Qui avait le plus de chance de réussir ?

Casse-têtes chinois!

Modérateur: Guardian

Qui avait le plus de chance de réussir ?

Messagepar DD » 06 Fév 2008 23:31

Petite enigme basée sur un évènement bien réel et connu... et dont la morale s'applique a beaucoup de situations, comme vous le constaterez... plus tard
*************************************************
Histoire de l'aviation, 1927
Quatre équipages se préparent a relier New York à Paris par la voie des airs. Par ordre alphabétique: l'amiral Byrd, le français Fonck, Charles Linbergh, et l'équipage Neuville/Chamberlain.
Points communs: ces quatre équipages tablent sur un vol d'une quarantaine d'heure et tous ont choisi le même type de moteur pour propulser leurs avions, un moteur Wright en étoile de 220 cv, le propulseur le plus fiable de son époque. Pour le reste leur approche diffère, ce qui conditionne le type d'avion qu'ils vont utiliser. Vous savez comment çà se passe en aéronautique: on a un cahier des charges, des obligations, on fait des compromis et on arrive au résultat final. Ca nous donne ceci:
- Lindbergh a décidé de faire tout, tout seul, pilotage, navigation, radio, et pas de dodo pendant quarante heures. Le résultat: le Spirit of Saint Louis. Un moteur, l'essence qui va avec et une cellule juste capable de décoller au devis de poids requis. C'est bon ? C'est bon !
- Neuville et Chamberlain n'ont pas voulu prendre le risque d'un pilote seul a bord et vont se partager les taches. Résultat: un moteur, un poil d'essence en plus, un avion un peu plus gros et un tout petit peu plus lent, mais çà passe. C'est bon ? All right !
- Fonck d'une part, l'amiral Byrd de l'autre adoptent tous les deux une démarche identique, mais radicalement différente de Lindbergh et Neuville. D'aprés eux, les deux équipages ci-dessus prennent un risque démesuré ! Ils décident de partir a quatre, pilote, copilote, radio-mécano et navigateur. A la sortie, un avion nettement plus gros, mais qui necessite du coup deux moteurs. Alors, on rajoute de l'essence, l'avion grossit un peu plus, se trouve ètre trop lent, il faut davantage d'essence, mais alors il est trop lourd, et on doit rajouter un troisième moteur, avec son essence à lui en plus, d'ou l'avion est encore un petit peu plus gros.... Bref ! D'ajustement en ajustement, ces deux équipages se retrouvent au départ avec un gros trimoteur qui répond enfin au cahier des charges. Ok boys; let's go !
Lindbergh a gagné, c'est bien connu. Neuville et Byrd ont également réussi. Belles performances.
Mais au fait: quand on y repense, lequel avait le plus de chances de réussir................... ?
Ne cherchez pas des trucs exotiques. La réponse se déduit directement de ce qui précède. Je vous la donne dimanche.
Dernière édition par DD le 07 Fév 2008 23:41, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
DD
 
Messages: 1527
Inscription: 30 Sep 2007 22:44
Localisation: Bourg Saint Andeol, Ardèche, entre Montelimar et Orange

Messagepar Brumes » 07 Fév 2008 01:26

Est-ce le fait que son avion était le plus léger ? Monoplace, monomoteur, demandant moins d'essence, je crois qu'il avait très peu de ravitaillement, il avait supprimé tout ce qui lui paraissait superflu ? Le moteur a t-il une importance ?

Il avait trouvé une astuce pour ne pas dormir, je ne sais plus laquelle.

Avait-il étudié les courants et s'est-il servi d'eux?

Les autres étant plus lourds ils ne pouvaient pas avoir la même vitesse etc. :roll:
Brumes
 

Messagepar livrerose » 07 Fév 2008 10:33

quatre équipages se préparent a relier par AIR New York à Paris par la voie des AIRS???????

est ce là qu'il faut chercher?................
" c'est en profondeur seulement que les distances se raccourcissent"
PAUL RICOEUR..
Avatar de l’utilisateur
livrerose
 
Messages: 1895
Inscription: 26 Sep 2007 10:15
Localisation: Belgique

Messagepar DD » 07 Fév 2008 23:40

livrerose a écrit:quatre équipages se préparent a relier par AIR New York à Paris par la voie des AIRS???????

Oups; une redite, je corrige. Mais ne cherchez rien de caché, c'est de la simple logique juste un poil technique
Avatar de l’utilisateur
DD
 
Messages: 1527
Inscription: 30 Sep 2007 22:44
Localisation: Bourg Saint Andeol, Ardèche, entre Montelimar et Orange

Messagepar livrerose » 08 Fév 2008 08:35

je pense comme Brumes,.....et la morale de cette histoire serait" qu'on n'est jamais mieux servi que par sois même!"
" c'est en profondeur seulement que les distances se raccourcissent"
PAUL RICOEUR..
Avatar de l’utilisateur
livrerose
 
Messages: 1895
Inscription: 26 Sep 2007 10:15
Localisation: Belgique

Messagepar Nelly » 08 Fév 2008 18:58

Puisque c'est Lindbergh qui a gagné, c'est que c'est lui qui avait le plus de chances de réussir..., à condition de tenir le coup. Il a tout misé sur sa forme physique et tous étaient sujets aux mêmes phénomènes météorologiques que lui.

Les autres avaient des handicaps de poids.
Nelly
 
Messages: 1434
Inscription: 25 Sep 2007 17:12
Localisation: Lorraine

Messagepar DD » 08 Fév 2008 23:18

Non; rien de tout celà. La réponse est liée au nombre de moteur et le risque de pannes.
Quoique "le plus fiable", le risque de panne sur le Wright était loin d'ètre nul. Ce qui veut dire que dans le cas de Neuville et de Lindbergh, la panne de leur unique moteur les aurait envoyé dans l'océan.
Si vous avez été tentés de répondre Byrd, vous faites ce que j'appelle "le syndrome du trimoteur". Or, celui-ci avait besoin de ses trois moteurs pour voler, ce qui veut dire que pour lui aussi, la perte d'un seul moteur lui aurait été fatale. Mais comme il en avait trois, il avait trois fois plus de risques de tomber en panne !!!
Donc, contrairement aux apparences l'équipage qui avait les plus grandes chances était Neuville/Chamberlain car, contrairement à Lindbergh ils pouvaient se relayer, l'un pilotant pendant que l'autre se reposait, ce que Lindbergh ne pouvait pas faire (ce qui rend sa performance d'autant plus remarquable)
Et si certains se sont demandés "Et Fonck, notre petit français ?" Eh bien çà s'est trés mal passé. Surchargé en essence il n'a pu décoller et s'est écrasé hors piste tuant trois des ses quatres occupants. Voyant celà, Byrd qui utilisait un avion identique a pris le risque de partir avec une quantité d'esence plus faible, ce qui lui a valu de terminer en détresse à court d'essence sur une plage de Normandie.
Un américain, débarquant en Normandie, l'histoire était en route !
Avatar de l’utilisateur
DD
 
Messages: 1527
Inscription: 30 Sep 2007 22:44
Localisation: Bourg Saint Andeol, Ardèche, entre Montelimar et Orange

Messagepar Brumes » 11 Fév 2008 09:13

- Effectivement c'était logique. Ce qui a faussé le jugement c'est que Lindbergh ayant gagné, il avait forcément trouvé le bon équipement, la bonne voie.

Comme tu dis sa victoire en est d'autant plus méritoire. Il y a quelque chose avec le sommeil et la nourriture. Il faudra que je cherche.
Brumes
 


Retourner vers Jeux et énigmes

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron