Cahier de chansons de Charles PERIN

Carnets de voyage et sujets divers

Modérateur: Guardian

Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 15 Nov 2011 14:40

soldat du 146ème le ligne, 4ème Cie, 1er Bataillon, 1er Peloton, 1ère Section, 3ème Escouade.
Quelque part en France entre 1914 et 1918... (1)
suite à mon message de ce jour, rubrique 'Le traité de Versailles' in fine, sction VIE CULTURELLE, Thème 'Le saviez-vous'.
-------------------------------------------------------------------
1 -..........LA MARGOTTE

1er couplet

Quoi qui t'a passé dans le trognon
A propos de botte
Tu m'plaques sans m'chiper mon poignon
C'que t'es poirotte.
Ma pauvre tête depuis qué' que temps
Faisait ribotte
J'croyais qu' c'était ce muffle de printemps
Ma p'tite Margotte
J'croyais qu'c'était ça la Margotte
La Margotte.

2ème couplet

Tu sais que du matin au soir
Bravement j'turbine
Ne prenant même pasl'temps d'm'asseoir
Lorsque l'on dîne.
Le dimanche au lieu d'ramasser
Une culotte
Je restais là pour t'embrasser
Méchante Margotte
Je restais là près d'ma Margotte
La Margotte.

3ème couplet.

Nous allons revoir le logis
Accours bien vite
J'oublierais, tout ça sera fini
Sans qu'il eut de suite.
J'quitterai l'quartier pour qu'l'on n'dise pas
Qu't'es une marmotte
Nous pleurons tous les deux l'p'tit gars
Ma chère Margotte
J'te f'rai heureuse, va ma Margotte
La Margotte.

Fin.

(1) NB - J'avais écrit sous la rubrique "Le traité de Versailles" : Ca me fait penser que je détiens un 'cahier de chansons' écrit par un soldat, cahier non daté mais orné d'une carte de France sans Alsace-Lorraine (donc antérieure à 1914-18). Il porte en titre : Appartenant à PERIN Charles au 146ème de ligne, 4ème Compagnie, 1er Bataillon, 1er Peloton, 1ère Section, 3ème Escouade. Or, ainsi qu'il apparaîtra en consultant Google au sujet de quelques chansons, certains paroliers n'étant pas nés en 1914, en dépit des apparences le cahier de chansons de Charles Perin ne peut pas remonter à la période 14-18, mais bien à celle de 39-45 !

On m'excusera, je l'espère... (addenda du 27-02-12)
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 16 Nov 2011 19:09

Bien sûr, quand certains vont lire ces chansons , ils ne manqueront pas de faire remarquer qu'ils ont encore dans les oreilles les remarques de vieux de la vieille " Ah ! de mon temps, les chansons, c'était autre chose ! Ca avait du sens !" Et là, je leur balance du pur jus de près d'un siècle qui les déboussole sans doute quelque peu ! " - C'est ça, la chanson qui avait du sens ? " Ben oui... A ma décharge, je dirai qu'il y manque cruellement la musique alors que la chanson populaire est surtout portée par une jolie mélodie qui, ici, fait défaut ! Alors, faisons l'impasse.

NB- A noter qu'on trouvera le texte et la musique de certaines de ces chansons sur Google, en tapant simplement le titre.

Je poursuivrai mon bel effort de rapporteur des chansons de jadis pour une bonne raison. Il y a quelques jours, feuilletant ce carnet, j'y relevai soudain une bribe sur laquelle s'imposa tout de suite une musiquette qui me rappela plein de souvenirs. En la fredonnant et m'y appesantissant, alors la chanson émergea dans son entier et refit surface dans mon subconscient. Ma mère m'avait chanté cette chanson... Oui, c'est bien cela ! Je vous assure que la naïveté de ses paroles n'eut plus du tout d'importance. J'avais rajeuni de plusieurs décennies...

Je vous souhaite, aux uns et aux autres, le même bonheur de redécouvrir votre famille de jadis...

Et puis, à l'aide de la documentation dont je dispose, je vais pouvoir vous traduire - quand je le pourrai - certaines expressions d'hier au fur et à mesure qu'elles se présenteront. Exemple, hier :

poireau ou porreau : Arg. Agent de police de planton. Être poirotte, être bête comme un flic qui poirreaute.

ribotte : état d'ivresse. Faire ribotte, faire la fête.

culotte : Perte importante au jeu : ramasser une culotte.

marmotte : Être une marmotte, dormir profondément ; ne rien voir !


2 -..........LES FILLES-MERES

1er couplet

Elle était bonne dans un petit restaurant
Croyant encore l'amour des hommes sincère.
Elle devint la maîtresse d'un client
Qui disparut la voyant près d'être mère.
Les habitués disaient d'un ton narquois
C'est singulier comme la p'tite bonne profite.
Ici l'on mange des plats de premier choix.
L'air de Nancy fait engraisser la p'tite.
Lorsqu'elle ne put cacher sa position
L'patron lui dit, étranglant de colère,
Vous avez mis la honte dans ma maison
FIchez moi l'camp, je n'veux pas d'une fille-mère.

2ème couplet

Etant sans ressource, à la maternité
Elle vint demander le coeur plein de souffrance
Si on voulait la prendre par charité
Pendant qué'qu' temps avant sa délivrance.
V'nez dans deux mois, répondit l'employé
Lorsque viendra vot' poupon qu'est en route
L'on vous gardera pendant neuf jours entiers
C'est bien assez pour le prix qu'ça vous coûte.
Dans d'autres crêches on lui dit brusquemzent :
Vous n'êtes pas d'Nancy, ça, c'est une autre affaire
Adressez-vous à votre département
Nous ne pouvons nous charger des filles-mères.

3ème couplet.

Les ironies de l'Administration
Faisaient saigner le coeur de la pauvr' gosse
Et les voyous sans aucune compassion
Passaient près d'elle en riant de sa bosse.
A la Mairie, elle vint demander des secours
L'chef de bureau lui dit d'un ton farouche
V'z'êtes trop pressée passez donc un d'ces jours
Quand vous serez relevée de vos couches.
Si vous gardez votre enfant avec vous
On vous don'ra deux langes et une brassière
Un beau berceau d'osier de vingt-neuf sous
Et plus dix francs, c'est l'tarif des filles-mères !

4 ème couplet

Elle se dit, j'vais aller voir mes vieux
Peut-être qu'au village on s'ra plus charitable.
Sans rien manger, les larmes plein les yeux
Elle fit à pied la route interminable.
En arrivant sur la Grand'place, elle vit
Monsieur le Maire discourant d'une voix forte
L'on couronnait la vertu du pays
A bout de force la fille-mère tomba morte.
Avant d'cherche à donner de l'argent
Pour couronner la vertu des rosières
Puisque la France réclame des enfants
Donnez d'abord du pain aux filles-mères.

Fin.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 17 Nov 2011 19:26

3 -..........GERVAISE

1er couplet

Depuis qu'tu m'as quitté Gervaise
Désertant le logis un soir
Me laissant seul dans la fournaise
Je suis r'tourné à l'assomoir.
J'ai bu de l'absinthe comme une brute
Au fond du verre cherchant l'oubli
Mais maintenant, finie la lutte
Je suis heureux, j'n'ai plus de soucis.

1er et 2ème refrain

J'suis gai, je vois la vie en rose
Je ris, ça vaut mieux qu'd'être morose.
Mon coeur comme un papillon
S'envole dans un rayon.
Viens donc Gervaise
Oublions tout c'qui s'est passé
Allons viens vite m'embrasser
Gervaise.


2ème couplet

Je me mettrai plus en ribotte
Gervaise si tu r'venais près d'moi
Je voudrais r'voir la p'tiote
Que t'as emportée avec toi.
De cette gosse c'est moi qui suis l'père
Je l'ai bercée la nuit le jour
C'est l'souvenir de notre misère
C'est l'souvenir d'une nuit d'amour.

3ème couplet

On pourrait r'prendre la vie tranquille
J'en ai assez d'faire le loupeur
De mon métier je suis habile
Et le travail me fait pas peur.
Retir' moi d'la fange où je m'vautre
Tu m'réponds pas, j'te fais horreur
C'est-y qu'tu en aimerais un autre
Oh ! méfie-toi, je ferai un malheur.

3ème refrain

J'suis bête de penser à cette chose
J'en ris cela vaut mieux qu'd'être morose
Tu ne cherches plus à me r'garder
C'est donc vrai que tu n'veux plus m'aimer.
Va t'en Gervaise, ne cherche plus à m'approcher
Catin mauvaise, sinon j'vais t'étrangler
Gervaise.


assomoir : Bistrot. Référence à Zola.

loupeur : Paresseux.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 28 Nov 2011 13:12

4 -.......... LETTRE D'UN BLEU A SA MERE.

1er couplet

Au régiment depuis deux moia à peine
Un bleu rêvait tristement sur son lit.
Car il avait sur les bords de la Seine
Laissé sa mère seul' dans le grand Paris.
La pauvre vieille infirme, le tein bleuâtre,
Par un froid noir vendait jusqu'à minuit
La belle valence aux portes d'un théâtre
Pour se nourrir et payer son logis.
Mais son Jacquot, une fois par semaine,
Lui écrivait afin d'calmer sa peine :

1er refrain

Ma chère maman, c'est ton enfant
Qui te supplie d'être bien courageuse
Après mon temps j' te f''rai sûrement
Oublier ça et tu s'ras bien heureuse
Un an, ça pass' vite après tout,
Va, petite mère, j'te gagnerai des sous
Et tu s'ras heureuse pour la vie
Maman chérie... i... e.


2ème couplet

Ah ! si sa mère avait su,la brav' femme,
Comme ses copains adoraient son Jacquot.
Il était doux, bien noté, eh dame
Suivait l'ploton des élèves caporaux.
Mais v'là qu'un jour, j'crois qu'c'était un dimanche
Sur la grand place soudain il rencontra
Une jeunesse qu'avait la peau si blanche
Que pris d'amour soudain son coeur parla.
Elle était jeune, elle lui tourna la tête
Et l'pauv' naïf écrivit l'coeur en fête :

2ème refrain

Ma chère maman, c'est ton enfant
Qui te supplie d'être bien courageuse.
A mon retour nous s'rons deux pour (...)
Te consoler et pour te rendre heureuse.
J'viens d'faire la connaissance ici
D'une femme que j'aime et qui m'aime aussi.
J'l'épouserai mon année finie
Maman chérie... i... e.


3ème couplet

Mais v'là qu'un soir un copain d'la chambrée
Lui : 'T'as tort d'sortir avec Rosa.'
- Rosa ? Fit-il, mais c'est ma fiancée !
- T'es bête, fit l'autr', c'est une fille à soldats !
Pâle et tremblant, le coeur plein d'épouvante
Il eut les preuves dès le lend'main matin
Et le soir même, écoeuré, l'âme démente
D'une balle au coeur à ses jours il mit fin.
Mais il avait écrit à sa vieille mère
Avant d'mourir, cette lettre, la dernière :

3ème refrain

Ma chère maman, c'est ton enfant
Qui te supplie d'être bien courageuse.
J'avais trop fait de beaux projets ;
La vie, vois-tu, est bête et douloureuse.
Je t'en prie ne refuse pas
Les derniers baisers d'ton p'tit gars
C'est ton cher enfant qui t'en prie
Maman chérie... i... e.


La valence : soirie de Valence (Espagne)
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 30 Nov 2011 14:32

5 -.......... LE COEUR DU PÊCHEUR

1er couplet

Allons pêcheurs mettons-nous en cadence
En pleine mer, étendons nos filets
En pleine mer étendons nos filets.
Nous promettons que si la pêche est bonne
Une croix d’or, un manteau de velours
Une croix d’or, un manteau de velours.
Allons la belle, allons la belle
C’est le dernier baiser d’amour.
Dans ma nacelle
Belle, voici le jour
Pour celle que j’adore
Chantons jusqu’à l’aurore
Chantons, mes amis, chantons,
Chantons, mes amis, chantons
Jusqu’à l’aurore.
Tra-la-la-la-la-la-la-la
Tra-la-la-la-la-la-la-la
Dans ma nacelle, les plaisirs sont doux.
C’est le dernier, dernier, baiser d’amour.

2ème couplet

Tout est calme, tout est tranquille
Tout repose dans cet asile
Parmi nos chants harmonieux
Qui s’élèvent jusqu’aux cieux.
Allons la belle, allons la belle,
C’est le dernier baiser d’amour.
Dans ma nacelle
Belle, voici le jour
Pour celle que j’adore
Chantons jusqu’à l’aurore
Chantons, mes amis, chantons,
Chantons, mes amis, chantons
Jusqu’à l’aurore.
Tra-la-la-la-la-la-la-la
Tra-la-la-la-la-la-la-la
Dans ma nacelle, les plaisirs sont doux.
C’est le dernier, dernier, baiser d’amour.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 01 Déc 2011 17:40

6 - .......... LES BALLONS

1er couplet

Autrefois j'avais de la fortune
Et pour un amour insensé
Pour les caprices d'une brune
Je finis par tout dépenser.
Quand je me fus ruiné pour elle
Et qu'il me resta plus un sou
Alors je vis partir la belle
Et ce jour-là je devins fou
Et depuis au square Montholon
Pour vivre je vends des ballons,
Voilà des ballons !
A qui des ballons !

1er et 2ème refrain

Qu'est-ce donc qui s'envole
Sous la voûte du ciel
Est-ce toi, mon idole
Qui va chez l'Eternel
Ainsi qu'un papillon ?
Vole, vole, Ninon
Mais je suis fou, je perds la boussole,
C'est un de mes ballons qui s'envole.


2ème couplet

L'on m'avait dit : "Elle est cruelle,
Et son amour est calculé ;
Tu souffriras un jour pour elle
Son âme n'a jamais vibré".
Je m'disais : "Ce sont des histoire
Pour troubler son coeur et le mien."
Après je connus les déboires
Quand on aime on n'écoute rien !
Et depuis au square Montholon
Pour vivre je vends des ballons,
Voilà des ballons !
A qui des ballons !

3ème couplet

Bon Dieu, que le diable l'emporte,
Quand je pense à mon triste amour
Je voudrais que Ninon fût morte
Afin d'en finir à mon tour.
Mais si la belle a rendu l'âme
Hélas ! loin de son fol amant
C'est un ange en un corps de femme
Elle est au ciel assurément.
Et depuis au square Montholon
Pour vivre je vends des ballons,
Voilà des ballons !
A qui des ballons !

3ème refrain

Sous mes pieds le sol bouge
Je vois la tour Eiffel.
Ce sont mes ballons rouges
Qui m'emportent au ciel.
Adieu heureux mortels
Je vais chez l'Eternel
Et là, j'espère revoir mon idole
Avec mes ballons, je m'envole.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 11 Déc 2011 17:08

7 -.......... LA BERCEUSE AUX ETOILES

1er couplet

La nuit, pauvres orphelins
Que faites-vous dans la brume,
Lorsque les blonds chérubins
Dorment dans leur lit de plume ?
Les petits ont répondu :
" Nous n'avons pas de fortune,
Notre berceau fut vendu ;
Notre maman, c'est la lune ".

2ème couplet

Dites, pauvres amoureux,
En cette nuit de décembre
Seriez-vous pas plus heureux
Près du feu, dans une chambre ?
Les amants ont répondu :
" Qui dont paierait l'hôtelière ?
Le seul lit qui nous est dû
Est fait de mousse et de lierre ".

3ème couplet

Dites, pauvres matelots,
Courageux pêcheurs d'Islande,
Regrettez-vous vos lits clos
Tout là-bas, sur la mer grande ?
Les marins ont répondu :
" Avant que l'eau nous submerge
Aucun lit ne nous est dû,
l'Océan est notre auberge ".

4ème couplet

Dites, les guetteurs du soir:
Soldats, douaniers, garde-côtes,
Qui sans crainte et sans espoir
Veillez sur les mauvais hôtes,
Pour dissiper votre ennui
Bercer l'esprit qui s'isole
Qu'entendez-vous dans la nuit ?
" C'est une voix qui console ".

Refrain

Pendant que les Heureux,
Les Riches et les Grands
Reposent dans la soie
Ou dans les fines toiles,
Nous autres, les parias,
Nous autres, les errants,
Nous écoutons chanter
La berceuse aux étoiles.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 13 Déc 2011 18:24

8 -.......... LILAS BLANCS

1er couplet

Elle naquit par un dimanche
Du plus joli des mois de mai,
Quand le printemps à chaque branche
Suspend un bouquet parfumé.
En l'admirant toute petite
Au fond de son berceau tremblant
Sa mère l'appela tout de suite
Lilas Blanc ;
Mon brin joli de lilas blanc.

2ème couplet

Elle poussa, douce fleurette,
Dans le fond d'un pauvre faubourg,
Et dans une triste chambrette
Sans lumière et presque sans jour.
En la voyant toujours pâlotte
Avec son sourire dolent
Chacun surnommait la petiote
Lilas blanc ;
Petit bouquet de lilas blancs.

3ème couplet

Puis quand elle eut ses douze années
Lumineuse ainsi qu'un rayon
Elle fit comme ses aînées
Sa première communion.
Quand vers l'autel d'un air modeste
Elle s'avança d'un pas lent
L'on aurait cru voir un céleste
Lilas blanc ;
Un frais bouquet de lilas blancs

4ème couplet

Et puis ce fut l'apprentissage
Au cours duquel un beau garçon
Remarqué souvent au passage
Lui fit la cour une saison.
Puis un jour il lui dit : 'Je t'aime'
Ajoutant plus d'un mot tremblant,
L'appelant 'ma mignonne' et même :
Lilas blanc ;
Mon brin joli de lilas blanc.

5ème couplet

Hélas bientôt l'infortunée
Vit la fin de son beau roman
Car elle fut abandonnée
Par son lâche et volage amant.
Cacha si bien sa peine affreuse
Tout au fond de son coeur brûlant,
Qu'elle en mourut, la malheureuse
Lilas Blanc
A l'heure où meurt le lilas blanc...
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 14 Déc 2011 19:28

9 - .......... ELLE EST DE L'ITALIE

1er couplet

Un Français se promenant un beau soir
Dans Milan vit une fille à l'oeil noir,
Très bien faite et seulette.
Il l'accosta le coeur rempli d'espoir.
La mignonnne parlait pas très bien le français
Mais l'amour seul son coeur le comprenait
Car poème, la nuit même
Elle s'endormait pendant qu'l'amant chantait :

Refrain

Elle estde l'Italie
Ma mie, jolie,
J'ai l'âme toute ravie.
En voyant ses beaux yeux
Il dit à la fillette
Fleurette, coquette,
A Paris ma brunette
On s'épousera tous les deux.


2ème couplet

S'bécotant comme des moineaux
Ils partirent en bâtissant des châteaux.
L'amoureuse, toute heureuse,
A son doigt blanc voyait déjà l'anneau.
Le jeune homme l'emmena chez ses parents
Mais ceux-ci qui n'connaissaient qu'l'argent
L'air sévère, s'écrièrent
D'vant la fillette et tout en la toisant :

Refrain

Elle est de l'Italie
Ta mie, jolie,
Qu'elle r'tourne en sa patrie
Pas d'étrangère chez nous.
Et l'coeur gros d'la brunette,
Simplette, pauvrette
Sans retourner la tête
S'enfuit on ne sait où.


3ème couplet

Fou d'amouril fouilla tous les pays
Mais jamais, jamais il ne la revit.
Et l'pauvre gosse, faisant la noce
Au cabaret chaque nuit s'abrutit.
Oh ! Parents n'brisez pas l'coeur des enfants
Quand ils s'aiment, mariez-les tout simplement
Car la vie est finie
Pour ce pauvre gars qui chante en titubant :

Refrain

Elle estde l'Italie
Ma mie, jolie.
J'ai l'âme toute meurtrie.
Je pense à elle toujours
Et profitant son (...)
Nuit sombre, dans l'ombre
Sous les étoiles sans nombre,
Un fou se meurt d'amour.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 16 Déc 2011 16:19

10 - .......... RENTRONS, MIMI

1er couplet

Gamin d'Paris, minois joli,
C'était une petite ouvrière.
Mimi Pinson, était son nom
Elle vivait seule avec sa mère.
Chaque soir en rentrant de son atelier
Il fallait la voir trottiner
Car la p'tite songeait tout en s'dépêchant
Aux conseils donnés par sa maman :

1er et 2ème refrain

Voici la nuit, le jour s'enfuit,
Allons Mimi, rentrons vite au logis.
Songe bien, si parfois tu t'arrêtes,
Que là-bas ta maman est inquiète.
Dans le dodo, il fait si chaud,
Lorsque l'on dort les heures semblent si brèves
Et toujours la nuit trop tôt s'achève.
Allons Mimi, rentrons vite au logis.


2ème couplet

Mimi Pinson, d'un beau garçon
Un certain soir fit la conquête.
Avec le temps, chemin faisant,
Cela devint une amourette.
Chaque soir il disait : "Pourquoi donc rentrer ?"
Et Mimi faillit lui céder
Mais chaque fois au moment de faire le faux pas
Une voix lui murmurait tout bas :

3ème couplet

Le beau galant, alors voyant
Que Mimi voulait rester sage,
S'en fut gaiement, à sa maman
La demander en mariage.
Et depuis il vient la chercher comme avant
Car elle est sa femme maintenant.
Bras dessus, bras dessous, le coeur tout joyeux,
Et c'est lui qui murmure amoureux :

3ème refrain

Voici la nuit, le jour s'enfuit
Allons Mimi, rentrons vite au logis.
Loin des yeux de la foule indiscrète
J'aime tant notre doux tête à tête.
Dans le dodo, il fait si chaud,
Lorsque l'on s'aime les heures semblent si brèves
Et toujours la nuit trop tôt s'achève
Allons Mimi, rentrons vite au logis.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 17 Déc 2011 18:36

11 - .......... LE RÊVE de M. DRUMONT

1er couplet

A la suite d'un affreux gueuleton
Après avoir bouffé comme quatre,
Sébastien Faure et le père Drumont
Se disputaient prêts à se battre ;
C'était à propos d'un petit,
Tout petit fromage à la crême.
Il était si frais, si gentil
Que chacun voulait le bouffer soi-même.

2ème couplet

Le père Drumont s'écria soudain
Pour que la discussion s'achève :
" Le fromage sera demain matin
A celui qui aura fait le plus beau rêve."
Ils s'endormirent mais dans la nuit
Sébastien trouva bien plus sage
De se lever seul et sans bruit,
Et d'aller bouffer le fromage.

3ème couplet

Le lendemain le père Drumont
S'éveillant dès la première heure,
Il secoua son compagnon
Qui ronflait comme un sénateur...e (sic).
Il lui dit d'un air important :
" Mon cher tu as perdu d'avance
Je viens de faire un rêve épatant.
Ecoute-moi ça, je commence."

4ème couplet

Je dormais lorsque je vis le ciel s'entrouvrir
Et le Bon Dieu parmi les anges
Me faisait signe de venir
Afin de chanter ses louanges.
Sur un gros nuage de feux
Deux aigles royaux magnifiques
M'emportèrent vers le ciel bleu
Au son d'une douce musique.

5ème couplet

" Ah ! ça tout de même, c'est épatant,"
Dit Sébastien d'une voix brève :
" Précisément à cet instant
Je commençais aussi mon rêve
Et lorsque je vous ai vu partir
Vers le ciel bleu, sur un nuage
Croyant qu'vous n'alliez plus revenir
Alors j'ai bouffé le fromage."
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 18 Déc 2011 18:17

12 - .......... JOCELYN

1er couplet

Cachés dans cet asile
Où Dieu nous a conduits,
Unis par le malheur
Durant les longues nuits,
Nous reposons tous deux
Endormis sous leurs voiles
Ou prions aux regards
Des tremblantes étoiles.

Refrain

Oh! ne t'éveille pas encore
Pour qu'un bel ange de ton rêve
En déroulant son long fil d'or
Enfant, permette qu'il s'achève.
Dors, dors, le jour à peine a lui,
Vierge sainte, veillez sur lui.


2ème couplet

Sous l'aile du Seigneur,
Loin des bruits de la foule
Et comme un flot sacré
Qui doucement s'écoule
Nous avons vu les jours
Passer après les jours
Sans jamais nous lasser
D'implorer son secours.

Chercher sur Google sous le titre : La berceuse de Jocelyn Par A. Dassary, le refrain est un régal !
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 19 Déc 2011 14:26

13 - .......... MAMAN LA BATAILLE

1er couplet

Les cabaret des "Bons enfants"
N'a que des soldats pour clients
Car on y boit du vin clairet
Qui vous fait tendre le jarret.
C'est une bonne vieille au pas tremblant
Qui vous accueille en souriant
Et lorsque le vin est versé
Elle aime à parler de son passé :
" Orpheline d'un vieux sergent
Enfant, j'avais l'allure garçonnière
Et j'ai porté fièrement
L'uniforme alors coquet de cantinière.

1er refrain

" Quand j'avais ving ans
Plus d'un bleu, sacré bleu,l'âme éprise
Pour mes blanches dents
Aurait bien oublié sa promise.
Souvenirs vaillants, croix, rubans,
Glorieuses ferrailles,
Tout ça, mes enfants,
C'est l'histoire de Maman
La Bataille.


2ème couplet

" Enfant de la balle, aimant le métier,
Je m'épris d'un sous-officier,
Un noble coeur fier et vaillant
Tombé plus tard en combattant,
Car on s'battait dur en c'temps-là
Et fallait une action d'éclat
Pour mettre la croix sur le dolman ;
On l'a plus facilement maintenant.
Suivant toujours mon régiment
Portant crânement l'flingot en bandoulière,
J'ai fait l'coup de feu souvent
Car j'étais autant troupier que cantinière.

2ème refrain

" J' n'avais plus vingt ans
Mais j'avais quand l'soleil durement tape
Pour les défaillants
Un cordial qui ramène à l'étape.
Et quand les blessés
Tout fièvreux s'entassaient sur la paille
Combien furent sauvés
Grâce aux soins de Maman
La Bataille.


3ème couplet

" Allons enfants, buvez un coup,
J'fais crédit à ceux qu'ont pas le sou.
On vienrt d'sonner le coup d'l'étrier (1)
Va falloir rentrer au quartier
J'suis la maman des p'tits pioupious
Car j'eus un fils gai comme vous
Et quand je vous cause comme aujourd'hui
Je crois être encore avec lui.
C'était le plus beau du régiment
Un gars très bien bâti, j'en étais fière.
A peine normmé sergent
Il est parti mourir à la frontière.

3ème refrain

" Il avait vingt ans
Et comme vous souriait à la vie.
Ah ! les jours sanglants
De chagrin ma pauvre âme est meurtrie.
J'aime mon pays
Mais la mère en moi doute et défaille.
En pleurant mon fils
Je maudis à jamais
Les batailles !
"

(1) coup de l'étrier : le dernier verre que l'on boit avant de partir.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 21 Déc 2011 12:54

14 - .......... C'ETAIT UN RÊVE

1er couplet

Figure-toi, Suzon ma blonde
Qui te plaît à me tourmenter,
Qu'un rêve le plus beau du monde
Hier est venu me visiter.
Je te voyais dans ma chambrette,
L'amour te menait près de moi,
Et tu baissais un peu la tête
Pour me cacher ton doux émoi.

Refrain

Quand mon regard vers toi se lève
Je vois bien à ton air moqueur
Que tant d'ivresse et de bonheur
Ce n'est qu'un rêve.
Quand mon regard vers toi se lève
Je vois bien que ce n'est qu'un rêve.


2ème couplet

Je te disais : regarde ma mie,
Pour cette fête de nos coeurs
Dans les buissons, dans les prairies,
J'ai fait une moisson de fleurs.
J'ai paré les murs d'églantines,
De roses le sol est semé.
Ainsi, pour nos amours divines
J'ai fait un doux lit parfumé.

3ème couplet

Tes lèvres pour payer ma peine
Se tendaient comme un doux baiser
Et le parfum de ton haleine
Vite achevait de me griser.
Hélas ! tout cela n'est qu'une heure,
Ton coeur est fermé pour toujours,
Et tu ne vois pas que je pleure
Et mes vingt ans et nos amours.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 23 Déc 2011 19:52

15 - .......... AU BAIN DE MER

1er couplet

Au bain de mer l'année dernière
Une mignonette ouvrière
Voulut un jour prendre leçon
D'un professeur de natation.
Il lui revêtit son costume
Et ses petits pieds frôlaient l'écume
Quand il la plongea subitement
Dans l'eau amère en lui disant :

Refrain

Le ciel est bleu, la mer est belle
Faut retenir ce que l'on vous apprend.
Etendez les jambes, Mademoiselle,
Et portez les bras en avant.
Le ciel est bleu, la mer est belle
Faut retenir ce que l'on vous apprend.
Etendez les jambes, Mademoiselle,
Et portez les bras en avant.


2ème couplet

Oh ! Le méchant ! s'écria-t-elle,
" Ayez pitié d'une demoiselle
Qui n'a jamais pris de bain froid
Et qui grelotte entre vos bras."
Mais lui sans pitié la rejette !
Et dans les vagues où notre pauvrette
Trouva l'eau moins froide qu'avant
Et s'fit bercer tout doucement.

3ème couplet

C'est une affaire d'habitude.
La leçon n'a pas été rude
J'vais vous montrer et pour finir
Une chose qu'il faudra bien retenir.
Permettez que ma main vous soutienne
Si vous voulez, prenez la mienne
Pour faire la planche et sans frayeur
Voici le moyen le meilleur.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 28 Déc 2011 19:41

16 - .......... LINA

1er couplet

Lina, quand la nuit d'un geste infini
Sur les flots calmés va jeter son voile,
Sais-tu ma charmante au regard béni
Où vient s'allumer la première étoile ?
C'est dans tes yeux, Lina,
Ô Lina ma belle,
A ta prunelle
Où l'or étincelle,
C'est dans tes yeux, Lina,
Ô Lina ma belle,
Que je vois chaque jour
Flamber l'amour.

2ème couplet

Lina, quand demain, baignant l'horizon
L'aurore naîtra, douce et lumineuse,
Sais-tu quel sera le premier pinson ?
Où chantera-t-il sa chanson joyeuse ?
C'est dans ta voix, Lina,
Ô Lina ma belle,
Ta voix plus frêle
Qu'un battement d'aile.
C'est dans ta voix, Lina,
Ô Lina, ma belle,
Que j'entends chaque jour
Chanter l'amour.

3ème couplet.

Lina, quand viendra le printemps vermeil,
Le printemps à qui sourit chaque chose,
Sais-tu sous les yeux dorés du soleil
Où viendra s'ouvrir la première rose ?
C'est dans ton coeur, Lina,
Ô Lina, ma belle.
Fleur éternelle
Mais toujours nouvelle,
C'est dans ton coeur, lina,
Ô Lina ma belle,
Que je vois chaque jour
Fleurir l'amour.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 29 Déc 2011 16:36

17 - .......... MA BERGERE

Je suis le pâtre des montagnes,
J'aime l'air pur, la liberté,
Le brillant soleil des campagnes
Et le firmament étoilé.
j'ai pour palais une chaumière
Où sans souci du lendemain,
Le soir, en guise de prière,
J'entonne ce joyeux refrain :

Tyrolienne

Ah ! li, di, lo, i, ti, li, a, la, la, ti, di, di,
Lo, i, ti, ti, ti, di, di, io, i, ti, ti, li, di,
Io, i, ti, li, a, la, la,ti, di,di,
Io,i, ti, la, i, la, i, la, i, ti, a, la, la, li, di, di,
Io,i, ti, la, i, la, i, la, i, ti, a, la, la, i, la, i, la,i
Ti, a, la, la,i, la, i, la, i, ti, a, la, la, li, di
Io, i, ti, ti, a, la, la, ti, di, di,
Io, i, ti, la, i, la, i, la, i, ti, a, la, i, ti, i, a.
pl

2ème couplet

Aussitôt que paraît l'aurore
Mon troupeau comme un voile blanc
S'étend sur le coteau que dore
Le rayon du soleil levant.
Tout s'anime dans mon empire
Les oiseaux voltigent dans l'air
Envoyant à Dieu leur sourire
Dans un mélodieux concert.

3ème couplet

Devant ce bonheur sans nuage
Parfois je me prends à rêver
Mon coeur me dit en son langage
Je crois qu'il est bien doux d'aimer.
Dieu nous a mis sur cette terre
C'était pour aimer son prochain
Mon prochain, c'est une bergère
Je l'attends sur ce gai refrain.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 19 Jan 2012 17:09

18 - .......... DOUCE PRIERE

1er couplet

Adieu douce ivresse,
Baisers et caresses.
Nous nous quittons,
Tu le veux chère maîtresse.
Mon coeur est en peine
Et mon âme est pleine
D'un violent désespoir
De ne plus te revoir.

Refrain

Malgré mes pleurs, mes voeux, ma douce prière,
Sans un regret
Pour toujours tu pars ce soir.
Douce maîtresse, amante que je vénère,
Je te dis aimée si chère :
Pas adieu, au revoir.


2ème couplet

Oh !ma toute belle
Ne sois pas cruelle.
Pense un instant
Que je fus toujours fidèle.
Ne sois pas traîtresse,
Songe à ma tendresse
Reviens à ton amant
Qui t'aime follement.

3ème couplet

Oh ! terrible alarme
Je verse des larmes
Affreux malheur
Je ne verrai plus tes charmes.
Mais pourtant j'espère
De te revoir ma chère
Et posséder ton coeur,
Véritable bonheur.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 22 Jan 2012 16:03

19 - .......... COMME ON AIME

1er couplet

Quand il vit cette belle enfant
C'était tout près du jour de l'an
Sur le boulevard Poissonnière,
D'vant une baraq' ell' regardait
Des bijoux qu'elle marchandait.
D'un' voix douc' comme une prière
Ne sachant comment lui causer
Le jeune homme' se mit à tousser,
Ca lui fit détourner la tête
Et fournit au gars l'occasion
Qu'il aurait payée d'un million,
D'entamer enfin la causette :
"Oh ! Permettez-moi, s'il vous plaît,
Dit-il, d'vous offrir ce brac'let.

1er refrain

Comm' du blé mûr, elle était blonde
Comm' des saphirs étaient ses yeux,
Il lui dit, avant qu'ell' réponde :
Ah ! De vous je suis amoureux.
Si vous vouliez bien me comprendre
Ah ! Ce serait l'bonheur suprême
Je voudrais pouvoir vous apprendre
Comme on aime.


2ème couplet

D fil en aiguille ell' le suivit.
Et dans un' brasserie vers minuit
Ils grignotèrent des écrevisses.
Le gars sortit d'là sans un rond
Mais s'dit : Bah! d'main j'tap'rai l'patron,
Il ne me r'fus'ra pas ce service !
Voyant qu'elle voulait s'en aller
Dans l'cou il lui mit un baiser
En lui murmurant en sourdine :
"Par ce froid comm' c'est ennuyeux
D'dormir tout seul, tandis qu'à deux
Ca doit être bien bon, je l'devine !"
Elle lui dit : "Puisque c'est si bon,
Voyons si vous avez raison.

2ème refrain

Comm' du blé mûr elle était blonde,
Comm' des saphirs étaient ses hyeux.
Devant les agents, d'vant tout le monde
Ils s'bécottaient comm' des heureux.
Il lui d'une voix douce et tendre
"Ah ! Ce sera le bonheur suprême,
Tu vas voir, mon rat, j'vais t'apprendre
Comme on aime.


3ème couplet

Ils s'aimèrent tout un printemps
Parlant de mariage souvent.
La p'tite était bonne et câline.
Mais un jour l'gars en travaillant
Tomba malade et sans argent.
Sans travail, ce fut la débine
Je n'veux pas qu't'ailles à l'hôpital
Lui dit la p'tite, l'voyant très mal.
J'vais d'mander quèqu'sous à ma tante.
Et le soir elle revint apportant
Deux beaux louis d'or de vingt francs.
Mais en le voyant rougissante
Il lui dit : "D'où vient donc cet or ?"
D'un vieux, dit-elle, qu'j'ai vu dehors !

3ème refrain

Tout affolé, la traitant d'grue
Il la flanqu' dehors, sans pardon.
En pleurant elle part dans la rue
Et l'soir se j'ta par dessus l'pont.
Il n'eut d'elle qu'un mot très tendre
Qu'il garde comme un bien suprême:
" Chéri, t'aurais pas dû m'apprendre
Comme on aime.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 25 Jan 2012 14:45

20 - .......... MA GOUAPE

1er couplet

Je sais qu' l'on trouve des demoiselles
Dans les jupons de leur maman,
Qui n'connaissent pas toutes les ficelles,
Tous les trucs, tous les boniments.
C'sont des immaculées, des novices,
Avec un pantalon fermé,
Qui rougissent comm' des écrevisses
Et sont en bois au mois de mai.
Pour sûr qu'l'on s'rait comme elles tout d'même,
Une innocente, un p'tit trésor
Si vous n'connaissiez pas Victor.
On n'réfléchit pas quand l'on aime.

2ème couplet

Je sais que l'on trouve dans les banques
De vieux messieurs qui, d'leur argent,
S'arrangent pour que rien ne vous manque
Et ne sont pas trop exigeants.
Mais mon Victor est un grand maigre
Et quand il me tient dans ses bras
On ignore tout c'qui est d'la peine,
Mais d'la galette, il n'en a pas.
Il m'fiche des coups, ça colle tout d'même,
C'est rouge et bleu de sur ma peau,
Je suis déguisée en drapeau.
On n'réfléchit pas quand l'on aime.

3ème couplet

Je sais qu' l'on peut être un honnête
Pour tout de bon faire semblant
Avec d'l'oranger sur la tête.
Fraîche comme un pommier tout blanc,
S'avancer courbé sous les cierges
Mais pas de bâtards comme enfants.
Mais quoi, Victor, il a la flemme
D'aller d'vant des autels bénis
Il préfèr' les hôtels garnis.
On n'réfléchit pas quand l'on aime.

4ème couplet

J''aime à dormir sur son épaule,
J'ai l'coeur ensorcelé pour lui.
Quand il s'en va, j'pleur' comme un saule
En plein jour il m'semble qu'il fait nuit.
Mais le soir quand il rentre tard
J'devine qu'il a joué au couteau
Mais après tout comme c'est mon mâle
J'lui demande rien, j'lave son paletot.
Quand la rousse vient, j'm'accuse moi-même,
J'disparais un an de plein air.
Mais j'l'ai sauvé d' monsieur Deibler. (1)
On n'réfléchit pas quand l'on aime.


(1) Anatole Joseph François Deibler (29 novembre 1863, Rennes1 - 2 février 1939, Paris) fut un bourreau français. Il est considéré comme le bourreau français le plus célèbre, pour plusieurs raisons. Il a succédé directement à son père au poste d'exécuteur en chef, poste qu'il occupa 40 ans durant. Sur une carrière de 54 ans, il participa à l'exécution de 395 personnes dont 299 en tant qu'exécuteur en chef.
Il exerça à une époque où les exécutions étaient publiques et où les médias friands de sensationnalisme et s'équipant de photographes et de caméras firent de lui une sorte de célébrité. Il représentait une forme d'institution anachronique, transposant le rituel médiéval du bourreau dans un monde plus moderne ou règnent les automobiles, la technologie et les médias de masse.

(Wikipédia)
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 26 Jan 2012 18:06

21 - .........LA MARQUISE

Mignonne vous souvenez-vous
De la maison blanche à Suresnes
Où je vous donnais rendez-vous
Là-bas, tout au bord de la Seine.
Vous y veniez, le coeur joyeux,
En simple bonnet de grisette
Et près de mon coeur amoureux
Vous sentiez bon la violette.

1er, 2ème et 3ème refrain

En ce temps-la vous aviez pour blason
Vos beaux yeux bleus, vos lèvres de cerise
Et vous aviez mes baisers pour fleurons (bis)
En ce temps-la (bis)
Vous n'étiez pas Marquise.


2ème couplet

Vous aviez de si blanches dents
Oh ! ma mignonne, tant aimée,
Et vous étiez comme au printemps
Petite rose, toute embaumée.
Vous arriviez dès le matin
En été par un temps superbe,
Et tous deux, au fond du jardin,
Nous allions déjeuner sur l'herbe.

3ème couplet

En ce temps-la vous portiez encor
Votre robe de mousseline
Vous n'aviez pas un cercle d'or
Au talon de votre bottine.
Je vous aimais mieux autrefois
Sans diamant, ne vous déplaise,
Et tous les deux, le long du bois
Au mois de mai cueillant la fraise.

4ème couplet

Maintenant sous vos petits pieds
Vous avez des tapis, ma chère,
Et vous regrettez les sentiers
Où l'on se promenait naguère.
La richesse peut vous charmer
Pour la vie, elle est bien douce.
Mais chère, il est si doux d'aimer
Au clair de lune sur la mousse.

4ème refrain

Si j'étais roi, vous auriez pour blason
Vos beaux yeux bleux, vos lèvres de cerise
Vous n'avez plus mes baisers pour fleurons (bis)
Mignonne adieu (bis)
Car vous voilà Marquise !
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 30 Jan 2012 18:17

22 - .......... MA PETITE BRETONNE

1er couplet

J'flânais un soir, plac' Pigall
Rêvant d'amour idéal
D'une femme qui m'donn'rait son coeur
Et dont j'possédrais la fleur,
Quand soudain d'vant moi
J'aperçus le plus joli minois
Naïf et coquet,
C'était mon rêve qui passait.
Sans le vouloir instinctiv'ment
Le la suivis en détaillant.

1er refrain

Son p'tit bonnet blanc, son tablier noir,
Une croix pendue
En guis' de sautoir
Lui donnaient une mine ingénue.
Et d'vant ses grands yeux, ses grands yeux si bleus
J' m'écriai joyeux :
" Ah ! qu'elle est mignonne
La petit' Bretonne ! "


2ème couplet

Ell' se r'tourna en souriant
Je l'abordai timid'ment :
" Permettez-moi d'vous offrir
Ce bouquet... ça m' f'rait plaisir."
Je lui fis la cour,
Lui jurant de l'adorer toujours.
Enfin, triomphant
Je l'emm'nai dans mon log'ment.
Elle se fit prier, supplier,
Puis finit par s'déshabiller.

2ème refrain

Sans son bonnet blanc, sans tablier noir,
Sa p'tite croix pendue
Sur sa peau d'ivoire
Ell' semblait encor plus ingénue.
Et d'vant tant d'ardeur, j' lui dis sincèr'ment :
" Je n'os' plus maint'nant
Tu es trop mignonne
Ma petit' Bretonne ! "


3ème couplet

Ell' me répondit alors:
" Tu m'fais d'la peine mon trésor,
Pens'-tu que je n'sais pas, chéri
C'que nous somm' v'nus faire ici ?
J'fus pendant trois ans
Etoil' du demi-monde élégant.
Mais maint'nant vois-tu
Chapeaux, toilett', ça n'rend plus.
Les homm' sont dev'nus si vicieux
Il leur faut tous la p'tit' fleur bleue.

3ème refrain.

" Et mon bonnet blanc, mon tablier noir,
Et ma croix pendue
Ca, c'est pour les poir'
Qui cherch' à s'offrir des ingénues.
Tu vois comm' travail si c'est réussi !
Alons, sois gentil
Elle s'ra bien mignonne
Ta petit' Bretonne ! "


à écouter sur Google
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 01 Fév 2012 13:25

23 - ......... NE TIRE PAS SUR NOUS

1er couplet

Si le clairon sonne l'alarme,
Réfléchis bien petit troupier
De sang ne rougis pas tes armes
En tirant sur les ouvriers,
Car notre cause, c'est la tienne
Cell' pour qui tu lutt'ras demain,
C'est la cause prolétarienne
En combattant, nous défendons ton pain.

2ème couplet

L'ouvrier n'est pas une machine
Comm' le rich' c'est un être humain
Il est las de courber l'échine
Et d'entendr' chez lui dire :"J'ai faim !"
Jadis il se laissait conduire
Comme on conduit un vrai troupeau,
Mais depuis il a su s'instruire
Et le révolte surgit de son cerveau.

3ème couplet

Nous ne voulons plus de misère,
Pour nos droits nous voulons lutter ;
Et sans haine, sans colère
Mais aussi, avec ténacité.
Nous n'demandons pas la richesse
Mais un peu plus d'égalité ;
Nous combattons la détresse
Cela au nom de la fraternité.

Refrain

Petit pioupiou
N'tire pas sur nous,
Nous sommes tes frères de misère.
Ne fais pas feu,
Ô malheureux !
Tu peux tuer ton père,ta mère.
Petit pioupiou,
N'tire pas sur nous
Nous sommes tes frères de misère ;
Un jour viendra
Tu comprendras
Avec le peuple tu marcheras.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 05 Fév 2012 18:21

24 - ..........L'espionne allemande

1er couplet

Parmi les cavaliers, les brillants équipages,
Faisant le tour du lac par un beau jour d'hiver,
Dans un traîneau lancé par deux chevaux sauvages
Apparaît une femme aux grands yeux bleus de mer.
Quelle est cette inconnue à la pose alanguie
Cachant ses blanches mains dans un manchon soyeux,
Quelqu'un sait-il son nom, connaît-il sa patrie,
Et pourquoi sur son front ce pli mystérieux ?

Refrain

Cette étrange beauté dont le regard commande,
Eh bien, c'est paraît-il la lionne du jour.
On la nomme tout bas l'espionne allemande
Elle a Judas pour maître et pour arme l'amour !


2ème couplet

Sous les lambris dorés la valse tourbillonne,
L'air est tout embrasés de parfums enivrants
L'on danse à l'Elysée, l'on s'amuse, on rayonne ;
Ce ne sont que plumets, crachats (1) et diamants.
Quelle est donc cette femme ardente et curieuse
Dans l'ivresse du bal enlaçant son valseur
Ce sourire amoureux sur sa lèvre rieuse
N'est-ce pas un serpent caché sous une fleur ?

3ème couplet

Entendez-vus ces cris de foi et d'espérance ?
C'est la revue ; l'ont voit comme en un champs d'épis
Défiler les spahis, les hussards bleus de France
Et les drapeaux au vent flotter sur les képis.
Quelle est cette étrangère au milieu de la foule
Dont le sourir' railleur insulta nos clairons
Et dont les yeux, pendant que le torrent s'écoule,
Semblent compter chevaux, fantassins et canons ?

4ème couplet

Pourquoi donc chaque soir cette porte secrète
D'un air mystérieux s'ouvre-t-elle sans bruit,
Quel est donc le Français qui, sans courber la tête,
Se livre à l'espionne et la reçoit la nuit ?
Se glissant dans son lit, la folle aventurière
Espérant d'un seul coup en lui volant l'honneur
Surprendre tes secrets, oh !France hospitalière,
Afin de mieux t'abattre et mieux te mordre au coeur ?


(1) crachat : (...) (arg.) Plaque des degrés supérieurs d'un ordre de chevalerie.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 06 Fév 2012 17:16

25 - .......... LA VOIX DES CHÊNES

1er couplet

Quand le soleil s'enfuit à l'horizon,
Semant la nuit sur les monts et la plaine,
Le vent du soir fait passer un frisson
Sur la forêt où sommeille le chêne.
Et l'on entend monter comme un doux bruit
Sous les rameaux au milieu du silence :
C'est la chanson de l'amour qui commence,
Hymne éternel qui vibre dans la nuit.

Refrain

Si vous rêvez d'amour
Dans les forêts prochaines
Écoutez au déclin du jour
La voix des chênes :
Elle vous parlera d'amour
Elle vous parlera d’amour
La douce voix
La douce voix des chênes.


2ème couplet

Chez nos aïeux, les farouches Gaulois,
Aux temps passés, on vénérait les chênes
Et leurs guerriers, à l'abri des grands bois,
Ont défié les légions romaines,
L'arbre divin s'en souviendra toujours;
Les soirs d'hiver, quand la rafale gronde
Il semble encore vouloir jeter au monde
Les fiers défis de ses anciens beaux jours.

Refrain

C'est du vieux sang Gaulois
Qui coule dans ses veines
Allez, le soir, au fond des bois,
La voix des chênes
Vous parlera des fiers Gaulois
Vous parlera des fiers Gaulois
La grande voix
La grande voix des chênes.


3ème couplet

Il me souvient qu'un jour je parcourais
Le beau pays de l'antique Lorraine,
Je m'arrêtai près des vieilles forêts
Pour écouter ce que disait le chêne,
Un vieux géant, roi de l'immensité,
Parla longtemps de notre belle France,
Comme un clairon sonnant la délivrance,
Enflant sa voix, il cria : « Liberté »

Refrain

Lorrains ! la liberté
Plane à travers vos plaines
Écoutez dans l'obscurité
La voix des chênes,
Elle chante la liberté
Elle chante la liberté
L'immense voix
L’immense voix des chênes.


à écouter sur Google.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 07 Fév 2012 16:54

26 - .......... La légende des flots bleus

1er couplet

Sur le rivage, où la barque légère
Est au repos,
Les enfants jouent, loin des yeux de leur mère,
Aux matelots
Renouvelons, dit l'un d'eux, l'aventure
De Robinson
Hissons la voile en haut de la mâture
Le vent est bon !

Et les petits enfants
S'éloignent en chantant :
Tirons les avirons
Et filons en cachette,
Sur l'aviron, tirons
Que pas un ne s'arrête.
Ohé ! tirons
Mais là bas, tout là bas, dans le vent qui soupire
La voix du vieux clocher tinte et semble leur dire :

Refrain

Petits enfants prenez garde aux flots bleus
Qui font semblant de se plaire à vos jeux.
Les flots berceurs font pleurer bien des yeux
Petits enfants prenez garde aux flots bleus.


2ème couplet

Ils sont partis sur la barque légère,
Les trois p'tits gars ;
Ils sont partis se disant que leur mère
Ne l'saura pas
Mais les flots bleus que la brise taquine
Se sont fâchés,
La voile blanche et le mât qui s'incline
Sont arrachés.

Et les petitis enfants
Joignants leurs doigts tremblants
Le regard suppliant
Et les yeux pleins de larmes
A travers l'ouragan
Jettent ce cri d'alarme :
"Maman, Maman !"
Mais là bas tout là bas dans le vent qui fait rage
La voix du vieux clocher tinte à travers l'orage :

Refrain

Petits enfants dans les flots furieux
Levez vos mains vainement vers les cieux
Les flots berceurs font pleurer bien des yeux
Pleurez, enfants perdus dans les flots bleus.


3ème couplet

Sur le rivage où la vague légère
Semble expirer,
Cheveux épars, dès lors la triste mère
Revint pleurer,
Sa pauvre tête, hélas, comm' le navire
A chaviré
"Le ciel, dit-elle, à travers son délire
S'est éclairé" !

Et trois anges tout blancs
Ont pris mes trois enfants !
Ecoutez leurs sanglots
C'est leur voix qui m'appelle
Comme aux jours où le flot
Engloutit leur nacelle
Maman, maman !
Ecoutez c'est leur voix ! Hélas, mon Dieu je rêve
C'est le vent, c'est le flot qui mugit sur la grève".

Refrain

Petits enfants prenez garde aux flots bleus
Qui font semblant de se plaire à vos jeux.
Les flots berceurs font pleurer bien des yeux
Petits enfants dormez dans les flots bleus.


à écouter sur Google - par Berthe Sylva.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 12 Fév 2012 18:09

27 - .......... LA DETTE DU GARS

1er couplet

Elle n'avait en r'venant de son village
Pour tout bagage que son ouvrage
Et comme elle était très naïve
Il arriva ce qu'il arrive.
Un jour, sans avoir fait la noce,
Elle eut un gosse, ce fut atroce
Chassée partout à cause de lui
Elle disait: " le pauvre chéri

1er refrain

" C'est mon gars, je m'suis laissé faire
"J'ai fauté, c'est vrai mais pourtant
" Faut-il qu'à la ville on soit assez méchant
" Pour qu'un gosse paye la faute de sa mère !
" C'est mon gars, moi, j'l'aime et d'abord
" En trimant j'caresse tout d'même un rêve
" S'il veut, qu'il m'aime, quand il s'ra fort
" Il faut bien que j'l'élève.

2ème couplet

Voulant surtout en faire un homme
Elle trima comme une bête de somme,
Et l'gosse à l'abri d'la misère
Grandit tout comme ceux qu'ont un père.
Quand il sortit d'apprentissage
Manquant d'ouvrage il dit : 'J'm'engage'.
Sur son livret d'soldat il lut :
Qu'il était né d'père inconnu.

2ème refrain

"Mon pauv' gars j'voulais pas qu'tu l'saches,
Dit la mère "pourtant tôt ou tard
"T'aurais su qu't'étais qu'un pauv' bougre, un batard
" Est-ce ma faut' si ton père fut un lâche ?
" Mon p'tit gars, fais comme tu voudras
" Y en d'autres qui m'jett'ront p't'être la pierre
"Toi, j'espère bien, qu'tu comprendras
" Qu' j'ai fait mon devoir de mère ".


3ème couplet

Le gars partit la tête basse
Sans qu'il l'embrasse, ce fut le coup de grâce.
" Il me méprise, se disait-elle,
" Pourqu qu'il m'donne de ses nouvelles."
Mais le soldat n'écrivait guère.
Va, pauvre mère, suis ton calvaire.
Trois ans après il r'vint pourtant,
Il avait les galons d'sergent.

3ème refrain

" C'est mon gars, dit-elle tout en larmes,
" Embrasse-moi, j'veux pas te r'tenir
T'as su faire' ton chemin, va si c'est ton avenir. "
Mais il dit : "J'aime pas le métier des armes
" Contre des vêtements d'ouvriers
" J'vais changer mes effets militaires
" Et pour nous deux,j'vais travailler,
" J'te dois bien ça, ma mère.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 27 Fév 2012 16:35

28 - .......... MORALE A LA DEBAUCHE

1er couplet

Ben quoi ! tu n'rentres pas mon homme ?
Te v'la encore chez l'marchand d'vin ?
J'sais bien qu' t'es pas méchant en somme
Mais tu ne n'penses pas qu'il faut du pain.
J'sais bien qu' tu peines à ton usine,
Tu donnes ta force, tu donnes ton sang,
Mais si tu bois c'sera la famine
Et tes pauvres gosses sont innocents.

Refrain

Puisque t'es en train, finis ton verre
Et puis rentrons à la maison.
Faut être sérieux quand on est père,
Tu sais bien qu' c'est moi qu'ai raison.


2ème couplet

N'écoute donc pas tes camarades,
Ceux qui t'entraînent et t'veulent pas d'bien.
J'comprends qu'on boive une bonne rasade
Mais l'homme qui s'saoûle, c'est un vaurien !
Puis quand t'as bu plus qu'd'ordinaire
Tu perds ta force, tu deviens fou
Et quoi qu't'es bon dans ta colère
Les gosses et moi, l'on reçoit des coups !

3ème couplet

A force de boire t'as mauvaise mine
Tu perds ta force et ton patron
Il t'flanquera à la porte d'l'usine ;
Qu'est-ce qu'on f'ra quand y'aura plus d'ronds ?
Tu veux donc qu'on traîne la guenille ?
Tu veux donc nous j'ter sur l'pavé ?
Ou bien qu'ta femme fasse la fille ?
Ou qu'la misère nous fasse crever ?

4ème couplet

Sans vouloir vous faire la morale,
A vous mes frères, braves ouvriers,
Vous qui réclamez la 'sociale'
Appliquez-la dans vos foyers.
Celui qui boit n'est qu'une brute
Un maître qui terrorise les siens,
Un être qui n'mérite que l'insulte
Et non le titre de citoyen.

Dernier refrain

Après l'travail qu'on vide un verre
Et puis qu'on rentre à la maison !
Faut être sérieux quand l'on est père ;
Public, dis-moi si j'ai raison !
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 12 Mar 2012 17:34

29 - .......... LES VEINES

1er couplet

L'homme est un butor
Qui n'a jamais tort.
Voilà ce que dit la femme,
Plaignez mon sort.
Voilà bien ce qu'elle proclame.
Mais quand elle dit
Que tout nous est permis,
Permettez que je réclame.
Souvent je vois
Le contraire devant moi.
Quand une dame vous monte sur le pied
Ecrasant l'orteil dans le soulier
Nous sourions d'un air ahuri
On dirait que nous disons merci.

Refrain

En même temps nous ajoutons : " qu'elle bonne aubaine
Ca m'a fait du bien, eh bien, recommencez donc."
Quand je vous dis que les hommes ont toutes les veines
Eh oui ! toutes veines nous les avons.


2ème couplet

Quand le maestro
Attaque au piano
D'une polka la ritournelle,
D'un pas pressé
Nous allons vers la plus belle.
Pour nous éviter
D'un petit air pincé
J'ai promis, nous répond-elle !
Ou bien, c'est mieux :
J'ai la migraine, monsieur.
Mais la maîtresse de maison
S'approche et nous dit sans façon :
"Faites donc danser, monsieur Julot,
Madame la comtesse de cent kilos !"

Refrain

Elle nous colle dans les bras une vraie baleine
On dirait que nous faisons danser le Panthéon.
Quand je vous dis que les hommes ont toutes les veines
Eh oui ! toutes veines nous les avons.


3ème couplet

On jouait dernièrement
Quelque chose d'épatant
Un vaudeville vraiment folâtre.
Ce soir je me dis
Faut que je me paye le théâtre.
Je m'installe mais bientôt
Une dame en chapeau
Avec des épaules d'albâtre
D'un air narquois
Vient s'asseoir devant moi.
Je n'ai pas vu le jeu des acteurs,
Je n'ai vu que des plumes et des fleurs
Et un gros oiseau empaillé
Dont la queue me chatouillait le nez !

Refrain

J'avais beau me tortiller, je n'ai pas vu la scène,
Je suis sorti de là tordu comme un tire-bouchon.
Quand je vous dis que les hommes ont toutes les veines
Eh oui ! toutes veines nous les avons.


4ème couplet

Je possède trois moutards
Lucien, Paul, Edouard.
Comme ma femme aime la nature,
Le dimanche au bois
Je promène ma progéniture.
Sur le dos j'ai le cadet,
D'une main un filet
Et de l'autre j'pousse la voiture.
Ma femme me suit
En faisant des tas de chichis.
Et quand, éreinté, je lui dis :
" Voilà deux heures que j'porte le petit ! "
Elle me répond " Je t'en prie, tais-toi,
Moi, je l'ai bien porté neuf mois ! "

Refrain

Et je repars alors jusqu'au bois de Vincennes
Où je dis en déposant gosses et provisions :
" On peut dire que les hommes ont toutes les veines,
Ah ! oui, toutes veines nous les avons. "
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Cahier de chansons de Charles PERIN

Messagepar coriolan » 20 Mar 2012 13:24

30- .......... MA MIETTE

1er couplet

Dans un beau pays
Sous le ciel du midi
Vivaient seuls dans leur chambrette
Depuis quelque temps
Deux tout jeunes amants,
Vincent avec sa Miette.
Lui l'adorait
Mais il travaillait
Tout le jour loin de son amie.
L'coeur joyeux, la journée finie,
Auprès d'elle il revenait
L'embrassant tendrement
Il chantait amoureusement.

1er refrain

Ma Mimi, ma petite Miette,
Toi la plus jolie des brunettes
Avec toi je voudrais toujours
Chanter la chanson de l'amour.
Tes beaux yeux et ta frimoussette
Me feront perdre un jour la tête.
Ton petit coeur près de mon coeur
Ma Miette, c'est un vrai bonheur.


2ème couplet

Un vieux libertin
De Miette eut l'béguin,
Lui promit bijoux, richesses.
Elle résista,
Mais plus tard elle céda
Croyant à ses bell' promesses.
Très malheureux
Un soir l'amoureux
Se r'trouva seul dans sa chambrette.
Elle était partie sa Miette
Pour Nancy sans lui dire adieu.
Tristement, le coeur gros,
Il murmura dans un sanglot.

2ème refrain

Ma Mimi, ma petite Miette,
Toi la plus jolie des brunettes
Avec toi je voulais toujours
Chanter la chanson de l'amour.
Tu veux être belle et coquette
Des galants faire la conquête.
Sans retour s'enfuit mon bonheur
Ma Miette, tu m'as brisé le coeur.


3ème couplet

L'amour par l'argent
Ca ne dure qu'un temps
Elle fut délaissée bien vite.
Alors elle pleura,
Et bien souvent jura
De rester sage, pauvre petite !
Dans son pays,
Près de son ami,
Elle revint toute simplette,
Lui disant : "Pardonne à Miette,
Vois mes larmes, mon coeur est contrit".
Tout ému par ses pleurs,
L'amoureux dit avec douceur.

3ème refrain

Ma Mimi, ma petite Miette,
T'avais fui pour faire la fête
Mais la grande vie dans Nancy
Ca n'vaut pas le coeur d'un ami.
J'ai beaucoup souffert, tu regrettes
Je pardonne, sois toujours honnête.
Que rien ne sépare nos coeur,
Ma Miette, c'est le vrai bonheur.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5868
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Suivante

Retourner vers CONTES, RECITS, etc.

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron