Marine LE PEN

Des paroles et des actes...

Modérateur: Guardian

Marine LE PEN

Messagepar coriolan » 24 Fév 2012 14:51

Je n'ai jamais caché ma sympathie pour Marine le Pen et mes amis savent que je me fiche éperdument des avis contraires, mêmes critiques à mon encontre sur ce sujet. Je n'ai jamais caché ma fascination pour ce morceau de femme pleine de courage et de ténacité mais tout de même, ça ne valait pas le coup, hier soir, d'être sorti de l'hôpital pour voir le spectacle qu'elle nous a donné à la télévision ! Il s'agissait de l'émission "DES PAROLES ET DES ACTES" sur France 2, sous la houlette journalistique de David Pujadas.

A ma grande honte- je dis bien 'honte', j'ai dû céder en coupant le téléviseur pour ne plus rien voir, plus rien entendre ; Marine, tu m'as fait honte. Tu t'es disqualifiée pour cette élection présidentielle en faisant étalage d'une immaturité évidente. Ton attitude face à Mélenchon, ce triste sire, que j'attendais avec gourmandise te voir écrasé de ta superbe est parvenu à te ridiculiser, toi, lui ! Déjà j'avais jugé puéril le comportement de Hollande feignant ignorer le nom de son adversaire, Sarkozy, pour ne pas le citer, toi, sur ce coup-là, tu as été sous-hollande ! La honte, te dis-je !

Quant au débat avec François Lenglet, tes esquives pour noyer le poisson, ton flux de paroles volontairement confuses pour faire perdre le fil, tout cela était mauvais ! Tu n'as pas été à la hauteur de Lenglet et tout le monde l'a vu. Pourtant il y avait matière à lui répondre, à lui et à tous les autres experts de son niveau, c'était tout simple. Permets-moi de t'en souffler les premiers mots pour la prochaine campagne présidentielle si le contexte économique de l'époque s'y prête encore : " Monsieur l'expert, à l'heure actuelle la situation est telle qu'aucun, je dis bien AUCUN expert n'est capable de dire avec précision ce qu'il convient de faire ou de ne pas faire. Seul l'avenir pourra reconnaître si ce qui a été mené a été judicieux ou pas. Et quand je dis que tous les avis les plus émérites à ce jour sont en opposition entre ce qu'il y a opportunité de faire ou de ne pas faire, ça va jusqu'à la sortie de l'Euro comme solution, voire la guerre... Monsieur l'Expert, moi, je n'ai pas votre envergure en la matière et je m'en félicite car mon oeil est neuf.

Ceci étant précisé, le point est vite fait :

- je sais où nous sommes : en faillite ;

- je sais ce que je veux : le bien-être de notre peuple.

J'en conclus :

- que je vais opter pour une solution - par hypothèse : n'importe laquelle. Elle sera critiquée puisque d'ores et déjà elles sont toutes critiquables,

- que je vais nommer une commission d'experts - dont vous ferez partie bien entendu - qui aura pour mission de surveiller comme le lait sur le feu, à chaque instant, l'évolution de la situation eu égard à notre point de départ connu et notre point de destination voulu.

A chaque instant, monsieur l''expert, forte des mes yeux spécialisés - dont les vôtres - je vais compenser ici, tricher là, redresser ailleurs, en un mot PILOTER A VUE en digne petite-fille de son marin de grand-père. Piloter à vue, c'est du grand art monsieur l'expert qui vaut largement 'Pronostiquer' après coup ou... dans le vide ! Gouverner, quand on ne peut plus prévoir, c'est savoir agir dans l'instant, c'est "l'aventureux prudent".
"

Tu vois, inutile de parler 'économie' avec un 'économiste', c'est perdre son temps. De toutes façons il aura toujours raison et toi tu passeras pour une imbécile... auprès des imbéciles, me diras-tu ? Oui, mais... des électeurs ! Surtout.

Quant à Pujadas, il faudrait peut-être un jour remonter les bretelles de ce jeune-homme et lui clouer son sourire moqueur en coin. " Monsieur Pujadas, inutile en tant que médiateur de l'émission d'intervenir en permanence. J'entends ce qu'on me dit et j'y réponds si je veux, comme je le veux et non parce que vous me contraignez ! M'interrompre six fois de suite dans mon débit pour me demander si j'ai "mes sources " n'a pour but que de me déstabiliser. Ainsi vous participez implicitement au débat en vous y invitant subrepticement or ce n'est pas avec un journaliste que j'entends débattre. D'autre part, monsieur Pujadas, imaginez les millions de téléspectateurs vous susurrant dans l'oreille tout le long de votre journal télévisé : ' Vous avez vos sources... ?' Et pourtant la question se pose parfois, non ?

Allons lentement, nous sommes pressés !
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6295
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: Marine LE PEN

Messagepar coriolan » 31 Oct 2020 18:44

MARINE, UN DRAPEAU, UN FANION
qu'elle se contente de n'être que cela !

Le post qui précède a déjà plus de huit ans ! Je n'ai pas vu le temps passer, tout au plus, ici et là, au fil des jours, une fin de Sarkozy, une mesure complète de Hollande et un Macron aux trois-quarts entamé... mais toujours pas de Marine !

Depuis cette année 2012 qui verra le départ de Nicolas Sarkozy, Marine n'a pas eu que cette vilaine soirée de février à son actif, il y a eu surtout cette rencontre épouvantable du 3 mai 2017 avec Emmanuel Macron, rencontre-débat déterminant pour l'élection présidentielle qui lui coûta son élection ; Marine s'est mise K.O. sous une logorrhée parasitaire qui n'a eu pour effet que la mise en évidence de sa faiblesse en matière d'économie. Marine n'est pas une financière, c'est le moins qu'on puisse dire mais est-elle négligeable pour autant ? Non ! Le général de Gaulle ne l'était pas plus qu'elle, c'était un militaire...

Je ne cite pas de Gaulle pour faire beau et grand dans le texte mais parce qu'il y a un rapport entre les deux personnages. De Gaulle par son à-propos a sauvé la France, Marine par son père, grand visionnaire, l'a mise en garde et aujourd'hui le danger annoncé a figure inhumaine à nos portes. De Gaulle a su s'entourer des personnalités adéquates dans les domaines où il n'était pas excellent et se contenta d'être un drapeau, un fanion ; Marine peut - et doit - en faire autant pour n'être qu'un drapeau, un fanion flottant au vent des principes qui ont fait d'elle ce qu'elle est, ce dont son père est toujours le symbole.

Aucun des candidats, quel qu'il soit, n'est autant qu'elle porteur d'espoirs et les Français savent qu'elle est déterminée à transformer en actes les valeurs qui sont les siennes, les nôtres. Valeurs qui nous sont chères :druid:
Allons lentement, nous sommes pressés !
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6295
Inscription: 24 Sep 2007 20:25


Retourner vers POLITIQUE

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron