Putain de ta race !

Aux armes citoyens !

Modérateur: Guardian

Putain de ta race !

Messagepar coriolan » 18 Jan 2009 16:43

Sous ce titre Pierre Lance revient sur un sujet souvent traité mais devant lequel il ne faut en aucun cas baisser les bras : la notion de race.

Vous pouvez prendre connaissance de cet article en vous rendant sur le site des "4 vérités" mais, d'ores et déjà, je vous livre la conclusion de son article comme pour vous mettre l'eau à la bouche :

"Dans un article de la revue scientifique 'Nature' publié en 2003, Feldman, Lewontin et King, résument ainsi la situation : "Contrairement à l'idée défendue depuis le milieu du XXe siècle, on peut définir scientifiquement des races dans l'espèce humaine. La connaissance du génome humain permet en effet de regrouper les personnes selon les zones géographiques d'où elles sont issues."

Bien entendu, la réalité des différences raciales ne permet en aucune manière de hiérarchiser les groupes ethniques, et nulle donnée scientifique ne permet de les classer en 'supérieurs' et 'inférieurs', ce qui caractérise l'odieuse idéologie raciste. Mais s'imaginer que l'on peut combattre le mal en combattant la vérité est d'une extrême sottise, car elle aboutit à conforter le mensonge des malfaisants. La reconnaissance des races, de leur droit à la différence et au respect mutuel sont pourtant les seuls fondements possibles de la fraternité.
"

Il y a belle lurette que mon ami Alain de Benoist avait écrit : "Toutes les races sont supérieures les unes aux autres par rapport aux valeurs et aux capacités qui leur sont propres." Pour ma part, je risquerai que : "Si tous les hommes étaient frères, la fraternité serait un vain mot... Cependant c'est le seul mot qui permette de sous-tendre l'amorce utopique de liberté et d'égalité."
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5909
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Messagepar DD » 20 Jan 2009 00:26

Je suis d'accord pour l'essentiel. Sauf que plutot le terme de "races" qui a été galvaudé, déformé et autres, je préfère le terme de "variations génétiques". Et je suis entièrement d'accord sur el fait que nous sommes différents !
Mais je pense qu'il faut insister sur le fait que des groupes ethniques sont supèrieurs à d'autre dans un contexte donné. Pour moi il est clair qu'un Camerounais sera supèrieur à un ethiopien au Cameroun, mais infèrieur à l'éthiopien en ethiopie. Et on peut jouer à ce jeu à l'infini. L'Ethiopien est infèrieur à l'Européen en Europe, qui lui même seea infèrieur a un indhou en Inde, qui lui même sera infèrieur à un Chinois en Chine, etc. Tout simplement parce que nous sommes tous issus et adaptés au mieu à un environnement donné, celui qui nous a vu naitre.
Si je compte bien, il n'y a que les américaisn a se croire toujours supèrieurs aux autres dans tous les domaines ! Mais il faut reconnaitre qu'ils ont un bel échantillon de la population mondiale... Ca aide.
Ni bombes, ni roquettes. Foutez VOUS la paix !
Avatar de l’utilisateur
DD
 
Messages: 1528
Inscription: 30 Sep 2007 22:44
Localisation: Bourg Saint Andeol, Ardèche, entre Montelimar et Orange

Messagepar JEL » 20 Jan 2009 00:31

Une petite nuance : les études type "géolocalisation génétique" disent tout et leur contraire... À prendre avec des pincettes, donc.

Sinon, effectivement, puisque nous sommes tous différents, je ne vois pas le mal à dire que nous ne sommes pas tous identiques ! Du moment que c'est dit sans arrière-pensée raciste, bien entendu.
La vie est une partie de Go dont les règles ont été inutilement compliquées. (Proverbe chinois)
Avatar de l’utilisateur
JEL
 
Messages: 353
Inscription: 18 Oct 2008 00:37
Localisation: Béthisy-Saint-Martin (ca. Compiègne)

Messagepar coriolan » 20 Jan 2009 00:31

DD a écrit:Je suis d'accord pour l'essentiel. Sauf que plutot le terme de "races" qui a été galvaudé, déformé et autres, je préfère le terme de "variations génétiques"


Variations génétiques au lieu de races ? Ca me fait penser à technicien de surfaces au lieu de balayeur. :lol:
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5909
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Messagepar coriolan » 20 Jan 2009 00:34

JEL a écrit: puisque nous sommes tous différents, je ne vois pas le mal à dire que nous ne sommes pas tous identiques !

Oui, c'est Carel, je crois, qui disait que si les hommes sont tous égaux, les individus sont tous uniques. :wink:
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5909
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Messagepar coriolan » 20 Jan 2009 00:58

JEL a écrit: Du moment que c'est dit sans arrière-pensée raciste, bien entendu.

Mais c'est ça qui est agaçant : La police de la pensée devient la police de l'arrière-pensée ! Si je parle d'un Noir avec un petit sourire amusé, pourra-t-on supposer que j'entretiens des sentiments racistes coupables ? Et idem pour un Blanc ?

Tiens ça me fait penser qu'on ne dit plus "Noir" mais "Homme de couleur". Ce qui est d'autant plus idiot que le noir est une absence de couleur... :lol:
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5909
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Messagepar Aphrodite » 24 Jan 2009 11:26

le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit, mon cher Watson

article publié le samedi 3 novembre 2007

Après l’introduction du recours aux tests ADN dans la législation française pour tenter de limiter les “regroupements familiaux”, l’ADN fait une nouvelle victime en la personne de James Watson, prix Nobel de médecine en 1962 avec Francis Crick et Maurice Wilkins pour leurs travaux sur la structure moléculaire de l’ADN.

Ses propos racistes sur l’intelligence des Africains ont soulevé une vague d’indignation. En France, de telles déclarations seraient passibles de poursuites judiciaires.

Le journal Le Monde a publié le 31 octobre un article de Stéphane Foucart qui démonte la thèse de Watson sur le plan scientifique. Mais, comme le montre François Schreuer, on ne peut se limiter à une réfutation scientifique de ces préjugés racistes.

Les propos racistes du prix Nobel et co-découvreur de la structure de l’ADN, James Watson, ont relancé les interrogations et les inquiétudes sur la renaissance d’un racisme qualifié de « scientifique ». Ce type de théories avait largement prospéré avant la seconde guerre mondiale — non seulement dans l’Allemagne nazie, mais bien au-delà, justifiant notamment des pratiques eugénistes. La défaite du nazisme leur a porté un coup sérieux, mais pas fatal tant il est vrai que, dans l’histoire des idées, bien rares sont celles qui périclitent définitivement. Cette réapparition du racisme dans le champ scientifique est d’autant plus inquiétante que, dans le même temps, comme on le sait, le fascisme menace à nouveau l’Europe, y compris en Allemagne.

Le journal Le Monde publie dans son édition d’hier un article signé de Stéphane Foucart qui démonte la thèse de Watson sur le plan scientifique. L’article me semble plutôt brillant et je ne doute pas qu’il est utile. J’éprouve cependant un certain malaise face à un argumentaire qui, face à une question comme celle-là, se limite au seul aspect scientifique. Car ce que dit en substance Le Monde, c’est que les théories scientifiques racistes sont fausses. Je le crois volontiers, mais je ne pense pas que l’objection se situe sur le terrain adéquat ; ou à tout le moins que l’objection suffise.

Car l’antiracisme est à mon avis une position qui repose sur des fondements plus principiels qu’empiriques. C’est d’abord pour des motifs politiques et anthropologiques qu’il convient de rejeter l’idée de « races », et non en raison de sa fausseté.


Que dit, en effet, l’argumentaire scientifique anti-raciste ? Qu’il n’y a pas de races parce que la diversité génétique n’est pas discrète mais continue. Selon Lluis Quintana-Murci, généticien des populations à l’Institut Pasteur, cité par Le Monde, « Il est impossible d’isoler une race : les variations des populations humaines sont graduelles et continues, de l’Europe du Nord à la Chine méridionale. Il n’existe jamais de fossé génétique entre deux ethnies. » Soit. Mais on admettra qu’il s’agit d’un argument faible si c’est à celui-là qu’on doit se remettre pour faire front à la résurgence du racisme.

C’est que la recherche scientifique ne sait pas grand chose encore aux relations entre la génétique et les processus cognitifs. Comme le dit Axel Kahn en conclusion de l’article du Monde, « Les capacités cognitives reposent [...] sur un équilibre extraordinairement subtil entre l’inné et l’acquis. Équilibre dont nous ne savons aujourd’hui presque rien. »

Non seulement, peut-on en conclure, les théories racistes ne tiennent pas la route mais en plus, à placer le débat sur le seul terrain de la génétique, on ne sait pas trop ce qu’il en sortira un jour ou l’autre. Car la diversité de l’espèce humaine est difficilement contestable et sa catégorisation est une tentation permanente qui trouvera toujours — et de plus en plus — à s’alimenter dans telle ou telle théorie scientifique.

Il importe donc de déplacer le débat. Quels que soient les résultats de la science sur la question des « races », cette idée peut être rejetée sur une base politique. La raison en est simple : l’humanité n’est pas le fait de notre structure génétique ; elle est le fait de notre vie en société. L’humanisation est un processus social, non un processus biologique. Et la richesse de la vie sociale est directement fonction de la diversité humaine, du caractère irréductible de la multitude humaine. Autrement dit, l’humanité est le produit de ce que le racisme cherche à éliminer.

Comprendre cela, c’est comprendre l’inanité du racisme, « scientifique » ou non.


François Schreuer

Un Nobel dans la spirale du racisme
par Corinne Bensimon, Libération le 18 octobre 2007

James Watson, pionnier de l’ADN, fait scandale en affirmant l’infériorité des Noirs.

James Watson, codécouvreur de l’ADN, Nobel de médecine en 1962, a probablement un gène prédisposant à la provocation. A moins que ce ne soit un autre gène : celui du mépris, dans sa variante la plus pathologique, le racisme – trouble de l’entendement grave et fréquent. C’est la conclusion (préliminaires, les tests ADN doivent encore être menés…) qui s’impose à la lecture des déclarations du généticien publiées dimanche outre-Manche par The Sunday Times et reprises hier par The Independent.

« Les Africains sont moins intelligents que les Occidentaux », lit-on à la une du quotidien, qui cite le « pionnier de l’ADN ». Le propos ne mériterait guère l’attention s’ils n’étaient sortis d’une bouche aussi savante, celle du directeur du haut lieu de la recherche en génétique, à Cold Spring Harbor, aux Etats-Unis. L’entretien a été réalisé par la journaliste Charlotte Hunt-Grubbe, une ex-scientifique qui fut hébergée chez les Watson il y a dix ans. Elle l’interroge chez lui alors qu’il s’apprête à partir en Angletterre pour promouvoir son dernier livre. Il lui dit être « fondamentalement pessimiste quant à l’avenir de l’Afrique », : « Toutes nos politiques d’aide sont fondées sur le fait que leur intelligence est la même que la nôtre, alors que tous les tests disent que ce n’est pas vraiment le cas. »

« Son espoir est que tout le monde soit égal », écrit la journaliste, mais Watson objecte que « les gens qui ont des employés noirs découvrent que ce n’est pas vrai ». Et ajoute : « Beaucoup de gens de couleur sont très talentueux, mais ne leur donnez pas de promotion quand ils n’ont pas fait leur preuve à un niveau inférieur. »

Récidiviste notoire. Au plan psychologique comme génétique, il n’existe aujourd’hui, rappelons-le, aucune définition scientifique de l’intelligence – les tests genre QI sont l’objet de controverses infinies. De même, aucun test biologique, génétique ou psychologique ne permet de définir en bloc « les Africains ».

Watson, 79 ans, généticien émérite, père d’un enfant atteint d’un retard mental, a-t-il vraiment proféré un tel florilège de propos racistes ? On pourrait en douter s’il n’était un récidiviste notoire. Grand communicateur, il aime à s’attaquer inlassablement au politiquement correct, sans craindre d’être scientifiquement incorrect.

Il y a eu le premier scandale, originel et longtemps tu, qui a déchaîné la colère des féministes américaines : sa description méprisante, en 1968, du physique « masculin » de la physicienne Rosalind Franklin… à qui il doit pourtant son Nobel. La jeune scientifique, anglaise d’origine juive, avait réussi à obtenir, en 1953, les premières photos montrant la molécule d’ADN, photos que Watson et Crick ont utilisées à son insu. Rosalind Franklin est morte, quelques années après, dans l’ombre.

« Gène de l’homosexualité ». En 1997, le programme de séquençage du génome humain (qu’il a conduit à ses débuts) bat son plein. Chaque mois ou presque, de nouveaux gènes de maladie sont découverts ; les bases génétiques des comportements humains sont discutées. Watson évoque alors la possibilité de découvrir un « gène de l’homosexualité », et de le dépister chez le fœtus. Et il lance : « Les femmes doivent pouvoir avorter si leur enfant est testé homosexuel. » Ravageur. « C’est parce que la plupart des femmes veulent des petits enfants », ajoute-t-il à présent. En 2000, Watson émet l’hypothèse que les noirs ont une plus forte libido que les blancs. Nouveau tollé. Le généticien se lance bientôt dans une autre aventure : le séquençage à grande vitesse du génome d’un individu. Le sien. Le 31 mai dernier, le texte de son ADN est mis en ligne. Ou plutôt une partie. Il a omis de publier certaines régions du génome, contenant notamment des gènes de susceptibilité à Alzheimer… [...]

Corinne Bensimon

En Afrique, le quotidien sénégalais Le Populaire a dénoncé le 19 octobre les propos du prix Nobel de médecine (1962) américain James Watson, qu’il a qualifié de « Nobel de racisme » pour avoir affirmé que les Africains étaient moins intelligents que les Blancs. Par ses déclarations, le Dr Watson, co-découvreur de l’ADN, montre qu’il « (déteste) génétiquement les Africains », affirme Le Populaire, qui lui décerne trois fois le « Nobel de racisme ». Le journal accuse le scientifique américain d’être un « raciste multirécidiviste », en exprimant des doutes sur sa santé mentale. « A 79 ans, il pourrait ne plus avoir toute sa tête, même s’il a des activités professionnelles intenses », écrit-il.


PS : Il s'agit d'un copier/coller non dépourvu d'intérêt.
Les passages repris en rouge sur le premier article reflètent mon point de vue sur la question.
Quand au deuxième article, les déviations de Watson parlent par elle-même, inutile de les souligner.
Avatar de l’utilisateur
Aphrodite
 
Messages: 1459
Inscription: 18 Mar 2008 11:23
Localisation: Algérie Alger

Messagepar JEL » 24 Jan 2009 16:26

Évidemment, les positions de ce Watson sont navrantes.
Il y en a comme ça, qui peuvent être géniaux et débiles en même temps. Je n'irais pas jusqu'à dire que toutes ses conclusions sont forcément fausses, la recherche sur les liens entre le "cablage technique" des individus et les comportements étant en plein boum et forts passionnants (cf. une série vue sur Arte il y a peut-être 4 ou 5 ans, menée par une anthropologue anglaise sur les "spécificités" féminines...).

La contre-démonstration à propos des races a celà d'intéressant que ça appuie les détracteurs de la "géolocalisation des gènes".
Sinon, rien que de devoir le faire est profondément navrant.
Ça me rappelle un collègue qui me parlait fièrement du type qui a écrit un bouquin qui s'attachait à démonter point par point le contenu de l'Ancien Testament. Je trouve ça profondément stupide. Ce qui est vraiment navrant, c'est que livre soit quand même utile pour calmer les fanatiques religieux, particulièrement virulents outre-atlantique.

Bref, la connerie humaine n'a pas fini de nous faire jaser...
La vie est une partie de Go dont les règles ont été inutilement compliquées. (Proverbe chinois)
Avatar de l’utilisateur
JEL
 
Messages: 353
Inscription: 18 Oct 2008 00:37
Localisation: Béthisy-Saint-Martin (ca. Compiègne)

Messagepar coriolan » 24 Jan 2009 17:07

JEL et APHRODITE
Mes chers amis, sachant que ce qui est vrai aujourd'hui ne le sera plus demain, je vous laisse avec vos certitudes pour rester avec mes croyances.

La vérité (qu'est-ce que la vérité ? Jean 18:38 ) reposant uniquement sur la science du jour et non sur la raison du temps, si j'ai tort aujourd'hui, au lieu de me battre contre vous, j'irai m'asseoir au bord de la rivière...

Pour Aphro : La seule référence du journal Le Monde crée toujours chez moi un réflexe de suspicion, alors...

Pour Jel : Ce n'est pas parce qu'une chose est navante qu'elle est fausse ! Ou alors, c'est la négation des chambres à gaz ! :lol:
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5909
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Messagepar JEL » 24 Jan 2009 17:27

Qu'est-ce que j'ai dit encore, Coriolan ?
Qu'un type pouvait avoir des croyances dégueulasses sans pour autant avoir de mauvaises idées ?

C'est toi qui me le reproches ?!

Oui, quelque chose de navrant n'est pas forcément faux. Dans l'exemple que je donne (mais c'est un autre sujet), dis simplement que je trouve dommage que le gars doive faire son réquisitoire, pas que le réquisitoire est faux !
La vie est une partie de Go dont les règles ont été inutilement compliquées. (Proverbe chinois)
Avatar de l’utilisateur
JEL
 
Messages: 353
Inscription: 18 Oct 2008 00:37
Localisation: Béthisy-Saint-Martin (ca. Compiègne)

Messagepar coriolan » 24 Jan 2009 18:05

JEL a écrit: je trouve dommage que le gars doive faire son réquisitoire, pas que le réquisitoire est faux !

Mais qui parle de réquisitoire ? On peut faire un constat, voire émettre une hypothèse sans que ce soit un réquisitoire.

Tu as raison, jasons, jasons... il en restera peut-être quelque chose ! :lol: Va savoir...
La chance est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5909
Inscription: 24 Sep 2007 20:25


Retourner vers ...de Pierre Lance !

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron