Une pétition pour sauver la France ?

Formez vos bataillons

Modérateur: Guardian

Une pétition pour sauver la France ?

Messagepar coriolan » 05 Jan 2018 13:48

S'il ne suffisait que d'une pétition...

... encore faut-il la tenter !

On prendra d'abord connaissance des messages ci-après pour approuver ou non le texte suivant en ne perdant pas de vue que Manuel Valls, ancien Premier ministre, avait déclaré que nous étions en guerre. La racaille et nos ennemis de l'intérieur l'ont cru, nous, non... :

https://ripostelaique.com/marre-des-pol ... endre.html

https://ripostelaique.com/va-t-on-encor ... cites.html

https://ripostelaique.com/un-collomb-ce ... aines.html

Il y a urgence à sortir de notre léthargie pour en finir avec les bons sentiments à l'égard de ceux qui n'en ont pas ; de ceux qui sont incapables d'en avoir ; de ceux qui ne font que cultiver la haine à notre endroit. Pas de démocratie pour les barbares, pas de joue gauche tendue quand la droite est en sang, mais application d'une loi du talion aggravée pour ceux qui la revendiquent.

Si l'on veut que force reste à la loi, donnons à ceux qui sont chargés de la défendre les moyens d'agir à cette fin.

Que les députés se penchent sur la proposition suivante :

" Tout policier, gendarme ou militaire appelé à intervenir pour juguler une émeute doit être armé et, d'ores et déjà, se considérer en état de légitime attaque donc de légitime défense sans autre considération émotionnelle.

L'arrivée de la force d'intervention est signalée par une sirène informant les personnes présentes sur les lieux de l'émeute qu'il y a un danger imminent pour elles si elles ne se retirent pas immédiatement. La sirène retentira tout le long de l'intervention mais il sera de notoriété publique que, cinq minutes après son déclenchement, il y aura tir à balles réelles en direction de la foule présente.

Les forces ennemies qui veulent gérer notre pays par la violence nous ont déclaré la guerre, nous devons leur répondre en guerrier sans état d'âme sinon celui d'accomplir notre devoir. Faute de quoi, désarmons nos policiers, gendarmes et militaires et sacrifions-les sur l'autel de la bien-pensance démocratique.
"

Qui signera cette pétition ?
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5909
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Une pétition pour sauver la France ?

Messagepar spartac » 06 Jan 2018 14:20

Holà, l'ami ! Ne crains-tu pas d'être poursuivi pour incitation à la haine ? A la violence ?
C'est abusif, non ?
spartac
 
Messages: 17
Inscription: 20 Avr 2016 17:49

Re: Une pétition pour sauver la France ?

Messagepar coriolan » 06 Jan 2018 17:06

Abusif ? Tu as dit "abusif" ? Mais... qui a commencé dans le genre ? Heureusement que je n'ai pas vu ta réponse avant de passer à table, ça m'aurait coupé l'appétit !

Sommes-nous en guerre ou pas ? Je ne tiens pas de discours sirupeux, je te le concède, mais j'emploie le ton guerrier qui convient en incitant mes concitoyens à se comporter en soldats défenseurs de leur patrie. Et puis je n'incite personne à agir de son propre chef, je me pose en démocrate en appelant nos députés à prendre, si possible, les dispositions qui sont les miennes en les légalisant. Je n'irai pas jusqu'à citer Le Che qui, je te le rappelle, avait des propos plus virulents que les miens. Qu'en penses-tu ? "je me sers de ma haine comme d’une arme, elle est un facteur de lutte. La haine intransigeante de l’ennemi, qui pousse au-delà des limites naturelles de l’être humain est en fait une efficace, violente, sélective et froide machine à tuer. Nos soldats doivent être ainsi ; un peuple sans haine ne peut triompher d’un ennemi brutal."

Ce sujet a déjà été traité sur Exo : viewtopic.php?f=3&t=1974&p=26049#p26049

Et puis je te le rappelle, je ne hais pas ces gens que je combats pour ce qu'ils SONT mais pour ce qu'ils FONT. Nuance.
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5909
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Une pétition pour sauver la France ?

Messagepar coriolan » 06 Jan 2018 17:19

Manuel Valls : nous sommes en guerre.
(art. de Lilian Alemagna et Laure Bretton — Journal LIBERATION du 14 novembre 2015.) :

http://www.liberation.fr/france/2015/11 ... re_1413503

Texte intégral pour ceux qui ne pourraient pas ouvrir ce lien :

Le Premier ministre était ce samedi l'invité du 20 heures de TF1. Il a prévenu : les menaces vont durer, les Français vont devoir s'habituer à vivre avec.
 
 Manuel Valls : «Nous sommes en guerre»

Il l’a dit neuf fois en moins de dix minutes. Manuel Valls n’avait samedi soir qu’un mot à la bouche – «guerre» – pour qualifier les attentats de Paris, qui ont fait 129 morts selon un bilan toujours provisoire. Après une intense présence médiatique de François Hollande, le Premier ministre a pris le relais, au 20 heures de TF1, pour afficher la détermination du gouvernement à «anéantir le terrorisme». «Ce que je veux dire aux Français, c’est que nous sommes en guerre. Oui nous sommes en guerre. Ce qui s’est passé était un acte de guerre organisé méthodiquement», a-t-il martelé, se justifiant d’avoir utilisé ce mot après les attentats de janvier, un registre de langage dramatique qui lui avait alors été reproché dans son camp.

«Le 13 janvier dernier […] j’avais déjà dit que nous étions en guerre», a-t-il rappelé samedi, légitimant aussi ses mises en gardes répétées sur la menace terroriste en France. «Nous avons toujours dit qu’il n’y avait pas de risque zéro, qu’il pouvait y avoir des attentats qui frapperaient plus durement la France», a souligné Manuel Valls. Au total, cette année, depuis les attaques contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de Vincennes, cinq tentatives d’attentat «particulièrement graves, organisées et planifiées» ont été déjouées.

«Mesures exceptionnelles»

Se posant en rempart face à l’extrême droite, le chef du gouvernement joue la carte de la fermeté avec prolongement «sans doute» de l’état d’urgence, des moyens «exceptionnels» pour la lutte contre le terrorisme et un combat sur les valeurs républicaines. «Nous devons faire vivre les valeurs de la République, expulser les imams radicaux et déchoir de la nationalité française les personnes impliquées dans des réseaux terroristes islamistes. Il n’y aura pas un moment de répit pour ceux qui s’attaquent aux valeurs de la République», a-t-il promis. Dans l’après-midi, Marine Le Pen avait estimé que «la France et les Français [n’étaient] plus en sécurité», réclamant des mesures d’urgence. De son côté, Nicolas Sarkozy a demandé des «inflexions majeures pour que la sécurité des Français soit assurée».

«Parce que nous sommes en guerre nous prenons des mesures exceptionnelles. Nous frapperons en France mais aussi en Syrie en Irak et nous répondrons au même niveau que ces attaques avec la détermination et la volonté de détruire», a prévenu le Premier ministre. «Je comprends que nos compatriotes aient peur», a-t-il même répété à deux reprises. Mais pour autant, pas question d’annuler la conférence climat de fin novembre à Paris ou les élections régionales de décembre. Valls veut que les Français apprennent à vivre avec le terrorisme : «Les menaces vont durer : c’est une question de mois peut-être d’années. Les Français doivent être forts.»

Lilian Alemagna , Laure Bretton

Il suffit de nous souvenir :
Nous frapperons en France (...) et nous répondrons au même niveau que ces attaques avec la détermination et la volonté de détruire»
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5909
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Une pétition pour sauver la France ?

Messagepar coriolan » 06 Jan 2018 17:51

Il pleut, il pleut, bergère
Fabre d'Eglantine(1)

Redécouvrons ce chant révolutionnaire métaphorique où, aujourd'hui, la Bergère s'appelle France et où nous sommes les blancs moutons. Mais de quel orage s'agit-il ? Qui est le narrateur ? Où est la chaumière ? Qui prendra soin de nous ? Et à qui, demain, notre père donnera-t-il notre main ? Terrible comptine quand on y pense ! Pensons-y...

Il pleut, il pleut, bergère,
Presse tes blancs moutons,
Allons sous ma chaumière,
Bergère vite, allons
J'entends sur le feuillage,
L'eau qui tombe à grand bruit,
Voici, voici l'orage,
Voilà l'éclair qui luit.

Entends tu le tonnerre ?
Il roule en approchant
Prends un abri, bergère,
A ma droite en marchant.
Je vois notre cabane.
Et tiens, voici venir
Ma mère et ma sœur Anne
Qui vont l'étable ouvrir.

Bonsoir, bonsoir, ma mère,
Ma sœur Anne, bonsoir,
J'amène ma bergère
Près de vous pour ce soir.
Va te sécher, ma mie,
Auprès de nos tisons,
Sœur, fais lui compagnie,
Entrez petits moutons.

Soignons bien, ô ma mère,
Son tant joli troupeau,
Donnez plus de litière
A son petit agneau.
C'est fait. Allons près d'elle,
Eh bien ! donc te voilà !
En corset qu'elle est belle !
Ma mère, voyez-la.

Soupons, prends cette chaise,
Tu seras près de moi,
Ce flambeau de mélèze
Brûlera devant toi.
Goûte de ce laitage.
Mais tu ne manges pas ?
Tu te sens de l'orage.
Il a lassé tes pas.

Et bien voilà ta couche
Dors y bien jusqu'au jour
Laisse moi sur ta bouche
Prendre un baiser d'amour
Ne rougis pas bergère
Ma mère et moi demain
Nous irons chez ton père
Lui demander ta main.

(1) Philippe Fabre né à Limoux en 1750, remporta un Lys d'Argent au jeux Floraux de Toulouse en 1771 pour un "Sonnet à la Vierge". Il prétendit toujours par la suite y avoir également remporté un autre prix "L'Églantine d'Or" pour justifier le nom à rallonge dont il signait ses oeuvres. Il mène alors une vie agitée et dissolue : il est même condamné à mort en 1778 pour une histoire de moeurs. Gracié, il devient sous ce joli nom de Fabre d'Églantine, membre d'une troupe de comédiens ambulants. Il écrit dix-sept pièces de théâtre, et également des poèmes dont un seul devait lui valoir l'immortalité : "L'Hyménée". La révolution fait de lui un agitateur, directeur de journaux, fondateur du club des Cordeliers et membre du comité de salut public en 1793. Il participe à l'élaboration du calendrier républicain, - les noms poétiques des mois, c'est lui - dont il s'attribue seul la paternité alors qu'il s'agit d'une oeuvre collective qui doit beaucoup pour l'essentiel à un certain citoyen Romme. Suspect aux yeux de Robespierre, il est arrêté en octobre 1793 et exécuté avec Danton le 5 avril 1794...
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5909
Inscription: 24 Sep 2007 20:25


Retourner vers ...de Coriolan !

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron