VACCINS ?

Ca alors !

Modérateur: Guardian

VACCINS ?

Messagepar AZADKEHR » 02 Jan 2013 19:26

Témoignage/réaction du Dr Suzanne Humphries, médecin spécialiste en néphrologie, sur le site du British Medical Journal :

C’est pendant des années que j’ai pu observer l’administration de ces vaccins expérimentaux à des patients souffrant de maladies rénales, alors qu’on leur avait dit que ce vaccin (antigrippal donc) était efficace et sans danger. Je possède de nombreux témoignages qui disent tout autre chose. J’ai effectué une recherche sur Pubmed et ai pu me rendre compte que d’autres rapports ont été publiés sur l'apparition de glomérulonéphrites après des vaccins chez des personnes dont les reins étaient préalablement en parfait état. Toutes ces observations montrent que les maladies chroniques des reins ne font que s’aggraver. Tous les patients que j’ai dialysés après qu’ils eurent reçu les vaccins contre la grippe sont des preuves vivantes que les dommages collatéraux de la vaccination existent et que leur gravité est imprévisible.

Certains médecins ont cependant voulu classer ces observations sous prétexte que ces cas seraient anecdotiques. Les rapports de cas se sont cependant à ce point accumulés qu’ils ont pu montrer qu’en prenant en considération la relation bénéfices/risques, il valait beaucoup mieux faire tout simplement et naturellement la grippe.

J’ai vu des diabétiques de type I et des patients transplantés relativement bien se porter après avoir été infectés par le virus de la grippe et le H1N1, alors que ces patients seraient censés souffrir terriblement après avoir été contaminés.

Quand je me suis rendue dans les chambres stériles du département des soins intensifs où je m’attendais à trouver des personnes terriblement malades de la grippe, je n’ai pu voir que des personnes assises qui mangeaient et jouaient aux échecs avec des membres de leurs familles (qui portaient des masques).

Pour moi, ce vaccin n’en vaut pas le risque. Mais si les médecins avaient quelques notions de diététique et s’ils savaient qu’il est possible de soigner une personne infectée avec de la vitamine C, il n’est pas difficile d’imaginer l’impact que cette manière d’envisager les soins aurait sur les autres personnes, comme sur la morbidité. Ma pratique m’a montré l’impact positif que peut avoir cette manière d’envisager le traitement de la grippe chez mes patients atteints de maladies rénales et qui avaient, depuis toujours, refusé les vaccinations.

Dr Suzanne HUMPHRIES, MD, néphrologue.
Sources : Alter-Info .
AZADKEHR
 

Re: VACCINS ?

Messagepar coriolan » 03 Jan 2013 15:52

Ton information m'interpelle, Arthur. Cette année et par deux fois (février et octobre 2012) j'ai fait des complications rénales... mais pour moi c'était nouveau alors que depuis de nombreuses années je me fais vacciner contre la grippe. Je n'avais pas fait le rapport de cause à effet.

Je ne suis pas toubib et mes connaissances médicales sont très superficielles, alors j'en viens à me poser une question à laquelle je croyais pouvoir répondre à coup sûr : qu'est-ce qu'un vaccin ?

Pour moi, et en termes lapidaires - qu'on m'en excuse - c'était l'introduction dans l'organisme d'une dilution homéopathique d'un germe infectieux (donc bénin) afin de permettre à celui-la de fabriquer, à son contact, des anticorps qui s'avéreront aptes à lutter en défenseurs lorsque le danger réel se présentera en puissance. Ma science s'arrête là...

Sans circonvolutions verbales sachant que tu t'adresses à des profanes, Arthur, peux-tu infirmer, confirmer et/ou compléter cette vision primaire et .peut-être un peu personnelle des choses ? En tout cas merci pour l'info si...
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5858
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: VACCINS ?

Messagepar AZADKEHR » 04 Jan 2013 16:45

Une suite :
Le vaccin contre la grippe saisonnière est chaque automne proposé aux seniors et aux personnes jugées « à risque ». Ce vaccin, qui coûte chaque année 700 à 800 millions d’euros à l’assurance maladie est peu efficace, pour 3 raisons principales.
Raison n° 1 : parce que la grippe n’est pas toujours la grippe

Vous avez mal à la tête, le nez qui coule, vous sentez courbatu(e) et même très abattu(e). Votre médecin diagnostiquera à coup sur une grippe. Sauf que votre grippe est statistiquement tout sauf… une grippe. En réalité, 200 à 300 virus différents sont susceptibles de provoquer les symptômes de l’état grippal : picornavirus, métapneumovirus, es coronavirus, virus respiratoire syncytial, rhinovirus. On estime que moins de la moitié des grippes diagnostiquées comme telles sont effectivement liées au virus de la grippe lui-même, le fameux influenzae. Certains experts vont même jusqu’à affirmer que seules 7 à 8 % des « grippes » sont réellement des grippes. Or, le vaccin mis au point contre le virus influenzae est complètement inefficace contre les autres virus. Au mieux, il ciblera la moitié des affections virales respiratoires de l’hiver ; au pire moins de dix pour cent.
Raison n°2 : parce que les vaccins se trompent une fois sur deux

On peut en théorie attraper la grippe ou plutôt une nouvelle forme de grippe chaque hiver, toute la vie durant parce que le virus peut changer de visage en quelques mois. Ce processus s’appelle le glissement ou la dérive antigénique. John Holland, de l’université de Californie, a calculé qu’il y a un million de fois plus de mutations chez le virus de la grippe que chez l’être humain. Généralement, une seule variation ne suffit pas pour déjouer le système immunitaire, tandis que plusieurs mutations permettent une réinfection de l'organisme. Par exemple, la souche de grippe A H3N2 de l'hiver 2005-2006 était différente de la souche A H3N2 apparue en 1968, dont elle descendait pourtant. Un virus peut se transformer de manière significative en 3 à 4 mois. Chaque année, des experts de l’Organisation mondiale de la santé collectent des données en provenance de 94 pays et tentent de prédire quelles protéines ont le plus de chance d’apparaître à la surface des virus de la prochaine grippe saisonnière. Une fois que la composition probable du virus est arrêtée, ils choisissent les antigènes qui composeront le vaccin. Cette décision est prise en février de chaque année, et elle concerne le vaccin de l’hiver suivant.

Depuis 1977 les vaccins annuels contre la grippe saisonnière associent trois souches de virus grippaux :

- des souches de grippe A H3N2

- des souches de grippe A H1N1

- des souches de grippe B

Le problème, c’est que les chercheurs qui ont la difficile tâche de déterminer la nature du futur vaccin ont un risque élevé − une chance sur deux − de se tromper. Même lorsque leur prédiction se réalise, l’utilité du vaccin ne dépasse pas une saison. L’année suivante, le virus a changé d’habits et les anticorps générés par la vaccination précédente ne protègent plus.
Raison n°3 : parce que les anticorps ne sont pas au rendez-vous

Le système immunitaire perd de son efficacité au fur et à mesure que les années passent. Cela se traduit par exemple par le fait qu’après vaccination, le corps ne produit pas suffisamment d’anticorps pour se protéger en cas d’exposition au virus. Beaucoup d'internautes de plus de 65 ans qui se font vacciner chaque année contre la grippe saisonnière seront surpris d’apprendre que vaccination ne signifie pas protection. Entre 60 et 70 ans, environ une personne vaccinée contre la grippe saisonnière sur deux produit des anticorps qui pourraient l’aider à reconnaître et combattre le virus. Entre 70 et 80 ans, seules 31 % des personnes vaccinées fabriquent des anticorps contre le virus en réponse au vaccin. Enfin, même si l’on continue de vacciner à cet âge-là, il faut savoir qu’après 80 ans, seules 11 % des personnes vaccinées feront des anticorps. Conclusion : après 65 ans, le vaccin ne sert à rien dans 90% à 50% des cas.

D'autres info. :
Qu’est-ce que la grippe saisonnière ?

Le matériel génétique des virus de la grippe est constitué d’ARN. Les mutations au cours de la fabrication de nouveaux exemplaires de segments d’ARN sont fréquentes. À chaque nouvelle infection, cette fabrication est assurée par des protéines qui s’acquittent de leur tâche en commettant de nombreuses erreurs. À cause de ces erreurs, les copies des brins d’ARN ne ressemblent pas toujours à l’original et le nouveau virus présente des mutations qui vont s’accumuler au fil du temps. Ce processus de glissement ou dérive antigénique est à l’origine de la grippe saisonnière. Un virus peut se transformer de manière significative en 3 à 4 mois, suffisamment en tous cas pour que les anticorps fabriqués par le corps humain en réponse à la première version du virus ne soient plus capables de reconnaître le nouveau l’hiver suivant. Par exemple, la souche de grippe A H3N2 de l'hiver 2005-2006 était différente de la souche A H3N2 apparue en 1968, dont elle descendait pourtant.
Qu’est-ce que la grippe pandémique ?

En plus de la grippe saisonnière, plusieurs fois par siècle, un nouveau virus apparaît, si nouveau qu’il fait beaucoup plus de malades que la grippe saisonnière, ce qui lui permet de se propager beaucoup plus vite. Ce type de virus est à l’origine de pandémies, comme celles de 1918 et de 2009. Les pandémies se produisent lorsque le virus change radicalement de nature d’une année sur l’autre : ses protéines de surface – les antigènes – ne ressemblent pas à celles des années précédentes. De tels changements modifient profondément la configuration du virus. Ils peuvent intervenir lorsqu’une cellule est infectée en même temps par au moins deux virus de la grippe, dont au moins un d’origine animale. Ce sont ces virus nés de « cassures antigéniques » qui provoquent les pandémies. Le système immunitaire ne les reconnaît pas car ils sont trop différents des autres virus de la grippe qui ont circulé précédemment. C’est le cas du virus de la grippe A (H1N1).
Pourquoi ce nom A (H1N1) ?

Il existe trois grands types de virus de la grippe : A, B et C que l’on distingue selon la nature de certaines de leurs protéines internes. Les plus inquiétants sont de loin les virus A. Ce sont eux qui sont à l’origine des grandes pandémies mortelles comme celles de 1918 et de 2009. Les virus A sont classés en sous-types, en fonction de la composition des deux protéines qui hérissent leur surface : l’hémagglutinine qui permet au virus de s'attacher aux cellules et la neuraminidase qui détache les nouveaux virions de la cellule infectée. Il existe au moins 16 variétés ou sous-types d’hémagglutinine, notées H1 à H16, et 9 sous-types de neuraminidase (N1 à N9). Seules 3 combinaisons contaminent efficacement l'homme : la combinaison H1N1 apparue en 1918; la H2N2 qui a émergé en 1889 et 1957 et la H3N2, responsable de la grippe de 1898 et de celle de Hongkong en 1968.
Avons-nous déjà rencontré le virus A (H1N1) ?

Comme tous les H1N1, ce virus est un lointain descendant du virus aviaire qui a provoqué la grippe « espagnole » de 1918, et qui circulait probablement déjà en 1916 et 1917. Le virus H1N1 de 1918 a pris deux tournants. D’une part il a muté, perdu de sa virulence et circulé de 1918 à 1956 inclus, donnant une grippe saisonnière moins dangereuse que celle de 1918. En 1957, il disparaît pour réapparaître en 1977, probablement à cause d’une mauvaise manipulation de laboratoire. Il circule donc depuis et provoque la grippe hivernale que chacun connaît. Mais en 1918 le même virus H1N1 d’origine aviaire a contaminé des porcs américains et s’est maintenu chez cet animal ! En 1998, ce virus porcin a rencontré un virus H3N2 humain et des gènes de virus aviaire, contaminé des élevages aux Etats-Unis et poursuivi sa route. En 2008 ou 2009, il a récupéré des fragments de virus porcins d’Eurasie. Cette monstruosité est le virus H1N1 pandémique de 2009 !
Pouvait-on prévoir que la pandémie à venir serait provoquée par ce virus ?

Oui. Au début des années 1970, des chercheurs américains ont prédit que la prochaine grande pandémie de grippe serait provoquée par un virus de type H1. En fait, il semble qu’une forme d’alternance soit à l’œuvre dans les pandémies. Un virus de type H1 serait suivi par un H2, un H2 par un H3, un H3 par un H1. Dans les années 1970, des analyses sur les anticorps circulant dans le sang ont révélé que les nonagénaires avaient encore des anticorps contre le H2N2, qui fut probablement à l’origine d’une pandémie en 1889. Les septuagénaires et les octogénaires avaient eux des anticorps contre un H3N2, qui fut la cause probable de la pandémie de 1898. On sait avec certitude que la pandémie de 1918 était de type H1N1, celle de 1957 de type H2N2 et que le virus de la grippe de Hong Kong de 1968 était du type H3N2 (ce qui explique au passage que les plus de 70 ans en aient moins soufferts). Pour la pandémie suivante, les chercheurs s’attendaient donc à un H1. Les événements leur ont donné raison.
Sommes-nous immunisés contre le virus de la grippe A (H1N1) ?

Il est possible que les personnes nées avant 1958 et celles nées en 1977 possèdent des anticorps contre ce virus. Cette hypothèse est basée sur une prédiction faite en 1960 par le virologiste Américain Thomas Francis, selon laquelle la réponse immunitaire est plus vigoureuse contre les antigènes que l’on a rencontrés pour la première fois dans l’enfance. Thomas Francis appelait cela « le péché originel antigénique ». Si on accepte ce concept, les personnes nées avant 1957 ont connu essentiellement des virus de type H1N1 ; elle se défendront mieux contre des virus de la même famille – dont celui de la grippe « porcine » 2009 – que les personnes nées après 1957, qui ont vu circuler des H2N2 et des H3N2. Les personnes nées en 1977 et juste après ont elles aussi été exposées à un H1N1 « revenu » des années 1950, et elles pourraient en bénéficier. Malgré tout, de telles souches ont rarement prédominé dans les années 1970 et après.
Les virus de la grippe sont-ils d’origine humaine ?

Les grandes pandémies sont apparues avec l’émergence de l’agriculture, il y a environ 10 000 ans. La biologie moléculaire et les travaux de l’Américain Jared Diamond ont montré qu’elles ont toutes une origine animale et qu’elles ont été transférées à l’homme aux premiers temps de la domestication et de l’élevage, en raison de la proximité entre fermiers et animaux. C’est vrai pour la grippe, la variole, la malaria, la tuberculose, le typhus, la diphtérie, la rougeole, la fièvre jaune, la peste et le choléra... La variole (comme la tuberculose) a été transmise à l’homme par les moutons, les chèvres et le bétail. Ces maladies étaient inconnues de l’humanité avant l’ère agricole du néolithique, soit pendant les sept millions d’années au cours desquelles nos ancêtres n’ont pratiqué que la cueillette, le charognage, puis la chasse et la pêche.
Où naissent ces virus ?

Les chercheurs ont longtemps cru que les pandémies de grippe, comme les épidémies de grippe saisonnière, trouvaient leur origine dans l’évolution naturelle du virus. Cette vision angélique a été mise en pièces dans les années 1990 par les données rassemblées par Robert Webster (Hôpital pour enfants St Jude de Memphis, Tennessee), Christoph Scholtissek (Institut de virologie de l’université Justus Liebig de Giessen, en Allemagne) et Stephen Morse (université Rockefeller de New York). En réalité, disent-ils, le principal responsable de l’émergence de nouveaux virus mortels de la grippe est aussi le principal responsable des grandes pandémies qui de la Mésopotamie à l’empire Aztèque ont anéanti des pans entiers de l’humanité : l’homme et ses pratiques d’élevage. Les volailles, en particulier les canards et les oies sont les réservoirs majeurs des virus de la grippe. L’homme résiste généralement aux infections par ces virus aviaires, mais le porc est plus facilement infecté, tant par les virus aviaires que par les virus de la grippe qui touchent les mammifères. Le porc sert donc souvent de « tube à essai » dans lequel des virus de plusieurs origines peuvent échanger du matériel génétique et construire un nouveau virus mortel. Les élevages familiaux d’Asie, mais aussi les élevages industriels sont probablement à l’origine des virus récents de la grippe pandémique.
AZADKEHR
 

Re: VACCINS ?

Messagepar coriolan » 10 Jan 2013 17:22

coriolan a écrit:Sans circonvolutions verbales sachant que tu t'adresses à des profanes, Arthur, peux-tu infirmer, confirmer et/ou compléter cette vision primaire et .peut-être un peu personnelle des choses ? En tout cas merci pour l'info si...

Bien entendu ce message du 3 janvier est resté sans suite ! La question était trop précise pour Azadkehr qui préfère s'étaler par copié/collé ; pas de possibilité de réponses extérieures, pas de réponses... Ce thème lancé par lui s'éteint donc sous lui. Point final.

En ce qui le concerne, qu'on ne s'étonne pas de ne plus le voir.

Le 3 janvier, sous le titre 'Retrait', j'ai reçu le MP suivant : "Prière de me retirer l'accès à Exodoxe."
Le 4 janvier alors que je n'avais pas encore eu le temps de réagir, sous le titre 'Retrait bis' j'ai reçu ce MP : " Je demande, à nouveau, mon retrait à l'accès de ce forum."
Le 6, je lui ai répondu : "Mais mon cher ami je ne me sens aucun droit d'intervenir dans tes états d'âme ! Tu es un homme libre, nous ne sommes pas sous contrat et aucun lien de subordination ne nous lie. En conséquence tu fais ce qui te chante : tu passes devant un magasin, une église, un musée, tu entres ou tu n'entres pas, tu n'as besoin de l'autorisation de personne. Enfin, chez nous les païens, c'est comme ça ; chez les bondieusards, à vrai dire je n'en sais rien mais heureusement je ne suis pas assujetti à leurs coutumes. "
Le 8 janvier, j'ai vu qu'il avait supprimé des textes auxquels on avait déjà répondu, faussant ainsi le débat et interdisant de remonter l'historique. Me souvenant que par le passé il avait une fois supprimé toutes ses participations rendant ainsi ridicules les réponses que d'autres lui avaient apportées, j'ai accédé à sa demande en le rayant des membres inscrits afin qu'il ne réédite pas ses excès de mauvaise humeur. Je le regrette. C'était un sujet attachant mais... c'est tout !
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5858
Inscription: 24 Sep 2007 20:25


Retourner vers Le saviez-vous ?

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot] et 1 invité