La France raciste

Des paroles et des actes...

Modérateur: Guardian

La France raciste

Messagepar coriolan » 07 Nov 2013 18:13

Ca y est, toute la meute PS s'est déchaînée en mobilisant ses troupes anti-FN sous la bannière "antiracisme" comme si une quelconque discrimination raciale était l'apanage du Front national ! Pov' cons ! N'empêche que ça marche et le pauvre Roselmack que j'aime bien, moi, le raciste bien connu des antiracistes professionnels ou de circonstance, le pauvre Roselmack donc y est allé de son petit couplet sur commande.

Je le cite : "Depuis longtemps, la France joue au bras de fer. Sa République contre sa société. Ses idéaux face à son quotidien. Deux forces opposées, en équilibre précaire, comme ces poignées de mains tenues en équerre par des biceps gonflés à bloc. La République, née de la révolution contre les privilèges, s'est dotée d'un triptyque impossible pour tordre le bras à la nature même des hommes : liberté, égalité, fraternité pour en finir avec la division, le rapport de force, l'assujettissement de l'autre. C'était sans compter l'homme derrière le citoyen. Cet insoumis refuse tous les diktats, et surtout ceux qui ambitionnent d'imposer de bons sentiments. Jamais, ni sous la terreur du Comité de salut public de ses débuts sanglants, ni après la tentative de Mai 68, la République ne parvint à l'égalité, la liberté et la fraternité.

Il y a pourtant une chose que la République a su créer : un sentiment d'appartenance et d'attachement national chez des gens de classes sociales différentes, de cultures différentes, de couleurs différentes. Je me vois peu, mais je ne me vois pas Noir. En tout cas, je ne me qualifie pas comme tel, en général. Je suis d'abord un homme, un fils, un frère, un mari et un père, un citoyen, un journaliste, un passionné et… oui, oui, c'est vrai, je suis noir. La République, son slogan et ses lois parviennent, la plupart du temps, à me le faire oublier.

"ME VOILÀ RAMENÉ À MA CONDITION DE NÈGRE"

Et voilà qu'une minorité grandissante qui se présente comme gardienne ou salvatrice de cette République française vient briser cette prouesse cocardière. Me voilà ramené à ma condition nègre. Me voilà attablé avec d'autres Noirs parce qu'ils sont noirs. Et me voilà en train de m'offusquer d'une idiotie qui ne m'atteignait guère : le racisme. Parce que l'expression de ce racisme, dans la bouche d'une candidate Front national aux municipales (exclue depuis), était primaire, parce qu'elle recourait à une iconographie profondément choquante qui niait au nègre le statut d'être humain, elle m'a amené à m'interroger, en tant que Noir d'abord, en tant que citoyen, fils, père et mari ensuite.

La France sursaute en se découvrant communautarisée, mais ce que je décris témoigne du fait que le communautarisme en France n'est ni naturel ni spontané. C'est une réaction née d'une duperie : le hiatus congénital entre la promesse républicaine et la réalité de la société française.

En vérité, le « dérapage » d'Anne-Sophie Leclere n'est pas pour me déplaire. Parce qu'il n'est pas qu'un dérapage, il est l'expression, peu reluisante, d'une vision du monde partagée au sein du Front national. S'il est faux de dire que tous les électeurs et militants du FN sont racistes, il était tout aussi faux de dire qu'il n'y a pas de racisme dans ce parti. La xénophobie, le racisme en constituent même le ciment essentiel. Et il n'est pas inutile que son vernis républicain, grossier maquillage dont Marine Le Pen le badigeonne consciencieusement, s'écaille de temps en temps.

"Y'A BON BANANIA"
> Ce qui me chagrine, c'est le fond de racisme qui résiste au temps et aux mots d'ordre, pas seulement au sein du FN, mais au plus profond de la société française. C'est un héritage des temps anciens, une justification pour une domination suprême et criminelle : l'esclavage et la colonisation.

Mais ce racisme a laissé des traces et, si on était capable de lire l'inconscient des Français, on y découvrirait bien souvent un Noir naïf, s'exprimant dans un français approximatif, et dépourvu d'Histoire ou,tout du moins, d'oeuvre civilisatrice. Une vision que certains cultivent aujourd'hui encore, à leur corps défendant parfois. Combien de fois ai-je dû expliquer à un restaurateur ou même à un camarade que les vieilles affiches « Y'a bon Banania » qu'ils accrochent à leurs murs ne peuvent pas être regardées qu'avec amusement ou nostalgie. Comme certains albums de bande dessinée qui ont égayé notre enfance, elles laissent des empreintes d'un autre temps dans nos imaginaires.

Tant que l'on laissera ces peaux de Banania traîner dans nos cerveaux, des glissades et dérapages vers l'injure raciste sont à craindre. Surtout par les temps qui courent, avec cette crise qui alimente la xénophobie de son bien étrange carburant : la jalousie envers plus mal loti que soi.
"

C'est mon député qui, bien que m'ayant classé dans ses indésirables, m'a envoyé, sans commentaire, ce texte paru dans Le Monde. Je lui ai répondu brièvement :

"Pas le temps de m'étendre sur un tel tissu de banalités, hélas ! L'analyse de Roselmack repose sur cette base simpliste (je le cite) : " si on était capable de lire l'inconscient des Français, on y découvrirait bien souvent un Noir naïf, s'exprimant dans un français approximatif, et dépourvu d'Histoire ou,tout du moins, d'oeuvre civilisatrice. Une vision que certains cultivent aujourd'hui encore, à leur corps défendant parfois. "

"Si on était capable"... "on découvrirait"... et là-dessus ce cher Roselmack tire les conclusions qui conviennent à sa démonstration 'anti-blanc' ! Bravo l'artiste !


En complément, je lui ai fait suivre l'article de Boulevard Voltaire de ce matin :

Mes amis de Boulevard Voltaire ont lu aussi...

Harry Roselmack l’affirme haut et fort sur le site du Monde : la France raciste est de retour. Rien de nouveau sous le soleil. Trente ans qu’on nous le rabâche. Mais cette fois-ci, juré, craché, c’est la bonne. Foi de Harry. Raison de ce énième cri d’alarme : le montage imbécile de la pauvre militante du FN qui comparait Christiane Taubira à une guenon. Un acte raciste qui voit le planton de « 7 à 8 » avouer qu’il ne lui déplaît pas (!) puisqu’il l’amène à conclure dare-dare : il est l’expression, peu reluisante, d’une vision du monde partagée au sein du Front national. Les médias officiels peuvent continuer à faire les poubelles du FN, Harry est preneur. Ordures ménagères, encombrants… Tout sera recyclé.

Dans l’observation des décharges insalubres inhérentes à tout mouvement politique, le comme-tout-le-mondiste Harry Roselmack suit le mouvement et ne s’attarde que sur une seule. L’attaché parlementaire du Front de gauche qui suggérait, via Twitter, de tirer sur les manifestants durant l’affaire du « Mariage pour tous » n’a pas troublé son sommeil. Celui de ses collègues de bureau non plus. Il est vrai que le psychopathe ne précisait pas s’il fallait commencer par les blancs ou les noirs, préférant sans doute faire un lot dans lequel tout le monde devait être abattu sans distinction de couleur ou d’origine. Un vrai antiraciste, quoi.

Parti d’une insignifiante et regrettable anecdote, le chroniqueur d’un jour passe la vitesse supérieure et suspecte l’ensemble de la société française. Rien que ça. Petit problème : excepté ce montage photo pitoyable, Harry Roselmack n’a pas grand-chose à se mettre sous la dent. Qu’à cela ne tienne : il ressort le vieux pot de Banania. 1915. Souvenez-vous. L’horreur. L’apartheid chocolatier, l’ennemi du petit déjeuner, le y a bon qui tue et réduit l’homme noir à un être primitif et rigolard. Pas le cas de Harry. Tout en neurones, suiveur obséquieux et vedette surpayée de la chaîne de télévision la plus populaire de France.

La thèse de notre cacaophobe s’inscrit tristement dans la banalité du conformisme ambiant. Une simple énumération de poncifs et fantasmes qu’aucune réalité ne vient confirmer. À la trappe, les Yannick Noah et Omar Sy, personnalités préférées des Français, les milliers d’Africains accueillis à grand renfort de CAF, HLM, ASSEDIC et aides en tout genre. Seul demeure un pamphlet contre le Front national. Parvenu à un certain salaire, il faudrait être fou pour penser plus.
Jany Leroy


Voila un texte que je regrette amèrement de ne pas avoir eu le talent d'écrire moi-même ! Qu'à cela ne tienne, je me contenterai, en l'occurrence, de ne m'attribuer que le mérite de la recopie et d'une très large diffusion...
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5894
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: La France raciste

Messagepar coriolan » 08 Nov 2013 14:09

Roselmack a écrit: Jamais, ni sous la terreur du Comité de salut public de ses débuts sanglants, ni après la tentative de Mai 68, la République ne parvint à l'égalité, la liberté et la fraternité.
Et elle n'y parviendra jamais parce que la devise est un leurre ! Elle ne repose sur rien de concret. Voir http://exodoxe.fr/viewtopic.php?f=42&t=1055#p14841

Roselmack a écrit:Me voilà ramené à ma condition nègre.
Attention mon cher Harry ! Vous tenez, là, des propos racistes. En effet, je ne vois pas pourquoi vous pourriez utiliser ce terme prohibé "NEGRE" qu'on refuse même à une pâtisserie, alors que si je l'utilisais moi-même je pourrais être poursuivi par l'un des vôtres...

Roselmack a écrit:S'il est faux de dire que tous les électeurs et militants du FN sont racistes, il était tout aussi faux de dire qu'il n'y a pas de racisme dans ce parti.
Que savez-vous des électeurs du FN ? Le racisme est partout et il restera partout tant qu'il y aura des 'noirs' qui provoqueront une majorité de 'blancs' avec leur différence. Un peu de discrétion s'il-vous-plaît !

Roselmack a écrit:Combien de fois ai-je dû expliquer à un restaurateur ou même à un camarade que les vieilles affiches « Y'a bon Banania » qu'ils accrochent à leurs murs ne peuvent pas être regardées qu'avec amusement ou nostalgie. Comme certains albums de bande dessinée qui ont égayé notre enfance, elles laissent des empreintes d'un autre temps dans nos imaginaires.
Balayer les empreintes d'autres temps, c'est vouloir balayer l'Histoire de notre pays. Est-ce le but recherché ? Attention de ne pas exacerber les passions ! Mais ça aussi, c'est peut-être le but recherché...

Roselmack a écrit:Tant que l'on laissera ces peaux de Banania traîner dans nos cerveaux, des glissades et dérapages vers l'injure raciste sont à craindre.
C'est dans votre cerveau que ça traîne, pas dans le mien ! En revanche ce qui traîne un peu partout, c'est la supériorité de la race blanche sur la race noire. C'est une absurdité qui ne tient pas la route ! Et c'est un raciste qui vous le dit en reprenant à son compte cette pensée de son ami Alain de Benoist : (citation de mémoire) " Toutes les races sont supérieures les unes aux autres par rapport aux valeurs qui sont les leurs."
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5894
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: La France raciste

Messagepar coriolan » 08 Nov 2013 16:46

Aujourd'hui, sur Boulevard Voltaire :

"Jean-Jacques Bourdin, nouvel inquisiteur de l’antiracisme ?
Le 7 novembre 2013

Mais quelle mouche a donc piqué Jean-Jacques Bourdin ce jeudi 7 novembre sur les ondes de RMC ? Certes, depuis quelques semaines, le thème (usé jusqu’à la corde) d’une France raciste et repliée sur elle-même s’affiche sur tous les médias, mais à l’approche de chaque élection nationale, c’est toujours le même refrain qui revient avec une régularité de métronome, et Bourdin le sait bien. Comment donc ce vieux routier de la radio qui, si l’on peut dire, est tombé enfant dans la marmite de l’antiracisme a t-il pu perdre ainsi son sang-froid ?

Venons-en aux faits. Qu’est-ce qui a bien pu motiver son courroux ? Des injures ? Des calomnies ? Pas vraiment. Un premier auditeur a déploré que l’on fasse d’une insulte à caractère raciste adressée par un enfant de dix ans à Christiane Taubira une affaire d’État. Un second auditeur a fait remarquer que dans les classes maternelles, les enfants qui ne parlent pas le français ralentissent le rythme d’apprentissage de toute la classe. Le premier s’en est tiré avec un « vous êtes complice », le second serait xénophobe. Bigre, on connaissait la langue bien pendue de Jean-Jacques Bourdin, on sait maintenant qu’il peut aussi avoir la main lourde.

Mais la suite est d’un autre tonneau.

" Attention ! Je vais mettre de coté tous les mails qui ont cette idée xénophobe, cette idée raciste qui n’est pas exprimée directement mais qui est sous-jacente, qu’on voit là émerger… "

Voilà qui a le mérite d’être clair, et nul besoin d’aller chercher une pensée « sous-jacente ». Jean-Jacques Bourdin, tout bonnement, menace et se propose de tenir une sorte de fichier des auditeurs coupables de pensée xénophobe et raciste. Il sera à la fois flic et juge, puisqu’il s’attribuera le droit d’exposer les arrière-pensées coupables qui pourraient se dissimuler derrière des propos nuancés.

Les auditeurs de RMC sont prévenus.

« L’antiracisme sera le communisme du XXIe siècle », nous disait Alain Finkielkraut, sans doute inspiré par Emmanuel Levinas qui, pour sa part, affirmait : « Toute générosité est menacée par son stalinisme. »

Communisme, stalinisme, antiracisme ! Oui, cette fois-ci, je crois qu’on peut vraiment oser cette asyndète.
Christophe Servan
"
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5894
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: La France raciste

Messagepar coriolan » 15 Nov 2013 19:06

Mais d’abord et enfin, qu’est-ce qu’un raciste ?

Actuellement le mot est de plus en plus employé par toute une fraction de la classe politique – de Gauche plus particulièrement – et craignant que son usage excessif ne finisse par le dévoyer définitivement, je pense qu’il est temps de se poser sérieusement la question : qu’est-ce qu’un raciste ?

Je me conterai des définitions que donne mon Petit Larousse Illustré, édition 2009 (en espérant qu’il n’est pas déjà caduc par décision de Madame le Garde des Sceaux !) :

Raciste : adj. et n. Qui relève du racisme ; qui fait preuve de racisme.

Racisme : n. m. 1. Idéologie fondée sur la croyance qu’il existe une hiérarchie entre les groupes humains, les « races » ; comportement inspiré par cette idéologie. 2. Attitude d’hostilité systématique à l’égard d’une catégorie déterminée de personnes. Racisme envers les jeunes.

Race : n. f. 1. Subdivision de l’espèce humaine en Jaunes, Noirs et Blancs selon le critère apparent de la couleur de peau. – Catégorie de classement biologique et de hiérarchisation des divers groupes humains, scientifiquement aberrante, dont l’emploi est au fondement des divers racismes et de leurs pratiques. 2. Subdivision d’une espèce animale. Races canines. De race : se dit d’un animal de bonne lignée, non métissé. 3. Litt. Ensemble des ascendants et descendants d’une famille. 4. Fig. Ensemble de personnes présentant des caractères communs et que l’on réunit dans une même catégorie. La race des poètes.

La diversité humaine a entraîné une classification raciale sur les critères les plus immédiatement apparents : leucodermes (Blancs), mélanodermes (Noirs), xanthodermes (Jaunes). Cette classification a prévalu, avec diverses tentatives de perfectionnements dues à l’influence des idées linnéennes, tout au long du XIX° s. Les progrès de la génétique conduisent aujourd'hui à rejeter toute tentative de classification raciale.

Ceci étant lu et compris, concernant la dernière phrase du dernier paragraphe, notons que si les progrès de la génétique conduisent aujourd’hui à rejeter toute tentative de classification raciale, il ne faut pas jeter l’anathème sur ceux qui subissent encore les effets de leur éducation d’hier d’autant que – comme le dit le rédacteur du Larousse – les progrès scientifiques sur lesquelles se fondent nos certitudes actuelles sont d’aujourd’hui, ce qui est loin d’être une vérité définitivement établie. Cependant, puisqu’il faut bien vivre avec son temps, contentons-nous d’oublier le temps d''hier', celui de notre ignorance ; sans autre considération.

Toutefois, à défaut d’être expert en génétique, qu’il me soit permis de rappeler quel était le point de vue de Léopold Senghor en la matière ; Senghor qu’on ne saurait taxer de racisme, a déclaré au journal Le Monde : « La négritude se caractérise par une puissance d'émotion conduisant à l'assimilation intuitive de l'objet, du monde extérieur. Cette raison intuitive s'oppose à la raison discursive du Blanc européen. Le Noir procède par induction et intuition ; les autres, par analyse et déduction." ( "Vu de Droite", page 180, A. de Benoist) Senghor en reconnaissant cette différence fondamentale ne dit pas que l'un des deux est supérieur à l'autre, c'est pourquoi je crois qu’il faut reconnaître honnêtement les différences apparentes et cachées des différentes races qui constituent l’espèce humaine et de conclure avec Alain de Benoist : « Toutes les races sont supérieures les unes aux autres par rapport aux valeurs qui leur sont propres. » ( citation de mémoire, mais on peut remplacer ‘race’ par ‘culture’)

Ceci étant dit et après avoir admis les évidentes couleurs de peau qui ne hiérarchisent pas les individus entre eux pour autant, on peut en toute innocence parler de races – comme on parle de blonds, de roux et de châtains – et, sans faire preuve du 'racisme' péjoratif dont certains se délectent, voir une différence significative entre un Congolais et un Suédois plutôt qu’un harmonieux dégradé tout le long de la courbure de l’écorce terrestre ! Ca ne peut satisfaire ni le Congolais, ni le Suédois ! Tout au plus une bande de faux culs qui poursuivent des visées politiques malsaines avec le même acharnement que lorsque qu'ils traquent les pseudo ‘racistes’ de leurs fantasmes.

Alors, relisons les définitions de mon Petit Larousse après avoir expurgé ce qui n’a plus lieu de subsister :

- racisme : Attitude d’hostilité systématique à l’égard d’une catégorie déterminée de personnes. Je ne vois plus cette hostilité que dans les propos des antiracistes de circonstance à l’égard des 'racialistes' de bon sens.

- race : Subdivision de l’espèce humaine en Jaunes, Noirs et Blancs selon le critère apparent de la couleur de peau. Oui ; naturellement. Et alors ?

Conclusion : France ‘raciste’ ? Ridicule ! Pourquoi pas une France ‘mélomane’ où l’on verrait les amateurs de Verdi poursuivre pour les combattre ceux qui le seraient de Bizet ou de Wagner ? Ridicule ! Pourquoi pas une France ‘littéraire’ où les hugoliens s’acharneraient sur les shakespeariens ? Ridicule ! En revanche une France ‘généreuse’ avec ceux – Jaunes, Noirs ou Blancs – qui le méritent selon nos propres critères sociétaux et nos possibilités d’accueil.

Et honni soit qui mal y pense !

P.S. - Les véritables racistes au sens exécrable du terme tel qu'il est employé actuellement sont ceux qui, ayant dans leur esprit hiérarchisé les races, se sont persuadé appartenir à la catégorie inférieure ; ils en souffrent mais le mal est en eux, non chez les autres, et il est paradoxal de voir que ce sont ceux-là qui jettent la pierre à ceux-ci !
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5894
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: La France raciste

Messagepar coriolan » 18 Nov 2013 19:06

Je m'étonne qu'on s'étonne de la maltraitance de la population à l'égard de Taubira !

Songez aux dégâts qu'a commis cette dernière avec son "mariage pour tous" et surtout, surtout, ses réformes judiciaires au plus grand mépris des victimes d'actes délictueux ! A tel point que, dans son courrier du 17 septembre dernier à l'adresse de ses abonnés, l'Institut pour la Justice titrait : Manifestement cette femme en veut en votre vie ! et poussait à une soulèvement légitime : "Défendez-vous ! Indignez-vous ! REVOLTEZ-VOUS !". (1)

Bon ! La "Une" de Minute n'est peut-être pas du meilleur goût, mais quoi... comparée au travail destructeur et hautement dangereux de l'ex-indépendantiste de la Guyane qu'elle aurait préférée 'taubirique' plutôt que française, c'est de la roupie de sansonnet ! Pas de quoi voir un Jean-Marc Ayrault faire preuve d'une autorité rarissime à l'Assemblée nationale et, avec dix jours de retard, dire en tremblant que sa main ne tremblera pas quand il sanctionnera ! C'est ridicule ! Alors qu'il lui suffisait de se poser la question en son for : "Pourquoi n'a-t-on pas fait pareil à Rama Yade ou à Rachida Dati ? Y'a bon Rachida mais y'a pas bon Taubira ?" Y'a pas à réfléchir bien longtemps ni besoin d'être Premier ministre ! Normalement...

Quant aux sifflets qu'a déplorés F. Hollande lors de sa prestation du 11 novembre, qu'en dire ? Rien, sinon qu'ils ne sont qu'une manifestation de la colère populaire contre celui qui nous a trahis ! 11 novembre ou 14 juillet, qu'importe ! La colère s'exprime où elle peut et quand c'est le Peuple qui l'exprime, cette colère souveraine ne souffre aucune remarque désobligeante. Elle a force de loi et loin de la critiquer, celui qui en est l'objet ferait bien d'en tenir compte.

Qu'il se le dise et dise 'merci' au vieux singe 'coriolan' au lieu de s'en plaindre !

(1) Voir : http://exodoxe.fr/viewtopic.php?f=3&p=25351#p25351
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5894
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: La France raciste

Messagepar L'Avocat du Diable » 19 Nov 2013 21:28

coriolan a écrit:La colère s'exprime où elle peut et quand c'est le Peuple qui l'exprime, cette colère souveraine ne souffre aucune remarque désobligeante. Elle a force de loi et loin de la critiquer, celui qui en est l'objet ferait bien d'en tenir compte.


Bien dit mais... MAIS... pour que cette colère soit souveraine, encore faudrait-il qu'elle soit généralisée. Ben oui... forcément ! Or, est-ce le cas ? Non ! En matière de "peuple" je ne vois que quelques exaltés en rupture de camisoles de force !

Pas du tout d'accord ! Ou alors c'est le chaos !
L'Avocat du Diable
 
Messages: 17
Inscription: 29 Jan 2013 16:42

Re: La France raciste

Messagepar coriolan » 20 Nov 2013 12:23

L'Avocat du Diable a écrit:... pour que cette colère soit souveraine, encore faudrait-il qu'elle soit généralisée. Ben oui... forcément ! Or, est-ce le cas ? Non !

On n'est plus en 1789 ! Les foules révolutionnaires ne se manifestent pas - ou plus - exclusivement dans le rue, il faut compter avec les réseaux sociaux ! As-tu comptabilisé la colère qui suinte sur tous les forums ? Une étincelle peut jaillir de là ! Et la rue prendra le relais... et oui, ce sera le chaos !
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5894
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: La France raciste

Messagepar coriolan » 10 Avr 2014 17:34

Les Français sont-ils vraiment islamophobes et racistes ?
Les réponses de Michèle Tribalat
dans le Figaro du 6 avril 2014

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN - Selon un rapport du CNCDH, la parole raciste se serait banalisée en France l'an dernier, notamment à l'égard des musulmans et des Roms. La démographe Michèle Tribalat qui l' a décrypté pour FigaroVox remet en cause certaines de ses conclusions.

La Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH) a publié hier son rapport annuel sur «La lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie». On peut y lire que le mot «islamophobie [est] utilisé à tort et à travers, mais aussi à bon escient»et qu'il «vient mettre en lumière un racisme latent, qui se veut imperceptible, caché sous les dehors acceptables de la liberté d'expression.»
Le terme «islamophobie» est-il selon vous pertinent? Si non, comment désigner autrement l'hostilité à l'Islam qui peut parfois exister en France?

La critique de l'usage du terme «islamophobie» est rendue difficile par l'usage extensif que l'on a fait aussi du mot racisme. Clairement, l'emploi du terme «islamophobie» est une arme qui vise très directement la liberté d'expression et la réintroduction de la condamnation du blasphème, à défaut d'avoir réussi à en faire un délit. L'OCI ( Organisation de la coopération islamique) milite activement auprès des Nations unies pour que la blasphème soit reconnu et vienne limiter la liberté d'expression. L'OCI déclare que l'islamophobie est une nouvelle forme de racisme caractérisée par la xénophobie, une description négative et des stéréotypes sur les musulmans qui se comparent à l'apartheid, apartheid qu'il faut incessamment démanteler. L'OCI se vante d'ailleurs des bons résultats qu'elle commence à obtenir auprès des dirigeants occidentaux auprès desquels elle fait miroiter les avantages en termes de paix civile qu'il y aurait à limiter la liberté d'expression lorsqu'elle offense les musulmans.

La grande habileté des militants musulmans engagés dans la lutte contre l'islamophobie (CCIF) a été d'étendre l'empire de ce terme aux crimes et délits commis contre des musulmans parce que musulmans.

Les Britanniques eux-mêmes ont, du temps de Tony Blair, failli voter une loi visant à pénaliser (avec des peines pouvant aller jusqu'à 7 ans de prison) la critique des religions. Et ceci alors que la crise des caricatures danoises battait son plein. Sous cette loi, ces caricatures auraient ainsi été passibles de poursuites pénales. La loi n'est pas passée parce que 21 députés du Labour s'y sont opposés et que Tony Blair s'est absenté au moment du vote. Ceux qui proposent une légitimation officielle de ce terme pour rendre compte d'une hostilité latente, que la loi n'arrive pas à pénaliser en raison de la liberté d'expression, légitiment du même coup la suspicion qui s'abat sur tout propos dérangeant à propos de l'islam. La définition donnée par la CNCDH justifie pleinement ces suspicions avec la référence à «un racisme latent». La liberté d'expression est donc, pour elle comme pour l'OCI, un habit derrière lequel le «racisme» à l'égard des musulmans peut s'exprimer.

La grande habileté des militants musulmans engagés dans la lutte contre l'islamophobie (CCIF) a été d'étendre l'empire de ce terme aux crimes et délits commis contre des musulmans parce que musulmans. Actes évidemment odieux et condamnables. Ils ont établi un continuum entre la critique de l'islam et le fait de s'en prendre à des personnes de confession musulmane, ce qui permet de criminaliser tout ce qui se trouve sur ce continuum. Pour l'OCI, l'islamophobie c'est surtout les productions artistiques, littéraires ou autres et les décisions occidentales posant des limites à l'affirmation de l'islam en Occident (Minarets suisses, loi sur le voile en France…) qui, on se le rappelle valent à certains de vivre sous protection policière. C'est ce que vise l'OCI lorsqu'elle parle d'intolérance et non les bouffées de violence et de dévastation qui embrasent différents points de la planète à chaque fois que la liberté d'expression lui semble avoir dépassé les bornes du supportable. Malheureusement, le mal est fait. Pour la CNCDH, comme pour le CCIF et l'OCI, l'islamophobie est un racisme déguisé qui abuse de la liberté d'expression.

Le rapport fait état d'une baisse significative des actes racistes, mais d'une montée de «l'intolérance», et d'un «climat de refus de l'Autre». Que vous inspire cette ambivalence?

Les actes racistes collectés par la police et la gendarmerie lors de dépôts de plaintes et de mains courantes sont, dans un pays de 64 millions d'habitants, au final, très peu nombreux: 1274 faits en 2013, en recul par rapport à 2012. Il est vrai que tous ceux qui sont victimes d'injures ou agressions racistes ne les signalent pas. L'intolérance et le refus de l'autre sont évalués à partir d'un indicateur synthétique construit à partir de 65 variables renseignées au moins deux fois entre 1999 et 2013, les valeurs manquantes faisant l'objet d'imputations par corrélations. Cet indicateur mêle diverses opinions jugées intolérantes, indépendamment de tout rapport au réel.

Il y a eu beaucoup de problèmes avec les Roms qui ne sont pas tous imaginaires. Pour la CNCDH, aucune situation ne peut justifier que l'on pense qu'il y a trop d'immigrés et qu'on s'en plaigne.

J'ai, à plusieurs reprises, vivement critiqué la série de sondages sur lesquels s'appuie la CNCDH. Celle-ci s'attend à ce que les individus montrent de bonnes dispositions, en toute circonstance, quelle que soit la situation réelle. Elle préfère même nettement que les enquêtés se trompent sur l'évaluation de la réalité plutôt que de manquer d'ouverture. Elle s'alarme cette année parce que 16 % des personnes interrogées déclarent que l'immigration est l'une de leurs craintes principales. C'est six points de plus que l'an dernier, nous dit-elle. Certes, mais cela reste un point de vue très minoritaire qui n'est cité en premier que par 5 % des répondants. On pourrait imaginer qu'en période de crise et dans une année où l'on a vu l'autorité publique bafouée par une famille étrangère qui n'avait rien d'exemplaire (affaire Léonarda), il n'est pas tout à fait illégitime que les gens s'en inquiètent. Il y a eu beaucoup de problèmes avec les Roms qui ne sont pas tous imaginaires. Pour la CNCDH, aucune situation ne peut justifier que l'on pense qu'il y a trop d'immigrés et qu'on s'en plaigne.

S'agissant de l'interdit de montrer l'image de Mahomet, le problème vient, non pas du fait que les musulmans se l'interdisent à eux-mêmes personnellement mais qu'ils prétendent l'interdire à tout le monde

Depuis 2009, le sondage demande aux enquêtés: selon vous, le nombre d'immigrés en France au cours des dix dernières années a-t-il augmenté, diminué ou est-il resté stable? De plus en plus de personnes déclarent qu'il a augmenté, ce qui est absolument vrai et vérifiable. En quoi est-ce intolérant de percevoir la réalité telle qu'elle est? On leur demande aussi si un certain nombre de groupes sont plutôt perçus comme vivant à part ou ouverts aux autres. J'avais déjà signalé à la CNCDH, il y a dix ans que «à part» n'était pas l'inverse de «ouvert». Les juifs qui vivaient dans le ghetto de Varsovie vivaient à part sans qu'on puisse les taxer de manque d'ouverture. La CNCDH aurait sans doute aimé que l'on déclare les Roms comme un groupe ne vivant pas à part contre tout ce qui est perceptible. Une question sur les pratiques religieuses musulmanes, qui inclut le voile intégral, le voile et l'interdiction de montrer l'image du prophète Mahomet, est très problématique puisqu'elle accrédite l'idée qu'il s'agit bien de pratiques religieuses de la religion musulmane, ce qui est hautement débattu.
S'agissant de l'interdit de montrer l'image de Mahomet, le problème vient, non pas du fait que les musulmans se l'interdisent à eux-mêmes personnellement mais qu'ils prétendent l'interdire à tout le monde: musulmans qui ne croient pas à cette injonction et non musulmans qui s'en fichent éperdument. En fait, les Français sont de plus en plus sceptiques sur la question de l'immigration. Nous sommes dans une situation économique désastreuse sans que cela n'ait eu de conséquence sur la politique migratoire. Je rappelle que lors de la crise de 1973, Giscard d'Estaing a essayé d'arrêter toute immigration. L'idée de réduire l'immigration en période de grave crise économique n'est pas forcément la preuve d'une intolérance coupable. Prendre conscience les difficultés d'intégration non plus.

Le rapport fait également état de la disparition, chez les personnes interrogées, de la figure de «l'indigné»: la posture antiraciste classique des années 80 semble avoir disparu, pour laisser place à l'autre extrémité du spectre à la figure du «décomplexé». Que vous inspire cette évolution?

Je n'attacherai pas, en ce qui me concerne, un poids important à la classification opérée à partir d'une analyse qualitative fondée sur trente entretiens semi-directifs. Or c'est à partir de ces entretiens qu'est effectuée la classification entre les «résistants», lesquels déclarent faire un effort pour ne pas céder à la tentation de la généralisation, tant ils déplorent certaines pratiques musulmanes et un durcissement communautaire, les «décomplexés» qui tiennent un discours raciste assumé et les «racistes malgré eux».

L'extension de l'usage du terme « racisme » a produit une extension du « domaine de la lutte » qui oppose désormais une poignée de vertueux à une masse grandissante de pécheurs.

On trouve dans ce rapport ces expressions: «Racisme empirique», «racisme culturel», «racisme statutaire» (condamnation de l'assistanat) «racisme identitaire», «racisme «anti-blancs»: que vous inspire cette utilisation pléthorique du mot «racisme» ?

Ces distinctions ressortent aussi de l'analyse qualitative des trente entretiens semi-directifs… On a tendance à faire un usage exagéré du terme «racisme» pour désigner toute forme d'intolérance, de comportement hostile ou désapprobateur envers une liste sans fin d'objets. On confond la haine, la peur, la désapprobation…, toutes sortes de sentiments qui ne marquent pas une ouverture d'esprit absolue à l'autre. Cela se voit d'ailleurs aux réponses que font les enquêtés à la question portant sur les principales formes de racisme. En 2013, 15 % des enquêtés déclarent, dans leurs liste de victimes, des catégories qui n'ont rien à voir avec une origine ou une couleur particulière: homosexuels, pauvres, jeunes, handicapés, personnes âgées…, sans compter ceux qui désignent une religion. Et 10 % déclarent que l'on est tous victimes du racisme! L'extension de l'usage du terme «racisme» a produit une extension du «domaine de la lutte» qui oppose désormais une poignée de vertueux à une masse grandissante de pécheurs.

Le rapport fait état d'un antisémitisme, qui contrairement au racisme anti-musulman diffus et ordinaire, serait propre à une extrême-droite radicale et à certains milieux musulmans. On observe une hausse significative du nombre d' «alya» (+54% en 1 an) qui s'expliquerait par un mauvais climat général pour les juifs de France. Est-ce une réalité? La nouvelle judéophobie est-elle intrinsèquement liée au conflit israélo-palestinien ou est-ce un prétexte?

Les juifs sont très sensibles au climat détestable qui sévit en France depuis les années 2000 avec des crimes extrêmement graves: il y a eu la lente torture à mort du jeune Ilian Halimi, puis l'attentat dans l'école juive de Toulouse par Mohamed Merah. Ajoutons à cela une manière partisane en France de rendre compte du conflit israélo-palestinien qui donne systématiquement un blanc-seing aux Palestiniens, victimes héroïsées par les jeunes d'origine arabe, tout en accusant systématiquement Israël. Enfin, n'oublions pas l'affaire Mohammed al-Dura qui est l'équivalent moderne d'une affaire Dreyfus. On comprend aisément que les juifs soient inquiets et songent à aller vivre en Israël. Ne sous-estimons pas non plus les effets de la crise qui suscite de nombreux départs de jeunes Français. Pourquoi pas à destination d'Israël où la croissance est de l'ordre de 3 à 3,5 %?
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5894
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: La France raciste

Messagepar coriolan » 26 Déc 2017 16:36

Je reviens sur le sujet 4 ans plus tard, en fin d'année 2017, à la suite de mon cadeau de Noël c'est-à-dire quand le Père Noël s'est décidé à m'offrir l'édition du bicentenaire de Larousse. En la feuilletant je découvre, au mot race, la définition suivante : "Catégorie de classement de l'espèce humaine selon des critères morphologiques ou culturels, scientifiquement aberrante, dont l'emploi est au fondement des divers racismes et de leurs pratiques. "

Je constate qu'il n'y a rien de nouveau sous le soleil, la définition de 2018 est identique à celle de 2014, je note la constance de l'idéologie à la base de tous les procès en sorcellerie et convie mes amis à prendre connaissance de ce qui suit pour en tirer les conclusions qui s'imposent.

http://ripostelaique.com/les-questions- ... -1950.html
(voir "déclaration d'experts sur les questions de race" post ci-après)
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5894
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: La France raciste

Messagepar coriolan » 26 Déc 2017 18:20

Déclaration d'experts sur les questions de race

http://unesdoc.unesco.org/images/0012/0 ... 6969fb.pdf

Bonne lecture.
"Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part." (Désiré Joseph Mercier)
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 5894
Inscription: 24 Sep 2007 20:25


Retourner vers POLITIQUE

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron