dans le langage des loups .


Dans ce couple de loups , la louve voulait voyager , découvrir des pays , et le loup ne voulait pas .

Comme vous le voyez , ces deux là , les parents-loups de Mienda , avaient eu beaucoup de mal à garder une relation vivante , à pouvoir rester ensemble sans se disputer . Ils étaient donc séparés .

Le petit loup et la louvette étaient restés chez la maman louve . Bien sûr , le papa loup apportait , chaque fois qu'il le pouvait , un daim , un renne ou d'autres animaux qu'il avait capturés . Il aidait autant qu'il lui était possible son ancienne famille . Et même si Mienda ne le savait pas , il les protégeait de loin . Il veillait à ce que rien ne leur arrive . Les autres loups n'auraient jamais fait de mal à la maman de Mienda .

Mais , depuis le dernier printemps , la situation avait beaucoup changé . Le papa de Mienda s'était remarié avec une autre louve . Depuis , Mienda s'était mis à voler , à chaparder dans les tanières des autres loups du voisinage . Ce qui est exceptionnel , je vous l'ai dit , car les loups ne volent pas .


Oui , le petit loup Mienda , dans sa tête de loup , espérait ( mais jamais il ne l'aurait avoué ) qu'ainsi il ferait revenir son papa et sa maman ensemble . C'est courageux pour un petit loup de faire ça ! Car en volant il risquait de se faire rejeter par les autres loups , il risquait même de se faire enfermer .
Quand on sait ce que représente la liberté pour un loup , se faire enfermer !

Oui , Mienda prenait ce risque , tellement il croyait pouvoir à lui tout seul faire revenir son père auprès de sa mère . Je vous ai dit que Mienda veut dire " le courageux " dans le langage des loups .

Je dois vous dire aussi le plus secret de cette histoire .

Tout au fond de lui , Mienda avait une autre peur . Si papa s'était remarié , alors maman pouvait aussi le faire . Et ça , voyez-vous , Mienda imaginait qu'il ne pourrait le supporter . Un autre loup à la maison , à la tanière de Maman : jamais !

Ce que Mienda va faire , je ne le sais pas ! Continuer à voler , ou accepter de grandir et de devenir un vrai loup à son tour ?

Oui , je vous le dis , c'est difficile pour Mienda. Il vit une situation trop douloureuse , il se débat dans plusieurs situations en même temps .

Je crois que Mienda va parler à son père des peurs et des colères qu'il a en lui. Je crois que son papa peut l'entendre sans faire à son tour une colère de loup . Car de parler ensemble chez les loups , cela enlève beaucoup de peurs et de souffrance . Cela apaise beaucoup de malentendus .


Extrait du livre de J.Salomé: "Contes à guérir, contes à grandir"
renal
 

Messagepar Aphrodite » 05 Juil 2008 00:06

Splendide, le conte!
En fait, les loups ne diffèrent guère des humains :o
Ceci me rappelle un copain à mon fils, très sage, auparavant et qui s'est mis subitement à faire des bêtises graves pour que son père, séparé de sa mère et parti bosser en Arabie Séoudite revienne. Il est aussi très jaloux de sa mère et pique une crise dès qu'il la soupçonne d'être en relation avec quelqu'un :cry:
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger

Précédente

Retourner vers Littérature

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron