HISTOIRE VÉRIDIQUE SUR LE VOL D'AIR FRANCE RIO À PARIS

Ca alors !

Modérateur: Guardian

HISTOIRE VÉRIDIQUE SUR LE VOL D'AIR FRANCE RIO À PARIS

Messagepar coriolan » 20 Juin 2009 12:54

Dimanche 31 mai, le couple devait embarquer à bord de l’airbus A330 d’Air France reliant Rio à Paris. Mais ils se sont présentés quelques minutes trop tard à l’enregistrement et ont finalement embarqué pour Munich avant de prendre la route vers l’Italie.

Ils avaient donc échappé au pire, pouvait-on imaginer. Mais non ... Comme dans le film « Destination finale », le couple a été rattrapé par le destin. Sur la route qui relie la capitale bavaroise au nord de l’Italie, ils ont été victimes d'un grave accident de la route.

Selon le quotidien Alto Adige, leur voiture a fait une embardée sur l'autoroute en Autriche, non loin de Kufstein. Johanna est morte sur le coup, son mari a été hospitalisé dans un état grave.

(Source ; http://www.rtlinfo.be/rtl/news/article/ ... +miracules)
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5920
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: HISTOIRE VÉRIDIQUE SUR LE VOL D'AIR FRANCE RIO À PARIS

Messagepar DD » 20 Juin 2009 22:36

Ca marche aussi dans les deux sens.
Histoire à confirmer - Il y a quelques années, un automobiliste allemand devait remonter d'urgence de Marseille en Allemagne en voiture. Au premier péage sur l'autoroute il a eu un problème de frein et a été s'encastrer dans une des cabines à grande vitesse. la voiture réduite en charpie, il s'en tire miraculeusement sans une égratignure. Toujours pressé par l'urgence, il se résout à prendre un avion à Marignane, un A320, celui là même qui s'est ecrasé sur le mont sainte odile. Miraculeusement, il a fait partie des quelques survivants.... En voilà un dont la mort ne voulait pas !!!
Ni bombes, ni roquettes. Foutez VOUS la paix !
Avatar de l’utilisateur
DD
 
Messages: 1528
Inscription: 30 Sep 2007 22:44
Localisation: Bourg Saint Andeol, Ardèche, entre Montelimar et Orange

Re: HISTOIRE VÉRIDIQUE SUR LE VOL D'AIR FRANCE RIO À PARIS

Messagepar coriolan » 21 Juin 2009 12:43

DD a écrit:Ca marche aussi dans les deux sens.

Tu peux même dire que ça marche dans tous les sens : Il y en a qui vivent dangereusement et qui s'éteignent dans leur lit à 120 ans sans une souffrance, et d'autres précautionneux de tout qui se tuent dans leur escalier ! C'est la vie ! :D
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5920
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: HISTOIRE VÉRIDIQUE SUR LE VOL D'AIR FRANCE RIO À PARIS

Messagepar DD » 12 Aoû 2011 18:01

(Claude, je n'oublie pas ta question, mais le personnage est tellemnent complexe que je gamberge sur la réponse)

Ceci dit, je veux revenir sur cette tragique histoire pour mettre un coup du gueule :evil: . Et au contraire de mes habitude, je commence par une conclusion, c'est que je tire mon chapeau devant la compétence des experts du BEA. En effet, que savait-on au départ ? Que les mesures de vitesse avaient givré, que le pilote automatique s'était déconnecte, puis que l'avion était tombé comme une pierre. C'est peu !
J'ai fouiné à l'époque sur divers sites spécialisés aviation, et l'avis des pros était déjà bien orienté sur ces seuls indices. D'aprés eux, seule une désintégration en vol... ou l'absence des pilotes aux commandes pouvait expliquer le drame. Le premier coup de tonnerre est venu des experts du BEA qui a l'examen des premiers débris, ont compris tout de suite que l'avion était arrivé a grande vitesse à plat sur la mer ! Comment était-ce possible ???
Déjà à l'époque, les pilotes pros des forums que j'ai parcouru avaient évoqué la possibilité d'un "décrochage" à haute vitesse. La récupération des boites noires leur ont donné raison, et là encore je rend hommage aux enquéteurs du BEA qui dans leurs rapports intermédiaires sont restés trés "factuels" évitant d'avancer une ou autre explication.
Le rapport définitif est à venir, mais dans mon esprit d'amateur un peu éclairé, il est clair qu'effectivement l'avion a décroché aprés etre monté beaucoup trop haut et qu'il a décroché. Or l'incroyable, c'est que les pilotes ont complètement perdu les pédales et n'ont pas cru à la situation. On peut s'en faire une idée à la lecture des derniers échanges.

http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/v ... 10506.html

L'incroyable à la lecture de ces échanges est que les pilotes, aprés avoir perdu l'indication de vitesse, ont commencé à appliquer la procédure adéquate, mais n'ont pas cru à la situation de décrochage, alors que l'avion le leur signalait sans arrêt ! C'est tout juste s'ils sont rendu compte qu'ils perdaient de l'altitude. Loin de moi l'idée de leur jeter la pierre. Le pilotage d'un avion, c'est du boulot. De plus il ne faut pas oublier qu'il faisait nuit, dans les nuages, donc pas de référence visuelle, au point qu'ils ne se sont même pas rendu compte que sur le décrochage, l'avion avait quasiment fait demi-tour. J'imagine que dans leur esprit, l'avion était en ligne de vol, plein moteurs, il ne pouvait PAS etre en situation de décrochage. Jusqu’au bout, ils ont tiré sur le manche alors que la bonne réaction aurait été, si j'en crois l'avis des pilotes pros, de POUSSER le manche en avant et de piquer tout en réduisant les moteurs pour casser la vitesse, jusqu'à ce que les ailes retrouvent leur portance.
Je connais assez bien ce genre de situations. On appelle çà "l'interface homme-machine". C'est un problème qui apparait sur des systèmes complexes, y compris dans les centrales nucléaires, ce qui a valu les accidents de TMI et de Tchernobyl. C'est à dire qu'à un moment donné, bon OK la machine a une défaillance, mais elle envoie ensuite tous les signaux d'alerte adéquat. Or, on va à l'accident parce que l'opérateur ou dans le cas présent le pilote, part sur une idée erronée et n'en change plus, essaie de comprendre, perd du temps, et ne croit plus tous les messages qui suivent, bien réels et justifiés.
Dans le nucléaire, on a tiré les leçons de TMI. On appelle çà "l'approche par états". C'est à dire qu'on ne se préoccupe plus de savoir pourquoi tel ou tel matèriel est défaillant, on conduit l'installation vers un état sûr avec ce qui reste, que le message d'alerte initial soit justifié ou pas. Lorsque la situation est saine, on va voir ce qui s'est passé.
Je ne suis évidement pas un expert du BEA, mais je pense que la conclusion sera que les pilotes ne devaient plus se préoccuper des indications de vitesse, et traiter l'information de décrochage comme réelle afin d'effectuer les manœuvres adéquates. Elle parlera évidement de la fiabilisation des sondes pitot et recommandera que l'alarme "stall" soit moins "agressive", et d'une manière générale d'améliorer tout ce qu'il peut l'ètre pour réduire les conflits d'interface homme-machine. Elle pointera sans doute aussi le fait que les pilotes n'avaient pas reçu la formation necessaire pour traiter ce cas de figure.
Bref, tout le monde va en prendre un peu: les pilotes pour leurs erreurs, Airbus pour l'ergonomie des postes de pilotage et les sondes pitot, et air France pour n'avoir pas des équipages suffisamment entrainé.
Et mon coup de gueule dans tout çà ? J'y arrive ! Je note qu'Airbus et air France pour l'instant se murent dans le silence, c'est ce qu'il y a de mieux à faire. Par contre la réaction des syndicats de pilote de ligne de quitter l’enquête est puérile et absurde ! Évidement, un pilote ne fait jamais d'erreur pas vrai ? Imbéciles ! Ils sont bien placé pour le savoir et l'histoire de l'aviation regorge de crash par erreurs de pilotage. Mais on protège sa paroisse, et tant pis pour la vérité. Quant aux médias, bandes d'imbéciles incompétents et aux associations de victimes (dont je comprend la douleur) aprés avoir hurlé que tout était la faute des sondes pitot, voilà que maintenant tout est de la faute de l'alarme ! Andouilles ! Ce qui est clair c'est que eux aussi ne peuvent pas concevoir que les pilotes se soient plantés au sens imagé du terme. Alors on met en cause les experts du BEA, on est meilleur qu'eux, on sait mieux qu'eux ce qui s'est passé, d'ailleurs, c'est TF1 qui le dit ! Là ! Et on demande une contre-enquète avec des experts indépendants ! Et qui ? Vont etre bien emmerdés, les enquêteurs du BEA sont parmi les meilleurs au monde ! Il faut comprendre que tout le monde a intérêt à savoir exactement ce qui s'est passé, depuis Airbus jusqu'au famille des victimes, justement pour que ceci ne se reproduise pas et que les familles soient justement indemnisées.
Alors mesdames, mesdemoiselles et messieurs, laissez faire leur travail aux experts. Vous les pilotes, vous la bouclez et vous retournez vous entrainer. Vous les familles des victimes, encore une fois je comprend votre douleur, mais vous la bouclez et vous essayez de comprendre ce que les enquéteurs du BEA vous expliquent, et vous les médias, colporteurs de ragots, d'imbécilité, de mensonges et de sensationnalisme, allez vous occuper des chiens écrasés avant que je ne vous fasse avaler vos micros, salopards !

(*) me demande si je vais pas avoir d'ennuis avec le modo ?
Ni bombes, ni roquettes. Foutez VOUS la paix !
Avatar de l’utilisateur
DD
 
Messages: 1528
Inscription: 30 Sep 2007 22:44
Localisation: Bourg Saint Andeol, Ardèche, entre Montelimar et Orange

Re: HISTOIRE VÉRIDIQUE SUR LE VOL D'AIR FRANCE RIO À PARIS

Messagepar coriolan » 12 Aoû 2011 19:39

DD, tu m'épates ! Tu vulgarises à merveille et le plus ignare des ignares comprend (c'est un connaisseur qui te le dit ! :lol: ). J'avais bien sûr ma petite idée mais pas construite comme ton développement qui clarifie tout dans mon esprit. C'est un plaisir qui me réconcilie avec l'idée que j'avais fini par me faire des forums... Bref, on en revient toujours et encore une fois à ce constat : ce sont ceux qui en savent le moins qui en parlent le plus, et hélas avec talent ! Ca devrait tomber sous le coup de la loi : liberté d'expression ? Oui ! mais de ce qui est avéré. Le reste n'est que désinformation toujours nuisible, donc condamnable. C'est vrai pour cette affaire, c'est vrai aussi pour l'affaire DSK. La quête au scoop devrait être une faute professionnelle.

Bon, pour le vol de Rio, affaire à suivre ; attendons l'avis des meilleurs experts du monde contradictoirement à l'avis du BEA, les experts les meilleurs du monde ! Ce sera les meilleurs experts du monde contre les experts les meilleurs du monde... pour un monde meilleur ! :lol:

Quant à ton introduction :
(Claude, je n'oublie pas ta question, mais le personnage est tellemnent complexe que je gamberge sur la réponse)
Je ne vois pas, plus, de quoi il s'agit... :roll:
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5920
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: HISTOIRE VÉRIDIQUE SUR LE VOL D'AIR FRANCE RIO À PARIS

Messagepar dombom » 12 Aoû 2011 21:04

Publie le: ven, 29th juil, 2011ACTU+ / INTERNATIONAL | Par Samory
Vol Rio-Paris : Les Dernières Paroles Des Pilotes


« Je N’ai Plus Du Tout Le Contrôle De L’avion »


Les boîtes noires du vol AF-447 entre Rio et Paris ont été retrouvées au fond de l’Atlantique près de deux ans après l’accident de l’Airbus, le 1er juin 2009.AP/Johann PESCHEL

Après la publication d’un nouveau rapport d’étape mettant en cause une série de défaillances des pilotes du vol AF447, les derniers mots prononcés dans le cockpit ont été diffusés. Le pilote en fonction et le copilote viennent de déclencher la procédure Toga, à suivre en cas de décrochage de l’appareil. Il est alors 2 heures 11 minutes et 3 secondes GMT. « Je suis en Toga hein ? », demande le premier.« On a pourtant les moteurs. Qu’est-ce qui se passe ? », répond le co-pilote.

2 h 11 m 32 s
- Le pilote en fonction : « Je n’ai plus le contrôle de l’avion là. J’ai plus du tout le contrôle de l’avion. »

2 h 11 m 43 s
- Le commandant de bord rentre dans le cockpit : « Eh ! Qu’est-ce que vous (faites) ? »
- Le pilote en fonction : « Qu’est-ce qui se passe ? Je ne sais pas. Je sais pas ce qui se passe ».

2 h 12 m 04 s
- Le pilote en fonction : « J’ai l’impression qu’on a une vitesse de fou non ? Qu’est-ce que vous en pensez ? »

2 h 12 m 13 s
- Le co-pilote : « Qu’est-ce que tu en penses ? Qu’est-ce que tu en penses ? Qu’est-ce qu’il faut faire ?

2 h 12 mn 15 s
- Le commandant de bord : « Là je sais pas là, ça descend ».

2 h 12 mn 27 s
- Le co-pilote : « Tu montes… Tu descends, descends, descends, descends. »
- Le pilote en fonction : « Je suis en train de descendre là ? »

2 h 12 mn 32 s
- Le commandant de bord : « Non, tu montes là ! ».

2 h 12 mn 33 s
- Le pilote en fonction : « Là je monte ? Okay, alors on descend ».

2 h 12 mn 44 s
- Le commandant de bord : « C’est pas possible ».

2 h 13 mn 25 s
- Le pilote en fonction : « Qu’est-ce qui … Comment ça se fait qu’on continue àdescendre à fond là ? »

2 h 13 mn 39 s
- Le co-pilote : « Remonte, remonte, remonte, remonte ».

2 h 13 mn 40 s
- Le pilote en fonction : « Mais je suis à fond à cabrer depuis tout à l’heure. »
- Le commandant de bord : « Non, non, non, ne remonte pas. »
- Le co-pilote : « Alors, descends. »

2 h 13 mn 45 s
- Le co-pilote : « Alors, donne-moi les commandes, à moi les commandes »

2 h 14 mn 05 s
- Le commandant de bord : « Attention, tu cabres là. »
- Le copilote (qui a pris les commandes) : « Je cabre ? »
- Le pilote en fonction : « Ben il faudrait, on est à quatre mille pieds. »

2 h 14 mn 18 s
- Le commandant de bord : « Allez, tire ! »
- Le pilote en fonction: « Allez, on tire, on tire, on tire, on tire. »

2 h 14 mn 28 s
Fin des enregistrements

lemonde.fr
dombom
 
Messages: 707
Inscription: 25 Sep 2007 09:51
Localisation: Le grand nord

Re: HISTOIRE VÉRIDIQUE SUR LE VOL D'AIR FRANCE RIO À PARIS

Messagepar DD » 12 Aoû 2011 23:00

dombom a écrit:Publie le: ven, 29th juil, 2011ACTU+ / INTERNATIONAL | Par Samory
Vol Rio-Paris : Les Dernières Paroles Des Pilotes
« Je N’ai Plus Du Tout Le Contrôle De L’avion »............
2 h 14 mn 28 s
Fin des enregistrements

Et ne vous y trompez pas. quand je lis çà, j'ai le coeur qui se serre et envie de pleurer............... :(
Ni bombes, ni roquettes. Foutez VOUS la paix !
Avatar de l’utilisateur
DD
 
Messages: 1528
Inscription: 30 Sep 2007 22:44
Localisation: Bourg Saint Andeol, Ardèche, entre Montelimar et Orange

Re: HISTOIRE VÉRIDIQUE SUR LE VOL D'AIR FRANCE RIO À PARIS

Messagepar coriolan » 13 Aoû 2011 13:04

TERRIBLE !
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5920
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: HISTOIRE VÉRIDIQUE SUR LE VOL D'AIR FRANCE RIO À PARIS

Messagepar DD » 23 Sep 2011 19:41

Je vous fait suivre une dépèche AFP qui me fait particulièrement mal, je m'en explique plus bas
Nb: j'ai numéroté les paragraphes par commodité.
*************************************************************************************************************************************************************************
Vol Rio-Paris: des familles de victimes saisissent la juge d'instruction
23/09/2011 10:08

1 - Des familles de victimes du crash du vol Air France Rio-Paris en juin 2009 ont demandé à la juge d'instruction chargée du dossier l'audition des représentants du Bureau d'enquête et d'analyse (BEA), dont elles mettent en cause la partialité, selon une lettre dont l'AFP a eu copie.

2 - Dans cette lettre de 18 pages adressée à la juge parisienne Sylvie Zimmermann, d'abord révélée vendredi par Le Parisien, l'avocat des familles de quatre victimes de l'accident du vol AF447, Me Marc Fribourg, affirme que "les dires du BEA (sur le crash) sont délibérément choisis afin d'éviter les problèmes essentiels. En cela, et dans l'utilisation de la rédaction, il n'est pas sincère".

1 - Selon lui, "les rapports du BEA exigent des explications du BEA, et non seulement des experts judiciaires. Il faut que les dirigeants du BEA sachent qu'ils ne peuvent pas occulter les faits en gardant le silence, et en évacuant les problèmes occultés par la voie de simples affirmations ou des diversions".

3 - Il affirme que "le BEA et l'Agence européenne de sécurité aérienne (EASA) ont cherché après le crash à masquer le comportement de leurs dirigeants" et dénonce des contradictions, des mises sous silences et des raisonnements "à l'envers" dans les rapports successifs du BEA.

4 - Le dernier rapport d'enquête sur le Rio-Paris, cet été, a eu du mal à passer chez les pilotes de ligne, qui ne digèrent pas la mise en cause de l'équipage de l'A330 d'Air France, 5 - alors qu'une recommandation défavorable à Airbus a été retirée du document.

4 - Dans son troisième rapport d'étape sur l'accident, qui a fait 228 morts dans la nuit du 31 mai au 1er juin 2009 au large du Brésil, le BEA a pointé une mauvaise réponse des pilotes aux principaux incidents des dernières minutes du vol: le givrage des sondes de mesure de vitesse et le décrochage de l'avion.

5 - Les enquêteurs ont en revanche jugé "prématurée" une recommandation sur l'alarme de décrochage des A330, dont Air France accuse le fonctionnement erratique d'avoir "fortement" handicapé son équipage.

4 - Pour Me Fribourg, ce rapport d'étape est "à charge contre les pilotes" et "ne remplit pas les règles d'indépendance".

6 - "Le BEA est au milieu d'un conflit d'intérêt qui l'empêche de remplir sa mission: alors qu'il est chargé d'établir les causes de l'accident, il ne peut incriminer les sondes Pitot, puisqu'il a été totalement défaillant dans son rôle d'auteur de recommandations qui lui incombait", remarque-t-il.

7 - Il pointe aussi l'absence d'un "instrument de sécurité du vol" (le Back-up speed scale ou Buss). "L'accident ne serait pas survenu si le Buss était installé (...). Le BEA le sait, passe sous silence ce fait, tout simplement parce qu'Airbus n'a pas installé cet appareil sur l'A330", affirme l'avocat.

8 - Me Fribourg demande à la juge d'organiser "contradictoirement, et de préférence hors de France, (...), une simulation reprenant les mêmes caractéristiques et problématiques que celles rencontrées par les pilotes du vol AF 447".

9 - Il souhaite aussi une expertise indépendante sur "les forces alors subies par l'avion et la résistance de sa structure à de telles forces", et demande "la communication de l'ensemble des données retranscrites" des deux boîtes noires de l'appareil.

*********************************************************************************************************

J'ai lu intégralement les rapports d'étape, et quoique n'étant pas un expert du BEA, voilà ce que je répondrai à leur place:

1 - Mettre en doute l'impartialité du BEA est un insulte envers le BEA dont l'une des règles est justement d'enquéter, de diagnostiquer et de livrer des conclusions en toute indépendance. Le BEA n'occulte aucun fait. Il reste justement factuel ce qui est exactement le cas des rapports d'étape. Les conclusions et les recommandations ne sont exposées qu'a la remise du rapport définitif, sauf si un élément de l'enquète montre un risque générique avéré, élevé nécessitant une action immédiate.

2 - Les termes sont parfaitement choisis et une fois de plus restent factuels. En aucun cas, les rapports d'étapes ne peuvent faire de supposition hasardeuses qui pourraient se révéler inexactes par la suite

3 - Je ne vois pas en quoi le comportement des dirigeants du BEA peuvent avoir influé sur le crash du vol AF447. Et je ne comprend pas le terme "raisonnement à l'envers". Mais Me. Fribourg peut-il préciser ?

4 - Effectivement la mise en cause à du mal à passer. Il est trés difficile et pénible au sein d'une corporation d'admettre qu'elle peut ètre faillible, même si elle sait que c'est exact. Et on peut noter que depuis cette date, ce syndicat garde un silence qu'on peut qualifier de "géné". Une fois encore, le BEA reste factuel dans le fait que les pilotes ont fait une erreur de jugement. Il ne s'agit pas d'une accusation, mais d'un fait établi, qu'il fasse mal ou pas. Et il est complètement scandaleux d'ètre accusé d'un "manque d'indépendance" pour avoir établi ce fait. Ne pas le faire aurait été inadmissible et aurait constitué une faute professionnelle grave de la part des enquéteurs du BEA

5 - L'alarme de décrochage est une alarme vitale et a parfaitement rempli sa fonction. Or les pilotes n'y ont pas cru ! Qu'elle ait pu les perturber demeure du possible. Mais il est irréaliste de suggérer de pouvoir la désactiver car le décrochage est justement un des cas les plus graves que peut rencontrer un avion. S'il ne retrouve pas la portance, il va au tapis (la preuve, hélas) . La réaction d'Air France est assez mal venue, et on peut considérer qu'ainsi la compagnie cherche à minimiser le fait que ses pilotes n'etaient pas assez entrainé de son fait par manque de formation, ce dont elle est responsable

6 - Dés les premiers jours, la défaillance des sondes pitot a été identifiée et le BEA a emis une recommandation demandant le remplacement de ce type de sonde sur tous les avions qui en sont équipés. Cet argument est un mensonge.

7 - Ceci n'est pas un "fait", mais un "non-fait". L'A330 a son certificat de navigabilité sans cet équipement comme des milliers d'autres, et celà ne dépend absolument pas du BEA. Ce point peut faire l'objet d'une recommandation, mais uniquement dans le cadre du rapport final

8 - Cette simulation ne répondra à rien puisque les pilotes aux commandes sauront à l'avance exactement ce qui s'est passé. En plus pas en France, bonjour l'insulte. Mais ou ? La plupart des pays européens sont impliques dans le programme Airbus. Donc ou ? Chez Boeing ?

9 - Pas d'objection. La question est: par qui ? (d'assez compétent, évidement).

Fin de la réponse.

Alors oui, tout çà me fait mal. D'abord parce que à travers cette lettre, on peut percevoir la douleur des familles et leur hate à connaitre exactement ce qui s'est passé afin de pouvoir faire leur deuil. Ca me fait mal, parce que tout bien lu, je considère que le travail des experts du BEA est exemplaire à tous les niveaux, 100 % factuel, extrêmement professionnel aussi bien dans la démarche que dans leurs rapports intermédiaires. Ca me fait mal, parce que je considère que la démarche de cet avocat est une insulte aux 228 victimes de la catastrophe. Ca me fait mal parce que cette lettre cherche à toute force à mettre la responsabilité sur l'avion, et que çà fait trés mal d'admettre que les pilotes aient fait collectivement une faute fatale. Et enfin çà me fait mal à l'avance, parce que l'affaire va tomber dans le cadre juridique ou plusieurs entités assistées par un lot d'avocats véreux et corrompus vont se disputer le droit d'établir la vérité sur un sujet auxquels ils ne connaissent rien. Et çà va durer des années, de jugement, en appel, en cassation et jusqu'au niveau européen. Tout çà parce que ce crétin de maitre Fribourg travaille à faire durer l'affaire le plus longtemps possible afin de justifier et de toucher ses honoraires pendants des années. C'est un enfoiré, et je le hais.
Ni bombes, ni roquettes. Foutez VOUS la paix !
Avatar de l’utilisateur
DD
 
Messages: 1528
Inscription: 30 Sep 2007 22:44
Localisation: Bourg Saint Andeol, Ardèche, entre Montelimar et Orange

Re: HISTOIRE VÉRIDIQUE SUR LE VOL D'AIR FRANCE RIO À PARIS

Messagepar DD » 05 Oct 2011 22:35

DD a écrit:...........Et enfin çà me fait mal à l'avance, parce que l'affaire va tomber dans le cadre juridique ou plusieurs entités assistées par un lot d'avocats véreux et corrompus vont se disputer le droit d'établir la vérité sur un sujet auxquels ils ne connaissent rien. Et çà va durer des années, de jugement, en appel, en cassation et jusqu'au niveau européen. Tout çà parce que ce crétin de maitre Fribourg travaille à faire durer l'affaire le plus longtemps possible afin de justifier et de toucher ses honoraires pendants des années. C'est un enfoiré, et je le hais.
Ben voilà, çà commence. Les représentants des familles des victimes ont été reçus aujourd'hui afin que leur soit fait le point de l'avancement de l'enquète. Ca a permis à un des avocats de faire le beau devant les caméras et d'annoncer péremptoirement qu'en fait les pilotes ne savent pas piloter pleinement leur avion, ce sont les ordinateurs qui pilotent.
Un expert le gars. Il vient de découvrir le pilote automatique ! :evil:

Vous savez, c'est presque risible, parce qu'il n'a pas tout à fait tort. Si j'ai bien suivi, le pilote automatique s'est déconnecté à la suite du givrage des sondes pitots, déclenchant un enchainement incroyable qui a abouti au crash. Or, ces sondes ont (semble t-il) dégivré au cours de la chute, les indications de vitesse redevenant valide.

Ca veut dire que si les pilotes avaient rebranché le pilote automatique... l'avion aurait (probablement) redressé tout seul.................................
Ni bombes, ni roquettes. Foutez VOUS la paix !
Avatar de l’utilisateur
DD
 
Messages: 1528
Inscription: 30 Sep 2007 22:44
Localisation: Bourg Saint Andeol, Ardèche, entre Montelimar et Orange

Re: HISTOIRE VÉRIDIQUE SUR LE VOL D'AIR FRANCE RIO À PARIS

Messagepar coriolan » 06 Oct 2011 13:01

Tu sais, DD, tu n'empêcheras pas les connards d'être plus savants que tout le monde et "qu'on autait vu ça s'ils avaient été aux commandes !"

Cette affaire est terrible et il faut relire tes posts précédents qui rapportent les événements minute par minute, seconde par seconde, pour vivre l'enfer ! Mais la vivre, non pas comme quand on connait la fin de l'histoire, mais quand on la fait, l'histoire ! Au prix de ta vie et de celle des autres ! Alors les effets de manchettes devant les caméras, ça me donne envie de faire un mort de plus ! :twisted:
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5920
Inscription: 24 Sep 2007 20:25


Retourner vers Le saviez-vous ?

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron