Faut-il redorer le blason de Stephen Hecquet ?

Nos grands maîtres.

Modérateur: Guardian

Faut-il redorer le blason de Stephen Hecquet ?

Messagepar coriolan » 11 Sep 2010 21:09

Faut-il redorer le blason de Stephen Hecquet ?
Mais... qui était Sephen Hecquet ?

Google nous propose les site ‘Dicocitations’, ‘Mots d’Auteurs’ et ‘Evène’ pour découvrir Stephen Hecquet. Aucune de ces trois références n’a écrit de biographie sur le personnage (Evene l’avoue et demande des informations pour entreprendre ce travail, véritable devoir de mémoire…). Pour toute précision sur Stephen Hecquet on relève chez l’un et chez l’autre des sites en question, trois citations en tout et pour tout alors qu’en ouvrant, au hasard, son livre Les Guimbardes de Bordeaux par exemple, c'est comme s'il en pleuvait !

Wikipédia, c’est simple, il ne connaît pas ! Vous demandez ‘Stephen Hecquet’, il vous répond : essayez avec l’orthographe : ‘Stephen Hewlett’, laquelle nous renvoie à ‘Stephen Heller’, pianiste hongrois de la période romantique !

A l’instar d’Alphonse de Chateaubriant toujours boudé par Larousse, Hecquet qui fut la gloire de son temps par son éloquence et la qualité de son style littéraire, Hecquet est rejeté, condamné à l’oubli, mort deux fois pour avoir fait un mauvais choix. « Il n’est pas difficile de faire son devoir, il n’est difficile que de la connaître ». (Ph. Pétain)

Après l’avoir découvert ( Hecquet et non son devoir…) – et je conseille à tous nos amis de se procurer sans tarder « Tel était Stephen Hecquet » aux Editions de La Table Ronde, le moins que nous pourrons faire sera de tenter de ranimer son souffle porteur de son esprit et le faire connaître au grand public en dépit des censeurs de notre temps.

Voilà ce qu’il reste de l’homme et ce qui a été décidé d'être conservé pour la postérité ! ce qui représenterait le mieux Stephen Hecquet : 3 citations !
« L'homme de qualité se détourne de la femme comme le gastronome répugne aux viandes molles. »
« Toute femme a dans son coeur un bourreau qui sommeille. »
« La justice, cette forme endimanchée de la vengeance. »

**********************************************************************************************

Bien que nous n’en ayons jamais parlé ouvertement ensemble, Dombom qui m’avait sans doute deviné vient de m’offrir deux livres, en deux envois différents. Le premier, les ‘Guimbardes de Bordeaux’ du dénommé Stephen Hecquet, nous raconte ce qu’il a vécu entre Bordeaux 1940 et Paris 1944 où, nous dit-il, : « il ne s’est rien passé. Ou plutôt si : une France neuve, lucide, entreprenante est née, a vécu, est morte sous le poids de l’indifférence de quarante-deux millions de Français, incapables de concevoir l’avenir de leur pays sous d’autres traits que ceux d’hier ».

Stephen Hecquet avait 21 ans en 1940, j’en avais 8. Bien entendu je n’ai jamais eu sa lucidité du moment face aux événements qui nous frappaient, lui en France libre, moi en France occupée, mais très intuitivement jamais je n’ai eu confiance en ce colonel étoilé et toujours je me suis souvenu de mon engagement envers le Maréchal : l’armistice était signé, la guerre était suspendue ; les belligérants étaient redevenus des ‘pacigérants’ (1) en quête d’un compromis comme il se doit avant les hostilités. De nouvelles hostilités sur un schéma déjà tout tracé…

L’orgueilleux colonel divisa la France occupée en deux : ceux qui croyaient au ciel, ceux qui n’y croyaient pas et il en advint ce que nous savons.

Bref, ceci qui est au cœur du jeune Hecquet et qui le marquera à vie pourrait faire l’objet d’un débat sur ce forum, débat dont les suintements que je subodore par l’intermédiaire de nos visiteurs anonymes : Google, Wikipédia, par exemple, pourraient avoir d’autres rebondissements.

Après avoir dévoré le premier livre, je reçus le second non sans une certaine angoisse quand je découvris que son titre était « Tel était Stephen Hecquet ». J’eus peur qu’il ne me démolisse mon récent héros ! Il n’en fut rien, bien au contraire, ce livre rédigé par son frère Max, son camarade de promotion, Maître Wagner, le romancier Roger Nimier, le pamphlétaire Roland Laudenbach et autres romanciers et avocats amis, se termine sous la plume du bâtonnier Paul Arrighi, dans un éloge qui sera reproduit dans la Gazette du Palais, me conforta dans mon choix d’aujourd’hui à l’image de mon choix d’hier.

Il avait 12 ans de plus que moi, maintenant j’ai le double de son dernier âge mais nous sommes unis dans une même pensée. J’attends l’avis de mes amis d’aujourd’hui…

(1) Voir Lexicaduc !
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5844
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Faut-il redorer le blason de Stephen Hecquet ?

Messagepar coriolan » 12 Sep 2010 13:41

Pour venir en aide à EVENE (1)
... sommairement, mais afin de lui permettre de démarrer la biographie qu'elle semble souhaiter.

Stephen Hecquet est né à Valenciennes le 27 juillet 1919 et il y est mort le 5 mai 1960. Il avait 21 ans en 1940 et il a fait un choix que l'avenir a condamné mais, comme il le résume dans les Guimbardes de Bordeaux - (Ed. La Table Ronde) (citation abrégée) : " Quand le coeur a dicté sa conduite, pas d'erreur possible ; on peut alors être démenti par les résultats, on est certain, vous m'entendez, certain de ne pas s'être trompé soi-même."

Il s'implique dans les Chantiers de Jeunesse tant pour oublier la déchéance nationale que pour préparer, selon lui, le terreau d'où naîtront les vraies valeurs du lendemain. Bien entendu, il sera déçu... Puis il va servir sous une autre approche en tant que chef adjoint du cabinet du Préfet de Versailles. Il y restera jusqu'à la libération où devenu étranger au milieu des siens , il reprendra ses études avant de s'inscrire au Barreau de Paris.

Il faut qu'il se dépêche Stephen, il sait depuis l'âge de 24 ans qu'étant atteint d'une malformation cardiaque sa vie sera courte. Alors il va se donner à fond sur toutes les facettes de son être où brille son talent : avocat, journaliste et écrivain, pamphlétaire. Il se donne à fond et surprend, étonne, dérange mais fascine ! C'est un maître aux deux sens du terme : à la barre et sous la plume !

Une seule faille, un caprice de gamin l'habite, et c'est son ami Roger Nimier qui le résumera dans le livre rédigé à sa mémoire "Tel était Stephen Hecquet" - (Ed. La Table Ronde) : " Une lumière, un souvenir le hantait : la gloire de l'écrivain, la plus haute à ses yeux. Traverser les siècles à grands mots, être entendu quelque temps plus tard, cet enfantillage le brûlait". Aujourd'hui cet enfantillage blesse et meurtrit quand on voit comment la postérité jugulée par les détenteurs de la pensée unique refuse de reconnaître le talent d'un homme au motif qu'hier il n'a pas bêlé au tempo du troupeau...

Oui ! Il faut redorer le blason de Stephen Hecquet !


(1) mais que ça ne dispense pas Wikipédia et Google d'en prendre de la graine.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5844
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Faut-il redorer le blason de Stephen Hecquet ?

Messagepar coriolan » 15 Sep 2010 12:37

Ca y est, j'ai réussi à glisser un petit article sur Stephen Hecquet chez Wikipédia, ça n'a pas été sans mal : l'article a été refusé quatre fois au motif qu'il n'était pas conforme à l'esprit de Wiki et qu'il s'agissait peut-être d'un canular ! Un canular ! Alors que je donnais les références des bouquins et de l'éditeur ! Bref, le mal est réparé et, c'est sûr, Google suivra. Quant à Evene, qu'ils se débrouillent ! A la rigueur, qu'ils copient ; il n'y a pas de droits d'auteur ! Dommage d'ailleurs !
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5844
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Faut-il redorer le blason de Stephen Hecquet ?

Messagepar dombom » 15 Sep 2010 19:34

« Ce qui est beau d’un homme : c’est ce qu’il a raté ! » (Stephen Hecquet, 1919-1960, avocat et écrivain français).
dombom
 
Messages: 707
Inscription: 25 Sep 2007 09:51
Localisation: Le grand nord

Re: Faut-il redorer le blason de Stephen Hecquet ?

Messagepar coriolan » 16 Sep 2010 10:38

dombom a écrit:« Ce qui est beau d’un homme : c’est ce qu’il a raté ! » (Stephen Hecquet, 1919-1960, avocat et écrivain français).

Je sais bien que c'est un amoureux du paradoxe mais là, tout de même... je ne suis pas tout à fait d'accord avec lui ! Disons que l'échec est plus instructif que la victoire mais, même pour le plaisir d'un bon mot, ne faisons pas l'éloge de ce qui est raté !
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5844
Inscription: 24 Sep 2007 20:25


Retourner vers Littérature

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité