MACRON

Des paroles et des actes...

Modérateur: Guardian

MACRON

Messagepar coriolan » 02 Avr 2017 11:59

Emmanuel Macron aurait omis plus des trois quarts de son patrimoine dans sa déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.

L’avocat Jean-Philippe Delsol, président de l’Institut économique et fiscal, apporte aujourd’hui un élément factuel nouveau, juridiquement incontestable qui démontre qu’Emmanuel Macron a commis une erreur grave – lui qui est censé être une personne compétente – qui peut le rendre passible d’une sanction d’interdiction d’exercer une fonction publique.

Cet élément nouveau va être porté à la Haute Autorité qui ne pourra pas dire qu’elle ne l’aura pas vu… (Bld Voltaire de ce jour)


http://www.bvoltaire.fr/m-macron-passib ... cb5f664f05
Le mot "chance" est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6037
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Il ne nous laisse pas le choix !

Messagepar coriolan » 03 Mai 2017 15:38

Décidément ce Macron est un phénomène culturel !

Sa profession de foi que j'ai sous les yeux, est sans ambiguïté pour qui sait lire ; je cite le dernier paragraphe :

" Alors, le 7 mai, votez pour remettre la France en marche ! Car face à l'extrême-droite, l'abstention n'est pas une option, le vote contre n'est pas une solution. Construire ensemble notre avenir doit être notre réponse. "

J'en conclus qu'il recommande de voter pour ! Pour l'extrême-droite évidemment !

Dans ma culture qui n'est pas celle de la Joliekacem, "face à" n'a jamais voulu dire "en opposition à" mais "vis-à-vis de"! Ainsi, je traduis pour que ce soit clair : vis-à-vis de Marine, pas d'abstention, pas de vote contre, donc un vote pour !

On se le tiendra pour dit.
Le mot "chance" est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6037
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

L'ELU !

Messagepar coriolan » 08 Mai 2017 12:23

Le nouveau Messie est arrivé !

Mais dans quelles conditions ?

En dépit des résultats officiels qui affichent Macron vainqueur à 66% contre Marine à 34%, voyons la réalité des chiffres :

Inscrits : 47 569 000 soit, sur 100
Votants : 35 467 000, 74,56%
Abstentions : 12 102 000, 25,43%
Blancs et nuls : 4 070 000, 8,55%
Marine : 10 654 000, 22,40%
Macron : 20 754 000, 43,62%

25,43 + 8,55 + 22,40 + 43,62 = 100.

L'abstention, ce sont ceux qui ont méprisé le vote au motif qu'il est inutile : on ne choisit pas entre la peste et le choléra ;
Les 'blancs' et 'nuls' ce sont ceux qui, pour les mêmes raisons que les précédents, ont en outre exprimé leur colère ;
Les 'Marine' ce sont les 'purs et durs' secondés par ceux qui n'ont pas voulu de Macron ;
Les 'Macron' ce sont les 'purs et durs' secondés par ceux qui n'ont pas voulu de Marine.

Marine étant, pour l'instant, la plus mal aimée du grand public, l'aide apportée à Macron par son rejet est supérieure à l'aide qu'elle a reçue elle-même des anti-Macron. Les 43,62% de voix macronistes comprennent les voix des Mélanchon, Fillon et autres Hamon, c'est-à-dire que dans la minute qui a suivi les résultats ces voix-là sont immédiatement entrées dans l'opposition.

Mais avant même d'envisager le recours de ces nouveaux résistants, à la seule vue des chiffres bruts, Macron a contre lui (100 - 43,62) 56,38 % des électeurs soit 3 électeurs sur 5 !

Il a du souci à se faire, l'élu !
Le mot "chance" est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6037
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: MACRON

Messagepar coriolan » 08 Mai 2017 20:42

Le bonheur n'est pas dans le contentement de ce qu'on a, mais dans notre capacité à vouloir l'inéluctable. En conséquence, c'est dit, ce soir je vote Macron ! :D
Le mot "chance" est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6037
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Aucune expérience militaire... non plus !

Messagepar coriolan » 09 Mai 2017 16:22

Selon le journal L'OPINION de ce jour :

Emmanuel Macron n’a pas fait son service national. Né le 21 décembre 1977, il sera ainsi le premier chef des armées de la Ve République sans aucune expérience militaire.

Emmanuel Macron appartient pourtant aux toutes dernières classes d’âge encore soumises à l’obligation de la conscription, puisque celle-ci a été suspendue, en 1996, pour « tous les Français nés après le 31 décembre 1978 ». En pratique, seule une poignée de jeunes nés en 1977 ont réellement été incorporés, à la fin de la période de transition vers l’armée professionnelle. Les derniers appelés (pas plus de 4380...) ont quitté leur caserne en novembre 2001.

Emmanuel Macron aurait toutefois pu se porter volontaire, au cours de ses études et avant d’intégrer l’ENA en 2002. Il ne pensait sans doute pas alors que, quinze ans plus tard, il serait le chef des armées...
Le mot "chance" est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6037
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Une page d'Histoire de la 'pauvre' France.

Messagepar coriolan » 09 Mai 2017 17:13

Sur Boulevard Voltaire de ce jour : un papier signé Christian Vanneste, qui est une véritable page d'Histoire.
A ARCHIVER ET A CONSERVER PRÉCIEUSEMENT !

Panurge a donc gagné. Les moutons sont allés à la mer. Qui est Panurge ? Ce n’est pas le Président élu. C’est celui qui achève son lamentable mandat par un coup de maître en faisant gagner son dauphin. Le gain est triple.

D’abord, le bilan a été passé par pertes et profits puisque le sortant n’était pas candidat. Celui-ci était un « homme neuf », qui l’avait accompagné plus de deux ans comme secrétaire adjoint de l’Élysée et sur une durée équivalente comme ministre de l’Économie, soit pendant la quasi-totalité d’un quinquennat calamiteux.

Le taureau Valls, croyant son heure arrivée, fonce et se fait cueillir dans l’arène socialiste par le dernier carré des socialistes marxistes. Les autres, les amis de Hollande, sont déjà « en marche ». Celui-ci annonce son retrait, la larme à l’œil. Le faux mutin et véritable héritier doit jouer sur sa jeunesse, son apparente nouveauté, son ambiguïté politique. Il affrontera un candidat républicain qui sera toujours un homme du passé, vieux et sec comme Juppé, battu déjà et chargé de multiples casseroles comme Sarkozy, et si c’était Fillon, un homme contre qui on a un dossier. La machination est prête pour coincer l’ancien Premier ministre si fier de n’avoir jamais été mis en examen. Il le sera en pleine campagne grâce à la complicité des médias et d’une justice d’exception créée par Mme Taubira lors de l’affaire Cahuzac. Lhomme et Davet seront, comme par hasard, aux premières loges des informations destinées à faire mousser l’affaire et plomber la campagne. Pendant que Fillon, totalement surpris par la manœuvre, s’enlise, Marine Le Pen reste peu attaquée. Les faits divers apportent de l’eau à son moulin. Ce serait une bénédiction qu’elle soit présente au second tour…

L’espoir naît donc d’atteindre un deuxième objectif : maintenir le système et ses prébendiers. C’est Hollande, avec un meilleur carnet d’adresses et enfin libéré de la phraséologie de la lutte des classes.

Les Français méprisaient leur Président. Ils ont élu le successeur qu’il souhaitait. Ils sont rétifs au monde de la finance et ils ont voté pour un banquier d’affaires qui a mis la main, dans le privé comme dans son court ministère, à des transactions discutables. Beaucoup de Français sont inquiets d’une immigration excessive, d’une progression galopante de l’islam, malheureusement accompagnée d’une radicalisation favorable au terrorisme. Ils font néanmoins entrer à l’Élysée celui qui soutient la politique d’Angela Merkel, qui promet de faciliter l’immigration en provenance d’Afrique, qui a reçu le soutien de l’UOIF et qui est allé dénigrer son pays en Algérie. Les Français sont profondément attachés à la paix. Ils ont maintenant un chef des armées qui n’exclut pas une intervention contre l’État syrien, c’est-à-dire contre la Russie de Vladimir Poutine.
Enfin, le troisième but était le plus difficile : l’élargissement de la gauche en « grand parti du milieu », ce projet que Giscard n’avait pas réalisé au profit de la droite. C’est fait en grande partie. La droite pouvait gagner en plaçant les questions du terrorisme, de l’insécurité, de l’immigration et de l’identité au premier plan. Cette stratégie, malheureusement abandonnée par Sarkozy au pouvoir, lui avait réussi en campagne. Le FN défend, sur ces points, des positions valables, mais il est toujours, pour beaucoup d’électeurs, le repoussoir qu’entretiennent les médias. Il fallait donc que les « républicains » mettent au premier plan ces sujets en les accompagnant d’un programme économique solide. Fillon a mis l’économie en avant, avec l’approbation du MEDEF, qui voyait en Macron un deuxième fer au feu avec peut-être un moindre risque de résistance sociale. Fillon n’a renversé la vapeur qu’après l’attentat des Champs-Élysées, beaucoup trop tard. Les législatives sont loin d’être gagnées par l’opposition d’hier, si tant est qu’elle existe encore.

Hollande et Macron peuvent sabrer le champagne. Ils ont roulé les Français dans la farine. Les bobos des grandes villes et leur puissance de feu médiatique ont écrasé la France périphérique.
Le mot "chance" est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6037
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: MACRON

Messagepar coriolan » 23 Juin 2018 12:53

Le temps passe, les opinions s'affinent.

https://ripostelaique.com/apres-la-vais ... acron.html

(article de Josiane Filio sur "Ripote Laique", ce 23 juin 2018.)
Le mot "chance" est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6037
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Danse, enculé de ta mère !

Messagepar coriolan » 01 Juil 2018 17:41

Enfin des paroles dignes de 'Manu', le remonteur de bretelles, entendues à l'Elysée lors de la fête de la musique 2018, cuvée spéciale :

“Ne t’assieds pas, salope”, “Suce ma bite et lèche mes boules”, “Danse, enculé de ta mère”.

Espérons qu'un esprit éclairé ne va pas les immortaliser en les incorporant dans la Marseillaise ! Pour moi, désormais tout est à craindre.

Indignation partagée de notre ami Jacques Guillemain (R.L. du 30 juin 2018) : https://ripostelaique.com/a-lelysee-on- ... oules.html
Le mot "chance" est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6037
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: MACRON

Messagepar coriolan » 19 Oct 2018 12:40

Macron, c'est fini !
Terrible constat de Jacques Guillemain sur Riposte Laïque du 19 octobre 2018 :

https://ripostelaique.com/macron-est-fi ... mates.html
Le mot "chance" est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6037
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: MACRON

Messagepar coriolan » 29 Nov 2018 16:42

Économies très urgentes à faire :

DERNIÈRES AUGMENTATIONS à méditer

- CONTRÔLE TECHNIQUE + 23%
- TIMBRES + 10%
- MUTUELLE + 5%
- ABONNEMENT VELIB' + 30%
- PV PARKING + 130 %
- CSG. + 2,1%
- CARBURANT. + 25%
- ASSURANCES. + 5%
- ABONNEMENT BUS. + 3%
- FRAIS BANCAIRE. + 13%
- GAZ. + 7%
- TABAC. + 7%
- ETC...etc etc......

ALORS QU'ON AURAIT PU COMMENCER PAR :

- Supprimer le Paiement des Frais d'Obsèques aux Députés, leurs Femme ou Enfants.

- Supprimer l'Aide Médicale d'Etat coûtant 3 milliard par an pour les Réfugiés. (AME) + ATA + CMU + RSI etc etc

- Diminuer drastiquement les Effectifs du Sénat. Réduire le nombre de Ministres et Secrétaires d'Etat.

- Réduire de plus de la moitié les Députés (200 suffiraient) ainsi que les Élus des Collectivités Territoriales et les Conseillers Régionaux.

- Installer un pointage à l'Assemblée Nationale afin que chaque Député ne soit payé qu'en fonction de sa Présence. (pas de son Travail - faut pas rêver ! )

- Interdire réellement le Cumul des Mandats et le Cumul des Retraites.

- Retraite limitée à 10000 EUR : ne tenir-compte que du seul dernier échelon franchi, comme pour les autres Français !
- Pour les Non-Réélus, ( y compris les anciens Présidents ) supprimer Protections policières, Chauffeurs et autres Avantages.
Et avant de "quitter le Navire" interdire la distribution de Postes tous azimuts aux copains pour les planquer gratuitement.

- Réduire le nombre de Parlementaires Européens, et la masse de Fonctionnaires aux Responsabilités fantômes avérées et autres "Conseillers" qui n'en ont que le nom sans rien faire !!!
- Suppression de la CMU à certaines Catégories

- Stopper le Versement des Retraites à l'étranger sans vérifier que les personnes soient toujours vivantes (!).
On exige bien un Certificat de Vie pour les Français, il doit en être de même pour les étrangers :
Obligation de se présenter dans les Consulats et signer un Registre d’ Attestation (Problème dénoncé à maintes reprises par la Cour des Comptes). Le Maghreb étant le plus grand Bénéficiaire.

- Suppression des Retraites versées aux étrangers arrivant en France à 65 ans , sans jamais n’ avoir cotisé un Centime ! ( 1157 € ) alors que certains de nos Retraités touchent 300 à 400 € ... Une ignominie, quand des Français de Souche se tuent parce qu'ils n'arrivent plus à payer leurs factures après avoir cotisé pour la plupart 44 ans.

- Réduction drastique du train de vie de toutes les "soit disant Élites". Leurs vies dans nos Palais nous coûtent une fortune et les rendent rapidement déconnectés du réel : trains de vie insensés avec Cuisine 4 Étoiles, Bouquets de Fleurs de Concours, Décorations intérieures revisitées selon leurs Caprices, etc, etc, etc.. (la simplicité est très bien vécue chez nos Voisins)
Toutes ces Économies donneraient un sérieux coup de pouce au Désendettement de la France qui vit actuellement sur un Volcan et rendraient nos Élus solidaires des Efforts qu'ils imposent aux autres.
Le mot "chance" est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6037
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: MACRON

Messagepar coriolan » 03 Déc 2018 19:56

Un forcené en état d’enfermement mental : le chaos, c’est Macron !

Avis au peuple de France !
à lire avec attention :
https://ripostelaique.com/un-forcene-en ... ZmPlpz_xso
Le mot "chance" est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6037
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: MACRON

Messagepar coriolan » 10 Déc 2018 16:55

Sur Boulevard Voltaire de ce matin, sous la plume de Dominique Monthus.

Pourquoi Emmanuel Macron pourrait être obligé de partir
Quoi qu'il dise lundi...


Tout a été dit sur l’aveuglement et les erreurs du pouvoir dans l’anticipation et la gestion de la révolte des gilets jaunes : mépris, mensonges, manipulation, diabolisation, autoritarisme, méconnaissance de la profondeur de la colère. Emmanuel Macron vient de confesser des « conneries », dont l’imposition des 80 km/h. Il lui aurait suffi de nous lire, dès le mois d’août, pour comprendre que la révolution des gilets jaunes avait commencé là… Pour un Président théoricien du kaïros, du « moment opportun », l’ironie est cruelle : il a, ces derniers mois et ces dernières semaines, systématiquement agi à contretemps. Désormais, il n’a plus que quelques actes à poser, étant entendu qu’il ne pourra plus être ni faire le Macron qu’il a été jusque-là. Il est désormais un Président sous haute surveillance. La révolution des gilets jaunes l’a fait passer du statut de monarque absolu à celui de monarque constitutionnel, et sa déchéance est allée bien plus vite que celle de Louis XVI : nous ne sommes plus à la fête de la Fédération, si tant est qu’il se projette dans cette perspective, mais dans l’après-Varennes. Les Tuileries de Macron, c’est l’Élysée dans lequel le peuple l’a ramené et où il s’est enfermé. Pour prendre une image institutionnelle plus contemporaine, il inaugurera demain, quoi qu’il dise, une cohabitation d’un nouveau genre : un Président démonétisé surveillé par son peuple qui, à la moindre alerte, reprendra son gilet et occupera son rond-point.

Dans cet état d’affaiblissement extrême et du pays et du Président, on ne voit pas comment Emmanuel Macron pourrait échapper à la démission, tôt ou tard. Dans un mouvement comme celui-ci, les kaïros manqués ne se rattrapent pas.

D’abord, le mouvement ne faiblit pas. Quoi qu’en dise le ministre de l’Intérieur. Malgré les tentatives pour dissuader et dramatiser.

Pire, pour le pouvoir : il y a escalade et il ne parvient pas à la juguler. Au moment même où Christophe Castaner se livrait à un numéro d’autosatisfaction, prétendant avoir maîtrisé la situation et mis fin à l’escalade, des barricades brûlaient à Bordeaux et à Toulouse, dans le quartier Saint-Cyprien. Les blindés le 8 décembre. Des centaines d’arrestations préventives. Et après ? L’armée ? Quel président d’un pays démocratique peut mettre le doigt dans cet engrenage ? Hier, c’est Erdoğan qui ironisait pour dénoncer la violence qui règne en France. Et demain, l’image d’un gilet jaune arrêtant un blindé, comme à Tian’anmen ? Voilà les images qui guettent Emmanuel Macron. Dur à porter pour le pourfendeur des démocraties dites « illibérales »…

Ensuite, le mouvement est partout, aussi bien en province qu’à Paris. Il est fluide et mobile, comme on l’a vu à Paris ce 8 décembre, où les points chauds étaient nombreux et mouvants.

Enfin, un tel mouvement, populaire, fort, déterminé, où les symboles du drapeau tricolore et de « La Marseillaise » sont systématiquement mis en avant, ne peut être traité par la répression que promet l’escalade actuelle. Pour le dire crûment, ni les blindés de la gendarmerie ni l’armée ne peuvent être envoyés contre les gilets jaunes. Ce serait faire basculer le pays dans une autre dimension : celle de la guerre civile. Et le Président en porterait l’entière responsabilité.

Le Président ne peut plus être le dénoueur d’une crise qu’il a créée, qu’il a laissée pourrir et dont il est devenu la cible, le dénominateur commun, la revendication quasiment unique et hystérique.

Emmanuel Macron s’est voulu, quand il s’est lancé dans sa campagne en juillet 2016, un théoricien du pouvoir exécutif et des rapports du peuple à son roi, en parlant du « vide » laissé par la mort du roi. Il a prétendu « réinvestir ce vide ». Il a échoué. Plus que les autres Présidents, cette prétention un peu démesurée de sa part lui impose d’assumer la dimension sacrificielle du chef d’un pays et d’un peuple plongés dans une crise grave. Bref, le « Macron démission » n’est peut-être pas qu’un simple slogan de manif. Mais la solution.
Le mot "chance" est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6037
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Ma lettre de Noël

Messagepar coriolan » 25 Déc 2018 15:47

Lettre ouverte au Président de la République.

Monsieur le Président, je ne suis pas un Gilet jaune actif pour deux raisons : mon âge - 87 ans - et un handicap physique qui m'oblige le plus souvent à me déplacer en fauteuil roulant. Toutefois, mon immobilité ne nuit en rien à ma capacité de réflexion, bien au contraire, et je dois vous dire que si elle va bon train actuellement c'est que vous êtes au centre de ses préoccupations. Je n'ai pas voté pour vous mais en voyant votre jeunesse lors de votre première prestation je l'ai immédiatement regretté, d'autant que vos origines professionnelles ainsi que votre court séjour au Ministère des finances plaidaient à mes yeux en votre faveur dans le contexte économique et géopolitique actuel.

Dix-huit mois plus tard je dois dire que j'ai déchanté mais l'erreur est humaine et elle est surtout excusable quand elle n'engage que celui qui la commet. C'est mon cas mais c'est loin d'être le vôtre !

A la lumière de ce que j'ai découvert et de ce que m'a fait toucher du doigt BFMTV par son documentaire "Le casse du siècle" (1), je dois dire que les mots me manquent pour rester courtois et développer mes sentiments à votre égard. Ces sentiments je les tairais volontiers si la réalité ne me faisait sentir la haine - je pèse mes mots - que je sens grandir à votre égard par le biais de tous les médias qui nous submergent.

Haine ? Qu'on en juge.

Selon La Dépêche de ce jour, 24 décembre 2018 : "Un pantin à l'effigie du président Emmanuel Macron a été décapité ce vendredi soir lors d'une manifestation de Gilets jaunes à Angoulême, une "mise en scène macabre" qui a été signalée au parquet d'Angoulême, a annoncé ce samedi la préfecture de Charente.

Ces faits "portent gravement atteinte tant à la personne qu'à la fonction du président de la République" et sont "susceptibles d'être qualifiés pénalement", précise la préfecture dans un communiqué.

C'est la Préfète de la Charente, Marie Lajus, qui les a signalés au parquet du TGI d'Angoulême. "Cette manifestation avait fait l'objet d'une déclaration en préfecture mais le détail de son déroulement n'avait pas été précisé", précise la préfecture.
"

Si je regrette ce geste, je le comprends. C'est un cri de colère qui n'a d'égal que l'abus de confiance dont vous vous êtes rendu coupable à l'égard du Peuple français par votre "Casse" et qui a fait de vous, selon vos propres termes : "le fruit d'une effraction". Vous avez abusé de la naïveté de vos concitoyens en vous présentant à leurs suffrages. Vos amis ont aimablement comparé votre ascension au parcours de Spaggiari, auteur du casse de la Société Générale à Nice, en 1976. Belle référence...

Dès lors quand, pour ce simulacre d'exécution, madame le Préfet parle de grave atteinte tant à la personne qu'à la fonction du président de la République, que n'évoque-t-elle pas votre parcours pour regretter une grave atteinte au corps électoral ainsi qu'à la fonction souveraine du Peuple qui le compose ?

Depuis ces révélations d'autres indiscrétions ont fait surface dont celles du professeur Adriano Sagatori qui ne manquent pas d'intérêt et vous classent, selon lui, parmi les personnages au profil pathologique fragile, déséquilibré et extrêmement dangereux.(2)

Réalisant leur méprise les Gilets jaunes d'Angoulême - d'où je suis - vous ont exécuté en effigie, geste exutoire à moindre mal mais hautement symbolique. Ils ont surtout voulu vous rappeler qu'on ne se joue pas impunément du Peuple qui, vous l'aviez oublié, est souverain. Je dis bien SOUVERAIN ! Et c'est à ce titre qu'ils vous ont exécuté, eux, force absolue, vous, fragile chose à valeur temporaire fugitive.

Ils vous ont rappelé qu'un roi, même d'essence divine, ne pèse rien devant eux, qu'ils ont eu d'illustres ancêtres, dont - voyez l'ironie de l'histoire - un certain Ravaillac, Charentais et originaire d'Angoulême. Déjà !

Madame le Préfet est dans son rôle mais la Justice d'aujourd'hui sera-t-elle dans le sien aux yeux d'hier et surtout de demain ? Quant à vous, Monsieur le Président, force est de constater que votre récolte n'a d'égal que votre semence.

Pour vous sortir de ce Babel,
Il ne vous reste, Emmanuel,
Plus qu'un miracle de Noël...


(1) https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video ... 66543.html
(2) https://www.youtube.com/watch?v=NNDgsw39m9s
Le mot "chance" est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6037
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: MACRON

Messagepar coriolan » 30 Déc 2018 18:31

Comme on dit sur BFMTV (Bonnes Fêtes Manu, Tout Va !) :
https://static.ripostelaique.com/wp-con ... stagne.png
Le mot "chance" est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6037
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: MACRON

Messagepar coriolan » 30 Déc 2018 20:13

Rappel pour que nul ne l'oublie.

Macron le reconnaît : « Je suis le fruit d’une forme de brutalité de l’histoire : une effraction »

Macron s’est révélé un peu plus lors de la pseudo-conférence de presse qu’il a tenue le 13 février dernier (2018) devant 120 journalistes. Il a dit exactement : « Je ne suis pas l’enfant naturel des temps calmes de la vie politique. Je suis le fruit d’une forme de brutalité de l’histoire. Une effraction parce que la France était malheureuse et inquiète. »

Par cette déclaration, quasi-littéraire, Macron prétend se placer dans une distance esthétique par rapport au politique. Mais le souci ici n’est pas seulement esthétique. Macron veut dire, d’une façon qu’on peut juger présomptueuse, qu’il est au-dessus des contingences politiciennes, qu’il est là parce qu’un destin singulier, le sien, l’aurait placé là sans qu’il l’ait voulu expressément. Il se présente en fils de l’Histoire, mais c’est la Providence plutôt, et non le peuple, qui l’aurait dressé au rang de sauveur d’une « France malheureuse et inquiète ».

D’où le terme d’« effraction » qu’il emploie également, à juste titre. Macron en effet a été élu par une minorité de citoyens en âge de voter, avec une abstention record de près de 25,5%. Il a été élu davantage pour faire un hypothétique barrage à Le Pen que par un geste du corps électoral qui fût délibéré, consenti, constructif et politique au meilleur sens du terme.

Il n’est pas étonnant dès lors que Macron se permette de passer pour l’homme providentiel de temps de crise. C’est pourquoi il prétend ne pas être « l’enfant naturel des temps calmes de la vie politique ».

Mais bien sûr le problème demeure, car l’actuel locataire de l’Elysée ne tire pas toutes les conclusions de cette carence démocratique, comme l’aurait fait un véritable homme d’Etat.

Reconnaissant lui-même qu’il n’a pas été élu sur une base clairement accepté par le peuple, il l’a été en effet « par effraction ». Et surtout hors de toute doctrine politique, élu en quelque sorte sur une illusion, ou pire une vacuité, ce qui explique au moins en partie la baisse considérable des opinons favorables dans une opinion qui découvre enfin, mais un peu tard, la supercherie. Et les annonces de cette semaine sur de prétendus baisse du chômage ou de redémarrage de la croissance ne seront ici d’aucun secours.

La situation est dangereuse car le programme de Macron n’en est pas un. Il n’y a rien de constructif, rien d’une vision à long terme, à part bien sûr la volonté affichée, revendiquée, sans complexe, de revenir sur tous les principes de l’Etat Social qui a fait jusqu’à maintenant la richesse, la spécificité, voire l’influence au plan international de notre pays.

Dans cette conférence Macron évoque la question du travail au travers une loi travail qu’il veut mener au bout mais qui va s’avérer bien vite, si ce n’est déjà le cas , comme une catastrophe. Son pari qui consiste à croire que cette loi va combattre le chômage est stupide et voué à l’échec, et dans le même temps sera facteur de souffrance sociale dont le peuple français et le monde du travail en particulier se seraient bien passé.

Emmanuel Macron continue de détruire patiemment à la suite de ces prédécesseurs à l’Elysée, au besoin par ordonnances, toutes les structures de solidarité (comme la sécurité sociale), structures collectives pourtant de nature à amortir les crises financières, et grâce auxquelles nous vivons en paix civile et en relative prospérité depuis la fin de la dernière guerre.
Si la résistance à cette politique n’est pas plus volontaire et collective il ira jusqu’au bout, instrumentalisé par les entreprises du CAC 40, encouragé par les exigences d’une Union Européenne plus que jamais monétariste et inégalitaire.

Cet article a été écrit par Gérard Filoche, publié le 17 février 2018 à 14:32.
85 rue Rambuteau – 75 001 Paris
gerard.filoche@democratie-socialisme.org
Le mot "chance" est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6037
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: MACRON

Messagepar coriolan » 25 Fév 2019 14:06

Oui, j’insulte Macron, je l’emmerde et j’assume !
Il n'y va pas par quatre chemins, l'ami Laurent Droit ! Je ne sais pas ce qu'on peut en penser au plan de la liberté d'expression mais en ce qui concerne la spontanéité et le ressenti général que je perçois, chapeau !

Petite mise en bouche : "Le respect de la fonction présidentielle, pardonnez-moi, mais aujourd’hui je m’assois dessus. Lorsque la France laisse accéder à la magistrature suprême un homme ou une femme d’une si grande médiocrité et immoralité, la fonction en est salie et bafouée par elle-même."

Votre avis m'intéresse, chaussez vos lunettes : https://ripostelaique.com/oui-jinsulte- ... ssume.html

Et je vous renvoie à ma lettre de Noël : viewtopic.php?f=100&t=1957#p26293
:druid:
Le mot "chance" est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6037
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: MACRON

Messagepar coriolan » 13 Mar 2019 19:09

Un dossier accablant. A conserver précieusement !
Rédigé par Jean des Entamures pour "Riposte laïque" le 13 mars 2019.

http://ripostelaique.com/?email_id=4563 ... scriptions

Ne pas négliger les 10 renvois en fin d'article.
Le mot "chance" est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6037
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: MACRON

Messagepar coriolan » 21 Mai 2019 13:00

Une plaisanterie de mon ami Gil Bourquin, que je ne résiste pas au plaisir de diffuser :

Si vous trouvez que la vie est dure, voyez celle du pauvre freluquet ! Il a 41 ans, son fils aîné par alliance en a 44, le second, 42. Sa femme a 66 ans, il est donc le plus jeune de la famille dont il est le père ! Dur ! Dur ! Comment voulez-vous que ce pauvre garçon ait le sens des réalités et des priorités... :lol:
Le mot "chance" est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6037
Inscription: 24 Sep 2007 20:25

Re: MACRON

Messagepar coriolan » 28 Juin 2019 19:27

Un article de Josiane FILIO, dans La Riposte laïque de ce jour et que j'ai diffusé très largement sous le chapeau :

Ah ! merci Josiane ! Voilà un article comme je les aime ! Ça galvanise et, personnellement, ça me requinque ! Figurez-vous que je commençais à baisser les bras ! Effets caniculaires ? Allez savoir… Quoi qu’il en soit je vais publier votre article jusqu’à plus soif ! Il ne faut pas que la chaleur nous endorme… Mais bon dieu de bon dieu comment faire pour juguler ce freluquet qui brade notre pays ? Apparemment ce ne devrait même pas être un problème immense nécessitant plusieurs solutions puisque à tous les problèmes qu’il pose, IL N’Y A QU’UNE SOLUTION. Et une seule !

https://ripostelaique.com/macron-dans-l ... uffer.html

Et vous, qu'en pensez-vous ?
Le mot "chance" est l'alibi des incapables.
Avatar de l’utilisateur
coriolan
Administrateur
 
Messages: 6037
Inscription: 24 Sep 2007 20:25


Retourner vers POLITIQUE

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron