REVISIONNISME POETIQUE

Nos grands maîtres.

Modérateur: Guardian

REVISIONNISME POETIQUE

Messagepar coriolan » 28 Jan 2019 19:45

Histoire de rire un peu avant d'en finir...

Par hasard, mais alors tout à fait par hasard, je suis tombé sur une oeuvre de Robert Faurisson, 'LE REVISIONNISME LITTERAIRE', et je dois dire que je n'ai pas été déçu du détour ! A tel point qu'à peine le livre effleuré, me suis-je ingénié à suivre les conseils de l'auteur, à savoir que toute oeuvre est décorticable à merci et que s'arrêter au sens premier peut induire en erreur ou faire passer à côté de l'essentiel ce qui est éminemment regrettable, on en conviendra.

Voici mon premier essai en la matière où, pour ce faire, j'ai retenu une fable de La Fontaine : Le loup et l'agneau. Suivez le guide...

Analyse :
à la façon de ceux qui nous servent l'info...

La raison du plus fort est toujours la meilleure : nous l'allons montrer tout à l'heure.
Ça commence bien ! Là où d'autres auteurs mettent la morale en conclusion de leur exposé, celui-ci met la charrue devant (je préfère 'devant' à 'avant') les bœufs ! Ce qui veut dire que La Fontaine veut faire passer en force sa conviction qui est que 'la raison du plus fort est TOUJOURS la meilleure en dépit de ce que notre sensibilité souhaiterait. Et, là où la raison d'un loup est d'apaiser sa faim, il va nous démontrer, nous montrer tout à l'heure, que c'est une grave faute aux yeux de la morale universelle ! Voyons donc...

Toutefois, premier hiatus : 'tout à l'heure' pour La Fontaine, c'est immédiatement : TOUT sur l'HEURE ; pour nous, ça peut être au diable Vauvert ! Ça peut être l'horizon 2030, voire plus, qui sous-tend généralement les promesses électorales, le fameux horizon qui recule au fur et à mesure qu'on avance ! Bref, c'est tout sauf 'tout de suite' ! Alors, cette histoire commence mal entre l'auteur et son lecteur qui ne sont pas fichus d'être d'accord sur cette notion du temps pourtant vulgarisée par Einstein. Mais passons :

Un agneau se désaltérait dans le courant d'une onde pure ;
Appréciez le sans-gêne ! Qu'il ait soif, personne n'est contre mais, pour étancher cette soif, qu'il se permette d'en profiter pour se laver les pieds, non ! Il pourrait boire à partir de la berge, eh bien, non ! L'immonde pollueur n'a aucun respect pour la nature et son onde si pure ! On imagine le tableau !

Un loup survient à jeun, qui cherchait aventure, et que la faim en ces lieux attirait.
Ce loup a faim, quoi de plus naturel, et il part à l'aventure où ses pas le portent pour apaiser ce besoin vital mais, hélas, pas pour boire puisque l'eau n'est plus potable à cause de l'agneau, ce qui met le loup dans une colère légitime, on en conviendra !

Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ? dit cet animal plein de rage :
L'auteur confond sciemment "eau à la bouche" avec "écume aux lèvres" alors que le loup n'est qu'assoiffé et non pas enragé !

Tu seras châtié de ta témérité.
On le serait à moins !

Sire, répond l'agneau, que Votre Majesté etc.
On appréciera la couardise de l'agneau qui ergote lamentablement pour se justifier en flattant honteusement le pauvre loup affamé et assoiffé. Il va jusqu'à prétendre qu'il ne peut pas contaminer l'eau, vu le sens du courant, comme s'il ignorait que les épidémies se propagent par la juxtaposition des atomes composant le milieu, formant ainsi une véritable nappe à partir des pattes de l'agneau sur des kilomètres à la ronde (d'où l'expression), tant au nord qu'au sud. Et naturellement, comme tous les coupables, il discute, discute pour convaincre. Le loup n'est pas dupe mais refuse ce petit jeu, d'autant qu'un autre grief, lui revient à l'esprit :

Tu le troubles ! Et je sais que de moi tu médis l'an passé.
Oui, il se souvient le loup, d'avoir été victime de lupusphobie, discrimination condamnée par le Code pénal, car faute grave de ségrégation raciale. Mais sa nature bonne et finalement généreuse l'a toujours dissuadé d'intenter un procès à l'agneau ainsi qu'à sa famille. L'auteur lui-même le reconnaîtra in fine : le loup mangera l'agneau sans autre forme de procès.

L'an passé, je n'étais pas né. Ce n'est pas moi, ce n'est même pas mon frère, etc.
Gamineries de cour de récréation ! L'agneau craque et se défend lamentablement. Sa plaidoirie servira d'apéritif au pauvre loup qui n'en demandait pas tant !

Voilà, tout est dit ! Mais où, dans tout ce discours, le loup a-t-il fait preuve d'abus de force envers l'agneau ? Nulle part, seule la faiblesse des arguments de son protagoniste a donné l'illusion d'une force coupable. Le loup a mangé l'agneau naturellement, comme il se doit, alors que celui-ci prétendait naïvement fausser la logique de la chaîne alimentaire ; folie ! Il n'a fait que mériter son sort ; qui pourrait le plaindre ?

Conclusion :
C'est ainsi que Yahvé est grand
et que la chambre froide est sujette à caution !
L'espoir de l'Océan est au cœur de la Source .
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6027
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: REVISIONNISME POETIQUE

Messagepar L'Avocat du Diable » 29 Jan 2019 18:04

Amusant mais je ne comprends pas la 'conclusion'...
L'Avocat du Diable
 
Messages: 20
Inscription: 29 Jan 2013 16:42

Re: REVISIONNISME POETIQUE

Messagepar coriolan » 29 Jan 2019 19:16

Ah ! je ne peux pas en dire plus si je ne veux pas m'attirer les foudres des 'IF' ou des 'AF' ! :oops: Je suis confus, vraiment !
L'espoir de l'Océan est au cœur de la Source .
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6027
Inscription: 24 Sep 2007 20:25


Retourner vers Littérature

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron