NAPOLEON

Des paroles et des actes...

Modérateur: Guardian

NAPOLEON

Messagepar coriolan » 06 Mai 2021 17:21

Hier, 5 mai 2021, la France a commémoré la mort de l'empereur Napoléon 1er.

Né à Ajaccio le 15 août 1769, Napoleone BUONAPARTE est mort le 5 mai 1821 à l'île de Sainte-Hélène. Le 5 mai 2021 est donc le bi-centenaire de sa mort.

Compte tenu de la complexité du personnage (clair-obscur, selon Macron - clair pour son impressionnant héritage, obscur pour sa décision du rétablissement de l'esclavage dans les colonies) on a surtout beaucoup parlé de l'événement quant à savoir s'il s'agirait d'une commémoration ou d'une célébration. On a opté pour une commémoration (en mémoire de...) plutôt qu'une célébration (louange et honneur rendus à...). Ainsi les Français, héritiers du Conseil d''Etat, du Sénat, de la Banque de France, des préfectures et du corps préfectoral, du Concordat réconciliant la France avec l'Eglise tout en maintenant la liberté des cultes, des lycées, de l'Ecole militaire de Saint-Cyr, de l'école polytechnique, des chambres de commerce, du franc, des cours d'appel, de la Cour de cassation, des écoles de droit, du Code civil français, de la Légion d'honneur aux personnes militaires et civiles, des écoles de la Légion d'honneur pour les filles...
les Français donc veulent bien se souvenir mais pas rendre hommage au Grand Homme ! Et on comprend leur gouvernant à la lecture de la liste ci-dessus, tout éloge à l'Empereur ne ferait que mettre en relief leur propre médiocrité.

En effet, depuis son Premier consulat (9-11-1799) à la bataille de Waterloo (18-6-15), c'est en 15 ans - abstraction faite de la période de la première abdication aux 'Cent jours' - que Napoléon réalisa tout ce qui précède. Quinze ans, soit trois quinquennats. Pour savoir l'héritage que lèguera Napomacron à nos enfants on peut déjà multiplier par 4 ce qu'il a réalisé en 4 ans : une réforme des retraites (en cours), une révolte des Gilets jaunes et une pandémie jugulée laborieusement "quoi qu'il en coûte" ! .

On me dira que j'ai omis un détail, et pas des moindres, dans le tableau de la partie obscure de l'Empereur : les morts des guerres napoléoniennes. C'est vrai. Entrons dans le détail : sur ses 15 années de règne, Napoléon est comptable d'un certain nombre de morts qui s'élève à environ 3,3% de la population, soit 1 million sur 30 millions de Français à l'époque. Mais ceci nous a servi de leçon car, depuis, nous nous sommes civilisés et pris conscience que la vie humaine devait être épargnée C'est ainsi que, 100 ans après Napoléon, sur 4 années (1914/1918) les morts se sont élevés à 1 700 000 sur une population à l'époque de 40 millions de Français, soit 4,25% !

Ce n'est pas tout, le progrès aidant et le souci de la vie humaine s'accentuant, les Etats-Unis d'Amérique, précurseurs des Droits de l'Homme ont battu des records en deux coups les gros : deux bombes sur le Japon, Hiroshima et Nagasaki :
- Hiroshima : sur une population de 310 000 habitants : 90 à 140 000 tués sur le coup, soit 29 à 45%,
- Nagasaki : sur une population de 250 000 habitants : 60 à 80 000 tués sur le coup, soit 24 à 32% .

Avec ses 4,25% de morts l'Empereur paraît ridicule ! En revanche notre Napomacron avec sa guerre au virus, dit Corona, a déjà un palmarès impressionnant. On comptera les morts plus tard après avoir examiné les conditions de la bataille.

Pour en finir avec les victimes dont j'ai dit que Napoléon en était comptable, il faut se souvenir du contexte de l'époque. L'Europe était un assemblage de royaumes et le surgissement d'un petit Corse avec son programme social révolutionnaire pouvait donner le tournis à tous ces rois qui avaient vu leur cousin français coupé en deux, et la France prendre une dimension impressionnante ! Il fallait briser le "vol de l'aigle". Malheureusement pour eux, l'aigle leur servit du Wagram et de l'Austerlitz avec un joli soleil en prime jusqu'à ce que Waterloo s'ensuive.

Napoléon, conçu italien et né français - à trois mois près - ne voulait que le bonheur de son pays d'accueil ; qu'aujourd'hui d'autres peuples de passage suivent son exemple même plus modestement, nous les accueillerons bien volontiers.

Emigré de mon cœur, n'en déplaise à notre déconstructeur de l'Histoire, moi, je t'honore et te rends hommage.

Vive l'Empereur !

Vie et règne de Napoléon en quelques clics :
https://www.napoleon.org/histoire-des-2 ... -napoleon/
Allons lentement, nous sommes pressés !
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6295
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: NAPOLEON

Messagepar L'Avocat du Diable » 07 Mai 2021 11:59

Je vois beaucoup de louanges concernant la face "claire" du personnage mais aucune remarque particulière en ce qui concerne sa face "obscure"... Le rétablissement de l'esclavage serait-il passé par pertes et profits ? :roll:
L'Avocat du Diable
 
Messages: 24
Inscription: 29 Jan 2013 16:42

Re: NAPOLEON

Messagepar coriolan » 07 Mai 2021 13:14

Même sans Napoléon, "le rétablissement de l'esclavage était assez probable"
(sur Europe 1, le 5 mai 2021 à 21 h.52)

Emmanuel Macron a commémoré "en clair-obscur" la figure controversée de l'Histoire de France, Napoléon 1er. Célébrant ses qualités de "stratège" et de "bâtisseur", il a aussi dénoncé ses "fautes", comme le rétablissement de l'esclavage. Sur Europe 1, les historiens Pierre Branda et Charles-Eloi Vial ont convenu que même sans l'intervention de Napoléon, "le rétablissement de l’esclavage était assez probable" à l'époque.

ANALYSE
À l'occasion du bicentenaire de la mort de Napoléon Bonaparte, Emmanuel Macron a commémoré mercredi l'homme d'Etat, une première depuis Georges Pompidou. Il a expliqué vouloir parler de Napoléon "sans effacer, sans nier, ni renier". Car la figure de Napoléon Bonaparte, qui marque un "tournant dans l'Histoire" de la France, selon son descendant Charles Bonaparte, invité d'Europe 1 mercredi en compagnie des spécialistes Charles-Eloi Vial et Pierre Branda, a aussi sa part d'ombre.

L'Empereur a, notamment, rétabli l'esclavage en 1802 et le "code noir". Un revirement pour l'homme qui avait libéré les esclaves à Malte et en Egypte, et même exprimé en 1799 qu'il ne reviendrait pas sur l'abolition. Et puis, poussé par plusieurs raisons, notamment économiques, il décide de rétablir l'esclavage aux Antilles. Au micro de Julian Bugier, ces spécialistes ont explicité en quoi l'Empereur n'était sans doute pas "esclavagiste" fondamentalement mais l'a été politiquement, dans un contexte qui l'y incitait.

Un rétablissement inévitable dans un contexte favorable ?
"Sa position évolue, change. Napoléon dit qu'il a cherché des synthèses et aussi la loi de la majorité, ce qui se dégage à l'époque", souligne l'historien Pierre Branda au micro d'Europe 1. Autre raison stratégique : "La guerre avec l'Angleterre s'étant achevée, on pouvait revenir aux Antilles et reprendre pied dans cette partie du monde qui, hélas économiquement, reposait sur l'esclavage."

Par la suite, "Napoléon dira qu'il a commis une faute, qu'il s'est trompé. C'est un dossier qu'il connaît mal, il ne s'y est pas rendu, il est jeune. Tout ça ne l'excuse pas, évidemment pas", maintient toutefois Pierre Branda. "On va très vite sur ce dossier et cela va provoquer une catastrophe militaire, et évidemment humaine." C'est donc selon l'historien "tout un contexte qui pousse" Napoléon à ce moment-là. "On peut penser que, malheureusement, dans la société telle qu'elle était faite, même sans Bonaparte, le rétablissement de l'esclavage était assez probable."

Il "partageait les préjugés des gens de son temps"
Autre élément de contexte, la comparaison avec les Anglais en Martinique, où était pratiqué l'esclavage. "Napoléon voit ce qui marche, ce qui ne marche pas. Et Napoléon, en réalité, est un très grand pragmatique", confirme Charles-Eloi Vial, docteur en histoire et conservateur à la BnF. "Ce n'est qu'après qu'il réfléchit sur ce qu'il a fait et se rend compte, peut-être, qu'il a eu tort. À Sainte-Hélène, il se rend compte que la postérité va lui reprocher ce rétablissement de l'esclavage. Il essaye même de faire affranchir des esclaves, parce qu'il essaye en quelque sorte de rattraper le coup."

"La position du siècle des Lumières sur l'esclavage n'était pas extrêmement claire", ajoute Charles Bonaparte, descendant de Napoléon, qui affirme que "dans ses écrits, il n'y a pas de traces de racisme au sens où on l'entend". "Probablement que fondamentalement, il n'était pas" esclavagiste, conclut-il, même s'il "partageait les préjugés" des gens de son temps. "Mais politiquement, il l'a été puisqu'il a rétabli la traite et l'esclavage."

Par Séverine Mermilliod(Europe 1)


Sur ces considérations de spécialistes je ne me permettrai qu'une seule remarque à la décharge de l'Empereur :

Napoléon 1er a créé les Ecoles de la Légion d'honneur, c'est-à-dire des établissements scolaires secondaires français dont l'admission est réservée aux filles, petites-filles et arrière-petites-filles des décorés français et étrangers. C'est à l'origine une œuvre sociale destinée à prendre en charge l'éducation de jeunes filles pauvres ou orphelines de guerre, dont les parents, grands-parents ou arrière-grands-parents ont mérité la Légion d'honneur.

J'imagine mal que les raisons qui ont poussé l'Empereur à prendre ainsi soin d'enfants de 'grognards' non seulement nés mais aussi... "à naître" puissent cohabiter avec des sentiments d'esclavagiste méprisant la souffrance humaine. L'énormité du paradoxe est pour moi une preuve qu'avec ou sans Bonaparte, le rétablissement de l'esclavage était probable dans le contexte, car quel était-il ce contexte ?

Avec le traité d'Amiens, le 25 mars 1802, le Royaume-Uni doit rendre à la France les colonies occupées, parmi elles se trouvent notamment Sainte-Lucie et la Martinique qui n'ont pas bénéficié de l'application de la loi d'abolition de l'esclavage. Face à cet imbroglio entre "colonies avec" et "colonies sans" esclavage, le pouvoir consulaire décide du statu quo : les colonies où il n'y a plus d'esclavage resteront libres, en revanche celles jusque-là occupées par l'Angleterre conserveront les lois antérieures à l'abolition, c'est-à-dire le Code noir. (Wikipédia)

La 'sagesse' ou la 'facilité' de l'époque l'ont emporté sur l'humanisme de 2021. Peut-on refaire l'Histoire ? Voir Macron qui a banni le pire de l'Empire pour ne retenir que le meilleur de l'Empereur et qui se sent les épaules suffisamment larges pour déconstruire et réécrire l'Histoire !
Allons lentement, nous sommes pressés !
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6295
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: NAPOLEON

Messagepar L'Avocat du Diable » 08 Mai 2021 11:50

Le Code civil, couramment appelé le 'Code napoléon', est généralement attribué à Bonaparte mais c'est un abus de langage ! Wikipédia nous le rappelle : "En fait, le Code civil était déjà presque entièrement rédigé à l'arrivée de Bonaparte au pouvoir (Coup d'État du 18 brumaire - 9 novembre 1799), mais les turbulences révolutionnaires n'avaient pas permis de valider le texte rédigé par Cambacérès. (...) Ce fut le 14 août 1800 que le Premier consul désigna une commission de quatre éminents juristes : François Denis Tronchet, Félix Julien Jean Bigot de Préameneu, Jean-Étienne-Marie Portalis et Jacques de Maleville pour rédiger le projet de «Code civil des Français », sous la direction de Cambacérès."

Napoléon n'a fait que promulguer ce Code rédigé par d'autres, le 21 mars 1804.

Il fallait que cela fût rappelé...
L'Avocat du Diable
 
Messages: 24
Inscription: 29 Jan 2013 16:42

Re: NAPOLEON

Messagepar coriolan » 08 Mai 2021 12:46

L'Avocat du Diable a écrit:Napoléon n'a fait que promulguer ce Code rédigé par d'autres, le 21 mars 1804.

C'est tout à fait exact. Chaque réalisation est une chaine a deux extrémités : l'idée et sa concrétisation. Quelle est la plus importante, la semence ou le fruit ? Si l'on peut dire que la valeur du fruit décide a postériori de celle de la semence, on ne peut pas prétendre l'inverse. Alors ne retenons que la valeur du fruit et laissons à l'Empereur les bénéfices d'une Révolution où ne fut rien mais dont il sut mettre en valeur le meilleur. Valeur toujours d'actualité deux siècles plus tard.

Qui de ses successeurs pourrait dire mieux ? Macron ? Qui sait... donnons du temps à sa semence !
Allons lentement, nous sommes pressés !
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6295
Inscription: 24 Sep 2007 20:25


Retourner vers POLITIQUE

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron