L'affaire LEONARDA

De tout un peu...

Modérateur: Guardian

L'affaire LEONARDA

Messagepar coriolan » 20 Oct 2013 17:57

Pour toute information, sous le lien ci-dessous rapport de l'Inspection Générale de l'Administration.

Et s'il vous plaît qu'on passe vite à autre chose !

http://www.lefigaro.fr/assets/pdf/Leonarda_Dibrani.pdf?m_i=IlHIekL0L8LnwGbB03z2nr7DFNRQeJUdRwE4aFe5i8kBgc7cA

Quant à nos petits étudiants français qu'ils retournent vite à leurs études que nous payons avec nos impôts ! Leur rappeler au passage qu'un chef d'Etat gouverne sous l'effet de sa raison et non de ses émotions ; mais ils ont tout le temps de voir cela plus tard, s'ils travaillent bien ! Sinon, dans le meilleur des cas - qui ne vaut guère mieux que le pire - ils deviendront des flanbys !
L'espoir de l'Océan est au cœur de la Source .
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6018
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: L'affaire LEONARDA

Messagepar coriolan » 23 Oct 2013 17:36

A titre d'info, dans Le Figaro de ce jour :

"Arrivée dans le courant de l'année 2009, la famille Dibrani a bénéficié d'un certain nombre d'aides et de prises en charge par plusieurs structures. Jusqu'à leur départ de France qui aurait coûté près de 12.000 euros.

Elle ne sait plus si elle veut rentrer ou pas. Sollicitée de toute part, la trop jeune Leonarda Dibrani, très suivie par les médias français, «hésite à revenir seule»quand elle s'exprime devant les télévisions, ne le souhaite pas sans sa famille quand elle parle au «Figaro». Une chose est certaine, la famille Dibrani, arrivée dans le courant de l'année 2009, a vécu dans une grande précarité mais a aussi bénéficié rapidement et jusqu'au bout de l'aide de la France.

À Orléans, où elle débarque, la famille vit sous les ponts quelques mois avant de se retrouver à Besançon, pour survivre dans les mêmes conditions. C'est en septembre 2009 qu'elle est prise en charge par le centre d'accueil des demandeurs d'asile (Cada), qui se chargera de lui trouver un logement provisoire à Levier et de scolariser les enfants.

311 euros par mois pour un couple

Les Dibrani bénéficieront alors de l'allocation mensuelle de subsistance à laquelle ont droit tous les demandeurs d'asile. Une somme forfaitaire de base de 311 euros par mois pour un couple, pondérée par le nombre d'enfants à charge. S'est aussi ajoutée la Couverture maladie universelle (CMU). Aidée, logée, la famille bénéficiera de ce soutien tout au long de ses demandes d'asile, celle auprès de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), puis auprès de la Cour nationale du droit d'asile, qui la déboutera une première fois le 31 janvier 2011.

C'est à l'issue de ce premier recours que le Cada aurait dû cesser intégralement d'aider les Dibrani. Ce qu'il ne fera pas complètement. Humanité oblige. En effet, le Cada laisse à la famille la jouissance du logement et transfère le dossier d'allocation au Conseil général, qui continuera alors de lui verser 350 euros par mois et veillera au renouvellement tous les quatre mois de la précieuse CMU.

Les associations, à commencer par le Comité de soutien des sans-papiers, prennent également le relais. C'est le Comité qui paiera l'aide juridictionnelle pour le deuxième recours, mais aussi le voyage aller-retour pour l'audience à Paris ; tout comme la prise en charge régulière des courses alimentaires, des cartes de téléphone et du tabac pour Resat Dibrani. «Et il fumait beaucoup…», se rappelle un bénévole.

Une offre de prime au départ refusée par la famille

La mairie de Levier ne sera pas en reste. Les services sociaux de la petite municipalité accorderont à plusieurs reprises des chèques de 60 à 70 euros pour le ravitaillement au supermarché. Ce système va perdurer au-delà d'avril 2012, date à laquelle le second recours devant la Cour nationale du droit d'asile échoue. Et ce jusqu'à ce que la préfecture du Doubs, qui a toujours eu un œil sur le dossier, ne se résolve à adresser une obligation de quitter le territoire français (OQTF).

Entre avril 2012 et août 2013, les services de l'Office français d'immigration et d'intégration tenteront de convaincre la famille de retourner au Kosovo, moyennant une prime au départ. Des pourparlers financiers s'engagent pour une aide au retour de 8500 euros dans un premier temps puis, devant le refus du père de famille, 10.000 euros seront encore proposés. Peine perdue. Entre-temps, la plainte des jeunes filles contre leur père pour violence a mobilisé la justice, mais aussi et surtout des assistantes sociales qui, au cours du premier semestre 2013, ont visité la famille tous les mois.

Enfin, le départ de la famille a bien sûr eu un coût. Ne serait-ce qu'en frais de voyage. Selon le ministère de l'Intérieur, ces derniers se sont élevés, entre les escortes policières et les billets d'avion, à 11.800 euros. Mais selon la Cour des comptes et les divers rapports parlementaires, le coût total et moyen d'une expulsion serait de 14.500 euros. Et de 18.000 euros si l'on intègre le coût des recours.
"

Information donnée pour servir et valoir ce que de droit !
L'espoir de l'Océan est au cœur de la Source .
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6018
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: L'affaire LEONARDA

Messagepar coriolan » 13 Nov 2013 13:19

Combien a coûté la famille Dibrani aux contribuables français ? 594 697 € !

http://www.observatoiredessubventions.com/2013/combien-a-coute-la-famille-de-leonarda/
L'espoir de l'Océan est au cœur de la Source .
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6018
Inscription: 24 Sep 2007 20:25


Retourner vers Questions d'actualité

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron