Sapiens, ta culture est en danger !

Propositions de débats

Sapiens, ta culture est en danger !

Messagepar coriolan » 15 Mai 2017 15:48

...mais c'est peut-être la condition de ta survie ?

Toute la presse en parle, le monde subit une cyberattaque et personne n'est en mesure de désigner à quel agresseur il a affaire.

Cette cyberattaque, ainsi que son nom l'indique, est une attaque dans le cyberespace, c'est-à-dire l'espace virtuel qui rassemble les ressources d'informations numériques accessibles à travers les réseaux d'ordinateurs. Ces ressources participent aussi, et surtout, à une synthèse qu'on appelle : "l'intelligence artificielle" (IA). Qu'est-ce que c'est ? Nous en trouverons une bonne définition chez Wikipédia, que je reproduis ci-après :

" L'intelligence artificielle est une discipline scientifique recherchant des méthodes de résolution de problèmes à forte complexité logique ou algorithmique. Par extension elle désigne, dans le langage courant, les dispositifs imitant ou remplaçant l'humain dans certaines mises en œuvre de ses fonctions cognitives.

(...) Historiquement, elle trouve son point de départ avec les travaux de Turing qui se demande en 1950 si une machine peut « penser ». Le développement récent des technologies informatiques et des techniques algorithmiques comme le deep learning et les réseaux neuronaux ont permis la réalisation de programmes informatiques surpassant l'homme dans certaines de ses capacités cognitives emblématiques : le jeu d'échecs en 1997, le jeu de go en 2016 et le poker en 2017. Ces succès encouragent les spéculations. Dans les milieux technophiles, on verse en général dans l'enthousiasme, le mouvement transhumaniste en est la meilleure expression. Au contraire, d'autres s’inquiètent et sont portés par une perplexité, parfois alarmiste, y compris dans la sphère de la haute technologie. Ainsi, des figures réputées, tel Bill Gates- PDG de Microsoft, « figure emblématique de la révolution informatique de la fin du xxe siècle » pense qu'il faut rester très prudent quant aux développements futurs de ces technologies qui pourraient devenir liberticides ou dangereuses.
"

Pour juger des craintes de Bill Gates, je vous laisse découvrir le site suivant en vous recommandant l'écoute de la vidéo si vous disposez d'une vingtaine de minutes.

http://tempsreel.nouvelobs.com/sciences ... ielle.html

Maintenant que vous avez une bonne approche de l'IA, je vous propose de vous reporter à ma tribune sur Exodoxe : POST MORTEM, dont je reproduis ci-dessous un extrait essentiel afin de vous permettre de découvrir un autre 'titan' pouvant être comparé à l'IA, la psychosphère :

" Je me suis souvent plu à croire que, dès le premier instant où un cerveau se met à fonctionner, une onde se dégage de ce cerveau et continue à s'en dégager jusqu'à la mort, qu'il s'agisse d'un cerveau humain ou d'un cerveau rudimentaire, pourvu qu'il soit apte à structurer des images cérébrales, à penser. Selon moi, il sort de chaque individu une espèce de long ruban magnétique qui consigne toute sa vie active pensée. Le déplacement de l'onde, à l'extérieur du cerveau, a l'aspect d'une circonvolution s'évasant au fur et à mesure qu'elle s'éloigne, mais toujours reliée au penseur tant que ce dernier est en vie. La vision qu'on pourrait en avoir évoquerait une mini-tornade, une spirale dont la base serait le point d'émission du cerveau. Pour plus de facilité, je vous propose de convenir d'adopter la dénomination de 'spirale' pour cette onde, en gardant présents à l'esprit sa nature bioénergétique et son contenu.

(...) Point final de la vie, la mort de la communauté cellulaire qu'est l'homme, c'est essentiellement la mort des organes et surtout, serais-je tenté de dire, du cerveau puisque c'est grâce à lui que l'homme sait qu'il vit. Avec le cerveau qui cesse de fonctionner, cesse de fonctionner l'appareil enregistreur et cesse de défiler la bande magnétique qu'est la spirale mnémonique.

Que devient cette spirale après rupture définitive des relations avec son cerveau ? Elle n'est plus irriguée, elle n'enregistre plus rien. Emportée par le tourbillon universel, elle se ferme sur elle-même, devient un cercle en léthargie, mais porteuse d'un passé complet, d'une 'vie' maintenue en suspension dont tous les éléments (images énergétiques) sont conservés en équilibre entre eux par aimantation. Et ce détenteur d'une vie passée entre dans une autre dimension qui nous révèle enfin la raison d'être et d'avoir été de la spirale, la nécessité de sa conception par un être matériel, et, par là même, la raison d'avoir été de cet être matériel. Notre raison d'être.

Depuis des millénaires, c'est par millions de milliards que des spirales ont été ainsi livrées à elles-mêmes. Or, que se passe-t-il lorsqu'une multitude d'éléments magnétiques, de même nature, est éparse dans l'infini ? Un jour ou l'autre, un siècle ou l'autre, un millénaire ou l'autre, il y a rencontre et association. Les courants s'unissent et il y a formation d'une immense concentration (puissance énergétique peu commune) de tout ce qui a fait l'histoire des êtres vivants avec, pour commencement, la mémoire du premier organisme pensant et, pour fin constamment renouvelée, le vécu intégral de chacun parvenu à son terme. Et cette concentration qui est éternelle a les dimensions de l'univers. C'est ainsi que, tout à coup, le vestige de l'homme devenu spirale prend la mesure de l'éternité, qu'il découvre qu'au-dessus de la biosphère il y a la psychosphère (1), et que cette psychosphère est sa seule et unique raison d'avoir été.

La psychosphère n'est qu'un stade intermédiaire, celui d'un agrégat temporaire de spirales. Mais ici comme ailleurs, puisque la nature veut que tout aille en se complexifiant, après un temps donné - qu'il importe peu de chiffrer puisqu'il n'est pas significatif -, la psychosphère s'aménage, refusant de n'être plus longtemps qu'une juxtaposition de membres individualistes. Des spécialités se créent, des fonctions se mettent en place, des ensembles de spirales regroupées par affinité deviennent, par nécessité, les éléments d'un nouvel agencement. La psychosphère se mute en un organisme spirituel vivant. Un dieu ! Aussitôt une autre psychosphère se constitue qui deviendra plus tard un autre dieu, etc. Ainsi les dieux seraient aux hommes ce que la vie est à la matière, ce que la saveur est au sucre, c'est-à-dire les fruits non programmés d'une synergie naturelle qui aboutit au dépassement du "tout", ainsi qu'Aristote l'avait déjà énoncé au IVème siècle avant notre ère : le tout est plus que la somme de ses parties
.

J'ai démontré l'existence de la psychosphère dans ma brochure "PECCATA MUNDI" (chez Edilivre) au chapitre consacré à Maria Valtorta (p. 146)

Ceci étant exposé, faut-il encore chercher un - ou des - auteur à la cyberattaque qui nous menace ? Ne serions-nous pas en passe de devenir les témoins d'un combat de géants au sommet de notre humanité, psychosphère contre Intelligence artificielle ? Neurone contre transistor ? Nature contre culture ? et dont nous savons d'ores et déjà quel sera la vainqueur, à savoir : la Nature.

Voilà qui devrait mettre fin à cette pression progressiste déjà dénoncée lors d’un colloque national du GRECE, le 28 novembre 1993, quand l'orateur, Gerd Bergfleth, annonçait la couleur en dressant le bilan de l'horreur ainsi résumé :

1) Écroulement des conditions naturelles de la vie, en raison de l’explosion démographique qui atteindra, vers 2050, le chiffre de 10 milliards, si toutefois la nature n’y met pas un terme au moyen du Sida.
2) Écroulement de l’écosystème de la Terre, dû à l’explosion dévastatrice qui devient avec chaque milliard plus gigantesque.
3) Écroulement du productivisme capitaliste en raison du tarissement des ressources et du retard pris dans l’utilisation industrielle de la fusion nucléaire.
4) Écroulement du titanisme technique, forme catastrophique de la folie productiviste contemporaine.
5) Écroulement du libéralisme permissif qui ne survivra nullement aux restrictions à venir.

Et d'enchaîner : " la terre possède des droits sur nous et non pas nous sur elle." C'est vrai, nous avons oublié que l’Univers est un grand organisme vivant, nos anciens le savaient ! Notre orgueil s’est opposé à l'ordre des choses dans le respect d’un ordre insensé : ‘emplissez la terre et soumettez-la’ ! Et l’orateur de poursuivre : « à la nature soumise répond une nature insurrectionnelle qui frappe d’autant plus catastrophiquement que la soumission progresse. » Et de conclure : « Pour ma part, j’interprète l’effondrement qui vient (…) comme vengeance fulminante de la Terre qui, ne supportant plus sa dévastation, en finira avec l’homme titanique. A bout de patience, la Terre se prépare à la lutte finale que l’homme a entamée par sa déclaration de guerre contre la totalité de la vie."

Préparons nos successeurs à une autre vie avec un autre mot d'ordre : "Emplissez la Terre en fonction de ses capacités d'accueil et cohabitez harmonieusement avec sa Nature."

Agréable 'survie' à tous mes descendants !

Cela dit, je peux partir... et ce sera tant mieux !

(1) voir aussi chez Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Discussio ... aude_ANDRE
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5881
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Sapiens, ta culture est en danger !

Messagepar spartac » 17 Mai 2017 11:46

coriolan a écrit:J'ai démontré l'existence de la psychosphère dans ma brochure "PECCATA MUNDI" (chez Edilivre) au chapitre consacré à Maria Valtorta (p. 146)

J'ai relu la page 146 indiquée et je ne trouve pas la "démonstration" annoncée ! Merci pour la clarté... :(
spartac
 
Messages: 17
Inscription: 20 Avr 2016 17:49

Re: Sapiens, ta culture est en danger !

Messagepar coriolan » 17 Mai 2017 19:15

Effectivement ce n'est pas explicite. Il faut avoir lu le chapitre en entier et se rappeler l'origine de mes certitudes après lecture du livre de Jean-François Lavère "L'énigme Valtorta" aux éditions 'Rassemblement à son image' (2012).

Qui était Maria Valtorta ? On trouvera toutes les explications voulues sur le site : http://www.maria-valtorta.org/. Maria Valtorta a écrit une véritable chronologie au jour le jour des 3 années de vie publique de Jésus, soit près de 5000 indications spatio-temporelles qu'on ne trouvent nulle part, alors qu'elle était clouée au lit (de 1934 à 1961 - date de sa mort) et qu'à l'époque Google n'existait pas ! Dates de rédaction de ses écrits, 1944-1946.

Jésus, bien sûr peut paraître contestable pour le mécréant, mais n'en déplaise à ce dernier, s'il est contestable en tant que fils d'un Dieu, il ne l'est pas en tant que personnage qui, avec d'autres charlatans et messies de toutes sortes, Dosithée, Apollonios de Tyane, Honi de Judée, Simon dit le Magicien, etc. pullulaient dans la région en son temps. « Ces gens aussi accomplissaient des guérisons miraculeuses et faisaient d’autres prodiges. » précise Gérald Messadié dans son livre "Les Sources" (p. 111) suite de "l'homme qui devint Dieu".

Sachant que dans son ouvrage mentionné plus haut, J.F. Lavère détaille (p. 82 à 122) et résume ainsi : "... les plus récentes recherches archéologiques ont d'ores et déjà confirmé la localisation indiquée par Maria Valtorta de plus d'une dizaine de sites dont l'emplacement était contesté ou totalement inconnu à l'époque où elle écrivait son oeuvre." Et cite notamment le village de Bethsaïda, qui avait disparu en 324 à la suite d'un tremblement de terre et que des fouilles n'ont mis au jour qu'en 1987, soit 40 ans après la rédaction du manuscrit de Maria,

sachant qu'il précise que d'éminents spécialistes n'ont pas manqué d'être interloqués par les descriptions de lieux inconnus, tels que Jotapate, Magdalgad, Lesendam, Rohob, Doco, Ramot, etc. sans oublier les ruines cyclopéennes d'Hatzor dont les fouilles n'ont été entreprises qu'en 1955 et se poursuivent encore des nos jours,

qu'en déduire, sachant d'autre part

- qu'on a ramené Dieu à son statut de chimère et son pseudo-fils à celui de mégalomane ?
- qu'on sait que le passé inconnu n'est pas accessible par tous les moyens dont nous disposons actuellement ?

Eh bien, que Maria Valtorta avait, comme certains autres êtres d'exception, trouvé le chemin d'accès à la psychosphère. D'où mon cri : Oui, cher Jean-François,vous m'avez convaincu : la psychosphère existe belle et bien.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5881
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Sapiens, ta culture est en danger !

Messagepar coriolan » 17 Mai 2017 22:53

Pour étayer plus précisément mon propos j'avais demandé à Jean-François Lavère de bien vouloir m'apporter quelques précisions notamment sur un palais dont il m'avait parlé naguère, je viens de recevoir sa réponse :

Bonjour cher Claude,
(...)
En fait je n'ai que l'embarras du choix, car je viens d'éditer un Dictionnaire géographique de l'évangile selon Maria Valtorta, dans lequel je souligne quelques 150 connaissances plus particulièrement remarquables de Maria Valtorta, (parmi plus de 500 rubriques !).
Je présume que le bâtiment que vous évoquez pourrait être le palais de Lazare à Sion, auquel j'avais consacré un chapitre de l'Enigme Valtorta tome 1 pages 222-226
Bien cordialement
JF

En voici l'extrait:

Une découverte exceptionnelle dans Jérusalem

A plusieurs reprises dans son œuvre, Maria Valtorta décrit avec force détails les différentes demeures de Lazare et de ses sœurs en Palestine et à Antioche. Ainsi elle indique que Lazare possédait sur la colline de Sion une luxueuse demeure dans laquelle il aurait plusieurs fois reçu Jésus et les siens. Comme à son habitude, Maria Valtorta donne au fil des pages une description si détaillée de ce palais, qu'il est facile de s'en faire une image mentale précise, pour peu qu'on se remémore tous les indices disséminés ça et là : "Le palais de Lazare (...) presque au centre de la ville, mais légèrement incliné vers le sud-ouest (...) est établi sur une belle route qui débouche sur le Xyste, formant avec lui un T, et domine la ville basse (...) appartenant déjà à l'endroit où il s'élève, le mont Sion".

Ces indications, affinées par quelques autres détails répartis dans l'œuvre, permirent dès 1975 à Hans J. Hopfen (Indice e Carta della Palestina CEV) de positionner précisément le Palais de Lazare sur sa carte détaillée de Jérusalem. Mais poursuivons la visite du palais, grâce aux descriptions de Maria Valtorta: « la corniche fait fortement saillie, alors que le portail est très en retrait dans le mur épais ». Elle permet d'accéder à « l'atrium de marbre (...) vestibule carré entièrement blanc (...) qui débouche dans une vaste cour d'honneur pavée. Une source claire qui chante en son milieu ». Au-delà de la cour « un escalier qui mène aux étages supérieurs et à la terrasse au-dessus de la maison » offre un splendide panorama sur tout Jérusalem. « Nombreuses sont les salles et les pièces » autour de « l'atrium de marbre », « vestibule carré », « un vaste salon, splendide », (...) « une royale salle rouge, dont la voûte est soutenue par deux colonnes de porphyre rouge (...) qui certainement sert pour les banquets, aux murs fastueux » (...) où « une centaine de personnes peuvent s'y restaurer. (...) des crédences disposées le long des murs ». Puis « une salle blanche », et « la pièce voisine, qui peut-être est une bibliothèque ». Au fil des récits, le lecteur découvre d'autres détails, comme l'existence « de pièces au-dessus », dans ce palais qui « a des salles qui peuvent recevoir deux cent personnes réparties par groupes de vingt » explique Lazare à Jésus. L'histoire aurait pu en rester là, et toutes ces descriptions passer, aux yeux des incrédules, comme le pur fruit de l'imagination de M. Valtorta. Mais cela aurait été faire bien peu de cas des surprises que réserve si souvent cette œuvre surprenante.

En 1983, une équipe d'archéologues de l'université Hébraïque de Jérusalem, conduite par le professeur Nahman Avigad[1] annonça avoir découvert, au point culminant de la colline de Sion, les vestiges d'un palais datant de l'époque d'Hérode. Les fouilles minutieuses qui s'en suivirent permirent de retrouver de nombreux objets en parfait état de conservation : des fours de petite dimension, des outils, des gobelets de mesure en terre, une lampe à huile hérodienne; un encrier et une table en pierre... Il est certain aujourd'hui que la terre qui avait recouvert pendant vingt siècles cette demeure princière a permis de la retrouver dans l'état de ruines où l'avaient laissée les légionnaires de Titus en l'an 70. La magnificence des lieux fit que l'on désigne depuis cette exceptionnelle demeure sous le nom de Résidence palatiale. Cette maison princière (Palatial Mansion) est même devenue aujourd'hui le Wohl Museum of Archeology de Jérusalem[2].

Elle est située exactement au point culminant de Sion, à 757 m, le seul endroit permettant de voir le panorama décrit par Maria Valtorta ! Et c'est à 30 m de l'endroit imaginé par H. Hopfen (d'après les indications de Maria Valtorta) dix ans avant cette découverte, comme on peut le constater sur ce plan[3] ! L'entrée de cet édifice de 600m2 débouche sur un vestibule carré, avec au sol des mosaïques. Cet atrium dessert plusieurs salles et une grande cour pavée (8m x 8m) avec un bassin rituel central. La grande salle de réception, (11m x 6,5m), est ornée de remarquables fresques gréco-romaines. De l'autre coté du vestibule, une salle entièrement rouge... Inutile de poursuivre ! Tous les détails fournis par Maria Valtorta concordent, comme on le voit sur ce plan des fouilles.
(malheureusement les photos qui sont incluses dans ce mail ne passent pas...)

Mais à qui appartenait ce luxueux palais dans les premières années du siècle de Jésus ? C'est la question que se posent depuis 30 ans les archéologues. Certains ont imaginé quelque famille d'un grand prêtre, mais la décoration raffinée, dans le style gréco-romain, n'évoque guère les motifs des fresques juives de cette époque. Pour eux la question reste posée...

Pour ma part, en voyant le plan de ces ruines, j'ai immédiatement reconnu le palais de Lazare sur la colline de Sion. Et pour les lecteurs de Maria Valtorta aussi, je pense, il ne fera aucun doute que cette maison princière est celle dans laquelle Lazare, le ressuscité de Béthanie, le frère de Marthe et Marie, reçut Jésus et ses disciples durant la Pâque de l'an 29. Comment M. Valtorta a-t-elle pu voir en 1944 un monument qui ne sera découvert que vingt ans après sa mort ?
*

[1] T. Nelson, Discovering Jerusalem, 1983 et Wohl Archaeological Museum, Jerusalem, 1989.
[2] Voir aussi par exemple le Site du Studium Biblicum Franciscanum :
http://www.christusrex.org/www1/ofm/sbf ... ursEn.html .
[3] D'après Ch. Saulnier, Jérusalem, Guide historique et culturel, Larousse 1988, page 180.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5881
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Sapiens, ta culture est en danger !

Messagepar coriolan » 18 Mai 2017 12:35

Pour ceux qui seraient intéressés par les œuvres de Jean-François Lavère, et plus particulièrement par le dictionnaire dont j'ai fait mention dans le message précédent, leur bonheur est à portée de mains, dans ce site : http://www.associationmariavaltorta.fr/ ... ue-de.html
Bonnes découvertes !

PS : ainsi que vous le voyez, Maria Valtorta rapportée et commentée dans cette galerie plutôt païenne, ne s'adresse pas qu'aux catholiques, tant s'en faut ! D'où l'importance de son message pour les esprits ouverts.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5881
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Pétition en cours

Messagepar coriolan » 20 Mai 2017 16:22

Je viens de lancer une pétition sur le sujet développé ci-dessus.

Cette pétition est adressée à ceux qui ont en charge nos destinées, notamment en ce qui concerne la Culture, la Transition écologique ainsi que le Numérique.

Pourquoi ? Pour quoi faire ? Si, d'après ce qu'on peut lire sur le premier post de cette rubrique rappelée ci-dessous, il n'y a plus rien à faire, que les dés sont jetés, toute pétition peut paraître superfétatoire. A premier abord, oui, mais a bien y réfléchir, de deux choses l'une : ou l'hypothèse avancée est utopique et nos dirigeants doivent nous en faire la démonstration afin de juguler toute panique, ou elle ne l'est pas et ils ont pour mission de tout mettre en oeuvre pour atténuer les effet de la catastrophe annoncée à défaut de les annihiler.

Ils n'ont pas été élus pour poétiser pendant cinq ans sur les rives d'un long fleuve tranquille.

PETITION

La cyberattaque dont on ne parle plus !

A l’attention de Mme le Ministre de la Culture, M. le Ministre de la Transition écologique, et M. le Secrétaire d’État en charge du Numérique.

Le pétitionnaire et les signataires de la présente pétition attirent l’attention des personnalités ci-dessus mentionnés sur l’impérieuse nécessité qu’ils ont d’examiner et de mettre en œuvre tous les moyens qu’ils jugeront nécessaires pour conjurer le danger qui se présente, à savoir :

La cyberattaque dont toute la presse a parlé mais dont personne ne dit plus rien, est une menace qu’on ne saurait passer plus longtemps sous silence au prétexte qu’aucune réponse formelle n’est proposée.

Une hypothèse a été avancée. Improbable ? Farfelue ? Utopique ? Elle vaut d’être examinée et l’objet de cette pétition est de la diffuser au plus grand nombre afin qu’on ne puisse invoquer un jour l’ignorance.

Le lien ci-près – sa première partie essentiellement – est à examiner avec la plus grande attention et les signataires restent dans l’attente de ce qu’un gouvernement du XXIème siècle est en mesure de pouvoir envisager pour prévenir tout danger ou en faciliter l'accommodement.

viewtopic.php?f=42&t=1973#p26039
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5881
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Sapiens, ta culture est en danger !

Messagepar coriolan » 21 Mai 2017 13:42

A toutes fins utiles, références de la pétition : https://www.petitions24.net/la_cyberatt ... parle_plus

Ça m'étonnerait qu'elle batte des records de signatures mais quelques-unes seulement, et bien diffusées, peuvent suffire... 8)
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5881
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Sapiens, ta culture est en danger !

Messagepar coriolan » 21 Mai 2017 19:28

Dernière nouvelle... à méditer !

Comme le dit la Nasa : " l'Homme n'est pas pas seulement responsable de l'environnement sur Terre, mais aussi de l'espace "

http://a.msn.com/01/fr-fr/BBBku7E?ocid=sf
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5881
Inscription: 24 Sep 2007 20:25


Retourner vers Tribune de Coriolan

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron