L'Algérie et la France

Formez vos bataillons

Modérateur: Guardian

L'Algérie et la France

Messagepar coriolan » 10 Avr 2009 01:09

Vous le savez, je suis abonné aux "4 Vérités" dont j'ai mis le site internet dans 'Sites et Blogs' d'Exodoxe. Chaque semaine vous pouvez donc lire les principales chroniques, y compris celles de notre ami Pierre Lance.

Il y a aussi le 'courrier des lecteurs' dans lequel un certain Jacques GUILLEMAIN fait paraître régulièrement un coup de gueule qui m'interpelle à chaque parution de la revue ; son style est percutant et ses idées me conviennent tellement que je n'hésite pas, sans scrupule aucun, à me faire son porte-parole ici pour vous passer son dernier message reçu ce matin. Je tâcherai de le contacter demain pour lui dire qu'il serait le bienvenu chez nous. En attendant, et puisque les 4 Vérités préviennent leurs lecteurs "Nous écrire, c'est courir le risque d'être publié", j'espère ne pas commettre d'impair en rapportant ci-dessous et in extenso la prose de notre ami de raison : Jacques Guillemain.

" Malgré son bilan calamiteux, le président Bouteflika devrait être réélu haut la main. On peut s'interroger sur la faillite de ce pays qui pourtant avait tout pour réussir. Malgré son agriculture, son pétrole et son gaz, malgré ses infrastructures les plus modernes d'Afrique, il aura fallu moins de deux générations pour que les équipes au pouvoir, aussi corrompues qu'incompétentes, dilapident l'héritage. Aujourd'hui, plus de 50% des jeunes veulent fuir ce pays sans perspective. Ce constat accablant appelle deux remarques. Primo, on attend que les bonnes âmes qui font sans cesse le procès de la colonisation fassent également le bilan d'un demi-siècle d'indépendance. Secundo, les jeunes de nos banlieues qui brandissent si souvent le drapeau algérien et disent ne pas se sentir français, devraient nous expliquer pourquoi leurs frères d'Algérie rêvent tous de venir en France.

Il est grand temps d'en finir avec l'hypocrisie ambiante et de dire à nos éternels geignards que la France n'est pas la prison de Guantanamo et qu'ils peuvent en sortir librement.
"

Ma chère Leïla, toi si sensible à ce sujet, jaimerais ton avis. Mais par avance, calme ton caractère impétueux et ne réponds, s'il te plaît, qu'aux deux remarques soulevées... :D C'est qu'on la connaît notre Aphro ! Et ne dis pas que tu ne rêves pas de venir en France ! Ne serait-ce que pour me voir ! Moi... ou quelq'un d'autre ! :lol:
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5905
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: L'Algérie et la France

Messagepar DD » 10 Avr 2009 22:51

Je me demande comment une affaire intèrieure Algérienne dérape sur l'ex-présence Française. On peut pas leur foutre la paix et réciproquement à ces gars là ???

Quand au bilan de cinquante années, je crois savoir que des factions ont fait de sacré dégats dans ce beau pays. Peut-etre que quand les plaies seront guéries (pas effacées), ils recommenceront à construire ?
Inch Allah.
Ni bombes, ni roquettes. Foutez VOUS la paix !
Avatar de l’utilisateur
DD
 
Messages: 1528
Inscription: 30 Sep 2007 22:44
Localisation: Bourg Saint Andeol, Ardèche, entre Montelimar et Orange

Re: L'Algérie et la France

Messagepar Aphrodite » 11 Avr 2009 12:43

Jacques Guillemain a écrit:" Malgré son bilan calamiteux, le président Bouteflika devrait être réélu haut la main »

Et il l’a été par ce qui approche de 13 000 000 d’électeurs sur 15 000 000, c’est dire !
Son bilan calamiteux ? Affirmation tendancieuse et qui souffre d’un manque flagrant : l'esprit d’investigation : force motrice de tout bon journaliste, laquelle, quant elle vient à s’absenter fait de lui immanquablement un piteux journaleux :(
Pour ma part et sans prétention aucune, je pense être le seul porte parole crédible de la situation en Algérie (auprès du forum bien-sûr :lol: ), puisque j’y vis.
Donc, bilan : pas rose, mais pas noir aussi.
Il y a dix ans de ça, quand je sortais de chez- moi, j’avais une obsession : être déchiquetée ou voir de la chair hachée joncher le sol :cry: Maintenant je sillonne l’Algérie du Nord au Sud, de L’est à L’ouest, sans appréhension aucune :D
N’est-ce pas un bon bilan pour Bouteflika ? Avoir mis sur les rails la locomotive de la paix confectionnée par ses prédécesseurs.
Allons, allons, une seule bombe et la France a tremblé comme une feuille, nous, 10 ans de terrorisme n'ont pas réussi à nous mettre à genoux. Nous somme là, vaillants plus que jamais, parce qu’on est rôdé, 130 ans de colonialisme ont fait du bon boulot :wink:
Jacques Guillemain a écrit:« On peut s'interroger sur la faillite de ce pays qui pourtant avait tout pour réussir. Malgré son agriculture, son pétrole et son gaz, malgré ses infrastructures les plus modernes d'Afrique»

Faillite ? 170 000 000 milliards de dollars pour lesquels la France elle-même nous drague (Sarkozy, premier dirigeant à avoir félicité Bouteflika pour sa réélection, on s'accommode bien de la corruption quand ça s'impose :wink: ), vous en avez combien, vous ? Que je sache et vos 20h le confirment, le français moyen réfléchit par deux fois avant de s’acheter une demi-baguette ! Ce n’est pas le cas chez nous Dieu merci et bien des Français sont contents de se trouver en Algérie actuellement et d’échapper à la crise qui sévit chez eux :!:
Jacques Guillemain a écrit: « il aura fallu moins de deux générations pour que les équipes au pouvoir, aussi corrompues qu'incompétentes, dilapident l'héritage »

Les qualifications sont bonnes, mais pas l’affirmation finale que je décortique :
D’abord, je corrige, il ne s’agit pas d’héritage :shock:
L’Algérie n'est pas La Guadeloupe (pardon Rawling), elle n’a appartenu à la France que par le pouvoir de la force, il y a toujours eu une résistance, donc exprimer sa libération en tant que legs est faux et reflète une tendance pro-colonialiste :(
Héritage dilapidé : Où voyez-vous ça ? Vous vous contredisez grave ! Quand vous parlez d’infrastructures les plus modernes de l’Afrique, ben il s’agit tout simplement de réalisations consenties grâce à l’argent du pétrole, ce n’est quand-même pas la France qui nous les a cédés !
L’agriculture ? Je vous concède que les dirigeants dans ce domaine n’ont pas été de bons visionnaires, mais qui n’a pas d’erreurs de jugement à son actif ?
Son pétrole, son gaz ? Venez, mouillez-vous, venez voir où va l’argent du pétrole et du gaz et arrêtez vos clichés à la Benjamin Stora !
Vous dénoncez ce qu’est devenue l’Algérie indépendante et moi je dénonce ce qu’auraient été les Algériens dans une Algérie française : de simples indigènes et moi une simple Fatma au service d’une famille française et rien que ça, je le considère comme l’une de nos meilleurs réalisations :roll:

Jacques Guillemain a écrit:« Aujourd'hui, plus de 50% des jeunes veulent fuir ce pays sans perspective. »

Fausses statistiques ! Sur une population globale de 30,61 Millions d’habitants les jeunes de 30 ans représentent un taux de 58% soit 19.439.398 jeunes. Si sur ce nombre, 200 prennent le large, vous pensez que c’est révélateur de quoi que ce soit ? Pourquoi vous n’avez aucun regard sur ceux qui remplissent les universités et les multinationales ?
Quand je vois en France des expéditions punitives de jeunes débarquer en plein collège, je me dis chacun ses problèmes et chacun doit s’occuper du nettoyage de son palier avant tout ! :roll:
Jacques Guillemain a écrit:« Ce constat accablant appelle deux remarques. Primo, on attend que les bonnes âmes qui font sans cesse le procès de la colonisation fassent également le bilan d'un demi-siècle d'indépendance »

Pensez-vous qu’elles se soient gênées, mais elles le font avec mesure, sans cette hargne propre aux revanchards.
J’ai une remarque à ce sujet : c'est déloyal de parler de bilans séparés. Ils s’enchaînent, donc le deuxième puise l’essentiel de ses composantes à partir du premier. On ne se débarrasse pas des séquelles de 130 ans de colonisation en un clin d’œil.
Jacques Guillemain a écrit:« Secundo, les jeunes de nos banlieues qui brandissent si souvent le drapeau algérien et disent ne pas se sentir français, devraient nous expliquer pourquoi leurs frères d'Algérie rêvent tous de venir en France. »

Ils ne rêvent pas tous et j’ai répondu statistiquement plus haut, surtout maintenant que la crise vous épuise. Et même si c’était le cas, où est le problème :?: Les jeunes sont réputés être de grands rêveurs, leurs regards traversent souvent les horizons à la recherche de la différence qui n’est pas forcément meilleure. On peut avoir une vision édénique d’un endroit et déchanter dès qu’on le foule.
Jacques Guillemain a écrit:« Il est grand temps d'en finir avec l'hypocrisie ambiante et de dire à nos éternels geignard que la France n'est pas la prison de Guantanamo et qu'ils peuvent en sortir librement."

S’ils sont Français, ils sont en droit de réclamer une vie meilleure au gouvernement français! S’ils sont Algériens, je partage votre point de vue, ils feraient mieux de rentrer en Algérie et il verraient qu’il y fait bon de vivre, il suffit de se retrousser les manches :D
coriolan a écrit:Ma chère Leïla, toi si sensible à ce sujet, jaimerais ton avis. Mais par avance, calme ton caractère impétueux et ne réponds, s'il te plaît, qu'aux deux remarques soulevées... C'est qu'on la connaît notre Aphro ! Et ne dis pas que tu ne rêves pas de venir en France ! Ne serait-ce que pour me voir ! Moi... ou quelq'un d'autre !

Claude, détrompe-toi, je ne rêve pas de venir en France, un billet d'avion et j'y suis, ce n'est plus un rêve :lol:
Par contre, te rencontrer relève du rêve et c'est loin d'être matériel, est-ce que tu vois ce que je veux dire :?:
Quant à l'autre, si je compte réellement pour lui, je crois bien que je vaux le déplacement :wink:
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger

Les bilans ? Parlons-en !

Messagepar coriolan » 11 Avr 2009 14:12

Aphrodite a écrit: c'est déloyal de parler de bilans séparés. Ils s’enchaînent, donc le deuxième puise l’essentiel de ses composantes à partir du premier. On ne se débarrasse pas des séquelles de 130 ans de colonisation en un clin d’œil.


Les bilans s'enchaînent ? Ok ! Parlons-en ! Le reste n'est que littérature.

Avant que la France ne vienne en Afrique du nord, en 1830, l'Algérie n'existait pas ! C'est la France qui a fait l'Algérie et 130 ans plus tard elle s'est fait mettre à la porte, mordue par le chien qu'elle avait nourri ! Dur à entendre ? Oui, sans doute, mais il faut bien répondre à ces demandes incessantes de grande repentance !

Je te joins ci-dessous copie d'une lettre d'André Savelli à monsieur Boutéflika, lettre que m'a transmise Jacques Guillemain suite à notre entretien téléphonique d'hier. Cette lettre se passe de tout commentaire pour moi ; pour toi, il en ira peut-être différemment ? Lis d'abord...

" Monsieur le Président,

En brandissant l’injure du génocide de l’identité algérienne par la France, vous saviez bien que cette identité n’a jamais existé avant 1830. Mr Ferrat Abbas et les premiers nationalistes avouaient l’avoir cherchée en vain. Vous demandez maintenant repentance pour barbarie : vous inversez les rôles !

C’était le Maghreb ou l’Ifriqiya, de la Libye au Maroc. Les populations, d’origine phénicienne (punique), berbère (numide) et romaine, étaient, avant le VIIIème siècle, en grande partie chrétiennes (500 évêchés dont celui d’Hippone / Annaba, avec Saint Augustin). Ces régions agricoles étaient prospères.

Faut-il oublier que les Arabes, nomades venant du Moyen Orient, récemment islamisés, ont envahi le Maghreb et converti de force, « béçif » (par l’épée), toutes ces populations. « Combattez vos ennemis dans la guerre entreprise pour la religion….Tuez vos ennemis partout où vous les trouverez » (Coran, sourate II, 186-7). Ce motif religieux était élargi par celui de faire du butin, argent, pierreries, trésor, bétail, et aussi bétail humain, ramenant par troupeaux des centaines de milliers d’esclaves berbères; ceci légitimé par le Coran comme récompense aux combattants de la guerre sainte (XLVIII, 19, 20) .Et après quelques siècles de domination arabe islamique, il ne restait plus rien de l’ère punico romano berbère si riche, que des ruines (Abder-Rahman ibn Khaldoun el Hadram , Histoire des Berbères,T I,p.36-37, 40, 45-46. 1382).

Faut-il oublier aussi que les Turcs Ottomans ont envahi le Maghreb pendant trois siècles, maintenant les tribus arabes et berbères en semi esclavage, malgré la même religion, les laissant se battre entre elles et prélevant la dîme, sans rien construire en contre partie.

Faut-il oublier que ces Turcs ont développé la piraterie maritime, en utilisant leurs esclaves. Ces pirates barbaresques arraisonnaient tous les navires de commerce en Méditerranée, permettant, outre le butin, un trafic d’esclaves chrétiens, hommes, femmes et enfants. Dans l’Alger des corsaires du XVI ème siècle, il y avait plus de 30.000 esclaves enchaînés. D’où les tentatives de destruction de ces bases depuis Charles Quint, puis les bombardements anglais, hollandais et même américain…..Les beys d’Alger et des autres villes se maintenaient par la ruse et la force, ainsi celui de Constantine, destitué à notre venue, ayant avoué avoir fait trancher 12.000 têtes pendant son règne.

Faut-il oublier que l’esclavage existait en Afrique depuis des lustres et existe toujours. Les familles aisées musulmanes avaient toutes leurs esclaves africains. Les premiers esclavagistes, Monsieur le Président, étaient les négriers noirs eux-mêmes qui vendaient leurs frères aux Musulmans du Moyen Orient, aux Indes et en Afrique (du Nord surtout), des siècles avant l’apparition de la triangulaire avec les Amériques et les Antilles, ce qui n’excuse en rien cette dernière, même si les esclaves domestiques étaient souvent bien traités.

Faut-il oublier qu’en 1830, les Français sont venus à Alger détruire les repaires barbaresques ottomans qui pillaient la Méditerranée, libérer les esclaves et, finalement, affranchir du joug turc les tribus arabes et berbères opprimées.

Faut-il oublier qu’en 1830, il y avait à peu près 5.000 Turcs, 100.000 Koulouglis, 350.000 Arabes et 400.000 Berbères dans cette région du Maghreb où n’avait jamais existé de pays organisé depuis les Romains. Chaque tribu faisait sa loi et combattait les autres, ce que l’Empire Ottoman favorisait, divisant pour régner.

Faut-il oublier qu’en 1830 les populations étaient sous développées, soumises aux épidémies et au paludisme. Les talebs les plus évolués qui servaient de toubibs (les hakems), suivaient les recettes du grand savant « Bou Krat » (ou plutôt Hippocrate), vieilles de plus de 2.000 ans. La médecine avait quand même sérieusement évolué depuis !

Faut-il oublier qu’à l’inverse du génocide, ou plutôt du massacre arménien par les Turcs, du massacre amérindien par les Américains, du massacre aborigène par les Anglais et du massacre romano-berbère par les Arabes entre l’an 700 et 1500, la France a soigné, grâce à ses médecins (militaires au début puis civils) toutes les populations du Maghreb les amenant de moins d’un million en 1830 en Algérie, à dix millions en 1962.

Faut-il oublier que la France a respecté la langue arabe, l’imposant même au détriment du berbère, du tamashek et des autres dialectes, et a respecté la religion (ce que n’avaient pas fait les Arabes, forçant les berbères chrétiens à s’islamiser pour ne pas être tués, d’où le nom de « kabyle » - j’accepte).

Faut-il oublier qu’en 1962 la France a laissé en Algérie, malgré des fautes graves et des injustices, une population à la démographie galopante, souvent encore trop pauvre, - il manquait du temps pour passer du moyen âge au XX ème siècle - mais en bonne santé, une agriculture redevenue riche grâce aux travaux des Jardins d’Essais, des usines, des barrages, des mines, du pétrole, du gaz, des ports, des aéroports, un réseau routier et ferré, des écoles, un Institut Pasteur, des hôpitaux et une université, la poste….. Il n’existait rien avant 1830.! Cette mise en place d’une infrastructure durable, et le désarmement des tribus, ont été capitaux pour l’Etat naissant de l’Algérie.

Faut-il oublier que les colons français ont asséché, entre autres, les marécages palustres de la Mitidja, y laissant de nombreux morts, pour en faire la plaine la plus fertile d’Algérie, un grenier à fruits et légumes, transformée, depuis leur départ, en zone de friche industrielle.

Faut-il oublier que la France a permis aux institutions de passer, progressivement, de l’état tribal à un Etat nation, et aux hommes de la sujétion à la citoyenneté en construction, de façon, il est vrai, insuffisamment rapide. Le colonialisme, ou plutôt la colonisation a projeté le Maghreb, à travers l’Algérie, dans l’ère de la mondialisation.

Faut-il oublier qu’en 1962, un million d’européens ont dû quitter l’Algérie, abandonnant leurs biens pour ne pas être assassinés ou, au mieux, de devenir des habitants de seconde zone, des dhimmis, méprisés et brimés, comme dans beaucoup de pays islamisés. Il en est de même de quelques cent mille israélites dont nombre d’ancêtres s’étaient pourtant installés là 1000 ans avant que le premier arabe musulman ne s’y établisse. Etait-ce une guerre d’indépendance ou encore de religion ?

Faut-il oublier qu’à notre départ en 1962, outre au moins 75.000 Harkis, sauvagement assassinés, véritable crime contre l’humanité, et des milliers d’européens tués ou disparus, après ou avant, il est vrai, les excès de l’O.A .S., il y a eu plus de 200.000 tués dans le peuple algérien qui refusait un parti unique, beaucoup plus que pendant la guerre d’Algérie.
C’est cette guerre d’indépendance, avec ses cruautés et ses horreurs de part et d’autre, qui a fondé l’identité algérienne. Les hommes sont ainsi faits !


Monsieur le Président, vous savez que la France forme de bons médecins, comme de bons enseignants. Vous avez choisi, avec votre premier ministre, de vous faire soigner par mes confrères du Val de Grâce. L’un d’eux, Lucien Baudens, créa la première Ecole de médecine d’Alger en 1832, insistant pour y recevoir des élèves autochtones. Ces rappels historiques vous inciteront, peut-être, Monsieur le Président, à reconnaître que la France vous a laissé un pays riche, qu’elle a su et pu forger, grâce au travail de toutes les populations, des plus pauvres aux plus aisées - ces dernières ayant souvent connu des débuts très précaires -.

La France a aussi créé son nom qui a remplacé celui de Barbarie.

Personne ne vous demandera de faire acte de repentance pour l’avoir laissé péricliter, mais comment expliquer que tant de vos sujets, tous les jours, quittent l’Algérie pour la France ? En fait, le passé, diabolisé, désinformé, n’est-il pas utilisé pour permettre la mainmise d’un groupe sur le territoire algérien ?

Je présente mes respects au Président de la République, car j’honore cette fonction.



Un citoyen français,
André Savelli,
Professeur agrégé d’Histoire au Val de Grâce.
"
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5905
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Mensonges et Vérités !

Messagepar coriolan » 12 Avr 2009 18:27

Jacques Guillemain m'a également fait suivre un texte écrit de sa main et daté de septembre 2007. Il ne fait que confirmer les propos de Savelli mais je vous le joins néanmoins, car on ne le dira jamais assez compte tenu de la campagne médiatique qui dure ! Ce qui serait intéressant c'est que ceux qui auraient des informations contradictoires se manifestent, étant entendu que ce ne sont pas des ragots que j'attends mais des certitudes historiques avec si possible des références sérieuses consultables. Voici donc, ci-dessous le texte de J. Guillemain qui, m'a-t-il dit, lui a pris pas mal de temps de recherches. Merci de le lire avec attention.

En ce jour de Pâques, ce sera ma seule participation sur le forum avec le Lexicaduc bien sûr et peut-être, si vous êtes sages, une petite blagounette ! :bounce:

" En avril 2006 monsieur Bouteflika déclarait que « la France était responsable d’un génocide de l’identité, de l’histoire, de la langue et des traditions algériennes », niant le bilan positif de la colonisation et mettant ainsi fin au projet de traité d’amitié franco-algérienne en gestation. Cette affirmation, jamais reniée, est un mensonge inacceptable et une contre-vérité historique absolue. Mais avant d’évoquer ce que fut réellement notre œuvre colonisatrice pendant 130 ans, rappelons à monsieur Bouteflika que la population algérienne entre 1830 et 1962 est passée de 2 millions à 9 millions, ce qui ne fut pas le cas des Maoris de Nouvelle Zélande, des Aborigènes d’Australie ou des Indiens d’Amérique du Nord qui virent leur nombre divisé par dix avec l’arrivée des Européens.

Si nul ne conteste les exactions, les violences et les crimes qui ont toujours accompagné les conquêtes et les périodes de pacification au cours de l’histoire des peuples, la France n’a jamais cherché à détruire la culture et les traditions berbères ou arabes, ni à interdire leur religion ou leur langue. Par contre nul n’ignore que les Arabes ont conquis de façon définitive les contrées berbères pour y imposer l’Islam et la langue arabe. Où est le véritable génocide culturel ? Et si notre colonisation a connu des heures sombres, faut-il rappeler le massacre de 150000 Harkis avec leurs familles en 1962, suppliciés dans d’abominables souffrances avec une cruauté inouïe ? Cet acte de barbarie restera une tache indélébile dans l’histoire de l’Algérie indépendante. Nous n’avons donc aucune leçon de morale à recevoir de monsieur Bouteflika.

En 1830 cette région hostile appelée Barbarie, était sous Régence turque et soumise à la loi coranique. Elle ne possédait ni monnaie propre, ni routes, ni écoles, ni hôpitaux, ni agriculture. Elle n’était qu’un repaire de pirates esclavagistes, les redoutables Barbaresques qui écumaient la Méditerranée depuis des siècles, en quête de captifs pour alimenter leurs harems et leurs marchés aux esclaves. C’est donc en 1830 que la France mit fin à la piraterie et s’empara d’Alger. A partir de cette date, et pendant 130 ans, ce pays qui allait devenir l’Algérie, connut le plus grand bond en avant de son histoire.

D’un sol désertique les colons ont fait un verger en construisant de nombreux barrages, en forant des puits et en irriguant des centaines de milliers d’hectares. A son indépendance l’Algérie avait son autosuffisance alimentaire et pouvait exporter vins et agrumes. D’une population totalement analphabète, la France a scolarisé 50% de la jeunesse en construisant une cinquantaine de lycées et collèges et quatre facultés dont une de médecine.

Au plan médical, alors que le taux de mortalité infantile atteignait 50% en 1830, nous avons éradiqué la dysenterie, le paludisme, la variole, la peste, le choléra et le typhus par des campagnes de vaccinations massives et des soins gratuits pour tous. Cent trente-huit hôpitaux furent construits sous la présence française. L’infrastructure ne fut pas en reste avec 54000 km. de routes et 80000 km. de pistes sahariennes, 4500 km. de voies ferrées, 23 ports et de nombreux aéroports. La France a installé des câbles sous-marins, des faisceaux hertziens et des structures de communications modernes qui faisaient de l’Algérie le pays le plus avancé d’Afrique.

Dans le domaine industriel et minier nous avons exploité le fer, le zinc, le plomb, les phosphates et créé une industrie chimique et métallurgique moderne. Nous avons construit 4 centrales thermiques et mis en valeur le pétrole saharien qui apporte à l’Algérie une richesse équivalant à 95% de ses recettes.
Sans oublier les milliers de logements, les 274 stades et les complexes sportifs disséminés dans le pays.

Tel est le bilan rapide de la colonisation dont nous n’avons pas à rougir. Saluons au contraire le courage et la volonté de ces explorateurs, ces militaires, ces missionnaires, ces médecins, ces colons et tous ces pieds noirs anonymes qui ont bâti ce pays dans le sang et les larmes pour le conduire vers la modernité. Ils ont non seulement fait de l’Algérie un Etat moderne, mais ils ont également fait la grandeur de la France.

On pourrait faire aujourd’hui, en parallèle, le bilan de la décolonisation et de l’indépendance, mais laissons plutôt la parole aux Algériens eux mêmes, que nul ne pourra soupçonner d’arabophobie.

« S’il est en Algérie, un domaine où l’effort de la France ne se discute pas, c’est bien le domaine de l’enseignement. On peut et on doit dire que l’école a été un succès certain. Les vieux maîtres, les premiers instituteurs ont apporté toute leur foi pédagogique sans arrière pensée et leur influence a été extrêmement heureuse ». Abderrhamane Fares instituteur.

« La scolarisation française en Algérie, a fait faire aux Arabes un bond de mille ans ». Belkacem Ibazizen, Conseiller d’Etat.

« Trente ans après l’indépendance nous voilà ruinés avec plus de nostalgiques que le pays comptait d’habitants et plus de rapetoux qu’il n’abritait de colons »…. « Beaucoup d’Algériens regrettent le départ des pieds-noirs, s’ils étaient restés nous aurions peut-être évité cette tragédie ». Boualam Sansal écrivain.

« En un siècle, à force de bras, les colons ont d’un marécage infernal mitonné un paradis lumineux. Seul l’amour pouvait oser pareil défi…..Quarante ans est un temps honnête, ce que nous semble, pour reconnaître que ces foutus colons ont plus chéri cette terre que nous qui sommes ses enfants ». Boualam Salam

« Dire que du temps des Français, ici, c’était un jardin ! ». Aït Ahmed. ex leader FLN

« L’œuvre de la France est admirable ! Si la France était restée 20 ans de plus elle aurait fait de l’Algérie l’équivalent d’un pays européen ». Un ministre syrien à Ferhat Abbas au cours d’une visite à Alger.

« Je ne pardonnerai jamais à la France d’avoir quitté l’Algérie » Une Algérienne à Chirac lors d’un bain de foule en 2002.

« Si les pieds-noirs n’étaient pas partis en masse, l’Algérie ne serait peut-être pas dans l’état désastreux dans lequel elle se trouve…Franchement on pourrait presque leur en vouloir ». Malika Boussouf journaliste.

« A son indépendance, nul pays extérieur au monde occidental, Japon et Afrique du Sud exceptés, ne disposait d’une infrastructure aussi développée que celle de l’Algérie ». Bechir Ben Yahmed Directeur de « Jeune Afrique »

« La France a commis un crime. Elle a livré le peuple algérien aux tueurs, aux assassins ». Ferhat Abbas, ex leader du FLN .

Comme tout dirigeant incompétent qui tente de s’exonérer de ses propres responsabilités, Bouteflika a trouvé en la France le bouc émissaire idéal : un pays qui se complaît dans l’auto-flagellation et la repentance à tout propos. C’est une grave erreur et si nos dirigeants n’ont pas le courage de défendre notre œuvre colonisatrice, c’est pour nous un devoir d’honorer la mémoire de nos ancêtres qui ont fait la grandeur de la France au temps où elle rayonnait sur un magnifique empire de 11 millions de kilomètres carrés et où les noms de Dakar, Nouméa, Hanoï, Cayenne ou Djibouti évoquaient des paradis lointains pour des générations de Français nostalgiques d’aventures exotiques.

N’en déplaise aux esprits chagrins et timorés, la colonisation fut pour des millions d’hommes et de femmes le plus grand fait de l’histoire.
"
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5905
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: L'Algérie et la France

Messagepar JEL » 17 Avr 2009 17:02

Attention, associer l'époque coloniale à quelqu'oeuvre bénéfique, c'est mal. C'est un genre de révisionnisme, lequel est puni par la loi.
La vie est une partie de Go dont les règles ont été inutilement compliquées. (Proverbe chinois)
Avatar de l’utilisateur
JEL
 
Messages: 353
Inscription: 18 Oct 2008 00:37
Localisation: Béthisy-Saint-Martin (ca. Compiègne)

Re: L'Algérie et la France

Messagepar Aphrodite » 18 Avr 2009 11:58

L'Algérie avant l'occupation

Le développement de la puissance algérienne autour du bassin méditerranéen a été à l'origine d'une coalition des puissances européennes contre elle. Par conséquent, elle devint pour la politique européenne un objectif qu'il fallait absolument détruire et les états européens en arrivèrent à exposer la question algérienne au cours de leurs congrès.
Après l'avoir évoquée au cours du Congrès de Vienne, elle fut exposée de façon claire lors du congrès d'Aix la Chapelle en 1818. La position de l'Algérie à cette époque était enviée par les Européens, ce qui a engendré une sorte de concurrence entre eux pour savoir qui allait en bénéficier. C'est finalement la France qui a eu gain de cause dans l'occupation de l'Algérie après avoir détruit la flotte algérienne au cours de la bataille de Navarin en 1827.

C'est au début du seizième siècle que l'État Algérien moderne a pris naissance et au cours du dix-septième siècle, l'Algérie commença à prendre ses distances avec l'Etat Ottoman jusqu'à ce qu'elle obtint son indépendance totale et que son gouverneur fut désigné par la voie des élections.
La marine algérienne avait réussi à étendre son influence sur la côte ouest de la Méditerranée et par là imposer la souveraineté de l'état algérien sur tous les pays européens ayant des débouchés maritimes, notamment sur le pourtour de la mer Méditerranée, leur imposant des impôts et taxes pour le simple passage de leurs navires par la mer Méditerranée. La plupart d'entre eux furent amenés à conclure des traités et accords avec l'Algérie.
En 1561, les relations algéro-françaises furent nouées sur cette base et se renforcèrent durant la Révolution française en 1789 lorsque les régimes européens entreprirent de cerner le gouvernement de la Révolution Française qui n'a trouvé aucun appui en dehors de l'état algérien dont le gouverneur accepta de lui fournir son aide consistant à lui accorder des prêts sans intérêts et l'approvisionner en blé algérien afin de lui éviter la famine.
Cependant la France, faisant montre d'ingratitude s'est révoltée contre l'Algérie en refusant de s'acquitter de ses dettes. Ceci a été à l'origine d'une grave crise entre les deux états qui s'est achevée par l'incident de l'éventail, puis le blocus maritime et enfin l'occupation effective.

* Les Causes politiques :

L'une des premières causes fut les revendications territoriales que la France briguait dont la plus notoire était le fort d'El Kala dont la France voulait faire une base arrière.
A cela s'ajoutent les visées des souverains français, de Louis XIV à Napoléon Bonaparte, lequel avait insisté pour occuper l'Algérie afin de mettre fin à la présence anglaise dans le Bassin Méditerranéen. En 1802, il avait juré d'occuper l'Algérie, de la dévaster et d'avilir ses habitants afin de garantir la sécurité pour ses navires dans le bassin méditerranéen. Dans ce but, il dépêcha l'officier Boutin pour espionner l'Algérie et concevoir un plan pour son occupation. Cependant, le projet de Napoléon échoua, suite à l'amplification de ses problèmes sur le continent européen et sa défaite devant les états européens alliés au cours de la bataille de Waterloo en 1814.
Mais la famille royale des Bourbons qui avait pris en main les affaires de la France après le congrès de Vienne en 1815 a réactivé le projet d'occupation dans le cadre de ses prétentions politiques sous le règne de Charles X lequel a régné sur la France en 1824. Celui-ci a estimé que l'occasion était propice pour entreprendre une expédition militaire contre l'Algérie, qui lui permettrait à la fois de liquider ses opposants politiques et résorber le mécontentement du peuple français mais également de barrer la route à la Grande-Bretagne dans la zone méditerranéenne. Ajoutons à cela le recours au prétexte du " coup d'éventail " jugé comme un affront politique pour elle.

* Les causes religieuses :

La France se sentait investie d'une mission de protection du catholicisme et la victoire sur l'Algérie était considérée comme une victoire du christianisme sur la religion musulmane. C'est ce qu'il faut déduire des propos du commandant français Clermont di Tonio lorsqu'il imposa un blocus maritime sur les côtes algériennes en disant : " La volonté divine a voulu que le feu sacré de Votre majesté soit rallumé en la personne de votre Consul de la main du pire ennemi du christianisme. Il se peut que la chance nous soit offerte à cette occasion de propager la civilisation parmi les indigènes et de les convertir au christianisme ".
Il y a eu également le tableau brossé par le commandant de l'expédition française De Bourmont lors de la fête donnée sur la place de la Casbah à l'occasion de la victoire et au cours duquel il avait dit : " Sire , par cette action (la conquête), une porte s"est ouverte pour le christianisme sur les côtes d"Afrique et notre espoir est que cela constitue le début de la prospérité pour la civilisation qui avait disparu de cette contrée. "
Telles étaient les causes religieuses pour l'expédition française en Algérie et sur cette base, les historiens s'accordent à dire que la France avait en fait décidé d'occuper l'Algérie et avait donc dressé des plans, fomenté des complots, préparé le nécessaire et avait ensuite cherché les prétextes fallacieux.

* Les causes économiques :

La France a fait en sorte que la terre d'Algérie lui revienne en tant que colonie compte tenu de sa richesse en matières premières afin d'impulser son économie qui avait un besoin urgent de se développer et d'être redynamisée, outre les revenus considérables engendrés et de l'exportation de ses produits pour lesquels elle n'arrivait pas à trouver de marchés.
A ce propos, le général Bugeaud, père de la colonisation en Algérie avait dit : " L'Algérie va recourir, pendant une longue période, aux produits industriels de la France et l'Algérie pourra fournir à la France des quantités considérables de matières premières nécessaires à l'industrie ".
D'autre part, la bourgeoisie française a estimé que l'occupation de l'Algérie allait lui rapporter des profits considérables dans la mesure où elle constitue un vaste marché pour ses biens et une source importante de matières premières outre le fait qu'elle constituera un réservoir de main d'œuvre à bon marché. Elle permettra également l'implantation de l'excédent de population de l'Europe et de la France qui sera orienté vers le développement de l'agriculture parce que la terre d'Algérie est une terre fertile capable de donner diverses sortes de fruits de même que l'Algérie deviendra un grenier pour l'Europe.

Le 16 juin 1827, la France déclara la guerre à l'Algérie parce que le régent en Algérie, le Dey Hussein, avait refusé de présenter des excuses au gouvernement français d'autant plus que la flotte algérienne , protectrice de l'Algérie et des musulmans dans la Méditerranée avait été détruite dans la bataille de Navarin dans la presqu'île de Mora en Grèce en 1827.
Le nombre des troupes militaires envoyées par la France pour occupe l'Algérie se présentait comme suit : 36 mille fantassins et quatre mille cavaliers à côté des navires transportant le ravitaillement ainsi que l'artillerie et l'équipement de guerre nécessaire pour l'expédition dirigée par le Comte de Bourmont.
Cette armée avait, par le passé, participé à la plupart des guerres menées par Napoléon sur le continent européen ; ce qui lui a conféré une expérience certaine dans le domaine militaire. L'expédition militaire a débuté au port de Toulon en passant par les îles espagnoles en Méditerranée jusqu'au golfe de sidi Ferruch.
Le Dey Hussein Pacha était informé des mouvements de l'expédition par le biais de ses espions jusqu'à son arrivée en Algérie ; et on avait dénombré 1870 canons sur les navires de l'armada française.

Les préparatifs algériens pour faire face à l'expédition militaire étaient très faibles vu qu'ils consistaient essentiellement en volontaires (cavaliers et fantassins) n'ayant pas l'expérience nécessaire pour affronter les forces d'occupation. Leur nombre n'excédait pas trente mille mobilisés dont neuf mille cavaliers. L'artillerie était quasiment inexistante contrairement aux français et le 14 juin 1830, à l'arrivée des armées françaises aux côtes algériennes, les troupes algériennes avaient tenté de s'opposer à elles, les empêchant de débarquer sur la plage de Sidi Ferruch. A la tête de ces troupes, il y avait le gendre de Hussein Dey, le dénommé Ibrahim Agha, qui n'avait aucune expérience militaire contrairement au commandant précédent Yahia Agha qui avait été destitué.
L'ignorance des questions militaires était à l'origine de la mise en place d'un plan faible le 18 juin 1830, consistant à lancer une attaque sur les deux ailes de l'ennemi et de l'affronter au corps à corps. Ensuite aurait lieu le rassemblement des forces algériennes sur la colline de Staouéli, à l'ouest de la Capitale.
Par ailleurs, El Hadj Ahmed Bey, gouverneur de Constantine, qui était un homme politique et militaire présenta un plan militaire stipulant qu'il ne fallait pas donner l'occasion aux troupes de l'ennemi d'effectuer un débarquement terrestre, qu'il fallait les frapper et détruire leurs arrières afin de couper l'approvisionnement militaire de l'armée. Il sera ainsi possible de la détruire définitivement.
Cependant Agha Ibrahim a négligé ce plan, le railla ainsi que son auteur. Non seulement, il n'en a pas tenu compte mais il ordonna l'avancée des troupes algériennes pour affronter les troupes françaises organisées lesquelles n'attendant que cela, ont procédé à une attaque surprise et très dure contre les troupes algériennes, traversant le front algérien qui voulait l'empêcher d'avancer vers la Capitale et la conquérir.
Tel était son objectif et devant la faiblesse d'Ibrahim Agha et la mauvaise gestion de ses troupes, ce fut la défaite qui a ouvert la voie au Comte De Bourmont en direction de la capitale pour la conquérir.
Ne rencontrant aucune opposition officielle, il a pu imposer au Dey Hussein Pacha le traité de reddition du 5 juillet 1830 qui a permis à l'ennemi de conquérir la capitale et d'arborer ses étendards sur les forts et les sièges des institutions.
Par ailleurs, il ne respecta pas les termes du traité et ne tint pas tenu ses promesses, mettant la main sur les trésors de la Casbah et sur le Trésor qui contenait plus de 52 millions de Francs-or. Parallèlement, il renvoya les éléments de l'armée algérienne à l'extérieur de la capitale et prit possession de leurs biens ainsi que les biens habous. La mosquée Ketchawa fut transformée en église et ce, deux ans seulement après l'occupation et après s'être livré au massacre de plus de deux milles fidèles enfermés à l'intérieur de la mosquée.
Par ailleurs, l'artillerie de l'ennemi avait démoli les portes de la villes entre autres Bab el Oued , Bab Azzoun, Bab el Djazira et détruit les parcs, les canalisations d'eau et les vergers. Ils s'étaient répandus sur le sol algérien, semant la désolation et défigurant le visage de la capitale.


L'Algérie, après 1830
Le 31 Janvier 1830, le gouvernement français, dirige par M. Polignac, décida de lancer une expédition contre l'Algérie. Il avança un certain nombre de raisons pour justifier cet acte : il s' agissait de punir l'Algérie dont le dey avait insulte le consul de France donc froisse l' honneur français en lui portant un coup de son chasse-mouches lors d' une audience diplomatique.
Mais il y avait d' autre motifs, rehausser le prestige du régime impopulaire de charles X ; éviter le remboursement du prêt que l'Algérie avait consenti a la France lors du blocus Anglais de 1794 ; rivaliser avec les puissances européennes, et en particulier avec l' Angleterre, pour la création d' un nouvel empire.

Le corps expéditionnaire, commande par le maréchal de Bourmont, comptait 37000 hommes dont 31000 fantassins embarques a Toulon sur 675 bâtiments avec des provisions pour quatre mois. Le 14 juin 1830, les opérations de débarquement commencèrent a sidi Ferruch.
Après des combats acharnes et de lourdes pertes subies de part et d' autre, le gouvernement Algérien capitula le 5 Juillet 1830.
Le chef de l'état algérien, le dey, et le maréchal de Bourmont, commandant en-chef de l' armée française, signèrent la convention d' Alger. L' article 5 de cet accord garantissait le libre exercice de la religion musulmane, la liberté de toutes les classes d' habitants, leur religion, leurs propriétés, leur commerce, leur industrie, et enfin le respect absolu des femmes algériennes. L' article 2 spécifiait que les coutumes algériennes seraient respectées, et interdisait en particulier aux soldats français d' entrer dans une mosquée Algérienne.

Après la prise d'Alger par l'armée française en 1830, l'administration française commença à réfléchir aux moyens de renforcer la présence française et de lui donner une assise. Cela ne pouvait être réalisé qu'à travers la main mise militairement et civilement organisée sur une vaste échelle en vue de créer une base territoriale et administrative en encourageant l'immigration de colons pour asseoir la base démographique visant à appuyer la force militaire et faciliter ainsi le processus de déstructuration sociale, économique et culturelle de la société algérienne.
C'est ainsi que dès les premières années de l'occupation, l'administration avait entamé une politique sauvage et étendue d'implantation de colonies pour laquelle elle mobilisa tous les moyens matériels, humains, militaires et civils, parallèlement à la mise en place des infrastructures indispensables tels que les voies de communication, barrages, canalisations et la fourniture des aides et la participation à la mise en place des institutions financières.
Dans cette optique, les dirigeants français se mirent à rivaliser d'ardeur pour servir la politique de colonisation sans laquelle ils ne pouvaient pas se stabiliser en Algérie.
Sous le régime militaire, La colonisation s'était distinguée de celle qui avait prévalu sous le régime civil par certaines caractéristiques et certaines spécificités liées à la nature de l'étape et ses conditions externes et internes.

L'implantation durant le régime militaire 1830-1870
Lamoricière résume la position des militaires par rapport à la colonisation en disant : " En vue d'atteindre cet objectif, il est nécessaire de faire appel aux colons européens et ce parce que nous ne pouvons en aucun cas faire totalement confiance aux indigènes. Ces derniers profiteront de la première occasion pour se soulever contre nous. La soumission des Arabes à notre autorité ne constitue qu'une phase transitoire nécessaire entre la guerre d'occupation et la véritable conquête. La seule chose qui nous permette d"espérer pouvoir un jour affermir nos pas en Algérie, c'est de peupler ce pays par des colons chrétiens s'adonnant à l"agriculture. Pour cela, nous nous devons de tout mettre en uvre pour attirer le plus grand nombre de colons immédiatement en Algérie et les encourager à s'y établir en leur attribuant des terres dès leur arrivée "
Parmi les autres parties ayant grandement contribué à mettre les bases et les concepts sous tendant la colonisation européenne en Algérie, nous citerons à titre d'exemple, le rôle de l'école Saint-Simonienne et de l'église chrétienne, qui sont parties toutes deux d'une idée que " les terres non européennes sont considérées comme des terres où la civilisation est absente et sont donc colonisables ".

Les étapes de la colonisation
L'Algérie a connu un vaste mouvement d'implantation de l'élément européen aux dépens de l'élément algérien. Certains facteurs parmi lesquels l'émigration et le déplacement des populations ainsi que les massacres collectifs avaient failli détruire de façon quasi définitive la structure sociale de la société algérienne.
Le mouvement de colonisation a connu deux étapes : La première a été celle de l'occupation restreinte vu que la colonisation s'était pratiquement limitée aux zones situées dans le Nord.
Cependant la crainte nourrie par la France d'un développement de la force de l'Emir Abdelkader qui l'obligerait à reconnaître les limites de son influence l'a amenée à revoir sa politique de colonisation. Elle a de ce fait procédé à une occupation totale qui a grandement contribué à l'extension du mouvement d'implantation au reste des autres régions, parallèlement à l'aide matérielle et financière fournie aux colons français par les autorités françaises d'occupation lesquelles se sont mises à édicter des lois en faveur du mouvement de colonisation. Ceci les a encouragés à faire de l'Algérie une colonie française certes, mais autonome par rapport à la France, d'autant plus qu'il existait parmi les colons des personnalités politiques opposées aux régimes monarchistes qui se sont relayés au pouvoir en France.

Première étape : l'occupation restreinte

La période de l'occupation restreinte située entre 1830 et 1835 a concerné essentiellement les soldats de l'expédition militaire en Algérie ainsi que certaines personnalités opposées au régime du roi Charles X.
La colonisation militaire a débuté par la saisie de 1000 hectares relevant de Haouch Hassan Pacha, aux environs d'El Harrach, dont la gestion fut confiée à un groupe de soldats du gouverneur général Clauzel, sous la dénomination de " Ferme africaine pilote ".
Clauzel était l'un des premiers chantres de la colonisation. Il envisageait de faire de l'Algérie un nouveau Saint- Domingue et de transférer les capitaux européens du continent américain vers l'Algérie. A cet effet, il publia le 21 septembre 1830 un décret autorisant la saisie des biens religieux waqf et des biens du beylik (publics) en vue de les distribuer aux immigrants européens.
Le 9 août 1835, s'adressant aux Européens qui venaient de débarquer à Alger, il leur dit : " Vous devez savoir également que cette force militaire qui se trouve sous mes ordres n'est qu'un moyen subsidiaire, car nous ne pouvons nous enraciner ici que par le biais de l"immigration européenne seulement. "
La première tentative dans le domaine de la colonisation officielle soutenue par le régime militaire remonte à 1832 lorsque un navire est arrivé à Alger avec à son bord 400 immigrants allemands et suisses auxquels ont été affectés des parcelles de terrains d'une superficie totale de 320 hectares.
La colonisation commença à s'ancrer et s'étendre après la parution du décret du 22 juillet déclarant biens français les zones occupées par les troupes françaises . Cette instruction a encouragé les Européens à s'éloigner des environs de la ville d'Alger.

Deuxième phase : la colonisation massive

La colonisation massive débuta à l'orée de l'année 1835 et connut son apogée avec Valée, Bugeaud et Randon. Cette année peut également être considérée comme le début de l'émergence des colons en tant que force imposant sa présence sur la scène politique aussi bien en Algérie qu'à Paris et du renforcement de leur position en Algérie notamment au détriment des militaires.
Le Maréchal Clauzel avait ouvert l'ère de la colonisation massive en s'adressant en ces termes aux colons à l'occasion de sa nomination en tant qu'administrateur général le 10 août 1835 : " Vous pouvez créer autant de fermes que vous le souhaitez et vous pouvez même les accaparer dans les zones que nous occupons. Soyez assurés que nous vous protégerons avec toute la force que nous possédons. Par la patience et la persévérance, un peuple nouveau vivra ici ; il grandira et croîtra plus que ne l'a fait le peuple qui a traversé l'Océan Atlantique pour s'installer il y a quelques siècles en Amérique "
La première colonie fut installée à Boufarik en 1836 ; 563 parcelles de terrain d'une superficie d'un tiers d'hectare chacune furent distribuées aux arrivants, ainsi que 173 autres parcelles d'une superficie d'un quart d'hectare chacune dans les fermes environnantes.
L'administration coloniale est ensuite passée à une autre procédure afin d'intensifier le rythme de l'expansion coloniale et ce, en encourageant l'implantation libre de colonies à travers la vente des terres domaniales constituées des terres beylik et waqf qui avaient été saisies.
Certains immigrants ont pu ainsi obtenir plus de 4500 hectares en une seule année.
Avec l'arrivée du général Bugeaud, la colonisation a connu une évolution rapide, celui-ci ayant déclaré le 14 mai 1840 devant les députés : " Les colons doivent s"installer partout là où il y a de l'eau potable et des terres fertiles, sans s"interroger sur leurs propriétaires ". A partir de là, il se mit à encourager les militaires en fin de mission à s'installer en Algérie en créant les colonies afin qu'ils les exploitent collectivement, de même qu'il créa, autour des cantonnements, les fermes exploitées par les militaires.
L'action la plus réussie par le Général Bugeaud fut d'employer l'armée dans l'édification des colonies, la mise en valeur des terres et la plantation d'arbres en attendant l'arrivée des colons.
A son époque, l'émigration européenne vers l'Algérie s'était intensifiée. Au cours de la seule année 1843, 14 137 immigrants arrivèrent aux ports algériens parmi lesquels 12.006 Français et le reste composé d'Allemands, d'Irlandais et de Suisses. En 1844 seulement, le nombre de colonies a atteint 28 dans la Mitidja et le Sahel et en 1845, environ 46 mille immigrants arrivèrent en Algérie, ce qui entraîna l'expansion de la colonisation vers l'Ouest et l'Est.

Le soutien matériel et moral

Le soutien moral au mouvement de colonisation était apparent à travers les discours des dirigeants qui se sont succédés au pouvoir et au gouvernement en Algérie, aussi bien civils que militaires.
Dans cet ordre d'idées, l'encouragement des Européens à partir vers l'Algérie pour la coloniser était nécessaire pour les autorités d'occupation. Pour cela, elles avaient fourni toutes les conditions nécessaires pour la colonisation au détriment des propriétaires des terres.
Parmi ces conditions, la fourniture du logement et la garantie de revenus supérieurs à leurs revenus à Paris .Ceci leur a permis d'être numériquement supérieurs aux propriétaires des terres de même qu'une protection militaire leur était assurée. Le mouvement de colonisation a ainsi connu une expansion rapide puisqu'il a englobé tous les Européens, la France leur ayant facilité le déplacement de leurs pays respectifs vers l'Algérie à bord de ses navires et leur ayant offert l'occasion de réussir dans les nouvelles contrées.
Le nombre de ces Européens avait atteint à l'époque du Général Bugeaud 100.000 immigrés, soit un accroissement de 42% par rapport à 1839. La répartition par nationalités était la suivante : 43,5% de Français, 28% d'Espagnols, 8 % d'Italiens et le reste de différentes nationalités.
Entre 1848 et 1850, 42 villages de colonisation avaient été créés conformément aux lois relatives au processus de colonisation, parmi lesquels le village de Marengo (Hadjout actuellement), El Affroun, Saint-Cloud, Guelma, Mondovi et Castiglione
En vue de concrétiser cet aspect, vint le rôle des sociétés créées dans ce but auxquelles fut confiée la mission de créer des villages et des colonies et dont la plus importante fut la Société Algérienne fondée en 1868 qui a obtenu 100 mille hectares de terres.
Cette société a accordé des facilités aux colons pour l'obtention de parcelles de terres contre le paiement d'un franc par hectare pour une durée de 50 ans.
La colonisation a été renforcée par la promulgation d'une série de lois et décrets autorisant les colons à s'approprier par tous moyens les meilleures terres et les plus fertiles d'entre elles, à commencer par la loi de 1845 qui avait saisi les biens des tribus ayant proclamé leur désobéissance aux Français et qui, de ce fait, avaient été soumises au contrôle de l'autorité militaire.

La colonisation sous le régime civil
Dans le domaine de la colonisation, la IIIème République avait adopté une politique radicalement différente du point de vue de la qualité et des objectifs de celle qui avait été suivie à l'époque du 2nd Empire.
Si la première s'est basée sur la colonisation capitaliste afin d'obtenir le soutien financier, la seconde est restée sourde aux revendications des Européens d'Algérie pour laisser le champ libre sans conditions aux Européens pour s'implanter en Algérie afin de la peupler, et ce dans le but de créer un équilibre humain entre eux et les Algériens qui étaient plus nombreux.
Afin de réussir dans cette entreprise, elle avait encouragé la politique de peuplement et de la petite propriété à travers la construction des centres de colonisation et l'octroi des terres gratuitement. Le deuxième aspect de la politique de la IIIème République dans le domaine de la colonisation a consisté à peupler l'Algérie par les Français et non par les Européens.

Cette orientation de la part des civils vers un changement de qualité des colons était liée à la concurrence colonialiste franco-britannique pour le partage des zones d'influence qui s'était aiguisée au cours de cette époque historique c'est-à-dire vers la fin du dix neuvième siècle.
Le résultat de cette nouvelle politique fut que le total des terres remises aux colons entre 1871 et 1908 s'élevait à 1.137.823 ha environ. Ce chiffre avait atteint en 1934 2.462.537 ha parmi les meilleures terres agricoles enlevées aux Algériens par divers moyens.
Les autorités françaises ne se sont pas contentées d'inventer les idées et les concepts mais ont commencé à mettre en place les modes et les formes juridiques leur permettant de mettre en application et de concrétiser ces idées, en prenant soin de ne pas laisser aux Algériens la possibilité de refuser la politique du fait accompli.
Pour cela, la politique française va s'orienter vers la création de transformations radicales et profondes dans la structure sociale, politique et économique de la société algérienne, susceptibles de détruire à toute velléité de résistance ancrée dans la société algérienne. Ceci ne pouvait avoir lieu, selon ces autorités, sans la destruction de tout ce qui avait un rapport direct avec les croyances des autochtones et leurs systèmes civilisationnels hérités.
Ainsi, sera parachevée l'entreprise de démolition et destruction de toutes les valeurs de la société algérienne qui se soumettra au fait accompli imposé par les autorités françaises d'occupation, ce qui facilitera son assimilation et sa domestication.
A partir de là , se sont multipliés les manifestations et les domaines d'application de la politique française durant la phase historique qui a suivi la résistance d'El Mokrani en 1871, dans la mesure où il ne s'est pas agi d'une politique unique au sens communément admis mais de diverses politiques adoptées sous forme de mesures oppressives, répressives et dissuasives s'appliquant sur trois domaines principaux selon leur nature : des mesures à caractère économique, d'autres à caractère politique et d'autres enfin à caractère social, mais dont l'objectif était le même, à savoir marginaliser la société algérienne dans son ensemble, la maintenir dans un état d'ignorance et la plonger dans une situation de misère et de pauvreté insoutenables ainsi que l'a développé l'un des historiens algériens.

Les prémisses d'une telle politique ont commencé à voir le jour après la chute du régime militaire en Algérie en 1870, à l'issue de la défaite de la France face à l'Allemagne et la reddition de Napoléon III au chancelier allemand Bismarck.
Même si la politique de colonisation était régie conformément aux lois édictées par le pouvoir militaire, la période du gouvernement civil avait renforcé davantage cette politique du fait de la main mise quasi absolue des colons sur les rouages de l'administration.
A ce propos, un appel avait été lancé en direction des habitants d'Alsace-Lorraine pour émigrer en Algérie où le gouvernement de gauche arrivé au pouvoir en 1870 leur attribua plus de cent mille hectares des meilleures terres les plus fertiles. Le nombre de familles implantées a été estimé à 1183 dont chacune a pu bénéficier de l'allocation de 6500 francs. De même que les fermiers du Sud Est de la France avaient été attirés puisque le nombre de familles implantées fut estimé à quatre mille.
Cette politique a porté la superficie des terres attribuées aux colons à 347268 hectares entre 1871 et 1882, ce qui a également permis la création de 197 villages de colonisation.
Afin de garantir le succès de l'opération de colonisation, les députés des colons demandèrent l'augmentation des frais alloués pour l'émigration vers l'Algérie et l'affectation d'un budget de 50 millions de francs pour la construction de 175 villages sur une superficie de 310000 hectares dont 300000 hectares seront arrachées à la population algérienne.
Entre 1881 et 1890, 176000 hectares furent accaparés et distribués à 320 familles de colons sous forme d'exploitations et sans contrepartie. La loi sur la propriété antérieurement promulguée par les autorités coloniales avait établi la prédominance des colons dans l'implantation et la possession des terres qui s'était poursuivie jusqu'en 1899. En vertu de cette loi, les terres de plus de 224 tribus arabes ont pu être accaparées sans contrepartie dont 95700 hectares furent versés aux Domaines et le reste attribué aux municipalités qui avaient été créées.
Sous le régime civil, l'attribution des terres aux nouveaux arrivants a connu un accroissement effarent entre 1891 et 1900. Durant cette période, plus de 120097 hectares furent attribués aux colons. La superficie des terres prises aux indigènes au terme des lois scélérates et attribuées à titre gracieux aux colons venus de France et d'Europe entre 1871 et 1900 avait atteint 687000 hectares.
Parmi les lois les plus célèbres et les plus dangereuses ayant ouvert la voie aux colons et entrant dans le cadre de la politique de colonisation qui distingua la période du gouvernement civil entre 1871 et 1899, il y a eu la loi Warnier promulguée en 1873 appelée loi des colons, c'est-à-dire des résidents. A cela, s'ajoute le décret de rattachement de 1881, en somme des lois qui visent l'accaparement de toutes les terres et ce quel que soit leur statut .
Parmi les gouverneurs civils les plus célèbres ayant laissé libre cours aux colons et œuvré au succès de la politique d'implantation, le gouverneur général Albert GREVY sous le mandat duquel on observa la construction de villages de colonisation et l'affectation de 300 hectares pour leur construction. En outre, la colonisation libre, réglementée par le docteur WARNIER a contribué à la possession par les colons de superficies très étendues. Entre 1880 et 1908, les colons avaient accaparé plus de 450823 hectares. Entre 1871 et 1898, cette superficie avait atteint un million d'hectares.
En conséquence, c'est le pouvoir dans le cadre du système républicain français qui a fourni la plus grande aide aux colons et contribué à imposer leur volonté en Algérie à travers des lois et des programmes conçus pour étendre le domaine de la colonisation officielle, à côté de la création de projets commerciaux et urbains spécifiques aux colons afin de franciser totalement l'Algérie.


Le premier texte montre ce qu'était l'Algérie avant 1830, c'est tellement évident que si elle a suscité la convoitise des Français, c'est qu'elle n'était pas rien :!:
Le deuxième est là pour rappeler que tout ce que la France a construit en Algérie avait pour but de faire face à une politique de colonisation massive entreprise au détriment des Algériens, marginalisés dans tous les domaines et réduits au rôle d'indigènes.
Brandir les réalisations de la France en Algérie, comme si celle-ci est une bienfaitrice qui a un jour débarqué en Algérie, sauver ses habitants d'une condition précaire me semble déloyal, limite ridicule :( Il faut trouver une thèse plus plausible, si ça existe, parce que le jeu est clair et les jeu sont faits.
Et là, j'enchaîne sur les déclarations faites par des citoyens algériens et rapportée par la deuxième lettre.
Tout d'abord, que valent quelques paroles face à la volonté d'un peuple, qui a un jour décidé, combattu et obtenu.
Que valent les paroles d'amateurs de tourisme politique, qui n'osent même pas affronter le climat algérien de peur d'être asphyxiés et préfèrent s'époumoner ailleurs.
Ce sont des lâches et n'ont aucun droit à la parole, parce que la parole a été prononcée par tout un peuple, appliquée par un million et demi de vies et ce fut le dernier mot, aucun autre ne vaut.
Maintenant, pour ce qui est des problèmes algériens, mais ça prouve quoi :?: Que la France n'aurait jamais dû partir, puéril celui qui croit ça :!:
Pour la simple raison que si la France était restée, il n'y aurait certes aucun problème algérien pour la simple raison qu'il n'y aurait que des Français et des indigènes :cry:
Pour ce qui est de Bouteflika et ses soins en France et alors :?: Il est parti en homme libre, muni d'une bourse conséquente, acheter un service.
Chose est sûre, il n'aurait jamais pu faire ça, si l'Algérie était colonisée :lol:
Pour ce qui est des bribes de problèmes rapportés par les deux lettres, ils sont loin du compte, pire est la situation, mais elle est algérienne et ne regarde personne :roll:
Mais je trouve que les deux lettres occultent une grande vérité, le peuple et sa volonté de se battre qui ne flanche jamais :D Et une seule appellation sied à une telle position :
NEO-COLONIALISME :cry:

PS : Pour ce qui est des harkis, la lettre se réfère à ce qu'en a fait l'Algérie, alors qu'ils étaient traîtres à la patrie et passe sous silence, le traitement qui leur a été réservé par la France, avec laquelle ils ont collaboré :!: Bizarre, non :?:
Moi je pose une simple question : qu'a fait la France des collabos sous l'occupation allemande :?:
Les harkis ont mérité leur sort en Algérie, s'ils font de la peine à la France, elle n'a qu'à leur faire oublier leur affliction. N'est-elle pas représentée par la première lettre comme une justicière historique :?: :lol:
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger

Re: L'Algérie et la France

Messagepar coriolan » 19 Avr 2009 15:03

JEL a écrit:Attention, associer l'époque coloniale à quelqu'oeuvre bénéfique, c'est mal. C'est un genre de révisionnisme, lequel est puni par la loi.

Tiens, tiens ! Bizarre ! j'étais persuadé d'avoir répondu à ce post, et je ne le vois plus ! Bref, quoi qu'il en soit je vais me répéter : Peux-tu, cher JEL, me donner les références de ce texte de loi ? Merci ! J'ai bien dit "texte de loi" et non "texte de lol"... :D
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5905
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: L'Algérie et la France

Messagepar coriolan » 19 Avr 2009 15:11

à APHRODITE

Chère amie, la lecture de ton long message ci-dessus - auquel je suis bien incapable de répondre, a amené des réflexions intéressantes chez d'autres dont l'un d'entre eux peut se résumer à ceci : " Sans la manne pétrolière l'Algérie serait le Zimbabwe ! ". Je veux bien le croire ! Le texte détaillé est d'un dénommé Nordine Grim, d'origine algérienne ; ce texte t'intéresse-t-il ou le connais-tu déjà ? Si oui, qu'en dis-tu ?
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5905
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: L'Algérie et la France

Messagepar Aphrodite » 20 Avr 2009 00:02

coriolan a écrit:à APHRODITE

Chère amie, la lecture de ton long message ci-dessus - auquel je suis bien incapable de répondre, a amené des réflexions intéressantes chez d'autres dont l'un d'entre eux peut se résumer à ceci : " Sans la manne pétrolière l'Algérie serait le Zimbabwe ! ". Je veux bien le croire ! Le texte détaillé est d'un dénommé Nordine Grim, d'origine algérienne ; ce texte t'intéresse-t-il ou le connais-tu déjà ? Si oui, qu'en dis-tu ?

Claude, j'ai pour principe de ne jamais m'intéresser aux écrits des lâches, oui!
Je pense que lorsqu'on aime son pays, on se bat pour lui, entre ses frontières et non outre mer :(
Maintenant pour réagir à ta phrase reprise en bleu : si l'Algérie a été malmenée comme l'a si bien décrit Jacques GUILLEMAIN avant 1830 et comme je l'ai si bien relaté après 1830, c'est normal que 47 ans d'autonomie ne donneraient qu'un Zimbabwe, heureusement qu'il y a cet or noir qui la tire d'affaire.
Vous n'allez quand-même pas reprocher à la nature d'être l'amie de l'Algérie :!: elle a comblé les failles de l'homme et tant mieux, même si une partie du flux noie les banques suisses, les quelques gouttes qui nous aspergent suffisent pour qu'on garde la tête haute :roll:
Tu sais Claude, j'aime mon pays de façon inconditionnelle, j'aime mon pays même si c'était le Zimbabwe, c'est ça ce que les occidentaux ne comprennent pas :cry:
Et quand on aime son pays, on y reste et on l'aide à se relever, on ne va pas à la soupe populaire française tendre son bol et insulter son pays en guise de remerciements :(
Je fais partie de l'opposition marginalisée, je n'ai pas voté, mais je dis ce que je pense aux personnes concernées et nulle autre :!:
Je connais la situation en Algérie par coeur, je cerne tous les tenants et les aboutissants, mais ça reste une affaire de famille, LA FAMILLA, tu vois?
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger

Re: L'Algérie et la France

Messagepar coriolan » 20 Avr 2009 00:20

Aphrodite a écrit: Je connais la situation en Algérie par coeur, je cerne tous les tenants et les aboutissants, mais ça reste une affaire de famille, LA FAMILLA, tu vois?

Oui, je vois, et c'est joliment dit ! Bravo. Si ici, nous étions tous comme ça, je serais bien... mais non, on dénigre toujours ! C'est le mal français. :( :wink:
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5905
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: L'Algérie et la France

Messagepar JEL » 20 Avr 2009 20:28

coriolan a écrit:Peux-tu, cher JEL, me donner les références de ce texte de loi ? Merci !

En l'occurrence, je me suis un peu emballé : c'était de dire du mal du colonialisme français qui a été interdit, du moins du 23 février 2005 au 31 janvier 2006, par la loi 2005-158 du 23 février 2005. Par contre, est toujours punie l'apologie de crimes commis contre les harkis après la signature des accords d'Evian...
D'autres débilités du même genre pullulent, comme la nécessité de faire une loi pour que le génocide arménien soit considéré comme tel.
Dans les faits, la loi Gayssot (Loi n°90-615 du 13 juillet 1990) par exemple interdit à la presse le négationnisme, du moins sur ce qui touche aux crimes contre l'humanité, et en même temps me semble interdire toute initiative, de la part de la presse, de révision de procès liés à ces crimes.

Je reste stupéfait par la capacité du législateur à faire des lois redondantes. Ces redondances ont un don pour mettre un foutoir juridique, philosophique, voire sécuritaire monstre, alors qu'il serait tellement plus simple d'appliquer les codes existants...

Pour le reste, je ne veux pas polémiquer sur qui est le gentil ou le méchant dans le sujet qui nous occupe. Les livres d'histoires sont écrits par les vainqueurs : en France, l'Algérie a été belle jusqu'il y a 50 ans ; en Algérie c'est le contraire. En ce qui me concerne, tout le monde a raison, et tout le monde a tort.
Dernière édition par JEL le 21 Avr 2009 00:06, édité 1 fois.
La vie est une partie de Go dont les règles ont été inutilement compliquées. (Proverbe chinois)
Avatar de l’utilisateur
JEL
 
Messages: 353
Inscription: 18 Oct 2008 00:37
Localisation: Béthisy-Saint-Martin (ca. Compiègne)

Re: L'Algérie et la France

Messagepar coriolan » 20 Avr 2009 22:25

APHRODITE

J'ai reçu un message d'un nouvel inscrit qui ne parvient pas à poster. D'abord je lui ai dit que j'allais voir le problème... et puis, et puis depuis un nouvel agencement vu entre Viatic et Jean-Eudes, il semblerait qu'il y ait un souci pour la validation des nouveaux inscrits alors que le nécessaire a été conrectement fait. Je pense que le problème sera réglé demain avec notre admin-système. Ceci est donc une réponse d'attente. Le nouvel inscrit s'appelle Attila, et je crois que tu lui as tapé dans l'oeil à moins que ce ne soit sur les nerfs ! :lol: Sa réponse est excellente, mais je la lui laisserai mettre lui-même ! A demain sans doute ; passe une bonne nuit ! :D
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5905
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: L'Algérie et la France

Messagepar attila » 21 Avr 2009 01:01

@ APHRODITE

Non sans mal ! Et encore, je n'ai pas accès à toutes les rubriques mais ça ne saurait tarder... Ce qui prouve que vous êtes bien protégés !

Aphrodite ne répond pas aux éditos sur l'Algérie. Elle se contente de comparer sa situation actuelle à ce qu'elle serait si l'Algérie était restée française. Mais le sujet du débat n'est pas là.
Nul ne conteste le bien fondé de cette indépendance et le droit des Algériens à vivre libres.
Nul ne lui reproche d'aimer son pays quoi qu'il arrive et de le défendre bec et ongles.
Mais peut on accepter les accusations de Bouteflika sans réagir quand il parle de génocide culturel ? Ce sont les Berbères qui seraient en droit de dire ça, car la France n'a fait que passer alors que les Arabes sont restés. N'est-ce pas du colonialisme à l'état pur ? Mais passons.
La vraie question est de savoir si c'est la bonne solution que d'entretenir un climat de rancoeur en permanence alors que ça fait 50 ans que la guerre est finie ! Est ce comme ça qu'on va aller de l'avant ? Ou bien est ce la volonté de Bouteflika d'accabler l'éternel bouc émissaire, la France, pour détourner le peuple algérien de ses difficultés internes dont le gouvernement est responsable ? Ca ne mène pas bien loin.
A mon avis il est grand temps de tourner la page.

Je donne à Aphrodite 2 exemples.

1° Français et Allemands se sont battus pendant des générations jusqu'au jour où de Gaulle a tendu la main à Adenauer. Nous sommes maintenant les meilleurs amis du monde pour le plus grand bien de l'Europe et de la paix. Nul n'a exigé excuses ou repentance de l'un ou de l'autre. On a voulu oublier le passé et bâtir l'avenir c'est tout. Pourquoi ce ne serait pas possible avec l'Algérie ?

Aphrodite va nous rétorquer que les Allemands n'ont pas subi le joug colonial. C'est vrai, mais je lui oppose un deuxième exemple.

2° Les Vietnamiens ont eux aussi été colonisés et brimés. Eux aussi ont subi une guerre douloureuse. Eux aussi ont gagné leur liberté par le sang et les larmes. Et pourtant je n'ai jamais vu un jeune Vietnamien à Paris, brandir le drapeau vietnamien et siffler la Marseillaise. Alors pourquoi n'avons nous plus de contentieux avec les Vietnamiens qui sont heureux chez nous et ne se plaignent jamais, alors que les Algériens nous en veulent toujours ?
Est-ce parce qu'ils ne sont heureux ni chez eux ni chez nous et qu'ils veulent nous faire porter le chapeau jusqu'à la fin des temps ?
Si tous les peuples qui ont été conquis par les Arabes depuis le 7è siècle , se mettent a demander liberté et repentance, ça va faire du monde !! Faut-il faire le proçès de Rome pour avoir conquis la Gaule et liquidé Vercingétorix ? Faut-il que les Américains, les Australiens, les Sud Africains blancs, les Néo-Zélandais et bien d'autres retournent tous en Europe ?
Restons sérieux et regardons l'avenir, pas le passé car je crois que personne n'est tout blanc.
Quand on aura répondu à cette question et mis fin à 50 ans de rancoeur qui ne mène nulle part, on pourra peut être aller de l'avant. Mais que de temps perdu !!!!
attila
 
Messages: 4
Inscription: 18 Avr 2009 21:58

DURBAN II

Messagepar attila » 21 Avr 2009 10:46

Bonjour à tous,

Voici un billet sur DURBAN II que j'ai adressé à la presse et qui sera peut être publié. J'étais totalement opposé à ce que la France participe à cette mascarade, véritable tribune anti-occidentale qui ne gandit pas l'ONU.
Attila

"Nicolas Sarkozy vient de déclarer que le discours prononcé par le président iranien à la conférence de Durban II à Genève, constitue "un appel intolérable à la haine raciste" et souhaite une réaction d'une extrême fermeté de la part de l'Union européenne.
Fallait-il s'attendre à des ronds de jambes de la part d'un dirigeant négationniste qui a toujours prôné la destruction d'Israël ? Soyons sérieux !
Beaucoup de grands pays occidentaux, sauf la France, ont compris depuis Durban I que la conférence contre la racisme n'était qu'une tribune destinée à promouvoir le racisme anti-occidental et la haine d'Israël.
Dans ces conditions, il était inutile que la France s'associe à cette mascarade. Quand admettra t-on que ces pays qui se plaignent sans arrêt d'être les victimes du racisme sont les mêmes qui violent en permanence les droits de l'homme chez eux" ?
attila
 
Messages: 4
Inscription: 18 Avr 2009 21:58

Re: L'Algérie et la France

Messagepar JEL » 21 Avr 2009 12:01

Le Point a écrit:Le président iranien critique l'établissement d'un "gouvernement raciste" au Proche-Orient après 1945, faisant clairement allusion à Israël. "Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, [les alliés] ont eu recours à l'agression militaire pour priver de terres une nation entière sous le prétexte de la souffrance juive", explique Mahmoud Ahmadinejad. "Ils ont envoyé des migrants d'Europe, des États-Unis et du monde de l'holocauste pour établir un gouvernement raciste en Palestine occupée", affirme-t-il.

Ce n'est pas ce que je qualifierais d'appel à la haine raciale et de propos antisémites (sic), mais plutôt un rappel des faits. Tous juste aurait-il pu mettre "gouvernement d'extrême-droite pro-armée" en place de "gouvernement raciste".
Cette mascarade bien-pensante n'augure rien de bien réjouissant...
La vie est une partie de Go dont les règles ont été inutilement compliquées. (Proverbe chinois)
Avatar de l’utilisateur
JEL
 
Messages: 353
Inscription: 18 Oct 2008 00:37
Localisation: Béthisy-Saint-Martin (ca. Compiègne)

Re: DURBAN II

Messagepar coriolan » 21 Avr 2009 12:32

attila a écrit: Quand admettra t-on que ces pays qui se plaignent sans arrêt d'être les victimes du racisme sont les mêmes qui violent en permanence les droits de l'homme chez eux" ?

En phase totale ! Bien que les DDH ne puissent pas ne pas être violés, il n'y a qu'à regarder autour de soi ; ces 'droits' sont une fumisterie !
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5905
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: L'Algérie et la France

Messagepar coriolan » 21 Avr 2009 12:40

JEL a écrit:Ce n'est pas ce que je qualifierais d'appel à la haine raciale et de propos antisémites (sic), mais plutôt un rappel des faits. Tous juste aurait-il pu mettre "gouvernement d'extrême-droite pro-armée" en place de "gouvernement raciste".

Hé oui ! mon pauvre JEL, bien que cet Ahmadinejad ne m'inspire pas une confiance folle, j'ai bien cherché ce qui pouvait sérieusement lui être reproché, je n'ai rien vu... sinon une intention, peut-être ! Sans doute ! Mais si nous en sommes à faire des procès d'intention ! Où va-t-on ? Ah ! les faits qui dérangent sont... vraiment dérangeants, donc coupables quand on les évoque !
:lol: Mais pourquoi j'en ris, moi ?
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5905
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Durban II

Messagepar Aphrodite » 22 Avr 2009 12:16

à ATTILA

j'ai un pb de connexion actuellement mais Attila ne perd rien pour attendre ! :bom:
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger

Re: Durban II

Messagepar DD » 22 Avr 2009 22:52

Aphrodite a écrit:à ATTILA
j'ai un pb de connexion actuellement mais Attila ne perd rien pour attendre ! :bom:

Houlà, çà va chauffer. Vaut mieux réveilelr le guardian tout de suite ! :P
Ni bombes, ni roquettes. Foutez VOUS la paix !
Avatar de l’utilisateur
DD
 
Messages: 1528
Inscription: 30 Sep 2007 22:44
Localisation: Bourg Saint Andeol, Ardèche, entre Montelimar et Orange

Re: L'Algérie et la France

Messagepar Aphrodite » 23 Avr 2009 12:34

attila a écrit:@ APHRODITE
Quand on aura répondu à cette question et mis fin à 50 ans de rancœur qui ne mène nulle part, on pourra peut être aller de l'avant. Mais que de temps perdu !!!!

Tu as raison, la rancœur ne sert à rien :wink:
Dernière édition par Aphrodite le 24 Avr 2009 12:40, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger

Re: Durban II

Messagepar Aphrodite » 23 Avr 2009 12:38

DD a écrit:
Houlà, çà va chauffer. Vaut mieux réveilelr le guardian tout de suite ! :P

T'en fais pas, c'est quand je chauffe que je deviens douce :wink: Veux-tu tester :?: Beeeeeeeen chauffe-moi :oops:
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger

Re: L'Algérie et la France

Messagepar Aphrodite » 23 Avr 2009 13:01

coriolan a écrit:
:lol: Mais pourquoi j'en ris, moi ?

Parce que c'est tout simplement hilarant que ces voyoux en col blanc organisent des rencontres autour de thèmes tabous qu'ils sont eux-même incapables de cerner :shock:
Alors, une rencontre contre le racisme, mais il ne faut surtout pas prononcer le mot "raciste" juste un vol plané sur ses dépendances :)
C'est écœurant, écœurant parce qu'il y a eu pire que le discours du président iranien dédaigné par les médias :( Mais c'est que ce corps a des priorités que vous aurez comprises :wink:
l'intervention d'un médecin anglais parlant de l'affaire libyenne (les infirmières, vous vous rappelez ? Cecilia Sarkozy vous y êtes?) censuré en live par la représentante libyenne :(
Vous me direz que ça ne vaut pas les propos de Mahmoud Ahmadinejad, je n'oserai vous contredire, surtout si les Européens voulaient absolument que les juifs les entendent :wink:
Claude, saisis-tu le sens exact de mes propos :?: La politique : un grand cinéma avec tout ce qu'il faut comme effets spéciaux. Une seule différence : les acteurs sont réellement hideux :cry:
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger

Re: L'Algérie et la France

Messagepar coriolan » 23 Avr 2009 13:07

Aphrodite a écrit:Quand je parle de repentance, de dédommagement, c’est surtout pour titiller Claude, si cher à mon cœur :!:

Eh bien, si tu faisais semblant, tu le faisais bien ! C'était du bel ouvrage ! Quelle comédienne ! Je crois surtout que tu as été retournée (pardon pour l'image ! :shock: ) par les arguments d'Attila... Enfin, le principal c'est d'être d'accord. Il n'y a que les imbéciles qui ne changent jamais d'avis, et tu es loin d'en être une ! :wink:
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5905
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: L'Algérie et la France

Messagepar coriolan » 23 Avr 2009 13:13

Aphrodite a écrit:La politique : un grand cinéma avec tout ce qu'il faut comme effets spéciaux. Une seule différence : les acteurs sont réellement hideux :cry:

Là, nous sommes bien d'accord ! Mais alors, qu'est-ce qu'on fait ? :idea:
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5905
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: L'Algérie et la France

Messagepar Aphrodite » 24 Avr 2009 11:42

coriolan a écrit:
Là, nous sommes bien d'accord ! Mais alors, qu'est-ce qu'on fait ? :idea:

J'ai beau retourner la question dans tous les sens, une seule réponse subsiste, ton projet de société :wink:
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger

Re: L'Algérie et la France

Messagepar attila » 24 Avr 2009 18:35

Malheureusement le calvaire du peuple algérien n'est pas terminé et durera aussi longtemps que les mêmes équipes issues du FLN resteront au pouvoir, selon le bon vouloir des généraux. Leur haine de la France en 62 et leur rapprochement avec les popofs ont conduit au désastre économique après la guerre. Il fallait coopérer avec la France dès le départ au lieu de chasser tout le monde et de se tourner vers le bloc de l'Est.
Ici les Algériens de France ont été révulsés par le comportement de Bouteflika qui s'est pour ainsi dire autoproclamé président à vie en tripatouillant la Constitution. Je n'entends que des critiques à son égard. Mais il est plus facile de critiquer d'ici que d'Alger. Car j'imagine qu'il est dangereux d'exprimer certaines opinions et que les méthodes violentes des islamistes restent le mode d'expression favori avec ceux qui les gênent. Idem pour le gouvernement d'ailleurs. Presse muselée, journalistes arrêtés, on connait la musique !
Je reconnais que la France et ses medias n'ont pas toujours été objectifs sur la guerre civile, c'est vrai, mais nos medias ne le sont jamais comme on a pu encore le voir avec le conflit de Gaza.
Cela dit nous ne pouvons pas grand chose car tout soutien à l'opposition, vu la susceptibilité des équipes dirigeantes, nous vaudrait une rupture diplomatique très néfaste pour nos intérêts économiques communs. La France a besoin du pétrole et du gaz algériens. C'est comme ça depuis la nuit des temps dans les rapports entre les nations.
( à ce titre j'étais totalement opposé au soutien du Tibet qui ne pouvait qu'irriter les Chinois dont nos chômeurs ont grand besoin pour retrouver du boulot grâce au dynamisme du marché chinois. D'ailleurs j'ai écrit un édito sur le Tibet qui en dit long sur le "paradis spirituel" qui n'était en fait qu'une théocratie barbare, esclavagiste et cruelle. Je n'ai aucune honte à dire que le sort de nos chômeurs m'importe davantage que le sort des Tibétains qui sont loin d'être des saints. Sarko a fini par comprendre )
Bref c'est au peuple algérien d'assumer son destin, de se débarrasser des équipes corrompues, mais ce n'est pas simple. Ce qui vient de se passer avec Bouteflika est dramatique. Mais je ne connais pas assez le problème. Est ce qu'à son départ on ne risque pas à nouveau de voir les barbus manifester le désir de prendre le pouvoir ? Bouteflika a su acheter la paix civile, mais que feront les barbus après son départ ?

En tout cas, ce qui est certain c'est que les Algériens ont tout intérêt à développer des liens étroits avec la France et à regarder l'avenir. Car plus il y aura d'élites formées en France et francophiles, plus le pays s'ouvrira sur l'Occident aux plans économiques et culturels, et moins les barbus trouveront audience auprès du peuple. Mais évidemment si le peuple ne voit jamais la couleur de l'argent du pétrole, ça peut mal tourner.
Bouteflika vient d'accepter l'invitation de Sarko. Tant mieux, car tout corrompu qu'il soit, quelle que soit son opinion sur la France, il faut multiplier les échanges sur tous les plans. Les libertés découlent des échanges économiques et culturels. Regardez la Chine, jamais les droits de l'homme n'ont autant progressé que depuis 10 ans, date où Pékin s'est ouvert au monde occidental pour y faire de juteuses affaires. Les Chinois sont malins, ils ont libéré d'abord leur économie avant de libérer la société et les libertés progressent avec le niveau de vie. Soyons patients au lieu de les em.... avec les droits de l'homme, ça va venir
Les popofs ont voulu libérer la société avant de libérer l'économie : résultat ce sont les groupes maffieux qui ont mis le pays en coupe réglée et Poutine a eu bien du mal à redresser la barre.
Le pire pour l'Algérie serait de se replier sur elle même et de retourner sur son passé.
Courage, car tôt ou tard la démocratie, la vraie, finit toujours par triompher.
attila
 
Messages: 4
Inscription: 18 Avr 2009 21:58

Re: L'Algérie et la France

Messagepar JEL » 25 Avr 2009 12:45

Ce que tu dis est très discutable. Les échanges économiques et culturels apportent une forme certaine de progrès, c'est indéniable et même nécessaire. Mais pourquoi limiter ces échanges à la France dans le cas de l'Algérie ? Parce que nous tenons à ne pas être dépendants de la mer du nord (épuisée ou presque) ou de GazProm ? ce n'est pas une réponse (honnête en tout cas).
De même, pourquoi les valeurs "occidentales" (pour faire court) seraient meilleures que les autres ? Pourquoi les associer systématiquement au progrès ? Et surtout, pourquoi faire de la démocracie le héraut de ce progrès ?

On a vu ce que ça a donné, quand les USA ont voulu apporter la démocratie au monde.
Il est promordial que la population ait son mot à dire sur son destin. Mais cette démocratie-là, à l'américaine, est d'autant plus abjecte que c'est une dictature qui cache son nom.
Par ailleurs, en novembre ou en janvier, je ne sais plus, Obama a reçu (comme tout nouveau président) un rapport prévoyant que les USA connaîtraient une certaine instabilité intérieure, et qu'il faudrait s'attendre à ce que la Défense doive contribuer à assurer la continuité du pouvoir (en deux mots comme en dix : dictature militaire) ; puis, les journalistes américains (libéraux) se demandaient pourquoi Obama n'essayait pas de by-passer le Congrès pour pousser ses réformes, aussi nécessaires qu'urgentes (ce qui nécessiterait un coup d'état). Plus anecdotiquement, d'autres journalistes s'étaient posé la question en Europe, cherchant un moyen pour que Sarkozy de laisse pas la place à la République Tchèque à la présidence de l'UE (car bien que de qualité très discutable, c'était le seul "homme de la situation" en vue et l'avait prouvé à deux reprises en autant de crises en 6 mois - l'UE avait besoin d'un homme d'action et non de suivre les procédures d'un système en chute libre).

Bref, je m'écarte un peu du sujet, pour changer...
La vie est une partie de Go dont les règles ont été inutilement compliquées. (Proverbe chinois)
Avatar de l’utilisateur
JEL
 
Messages: 353
Inscription: 18 Oct 2008 00:37
Localisation: Béthisy-Saint-Martin (ca. Compiègne)

Re: L'Algérie et la France

Messagepar attila » 27 Avr 2009 01:24

J'avais fait une très longue réponse à JEL mais l'envoi a foiré et tout s'est effacé.
Je n'avais pas fait de copié coller en cas de problème.
Dommage, je n'ai pas le courage de recommencer.

Je dirais donc simplement ceci :

J'ai toujours été opposé à la guerre en Irak car elle a détruit le pays définitivement et va nous amener une république islamique chiite alliée de l'Iran en guise de démocratie. La moitié du pétrole du Moyen Orient sera aux mains des chiites, lesquels veulent écarter partout les sunnites et les régimes modérés pro-occidentaux. Ca promet !
Mais dire que l'Amérique est une dictature n'est pas sérieux. Tu devrais en parler à ceux qui ont vécu sous les régimes d'Hitler, de Staline, de Mao, de Castro, de Pol Pot ou de Kim Jong Il . Tu pourras comparer..... :=))

Par ailleurs, malgré leur arrogance et leur volonté de défendre uniquement leurs propres intérêts, il faut reconnaitre qu'ils nous ont débarassés du nazisme, du communisme et j'espère qu'ils nous débarasseront de l'islamisme car la charia pure et dure version talibans c'est de la barbarie.
Le communisme a échoué partout et le dernier bastion qui résiste, la Corée du Nord, est en famine quasi permanente depuis 30 ans !
Au passage je dirai que c'est toujours l'Occident honni qui fournit aide et secours humanitaires à chaque désastre à travers le monde.

Bref, nos démocraties, nos valeurs judéo-chrétiennes, notre culture gréco-latine ne sont peut être pas des modèlesde perfections, mais je n'échangerais contre rin au monde. Car on peut critiquer mais c'est en Europe que les libertés et les droits de l'homme sont les mieux garantis.
@+
attila
 
Messages: 4
Inscription: 18 Avr 2009 21:58

Re: L'Algérie et la France

Messagepar JEL » 27 Avr 2009 12:49

Permets-moi, à mon tour, une rapide réponse :
- s'opposer à la guerre en Irak est d'abord s'opposer à une guerre illégitime, pour ne pas dire illégale. Qu'elle soit tactiquement absurde en est presque accessoire.
- les USA ne sont certes pas une dictature militaire telle que celles que tu cites. Mais il ne faut pas oublier ce qu'on peut qualifier de dictature idéologique (ou "pensée unique", si tu préfères, qui s'achève dans le néo-libéralisme actuel) et économique (les deux étant ici interdépendants), la quasi absence de liberté politique. Ce sont les idées qui y sont dictées, mais la force n'est pas absente : depuis la guerre de sécession jusque l'Irak et passant par toutes les proxy wars de la guerre froide, les coups de déstabilisation, les blocus; et pour rappeler le courant du XXe : les camps d'internement allemands pendant WWII (des camps de vacances certes, mais internement tout de même), les razzias nettement moins tendres sur les japonais à la même époque, la répression contre les droits civiques, le MacCarthysme, ... Les USA détestent que l'on parle d'impérialisme américain, mais eux-même (leurs stratèges depuis 60) ne cessent de parler de l'Empire américain. Brzezinski n'en est qu'un parmi une longue lignée.
Ils ne nous ont pas plus débarrassés du nazisme que Staline ne l'a fait. Et surtout : NON, ils n'ont pas vaincu le communisme. Gorbatchev a démonté le communisme, tout seul comme un grand; et certainement pas les USA (pour se rafraîchir la mémoire à ce sujet). Cuba et la Corée du Nord ont été affamés par des décennies de blocus. Quant à l'aide humanitaire, celle qui donne gratuitement à manger pour mieux faire crever ceux qui peuvent encore produire de la nourriture sur place, elle est pire que malhonnête. Sans compter l'aide "humanitaire" qui déploie des armes pour stabiliser les régimes de républiques bananières...

attila a écrit:Bref, nos démocraties, nos valeurs judéo-chrétiennes, notre culture gréco-latine ne sont peut être pas des modèlesde perfections, mais je n'échangerais contre rin au monde. Car on peut critiquer mais c'est en Europe que les libertés et les droits de l'homme sont les mieux garantis.

100% d'accord. C'est là que je vis, c'est là que je me sens le mieux et ce qui convient le mieux à mon mode de vie, ma culture, mes racines. MAIS :
1) Les pays d'Europe ne sont pas les USA;
2) Ça ne doit pas m'inciter à exporter mon modèle social, politique ou juridique dans d'autres régions du monde.
La vie est une partie de Go dont les règles ont été inutilement compliquées. (Proverbe chinois)
Avatar de l’utilisateur
JEL
 
Messages: 353
Inscription: 18 Oct 2008 00:37
Localisation: Béthisy-Saint-Martin (ca. Compiègne)

Suivante

Retourner vers ...de Coriolan !

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron