Le gâchis de la biomasse [végétale]

Ca alors !

Modérateur: Guardian

Le gâchis de la biomasse [végétale]

Messagepar coriolan » 17 Nov 2009 19:15

Je me suis abonné à l'ERE NOUVELLE de notre ami Pierre Lance, en remplacement des "4 Vérités" qui ont eu un comportement inacceptable pour un journal qui se voudrait tolérant, et, dans ce premier numéro, le n° 192 j'y ai découvert quelque chose qui m'a laissé littéralement sur le cul. Je vous en fait ci-dessous une synthèse, en reprenant divers passages significatifs, passages rédigés en bleu :

" Le résidu des exploitations forestières n'est pas un déchet. En faire des 'pellettes' comprimées pour la combustion dans les chaudières est une véritable atteinte à la biosphère. De même que la combustion des cartons et des papiers d'emballage souillés dans les incinérateurs. Ici, le gâchis est triple : production de CO2, destruction de l'humus potentiel et pollution de l'environnement par les dioxines. (...) Je ne suis absolument pas contre la valorisation énergétique de la biomasse, mais pas par combustion."

"Au Comité Jean Pain de Londerzeel, en Belgique, dès les années 7O, on a fait des essais de production d'eau chaude en plaçant un circuit d'échange calorique dans un tas de compost. L'eau de ville entre d'un côté du compost et l'eau chaude de 50°C. sort de l'autre côté.

Pendant deux ans, des scientifiques de l'Université de Gand ont effectué des mesures pour évaluer la quantité d'énergie retirée d'un tas de compost sous forme d'eau chaude. Le résultat était surprenant, incroyable même. La quantité d'énergie ainsi récupérée était supérieure à celle qu'on aurait obtenue par combustion complète du tas de compost, après séchage. Le résultat était tellement incroyable que le professeur responsable n'a pas osé le publier. C'était la négation du principe premier de la thermodynamique. On ne peut, en principe, tirer plus d'énergie de la biomasse que celle qui se dégage par combustion complète. L'affaire a eu un enterrement scientifique de première classe.
"

" (...) Voici mon hypothèse. (1)En fait, les plantes fixent bien plus d'énergie solaire que celle qu'on peut en récupérer sous forme de combustion. Nous avons une idée tout à fait incomplète de la photosynthèse. Le processus de réduction avec la formation de la cellulose et de l'oxygène au départ du C02 et de l'eau se fait par transferts électroniques endothermiques. C'est la partie de l'énergie solaire que l'oxydation par la combustion fait dégager. On connaît la quantité d'énergie solaire incidente pendant la croissance des plantes : elle représente 50 à 100 fois plus d'énergie que celle de la combustion. On en a conclu que le rendement de stockage de l'énergie solaire par les plantes est de l'ordre de 1 à 2%. C'est très faible. (2)

Je pense que les plantes sont bien plus performantes. Quelques observations montrent qu'en réalité, les plantes utilisent non pas une seule filière énergétique (les transferts électroniques) pour le stockage, mais une deuxième aussi, basée sur des transferts protoniques. Il s'agit en fait d'une véritable fusion nucléaire biologique. "

" (...) Lors de la simple combustion de la biomasse, l'énergie de la fusion nucléaire biologique ne se dégage pas. Avec le C02 formé, les atomes transmutés sont rejetés dans l'atmosphère. "

" J'insiste sur le fait qu'il ne s'agit nullement ici d'un fait scientifique prouvé, mais d'une simple hypothèse basée sur quelques observation.
"

Quand vous lisez cet article, çela vous paraît tellement clair, tellement évident, que vous vous demandez pourquoi la recherche ne s'est-elle pas dirigée vers cette hypothèse de la fusion nucléaire biologique. Quelle regrettable négligence ! L'auteur de l'article, l'agronome belge, Joseph Orszàgh, aussi compétent en psychologie qu'en matière scientifique, vous le révèle :

" Il est regrettable que les moyens financiers réservés pour les recherches touchant ces énergies soient confiés à des chercheurs liés au système productiviste. " C.Q.F.D.

Je dois dire que l'article exhumé par P.Lance dans sa revue L'ERE NOUVELLE, n° 192, et signé Joseph Orszàgh, est daté d'octobre 1992, soit 20 ans après les premiers constats de la négation du premier principe de la thermodynamique... il y a presque 40 ans ! Et tout est resté en l'état. La fusion nucléaire que nous ne parvenons pas à réaliser utilement avec tous les moyens dont nous disposons alors que les plantes y parviennent le plus naturellement du monde, ça nous laisse de marbre ! Quel progrès pourtant sur la fission, plus de déchets nucléaires ! Mais non, c'est accessoire ! Bon...

(1) Ses collègues l'ont traité de fou !
(2) Savoir que 98 à 99 % de l'énergie solaire stockée par la biomasse végétale est perdue lors de sa combustion (alors que la biomasse végétale représente moins de 1% de la biomasse animale ! - pour vous faire une idée de son importance), et recommander la combustion sous prétexte d'économie d'énergie est une aberration sans nom ! Et surtout, surtout, fermer les yeux sur l'énergie solaire 'perdue' est, de la part du monde scientifique, un crime contre l'humanité. Des comptes seront à rendre un jour.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5881
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Retourner vers Le saviez-vous ?

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron